Navigation – Plan du site
Articles

Juvigny « Les Monteux » (Marne) du Ier siècle av. J.-C. au VIIIe s. ap. J.-C. : un bâtiment résidentiel d’une villa et des exploitations agricoles de l’Antiquité et du haut Moyen Âge

Nathalie Achard-Corompt, Anne Ahü-Delor et Julian Wiethold

Résumés

Les fouilles conduites par l’Inrap en 2008 et 2010, à Juvigny « les Monteux » (ACHARD-COROMPT et alii, 2012) dans le département de la Marne ont révélé des vestiges archéologiques du Mésolithique au XIIe siècle ap. J.-C., les occupations principales datant de la fin de l’époque gauloise, de l’époque gallo-romaine et du haut Moyen Âge. Ainsi, 1000 m2 de la partie résidentielle d’une villa ont été investigués. Fondé durant le Ier s. ap. J.-C., l’édifice connaît ensuite une série de modifications avant de décliner à partir du IIIe siècle. Durant l’Antiquité tardive, l’évolution de la villa est obscure mais le site reste fréquenté et voit la construction d’un ou plusieurs bâtiments sur poteaux. L’occupation du haut Moyen Âge, reconnue sur 1,3 ha, est établie le long de la façade est du bâtiment antérieur et est constituée principalement de cabanes excavées, de puits, de silos et de constructions et aménagements sur poteaux.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1. Présentation

1.1. Contexte géographique, géologique et topographique

1La commune de Juvigny est localisée en partie orientale du Bassin parisien, sur le plateau crayeux champenois constitué de formations du Crétacé supérieur. Le substratum crayeux est incisé par les cours de la Marne et de ses affluents. Le paysage se caractérise par un plateau mollement ondulé, formé de la succession de collines séparées par des vallons et des vallées peu profonds (fig. 1).

Fig. 1. Localisation de l’opération archéologique (DAO : N. Achard-Corompt, Inrap, et SRA Champagne-Ardenne).

2Le lieu dit « les Monteux » est situé dans la vallée alluviale de la Marne, sur sa rive droite, à une altitude de 79 m NGF. Le cours actuel de la Marne, distant d’environ 1,5 km de la zone fouillée, dessine dans le secteur de Juvigny une vallée large de 3 à 4 km. La migration et les incisions de son cours et de celui de ses affluents tout au long du Quaternaire ont participé au modelé du paysage actuel et à la mise en place d’un système de terrasses étagées où apparaissent des nappes d’alluvions d’âges différents.

3L’emprise fouillée, d’une assiette de 1,9 ha, se situe sur la basse terrasse, à la limite ouest de la moyenne terrasse, dans un secteur où les alluvions anciennes sont recouvertes par les alluvions actuelles. Le terrain est plat, ponctué de petites dépressions comblées, dont une au moins témoigne d’un ou d’épisodes relativement humides illustrés par la présence d’une sédimentation semi-tourbeuse.

4Les sols de la basse terrasse sont peu évolués et noyés une partie de l’année par les crues. Les observations pédologiques et géologiques menées lors de la fouille n’ont cependant pas mis en évidence d’épisodes de crues dans le secteur fouillé.

5À l’est de la vallée, le plateau crayeux s’élève doucement pour atteindre l’altitude moyenne de 125 m NGF. Les sols développés sont des rendzines grises ou des rendzines brunes ou rouges. Si « la végétation climacique a disparu depuis fort longtemps (…) [les sols] sont aisés à cultiver et la porosité de la craie permet une excellente réserve hydrique et une remontée capillaire facile » (LAURAIN et alii, 1985, p. 28).

1.2. Contexte archéologique rapproché : les installations antérieures à La Tène finale

6Deux fosses à la morphologie spécifique attestent la fréquentation du lieu au Mésolithique (fig. 2).

Fig. 2. Les différentes occupations fouillées à Juvigny « Les Monteux » (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).

7Au Néolithique, une ligne de fosses de chasse, Schlitzgruben ou « fosses à profil en Y », traverse l’emprise fouillée, selon un axe nord-sud. Quelques indices mobiliers signalent la proximité d’une occupation de même chronologie, déjà envisagée lors du diagnostic (VERBRUGGE, 2006, p. 27) par la découverte d’un paléosol recelant des artefacts du Néolithique et de l’âge du Bronze.

8La période hallstattienne est illustrée par un enclos palissadé disposant d’une entrée aménagée de poteaux formant un bâtiment. Le mobilier céramique et la configuration particulière des vestiges sont comparables à des établissements agricoles hallstattiens constitués d’un ou plusieurs enclos renfermant des unités de stockage aérien (DESBROSSE, RIQUIER, 2012).
À partir de La Tène D1b/D2, le secteur connaît une occupation quasi-continue pendant près de dix siècles.

9Le site de Juvigny se trouve sur le territoire des Rèmes et dans la cité gallo-romaine avec Reims pour capitale. Situé à une dizaine de kilomètres de Châlons-en-Champagne, il est probable qu’il se trouve plus tard dans l’emprise de la ciuitas Catuellaunorum. Cette ciuitas, issue d’un démembrement de celle des Rèmes, est sans doute créée dès l’époque de Dioclétien et certainement avant le milieu du IVe siècle (PETRI et alii, 2006, p. 16).

1.2.1. Des témoignages mobiliers limités : une information à manier avec précaution

10Le haut degré d’érosion des vestiges archéologiques révélés à Juvigny, ainsi que la superposition des multiples occupations, entravent la mise en évidence des différentes phases d’installations. Le mobilier archéologique est mélangé et il est parfois impossible de déterminer s’il est in situ, en position résiduelle ou intrusif. À cela s’ajoute la faiblesse quantitative des lots céramiques pertinents attribuables à une date précise. L’attribution chronologique de la plupart des faits repose donc sur un nombre limité de restes céramiques, ce qui laisse planer un doute sur la validité de la datation.

  • 1 NMIp : nombre minimum d’individus céramiques pondéré (ARCELIN, TUFFREAU-LIBRE, 1998). Correspond au (...)

11Pour l’ensemble des 994 structures fouillées :
- 44 ont livré du mobilier daté, entre autres, de La Tène D1/début époque romaine ;
- 47 ont livré du mobilier attribuable, entre autres, au Haut-Empire ;
- 53 ont livré du mobilier rattachable, entre autres, au Bas-Empire ;
- et 73 ont livré du mobilier attribuable, entre autres, au Moyen Âge (Ve-XIIe siècle).
Dans 80 % des cas, les effectifs céramiques attribuables à une période distincte sont inférieurs à cinq individus en NMIp1 (fig. 3).

Fig. 3. Diagrammes circulaires des effectifs des ensembles céramiques par valeur NMIp.

12Les exemples où le mobilier céramique découvert, parfois supérieur à six individus en NMIp, n’a aucun lien chronologique avec la structure qui le contient sont nombreux. Il faut donc corréler les informations issues de l’analyse du mobilier et la position stratigraphique de ce dernier avec le type de structure pour distinguer les faits dépendants effectivement d’une chronologie précise.

13Les datations radiocarbone effectuées sur des graines conservées dans des structures de stockage illustrent la limite d’une datation fondée sur des lots céramiques aussi restreints. Ainsi deux silos dont le comblement était daté du Bas-Empire ont basculé aux IXe-Xe siècles ap. J.-C. après analyse radiocarbone.

14En définitive, le mobilier céramique est en place dans un peu plus d’un tiers des cas de La Tène D1b au Bas-Empire et dans les deux tiers des cas pour le haut Moyen Âge.

15La cartographie des restes céramiques figurant au préalable de chaque chapitre illustre la distribution spatiale du mobilier datant et propose une critique des informations qui en résultent.

2. L’installation de La Tène finale et du début de l’époque romaine

16La Tène D1b marque le début d’une occupation du secteur qui durera près de dix siècles. L’installation laténienne est en partie masquée et détruite par les aménagements gallo-romains.

2.1. Distribution spatiale du mobilier céramique : faiblesses et atouts

17Les restes céramiques relatifs à cette phase sont concentrés dans la partie médiane du décapage, au niveau d’une dépression naturelle (st.538) sur laquelle sera construite l’aile sud-ouest du bâtiment gallo-romain. Hors de ce secteur, le mobilier provient principalement du fossé 339, de puits et de fosses d’extraction localisés au sud-est de la dépression sus-nommée (fig. 4 et 5). Dans la partie nord-ouest du décapage, les restes céramiques, dont l’effectif ne dépasse jamais l’unité, figurent dans le comblement de structures gallo-romaines et alto-médiévales. Il faut également exclure de cette phase les vastes excavations 2047 et 2042, mises en place ultérieurement. Ces dernières, à l’instar des dépressions naturelles 2096 et 2405, ont piégé une grande quantité de mobilier, toutes périodes confondues.

Fig. 4. Répartition en NMIp du mobilier céramique attribué à La Tène D1b/D2a (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).

Fig. 5. Les vestiges archéologiques attribués à la période La Tène D1b/D2a (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).

18On distingue trois lots céramiques importants regroupant respectivement 124 (st.538), 24 (st.339) et 20 individus en NMIp (st.2067). Le premier, daté de La Tène D1b au tout début de l’époque romaine, provient du comblement supérieur de la dépression naturelle 538 (US00) (fig. 6).

Fig. 6. Échantillonnage du mobilier céramique issu de l’horizon 00 et du fossé 339 (dessin et infographie : C. Perrier, M. Saurel, Inrap).

19Très sombre, limoneux et charbonneux, cet horizon pourrait correspondre à un niveau de circulation, recouvert par un limon brun-roux, mis en place ou tout du moins renforcé lors de l’implantation de la construction sur fondation en craie du Ier s. ap. J.-C. L’ensemble est enrichi d’un fragment d’une fibule de Nauheim en alliage cuivreux (type 5a : FEUGÈRE, 1985), de deux monnaies gauloises (Potin LT 8124 et LT 9078) et de deux rouelles en potin à quatre rayons. Le second lot, attribué à La Tène D2 et au tout début de la période romaine, provient du fossé 339, qui borde à l’ouest la dépression 538 et traverse le secteur décapé selon un axe NNE-SSO. Le dernier ensemble daté La Tène D2, constitué entre autres de deux cols complets d’amphore Dressel 1b associés stratigraphiquement à une jatte, est issu du comblement du puits 2067 localisé au sud-est de la dépression (fig. 7).

Fig. 7. Échantillonnage du mobilier céramique issu du puits 2067 (Dessin et infographie : C. Perrier, Inrap).

20La distribution spatiale des rouelles et du numéraire gaulois hors st.538 reprend celle du mobilier céramique.

2.2. Une occupation centrée sur un enclos palissadé

2.2.1. L’enclos 271

21Un enclos trapézoïdal marqué par un petit fossé palissadé ouvert vers le nord-ouest (fig. 4 et 8) a été installé au niveau de la dépression 538. Son angle ouest recoupe un double alignement de poteaux orienté nord-ouest-sud-est. La relation qu’il entretient avec le fossé 339 est difficile à appréhender ; les deux ensembles sont orientés différemment.

Fig. 8. Coupes stratigraphiques réalisées sur le tracé de l’enclos trapézoïdal laténien (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).

22Le tracé de l’enclos est lacunaire, notamment au niveau de l’angle est, et devient difficilement lisible au niveau du bâtiment gallo-romain et de la dépression naturelle. Le retour sud-ouest, s’il a existé, a été détruit par les aménagements postérieurs. À partir des vestiges conservés, il est possible d’envisager en espace enclos avoisinant a minima 475 m2.

23L’accès, matérialisé par une interruption du fossé, mesure 1,60 m de largeur. Un poteau vient recouper l’extrémité nord-est du fossé sans qu’il soit possible d’affirmer un lien entre sa présence et un système d’ouverture. La largeur des sections du fossé oscille entre 0,36 et 0,40 m, la profondeur conservée n’excède pas 0,30 m, avec un minimum de 0,10 m sur certains tronçons du bras sud-est. Les coupes longitudinales ont montré la présence de surcreusements rapprochés circulaires ou quasiment circulaires pouvant correspondre à des trous de poteau. Ceux-ci, associés au petit gabarit du fossé, qui réclame un aménagement pour être fonctionnel, conduisent à proposer une fonction de tranchée de fondation de palissade pour ce fossé.

24Deux restes céramiques et des os humains, notamment les éléments d’un crâne en connexion, ont été découverts dans le fossé. Les premiers suggèrent un comblement durant la seconde moitié du Ier s. av. J.-C.

2.2.1.1. Les structures comprises dans l’enclos

25L’intérieur de l’enclos est occupé par au moins trois constructions sur poteaux porteurs. À 10 m au nord-ouest de celles-ci prend place une concentration de creusements ne montrant aucune structuration particulière (fig. 9).

Fig. 9. Les bâtiments laténiens localisés à l’intérieur de l’enclos trapézoïdal (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).

26Six trous de poteau sont susceptibles d’appartenir à un bâtiment (B2) mesurant 5,20 m x 3,66 m. Sur le flanc est, deux creusements formant une avancée trapézoïdale peuvent être interprétés comme les vestiges de parois rejetées ou d’un pan coupé. L’espace délimité par les six poteaux principaux est de 24 m2.
Les deux fragments de céramique découverts dans le trou de poteau 331 suggèrent un comblement durant La Tène D2. Ils sont en adéquation avec la datation suggérée par le type morphologique du bâtiment.

27Inclus dans l’emprise de cette construction, quatre creusements constitueraient un second bâtiment (B3) de 4,50 m x 1,90 m, soit une superficie de 8,55 m2. En l’absence de relation stratigraphique entre B2 et B3, on ne peut se prononcer sur l’antériorité d’une construction par rapport à une autre. La localisation des structures 388 et 317 suggère un lien avec B3, peut-être une rénovation.

28Les trous de poteau 303, 304 et 500 peuvent être associés à B2 ou à B3. Plusieurs combinaisons sont possibles. Les trois structures entrent dans la constitution de la paroi ouest de B2 mais rien architecturalement n’explique la présence de ces trois supports rapprochés. Les creusements 303 et 500 pourraient appartenir à B3 et marquer l’emplacement d’un accès. Dans cette option, le poteau 304 serait alors rattaché à B2. La superposition des bâtiments 2 et 3 assure une reconstruction ou une rénovation d’un bâtiment, suggérant une volonté de pérenniser l’installation.

29L’ensemble 4 est construit selon le schéma du bâtiment 3. Son plan est lacunaire, le poteau manquant ayant pu disparaître lors de la mise en place du bâtiment du Haut-Empire. Il mesure 3,46 m x 1,60 m, soit une superficie de 5,53 m².
Les comblements des trous de poteau des ensembles 3 et 4 ne fournissent aucun élément permettant d’émettre une hypothèse quant à leur période de fonctionnement. Seuls des restes fauniques et des fragments de terre cuite architecturale non identifiables ont été découverts dans le remplissage de plusieurs d’entre eux. Ils sont recoupés par les structures gallo-romaines du Ier siècle ap. J.-C. Leur structuration et leur localisation les relient à l’installation de la fin de La Tène.

30Le puits 462 prendrait place au sein de l’espace palissadé mais en raison de l’absence du retour sud-ouest du fossé, ce rattachement demeure à l’état d’hypothèse (fig. 10).Toute la partie supérieure de la structure a été détruite par le bâtiment gallo-romain. En plan, le puits mesurait 1,60 m x 1,40 m. Aucun relevé de la coupe n’a pu être enregistré, cette dernière étant ennoyée. Le creusement se distinguait parfaitement du substrat par un comblement charbonneux et des parois parfaitement verticales. Le fond de la structure se situe à environ 2,50 m du niveau de sol actuel, soit aux alentours de 75,94 m NGF.

31Le comblement a révélé neuf formes céramiques attribuables à La Tène D et au tout début de l’époque romaine. Parmi les restes fauniques (32 NR), des traces de découpes on été observées sur une scapula de bœuf, un fémur de chien et peut-être sur un radius d’équidé. Enfin, le premier tiers proximal d’un fémur gauche d’adulte humain a été découvert dans le remplissage.

32Il n’est pas exclu, vu sa localisation et le mobilier contenu, que ce puits ait servit de fosse à déposition ; il peut également avoir été le réceptacle de matériaux issus du nettoyage des bâtiments voisins. Le comblement charbonneux signale des activités de combustion dans le secteur.

2.2.2. Les structures implantées hors enclos

33Les puits
Une série de cinq puits (st.2056, 2057, 2067, 2110 et 2402) localisés au sud-est de l’enclos trapézoïdal et au nord-est du fossé 339 a livré du mobilier céramique attribué à La Tène finale. Aucun n’a conservé d’aménagement (fig. 10). Les niveaux supérieurs des puits 2056 et 2402 ont été détruits par la mise en place des vastes fosses 2041 et 2047 à l’époque romaine.

Fig. 10. Localisation des puits laténiens (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).

  • 2 Le toit de la nappe phréatique à l’été 2010 se situait aux alentours de 76,80 m NGF.

34La profondeur des creusements des puits varie entre 75,95 et 76,57 m NGF 2 (fig. 11). La structure 2067 semble établie un peu plus haut par rapport à l’ensemble des puits de cette phase. On est en droit de se demander s’il s’agit bien d’un puits, d’autant qu’elle renferme un mobilier céramique assez particulier (voir infra).

Fig. 11. Altitude d’établissement des puits laténiens ou du tout début de la période gallo-romaine.

35Au sud de l’enclos, les puits constituent les seuls vestiges laténiens observés. Il est surprenant de constater qu’aucun autre type de structure n’a été révélé dans ce secteur. L’érosion et/ou des aménagements ultérieurs ne peuvent expliquer cette absence, même si certains puits ont été fortement perturbés par des excavations de l’époque romaine.

36Le fossé 339 (fig. 5)
Il traverse le décapage selon un axe NNO-SSE et son tracé est légèrement curviligne. À la hauteur du bâtiment romain qui le recoupe, il est constitué de deux fossés, l’ensemble atteignant 2,50 m de largeur pour une profondeur conservée d’environ 0,50 m. La puissance des fossés varie et, passé le bâtiment romain, au sud, un seul fossé, au tracé diffus, est visible. Il est masqué par des fosses plus récentes. Le type de comblement et l’absence d’aménagement suggèrent un fonctionnement en mode ouvert. Le doublement du tracé sur certaines sections, notamment à l’aplomb de l’enclos trapézoïdal, signale une volonté de pérenniser l’aménagement. Il constitue peut-être une limite à l’implantation laténienne car toutes les structures attribuées à cette phase prennent place au nord-est de ce fossé. Le mobilier céramique place le comblement de ces fossés à la fin de La Tène D2.

2.3. Une installation au statut restant à définir

2.3.1. Un mobilier spécifique

37Toutes les catégories en présence sur les habitats contemporains figurent à Juvigny parmi les rejets de vaisselle (SAUREL, 2012) : stockage (dolium), commune culinaire (pots et écuelles/jattes), mi-fine tournée ou non et fine tournée (vases fermés, bol), amphores. L’élément le plus significatif est sans doute la présence non négligeable d’amphores italiques. De façon générale pour La Tène D, on ne rencontre souvent que quelques restes réduits dans les contextes de La Tène D1 (D1b pour l’essentiel), attestant une circulation limitée qui se développe ensuite à La Tène D2, mais quelques sites au statut particulier peuvent présenter des amphores italiques en quantité non négligeable dès une période précoce. Ainsi, le fossé du site d’enclos artisanal à caractère aristocratique de Ronchères « Le Bois de la Forge » (Aisne), dont le développement se situe en particulier à La Tène D1b-début D2, a livré 20 % d’amphores (en particulier de types italiques anciens) en NMI bords sur l’ensemble de la céramique (HÉNON, 2010). La proportion est beaucoup plus réduite ici et dans un contexte tardif où l’amphore est plus répandue. Seuls les deux cols d’amphores presque entiers associés à une jatte, dans l’US 1 de la structure 2067, pourraient suggérer un dépôt d’une nature un peu particulière difficile à interpréter (SAUREL, 2012).

38Ces observations ne signifient pas nécessairement que le site n’ait pas une fonction ou un statut particulier. En effet sur le sanctuaire de Nitry (NOUVEL, 2011) dans l’Yonne, la céramique commune, parfois hors d’usage, constitue l’essentiel des dépositions.

39Sur les quinze monnaies gauloises découvertes et identifiées (GADAUT, 2012), douze sont rèmes, deux sont leuques et une est sénone. La découverte de monnaies sénones et leuques n’est pas une surprise en territoire rème, car des liens commerciaux existaient entre ces peuples voisins et, de ce fait, le monnayage limitrophe pouvait circuler d’un territoire à l’autre.

40La moitié du monnayage rème est attribuable au type bronze coulé LT 8124. C’est la monnaie la plus répandue sur ce territoire et son succès ne s’est pas arrêté aux frontières de la tribu ; on la retrouve sur une bonne partie du territoire celtique. Fabriquée dès la fin du IIe siècle av. J.-C., elle est couramment retrouvée sur des sites datés du Ier siècle av. et Ier siècle ap. J.-C. Il faut signaler également un exemplaire du potin LT 7388 et LT 7405 rème fabriqué à partir du dernier tiers du IIe siècle av. J.-C.

41Les cinq monnaies rèmes restantes sont toutes des bronzes frappés qui apparaissent vers le début du 2ème quart du Ier siècle av. J.-C. ou au moment de la Guerre des Gaules (LT 8082 – LT 8054 / SST série 147, classe I fig. 521, classe II fig. 522-523 et classe III fig. 524 / DT 594 à DT 596) (LT 8030 / Scheers 77, série 152 / Doyen 1987 classes 1 à 19 / DT 180 à DT 187, série 30) (LT 8040 / SST série 146 fig. 519-520 / DT 593) (LT 7739 / SST série 151 fig. 530-531 / DT 232 et 233 x 2).

42Les trois monnaies sénones et leuques sont fabriquées à la fin du IIe siècle av. J.-C. et au début du Ier s. av. J.-C. et comme le LT 8124, elles ont connu un beau succès de diffusion dans la Gaule celtique et la Gaule Belgique. Il est courant de retrouver des potins ‘au sanglier’ ou ‘à la tête d’indien’ ailleurs que sur le territoire leuque ou sénon.

43Huit rouelles ont été découvertes dont l’une possédait encore un élément de fixation en fer. De module quasi-identique entre elles, ces rouelles peuvent être fabriquées sur place. Cependant, aucun vestige ne l’atteste à Juvigny. Ce type d’objet, lorsqu’il n’est pas seul et isolé, est à rattacher à la présence d’un sanctuaire ou d’un lieu de culte où il sert d’offrande (GADAUT, 2012).

44Des ossements humains ont été découverts dans le comblement des fossés de l’enclos trapézoïdal, au niveau de la dépression naturelle et dans le puits 462. L’étude anthropologique (DESBROSSE-DEGOBERTIÈRE, 2012) a montré qu’il y a au minimum deux individus adultes concernés par ces restes osseux (fig. 12).

Fig. 12. Os humains erratiques découverts dans les structures laténiennes.

45La découverte de restes humains en contexte d’habitat n’a rien d’exceptionnel (LAMBOT, MÉNIEL, 2000, p. 108). Néanmoins, on relève à Juvigny la présence d’un frontal humain (horizon 00) comportant des perforations volontaires. Deux arguments s’opposent au clouage en tant que modalité de fixation contre un support : d’une part l’existence d’au moins deux perforations et leur localisation ne vont pas dans ce sens ; d’autre part le transpercement a été réalisé à partir de la face endocrânienne au moins dans un cas, ce qui n’est pas en faveur du clouage d’un bloc cranio-facial intact - celui d’un fragment restant néanmoins toujours possible. Il semble plus probable qu’il s’agisse de trous de suspension, qui ont par exemple pu servir à passer des liens souples (DESBROSSE-DEGOBERTIÈRE, 2012).

46La distribution spatiale du mobilier métallique est calquée sur celle des structures laténiennes et ne présente à première vue aucune spécificité, combinaisons ou concentrations particulières. Cependant, elle découle en grande partie du déplacement de divers matériaux consécutif aux restructurations de la partie sud-est de la villa, soit au niveau de l’enclos trapézoïdal, au début du IIe s. ap. J.-C. Ainsi, le comblement sommital du puits 307 dont sont issus une monnaie rème et deux rouelles, est constitué de l’US00 perturbée lors de la mise en place des bains gallo-romains. Un même constat peut être dressé pour une partie des matériaux constituant le remplissage des vastes structures 2405, 2047, et 2042. Cette dernière, par exemple, a servi de réceptacle à des matériaux de démolition également en lien avec la mise en place des bains. Les rouelles et les monnaies proviendraient donc essentiellement de la zone enclose, à l’image des ossements humains découverts dans le remplissage du fossé 271, dans l’US00 de st.538 et dans le puits 462.

47L’absence d’arme ou d’objet lié à la vie militaire est à signaler. On note simplement que le mobilier métallique découvert dans l’US00 de st.538 comprend, en plus de la fibule de Nauheim, deux fragments d’un couteau en fer portant des traces de découpes volontaires. Y figurent également des fragments d’objets en fer (plaque et tige) non identifiés.

48L’ensemble des structures laténiennes comptabilise 147 restes osseux animaux dont quarante-sept n’ont pu être identifiés (BANDELLI, 2012). Les caprinés dominent avec trente-huit restes, suivis par le bœuf (vingt-cinq restes) et le porc (vingt et un restes). Les équidés sont représentés par treize restes. Deux ossements de chiens et une phalange de cervidé sont également mentionnés. Les espèces et les parties anatomiques présentes, ainsi que les traitements post-abattage observés, ne distinguent en rien ces ossements des restes fauniques observés sur un site d’habitat pour cette période.

2.3.2. Les constructions sur poteaux : une comparaison possible

49Si les plans des ensembles construits en matériaux périssables inscrits dans 271 sont similaires à ceux des habitats contemporains, ils trouvent également des parallèles avec les constructions observées dans l’ensemble cultuel de Nitry « Champagne » (Yonne ; NOUVEL, 2011, p. 551), notamment avec les aménagements interprétés comme des annexes au sanctuaire, localisés dans l’angle sud-ouest de l’enclos. Outre la structuration du bâti porteur, on remarque une superposition identique à B2 et B3 (états 5 et 6 à Nitry). Ces constructions sont datées de la première moitié du Ier s. ap. J.-C. À Juvigny la quasi-absence de mobilier céramique de l’époque augustéenne et de la première moitié du Ier s. ap. J.-C. suggère un rattachement de ces aménagements sur poteaux à la période laténienne.

2.3.3. Datation et hypothèse de fonctionnement de l’ensemble

50Les éléments céramiques les plus précoces de l’US00 pourraient remonter à La Tène D1b, vers le passage du IIe au Ier s. av. J.-C. Certains types communs, comme le pot arrondi à col concave (fig. 6, n° 4) ou le rebord de dolium assez étroit (fig. 6, n° 15), trouvent en effet des comparaisons à La Tène D1 et une forme d’écuelle carénée tel que l’exemplaire n° 11 (fig. 6) hérite de productions La Tène C. Cette datation serait compatible avec la présence sur le site de fibules de Nauheim caractéristiques de l’horizon La Tène D1b (MOREAU, SAUREL, 2012). Cependant, les éléments les plus notoires se situent plutôt dans une phase globale La Tène D1b-D2a.

51Le numéraire découvert ne va pas à l’encontre de la fourchette chronologique proposée. La présence de bronzes coulés et frappés rèmes pourrait indiquer un fonctionnement pré- et post-Conquête. L’absence de rouelles en plomb, caractéristiques des contextes augustéens sur le sanctuaire de la Villeneuve-au-Châtelot (PIETTE, DEPEYROT, 2008), et de monnaies produites durant le règne augustéen est un argument supplémentaire en faveur d’un fonctionnement de l’ensemble avant l’avènement de l’Empire.

52Une datation radiocarbone (Poz-46420 : 2090 ± 30 BP) effectuée sur un charbon de bois issu du fond du fossé 339 vient étayer les intervalles chronologiques suggérés ci-dessus, en plaçant le démarrage du comblement du fossé dans l’intervalle 196 à 42 av. J.-C. (probabilité à 2 sigma).

53La succession des constructions au sein de l’enclos permet d’envisager un fonctionnement durant une petite cinquantaine d’années. Aucune rénovation n’ayant été constatée sur l’aménagement palissadé, la durée d’occupation pourrait être cependant plus courte. Il n’est pas exclu toutefois que l’ensemble ait fonctionné un temps sans cette démarcation.

  • 3 Éléments peut-être plus spécifiquement présents en Gaule Belgique.

54Les dimensions de la surface enclose et les constructions en matériaux périssables évoquent l’ensemble fouillé à Nitry (NOUVEL, 2011). Ce sanctuaire, localisé en limite de cités lingonne et éduenne, est installé à proximité d’une ancienne nécropole dont la fondation et le fonctionnement demeurent flous. À la fin du IIe siècle av. J.-C., l’ensemble est structuré par un fossé délimitant une aire d’environ 400 m2. Celui-ci est ensuite doublé d’un talus puis d’une palissade au cours de La Tène D2. Au centre se succèdent des constructions de plan carré simple, avec utilisation de matériaux périssables dans un premier temps, puis d’éléments maçonnés. Des bâtiments annexes sur poteaux sont construits autour de l’aménagement central. L’ensemble cultuel fonctionne jusqu’à la fin du Ve siècle ap. J.-C. Les dépositions sont modestes : 122 monnaies pour six siècles d’occupation, peu d’éléments d’importation, présence anecdotique de fibules et absence de rouelles 3. En revanche, la vaisselle commune est présente en masse. Enfin, le cheptel sacrifié est constitué exclusivement de porcs et de caprinés.

55On peut également comparer les vestiges de Juvigny à un ensemble éloigné de 12 km au sud-est de ce dernier, également en vallée de la Marne, sur l’actuel territoire de Sarry (DUROST et alii, 2011). Un fossé, non palissadé, matérialise sur trois côtés un espace trapézoïdal d’environ 435 m2 de superficie. À l’intérieur est établie une construction sur poteaux de plan légèrement trapézoïdale, de 9,50 m x 7,50 m. Au nord-ouest de cet aménagement prennent place quatre fosses dont trois ont livré des rouelles en plomb en chapelet (vingt-huit individus), deux monnaies romaines et trois monnaies rèmes frappées, ainsi que des restes de faune (porc et caprinés). L’ensemble du mobilier permet de proposer une datation intégrant le dernier quart du Ier av. J.-C. et peut-être légèrement au-delà. L’assemblage du mobilier découvert à Sarry est similaire à celui identifié à Juvigny, à l’exception des restes osseux humains. La plus grande différence entre les deux sites est la structuration des aménagements intra-enclos, qui est beaucoup plus significative à Sarry qu’à Juvigny.

56Les éléments à disposition conduisent à proposer pour le site de Juvigny l’existence d’un lieu de culte laténien. Le temple et les lieux de dépositions nous échappent car l’essentiel de l’installation a été effacé par le bâtiment édifié durant la seconde moitié du Ier s. ap. J.-C. L’étude du faciès monétaire, les offrandes modestes laissent à penser que le sanctuaire a connu un rayonnement local, impression confirmée par les fouilles et les prospections qui n’ont, pour le moment, jamais révélé d’importants habitats laténiens dans le secteur.

3. L’exploitation agricole gallo-romaine

57Vu la rareté des découvertes de mobilier daté de la période augustéenne et de la première moitié du Ier siècle ap. J.-C., un hiatus entre l’installation gauloise et la mise en place de la villa est possible.
Comme pour la période laténienne, nous dresserons un bref bilan relatif aux ensembles céramiques et monétaires découverts pour la période romaine.

3.1. Bilan informatif du mobilier archéologique

58Pour le Haut-Empire, seuls trois ensembles rassemblent dix, ou plus, vases céramiques. Le premier est une vaste fosse d’extraction (st.2235 ; dix individus en NMIp) recoupée par d’autres structures du même type. Le second est un niveau de démolition (st.340 ; seize individus en NMIp) qui recouvre le fossé 339 à l’ouest du bâtiment, et la dernière est une dépression (st.2051 ; vingt et un individus en NMIp) anthropisée depuis la fin de La Tène finale et comblée en partie avec du mobilier provenant de la restructuration du bâtiment, notamment un important dépôt d’enduit peint. L’emprise spatiale considérable occupée par ces trois ensembles peut en partie expliquer le nombre relativement conséquent, par rapport au corpus étudié, de restes céramiques découverts dans leur comblement (fig. 13).

Fig. 13. Répartition en NMIp du mobilier céramique attribué au Haut-Empire (IIIe siècle compris)(DAO : Achard-Corompt G. et N., Inrap).

59Dans vingt-six cas, le mobilier céramique est attribué à la période du Haut-Empire sans plus de précision, faute d’élément typo-morphologique signifiant et sur la base de critères essentiellement techniques (catégories et groupes de pâtes). Il est interprété comme résiduel quand il provient du comblement des fonds de cabanes ou encore du fossé 270 qui recoupe la villa et rejoint un réseau de fossé attribué au haut Moyen Âge. En définitive, huit ensembles céramiques sont datés assez finement (amplitude chronologique de 50 ans), les autres étant attribués à un siècle en particulier.
Le mobilier métallique, notamment le numéraire, ne remédie pas à cette carence d’information puisqu’aucun monnayage des deux premiers siècles de notre ère n’a été découvert.

60Concernant le Bas-Empire, le bilan céramique est légèrement plus positif car, bien qu’il soit constitué de séries peu abondantes, ces dernières regroupent de bons marqueurs chronologiques. À l’instar de la période précédente, seuls trois ensembles comptent au moins une dizaine de pièces en terre cuite (fig. 14). Le nombre d’ensembles comprenant de deux à neuf individus NMIp est plus élevé que pour le Haut-Empire, mais néanmoins les attributions chronologiques reposent sur peu d’éléments.

Fig. 14. Répartition en NMIp du mobilier céramique attribué au Bas-Empire (seconde moitié du IIIe au Ve siècle compris)(DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).

  • 4 Il s’agit d’une monnaie de Valens (375-378) issue du comblement du puits 307 daté du Haut-Empire (I (...)

61En revanche, dix-neuf monnaies frappées entre 268 et 402 (FILIPIAK, 2012) ont été isolées (fig. 15). Quatre d’entre elles peuvent être qualifiées de résiduelles (st.214, 254, 379 et 2318), trois autres4 proviennent du comblement sommital des structures. Huit monnaies sont en adéquation avec la datation céramique, trois autres constituent, avec des fragments de tegulae, les seules indications chronologiques pour le trou de poteau 2097 et les puits 2197 et 2198. La dernière se présente comme l’unique élément datant du fossé 12.

Fig. 15. Points de découverte du numéraire du Bas-Empire (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).

  • 5 Étude W. Tegel (laboratoire Dendronet) datation sur aubier (TEGEL, 2012, p. 437-442).
  • 6 Sur aubier, non sur cambium.

62Aux apports du mobilier céramique, il faut ajouter celui de la dendrochronologie5. Les puits 37 et 347 ont en effet livré des bois imbibés mais seuls les éléments ligneux du premier comportaient un nombre de cernes suffisant pour proposer une datation6. L’abattage des arbres utilisés pour le cuvelage a été réalisé vers 148 ± 10 ap. J.-C.

  • 7 Poz-53868 : 1025 ± 25 BP et Poz-53869 : 1115 ± 30 BP

63Quel est le degré de fiabilité d’une datation obtenue à partir d’un ensemble céramique aussi réduit ? On peut assurément répondre qu’il est faible dans un contexte de longue durée comme celui de Juvigny. Raphaël Durost l’a démontré en comparant, pour une même structure du site de Semoine « la Voie Palon » (Aube), la datation établie à partir du mobilier céramique avec celle issue d’une analyse radiocarbone sur un charbon de bois provenant du niveau renfermant le tesson céramique : les fourchettes chronologiques ainsi obtenues différent sensiblement (DUROST, 2007). Une expérience similaire a été conduite sur deux silos de Juvigny inscrits dans des petites batteries ayant livré des tessons céramiques rattachables au Bas-Empire, à l’exception d’un seul individu daté du VIIIe siècle. Le décompte des céramiques contenues dans chacun des faits oscillait entre un et sept individus, auxquels il faut ajouter de nombreux fragments de tegulae et même dans un cas, une monnaie de Constantin. La mesure radiocarbone réalisée par le laboratoire radiocarbone de Poznań (Pologne), sur deux graines carbonisées provenant du fond des silos 2261 et 2274, indique 1115 ± 30 BP et 1025 ± 25 BP7, soit un fonctionnement durant les IXe et Xe siècles.

64Faut-il pour autant écarter de notre réflexion tous les ensembles pauvrement dotés en mobilier archéologique ? Certainement pas, car cela conduirait à ne plus utiliser les données issues des nombreux sites ruraux fonctionnant sur la longue durée ; il faut faire preuve de prudence, éviter la datation par rattachement spatial sur des gisements à occupations multiples et, quand cela est possible, procéder à une analyse radiocarbone.

65À Juvigny, l’étude des relations stratigraphiques vient pallier un tant soit peu les carences de repères chronologiques, mais n’autorise pas une analyse fine de l’évolution de l’habitat. Les conséquences en seront une chronologie de la mise en place des différents aménagements un peu floue et le recours fréquent à des hypothèses d’évolution et de fonctionnement des occupations. La restitution de l’évolution de l’installation nécessite également une description plus étendue des vestiges afin d’expliquer le rattachement des faits à une phase spécifique.

3.2. La mise en place de l’exploitation agricole dans le courant du Ier siècle ap. J.-C.

66L’installation romaine semble débuter par la refonte du parcellaire, illustrée par le creusement du fossé 377 qui occupe l’angle sud-ouest du décapage (fig. 13). Dépourvu d’aménagement, il a été suivi sur 130 m de longueur. Les restes céramiques, les relations stratigraphiques établies entre les différentes structures fossoyées ainsi que la localisation du fossé permettent de proposer une mise en place au début de la période antique (Ier siècle) et un fonctionnement durant l’époque gallo-romaine. Cette installation s’accompagne de la construction d’un grand bâtiment sur fondation en craie.

3.2.1. Une date de fondation à préciser

67Les quelques productions céramiques découvertes sur le site, attribuées à la période flavienne, marquent le renouveau de l’occupation du site. Cependant, ces témoignages demeurent rares et il faut chercher ailleurs les indices relatifs à la date de fondation de l’établissement gallo-romain. L’étude des rejets d’enduits peints et des niveaux de démolition suggère une réfection ou une restructuration du bâtiment au début du IIe siècle, voire dès la toute fin du Ier siècle ap. J.-C. La construction du bâtiment peut donc être placée durant la seconde moitié du Ier siècle ap. J.-C. En cela, il ne se démarque pas des autres établissements ruraux sur fondations en pierre reconnus dans la région Champagne-Ardenne, ni de la plupart des sites à constructions maçonnées du nord de la Gaule (FERDIÈRE et alii, 2010, p. 401).

3.2.2. Un vaste bâtiment dont ne subsistent que les fondations en craie

68Le bâtiment orienté NO-SE se développe sur près de 52 m de longueur et sur 17,50 m à 21 m de largeur. L’édifice se poursuit au nord-ouest, hors de la surface fouillée. La superficie bâtie reconnue avoisine les 1000 m2. Les substructions encore présentes laissent supposer l’existence d’au moins vingt-six pièces et espaces de circulation (fig. 16, 17 et 18). Le bâtiment comportait sans doute un étage.

Fig. 16. Cliché de la villa, vue du nord-ouest (crédits photographiques : Inrap).

69L’état de conservation de la construction est relativement médiocre puisque, hormis un lambeau de sol au niveau de la pièce V (fig. 17), un aménagement en pierre meulière (pièce A) et deux pièces excavées (st.471 et la pièce T), seules les fondations subsistent.

Fig. 17. Plan masse de la villa de Juvigny « Les Monteux » (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).

70À l’extrémité sud-ouest du bâtiment devait prendre place un secteur balnéaire qui a subi des remaniements dont les différentes étapes sont difficiles à retracer vu l’état de conservation des vestiges. Lors de la première opération de fouille, il nous avait semblé que le bâtiment se prolongeait au sud-est de la pièce T. Ceci n’a pu être confirmé en 2010, cette zone ayant été détruite entre les deux campagnes archéologiques (tireté bleu, fig. 17).

71Les fondations assises sur le sommet de la grave sont réalisées principalement à l’aide de blocs et de blocaille de craie déversés dans les tranchées. Des horizons plus fins et contenant un peu de limon, interprétés comme des niveaux de damage du matériau crayeux, viennent s’intercaler entre les divers versements. Les fondations des pièces A, 471 et une partie de celles de la pièce T ont été réalisées à l’aide de blocs de meulière liés au mortier de tuileau (A et T) ou de chaux (st.471). Seuls les soubassements en meulière ont été l’objet de récupération. Cependant, les fondations et la préparation de la pièce A sont en partie conservées : l’appareil extrêmement résistant qui les constitue pourrait avoir entravé les tentatives de récupération.

3.2.3. Proposition de restitution du bâtiment résidentiel et de son évolution dans le temps

3.2.3.1. Un plan symétrique

72Selon Véronique Gaston-Brunet, auteure de l’étude architecturale du bâtiment (GASTON-BRUNET, 2012), « l’édification de la villa se fait selon un schéma régulateur régulièrement rythmé. On retrouve dans la longueur trois espaces de 8 m d’entraxe (soit 27 pieds). La première travée est formée par l’aile nord et les pièces I, J et K ; restituable par un bâtiment à toiture en bâtière (à double pente à 25°) dont la hauteur sous plafond est estimée à 7 m (24 pieds). Elle trouve son symétrique dans l’aile sud et l’association des pièces B, C, D1, D2. Enfin, la travée axiale est matérialisée par la grande salle G1 » (fig. 17).

73Le bâtiment comporte une galerie (L), ouverte vers le nord-est, de 31 m x de 3,5 m. Elle est prolongée à chaque extrémité par une petite pièce rectangulaire (M et R). Du côté sud-est, une autre galerie (E) a été édifiée. Plus petite, sa partie centrale est en renfoncement par rapport à la ligne de la façade. Un fragment de base de colonne d’ordre toscan a été découvert dans l’emprise de la plus vaste galerie.

74À ce bâtiment venait peut-être s’adjoindre une autre construction prolongeant l’ensemble au nord-ouest. En effet, en limite de l’emprise fouillée, au niveau de la berme nord-est située à la hauteur de la coupe 54, un départ de mur en craie a été observé (st.464) indiquant le développement d’une construction qui n’a pu être étudiée, puisque localisée hors de la zone prescrite. La construction se développait peut-être selon un plan en L mais cette hypothèse est difficile à étayer uniquement à partir des données de la fouille. Il peut également s’agir d’un bâtiment postérieur à la villa.

Fig. 18. Dimensions des différentes pièces de la villa.

75La symétrie de la construction est remarquable. Au cœur du bâtiment, possiblement desservi par les deux galeries, se trouve la plus grande pièce (G1) d’une superficie de 8,50 x 6,50 m, soit 55,25 m2. L’axe de symétrie du bâtiment passe par son centre.
De part et d’autre de cette pièce, on remarque que la disposition des salles varie légèrement. Au nord, l’espace est divisé en trois pièces H, G2 et st.471, mais le plan initial ne devait comporter que les deux premières ; la salle 471 pouvant être un ajout postérieur. La relative étroitesse de la salle G2 (1,50 m) suggère une fonction de couloir ou une cage d’escalier. Jouxtant ces pièces prennent place trois salles en enfilade, dont deux (I et K) de dimensions quasi identiques, encadrant la pièce J plus allongée et d’une surface plus réduite (30 m2). Les deux premières pourraient avoir été desservies par l’hypothétique couloir G.2. Au niveau des fondations nord-ouest des pièces J et K, nous avons pu observer la présence de trois trous de poteau (st.371 à 373) installés dans les massifs crayeux. Le puits 375 et le fossé 370 viennent perturber les fondations. Une autre perturbation est à noter dans ce secteur avec la présence du puits 519 qui vient recouper le mur nord-ouest de la petite galerie.

76L’agencement des pièces formant le pendant des pièces I, J et K, au sud-est de G1, diffère donc quelque peu. Accolée à cette dernière, on trouve la salle F, seconde pièce du bâtiment par la superficie occupée (46,75 m2). Les pièces D1 et D2 occupent l’emplacement de la salle K. La largeur de la salle D1 est supérieure de 0,50 m à celle de la pièce G2 et ne correspond pas forcément à un couloir. Sur leur coté ouest prend place la pièce C, dotée de trois aménagements rectangulaires énigmatiques qui occupent une surface équivalente à celle des pièces I et K, soit 38,50 m2. Elle est jouxtée par la pièce B, large de 1,50 m (à l’instar de la pièce G2), qui pourrait relier la salle A à la petite galerie arrière. L’analyse des fondations et notamment des liens entre les différents murs a montré que, si l’on excepte la galerie arrière (E), les deux pièces attenantes et la pièce excavée 471, cette partie du bâtiment a été construite d’un seul tenant. En effet, les lits de craie déversés dans les fondations sont continus entre les différents murs.

77Au nord-ouest sont localisées les salles P, O, N et Z. De cette dernière nous savons peu de choses car elle prend place en limite de décapage. Elle serait longue (?) de 8,50 m, et correspondrait soit à un couloir, soit à une grande pièce comme G1 ou F dont elle possède la longueur. Les petites pièces N et O, de 7,50 m2 chacune, prennent place entre la salle Z et le bloc central du bâtiment. Elles sont prolongées vers le sud-ouest par la pièce P qui mesure 13,50 m de longueur. Son développement vers le nord-ouest est inconnu mais aucun mur de refend n’a été observé. Son extrémité sud-ouest forme une avancée rectangulaire sur la façade arrière. S’il s’agit d’un couloir, il faut noter qu’il est plus large d’un mètre que G2, mais n’atteint pas la largeur des galeries L et E. Les fondations viennent buter contre celle du bloc principal mais sont liées entre elles ainsi qu’avec celles de la galerie L.

78L’extrémité sud-est de la villa a subi des réaménagements et des récupérations de matériaux qui entravent la lecture de l’agencement des pièces. Ce secteur pourrait avoir été dévolu aux bains.
Les pièces S, Y, X, W et A font écho aux pièces P, O et N du nord-ouest de la villa. L’aménagement ou le réaménagement des pièces disposées au sud-est a nécessité la reprise des fondations en craie de l’angle sud-ouest du bâtiment qui ont été remplacées par des substructions en meulière liées au mortier de tuileau. L’agencement précis de cette partie du bâtiment n’est pas connu. On peut suggérer la présence d’une baignoire dans la pièce A, au niveau de l’excroissance rectangulaire marquant la façade, sans toutefois en apporter la preuve. Aucun système de chauffage par le sol, de chambre de chauffe, de canalisation et autres n’a été conservé. On ne connaît pas le système d’alimentation en eau (puits ?) ni sa circulation au sein de du bâtiment. Seuls des pilettes d’hypocauste et des fragments de suspensura, rejetées entre autres dans les fosses 517 et 524 de la pièce V, témoignent d’éléments de confort et de la présence d’un balnéaire.

79Quant aux pièces U, V, W, X, l’analyse des relations entre les différentes tranchées de récupération montre qu’il y a différentes étapes de construction. L’une d’entre elles comprend les pièces W et U (qui ne formaient alors qu’une seule pièce ?) et dont la clôture sud-est s’alignerait avec celle de la pièce T. Cette pièce aurait été détruite ou seulement partitionnée par la mise en place de la pièce V. Au vu du mobilier contenu dans les structures 517 et 527 incluses dans la pièce V, ces remaniements ont entraîné la restructuration ou la destruction d’une pièce mosaïquée disposant d’un chauffage par le sol. Véronique Brunet-Gaston conforte les hypothèses proposées ci-dessus et suggère une fonction de réservoirs d’eau pluviale pour les structures 517 et 524.

3.2.3.2. Proposition d’évolution de la construction

80Cette proposition s’appuie uniquement sur l’étude des fondations et des différentes relations stratigraphiques observées. À partir de ces observations, trois phases principales de construction se dégagent (fig. 19).

Fig. 19. Évolution de la construction romaine (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).

81Premier état : milieu du Ier siècle ap. J.-C. ? Il correspondrait à la construction d’un grand bâtiment doté d’une galerie. Long de 37 m pour une largeur maximale de 16 m (environ 555 m2), il disposerait de onze pièces en plus de la galerie, et serait assis sur des fondations en craie parfois fortement ancrées. Aucun secteur balnéaire ne peut lui être associé.
Le moment de la mise en place de la pièce excavée 471 est difficile à définir. Il est possible qu’elle fasse partie de l’édifice originel.

  • 8 Chronologie illustrée par le mobilier céramique (amphore Dressel 20 de Bétique, amphore Gauloise 4 (...)

82Deuxième état : début du IIe siècle ? On assiste alors à l’adjonction de la galerie orientée au nord-est et de deux ailes au bâtiment, dont une comportant des bains (?). L’emprise de la construction reconnue lors de la fouille serait d’environ 1000 m2.
Un important niveau de démolition (st.340) consécutif à l’adjonction des ailes et du secteur balnéaire (?) vient buter sur les fondations de l’aile sud-est de la villa. Il contient de nombreux fragments d’enduits peints et un mobilier céramique datés de la fin du Ier et du début du IIe siècle ap. J.-C.8. Cet ensemble illustre les remaniements qui affectent la villa au tournant du IIe siècle ap. J.-C. Il est contemporain de ceux observés dans la fosse d’extraction 2051 et dans la cave 2052 que nous décrirons ultérieurement. Il semble que l’on puisse également rattacher à cette phase le colmatage du puits 307 (fig. 13), devenu peut-être encombrant avec l’agrandissement de la construction.

83Troisième état : non daté. Le secteur des bains est restructuré. « Le parcours du balnéaire présumé est modifié : la toiture de la pièce W est surbaissée et ses eaux pluviales récoltées par st.524. Cette partie du bâtiment change d’orientation : U, V forment désormais une grande pièce (st.517 est comblé) » (GASTON-BRUNET, 2012). Le plan de l’édifice et son emprise au sol semblent identiques à la phase précédente.

3.2.4. Les autres vestiges du Haut-Empire : une dispersion des indices

84Caractérisés par leur dispersion sur les flancs nord-est et sud-est de la villa, ces vestiges apportent peu d’éléments quant à la restitution de la structuration de l’établissement du Haut-Empire (fig. 13).

  • 9 Sigillée Chenet 324 ; céramique à pâte kaolinitique (CSBL ; BIEGERT et alii, 2004) dont une assiett (...)

85Hormis les structures 519 et 307 déjà évoquées, cinq autres puits peuvent être associés à cette phase. Le mobilier céramique suggère un comblement durant le Haut-Empire et le IIIe siècle (fig. 20). L’analyse dendrochronologique réalisée par W. Tegel sur le cuvelage en bois du puits 37 situe sa mise en place aux alentours de 148 ± 10 ap. J.-C. D’après le mobilier en céramique, le colmatage a débuté durant la seconde moitié du IIIe siècle9.

Fig. 20. Localisation des puits du Haut-Empire (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).

  • 10 Pierre de calcaire oolithique vacuolaire, plus ou moins coquillier, du jurassique (étage Portlandie (...)

86Le puits 154 se distingue par la présence d’un cuvelage constitué principalement de pierres de Savonnières10, également utilisées pour le bâtiment résidentiel (fig. 21).

Fig. 21. Niveau supérieur du puits 154 (crédits photographiques : Inrap).

87Les quinze assises de 7 à 15 cm de haut constituant le conduit reposent sur un bloc de calcaire rectangulaire massif (1,24 x 1,06 x 0,30 m), évidé en son centre (perforation de 0,63 m de diamètre). La partie supérieure du puits a été récupérée. Les deux assises supérieures sont liées au mortier de tuileau, l’appareillage du reste du puits étant à joints vifs. Sur les 170 blocs constituant le cuvelage, dix-neuf portent des incisions ayant pour fonction de faciliter l’accroche du mortier. Ce dispositif étant inutile pour un puits, le matériau proviendrait d’un stock destiné à une construction ou de récupération. Cette hypothèse est renforcée par l’utilisation dans le cuvelage de plusieurs blocs provenant du sciage d’un tambour d’une colonne (GASTON-BRUNET, 2012). Les blocs ne portant pas de traces de mortier, ni les séquelles d’un prélèvement brutal ou d’arrachage, il est vraisemblable qu’ils aient été découpés ou redécoupés (?) explicitement pour le puits. Il aurait été aménagé durant le Haut-Empire, conjointement au bâtiment résidentiel et avec les mêmes matériaux (blocs surnuméraires ?). L’utilisation de mortier de tuileau et les techniques de construction employées confortent cette hypothèse sans toutefois la prouver.

Fig. 22. La cave 2052 (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).

  • 11 Un fragment de gobelet Hees 2 en paroi fine d’Argonne, une lèvre d’amphore vinaire de Narbonnaise e (...)

88Le bâtiment abritant la cave 2052, colmatée à la fin du Ier et au début de IIe siècle, n’a laissé aucune trace (fig. 22). D’après le mobilier archéologique céramique11 et les fragments de peintures à fond blanc contenus dans le remplissage de la structure excavée, la restructuration de la construction l’abritant serait contemporaine de celle du bâtiment résidentiel voisin, soit du début du IIe siècle.

89Cet édifice plus modeste pourrait appartenir à une série de constructions s’alignant selon un axe nord-est/sud-ouest, perpendiculairement au bâtiment principal. Les indices venant étayer ce postulat sont cependant extrêmement ténus : ils reposent sur la localisation de la cave 2052 et l’existence de trois structures linéaires alignées, deux fossés et un solin observés en limite de décapage (st.2058, 2123 et 2233, fig. 13 et fig. 25).

90Un bassin d’agrément ?
La fosse 366 aménagée à l’ouest du bâtiment possède une morphologie assez singulière (fig. 23). D’une longueur de 34 m pour une largeur oscillant de 2,30 à 2,70 m, elle est conservée sur 0,90 m de profondeur. Le fond est plat et les parois sont verticales dans leur partie inférieure. Le mobilier se résume à des fragments de tegulae, de dalles de pierre de Savonnières, des blocs de meulière et sept tessons céramiques d’époque romaine, sans datation précise. Le comblement est à dominante argileuse et montre des épisodes de stagnation d’eau. Aucun aménagement n’a été remarqué.

Fig. 23. Le bassin d’agrément 366 (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).

91Cette structure trouve des similitudes morphologiques avec les fosses 278 et 289 du site du « Marais de Dourges » dans le Pas-de-Calais (BLANCQUAERT et alii, 2007 p. 211-217). Ces dernières, aménagées durant la période romaine à proximité d’une villa, sont interprétées comme des carrières. Cependant, concernant Juvigny, une autre hypothèse est possible. L’implantation de 366 dans l’axe de symétrie de la villa et son isolement l’apparentent à un bassin d’agrément localisé au centre d’un jardin, à l’image du bassin-canal de la villa de Caumont-sur-Durance (Vaucluse ; DESSALES, 2011) traversant tout le jardin péristyle en son centre. À Juvigny, si le creusement a été aménagé, il n’en subsiste aucune trace, à l’instar des aménagements paysagers qui devaient s’étendre autour. La présence de cette infrastructure souligne le caractère particulier de l’installation romaine des « Monteux ».

92Enfin, outre la fosse 2051 (fig. 13), toute une série de structures d’extraction ont fonctionné durant le Haut-Empire. Au nord-est de la villa, elles possèdent un creusement rectangulaire, des parois verticales et un fond plat. Leur comblement est constitué de couches homogènes à granulométrie interne identique, signalant le rejet de matériaux triés. Deux fosses ont été colmatées à partir d’un même lieu de versement se situant à l’interface des deux creusements. Le sommet du monticule consécutif à ces versements a été ensuite érodé (fig. 24).

Fig. 24. Les structures d’extraction du Haut-Empire (DAO : G. et N. Achard-Corompt ; crédits photographiques : Inrap).

93Leurs dimensions sont difficiles à restituer car elles ont été perturbées par des aménagements alto-médiévaux. Les creusements ne vont pas en dessous de la cote de 77,60 m NGF et le matériau extrait est une grave sableuse irrégulière. Plus d’une centaine de fosses rectangulaires similaires, agencées en longues bandes sur une superficie d’environ 3800 m2, a été fouillée sur la pars rustica de la villa de Plichancourt « Les Monts » (GESTREAU, JÉMIN dir., 2009, p. 85-99). À Juvigny, l’implantation des caissons est moins dense et plus irrégulière, peut-être parce qu’il s’agit d’une exploitation réduite en possible lien avec la construction de l’établissement antique. Une extraction à vocation commerciale n’est pas totalement à exclure car les caissons fouillés sont localisés en limite du décapage archéologique et de ce fait, susceptibles de se poursuivre au-delà.

3.2.5. Pars urbana et pars rustica

94La structuration de l’établissement est difficile à restituer. En effet, la localisation de la pars rustica demeure problématique (fig. 25). À partir des données collectées lors du diagnostic et de la fouille, il apparaît que l’établissement ne se développe pas vers le sud-ouest comme aux « Petits Didris » à Cernay-lès-Reims, bien que le bâtiment principal possède un agencement identique à celui des « Monteux ».

Fig. 25. Hypothèse de restitution de l’installation du Haut-Empire (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).

  • 12 La datation de cet axe de circulation n’est pas établie.

95Le diagnostic a cependant révélé, à 160 m au sud-est du fossé 377 - soit à plus de 200 m de la villa - l’existence d’au moins deux bâtiments sur fondations en craie de taille modeste contemporains de la villa. Orientés différemment de celle-ci, ils semblent trop éloignés pour en constituer la pars rustica. Seul un chemin bordé de fossés12 est signalé entre ces deux points de découverte. Sur le décapage, les rares vestiges attribués au Haut-Empire autres que la partie résidentielle sont localisés sur le flanc est du bâtiment résidentiel et pourraient correspondre à la pars rustica. Elle se déploierait alors vers le nord-est et ne serait pas alignée sur les côtés du bâtiment résidentiel mais outrepasserait les limites de la construction, comme cela a pu être observé quelques fois (VAN OSSEL, DEFGNÉE, 2001, p. 226 ; ROMANS, DERKS, 2011, p. 84). Une autre hypothèse est envisageable : le bâtiment principal serait établi sur le grand côté et non pas sur le petit côté de la cour agricole. La pars rustica se développerait alors de part et d’autre du bâtiment, en direction du sud-est et du nord-ouest (VAN OSSEL, DEFGNÉE, 2001, p. 226 ; ROMANS, DERKS, 2011, p. 95).

96L’emprise considérable des constructions fouillées à Juvigny distingue cet établissement des autres installations gallo-romaines de Champagne crayeuse. Implantés dans la même entité géographique mais hors vallée de la Marne, les établissements antiques de Sillery « le Clos Harlogne » (ACHARD-COROMPT et alii, 2009) et de Cernay-lès-Reims « Les Petits Didris » (KOEHLER et alii, 2004) possèdent des bâtiments résidentiels plus modestes, de 20 m de longueur environ sur 15 m de largeur (Cernay-lès-Reims). La superficie de l’établissement de Cernay correspond strictement à la partie centrale du bâtiment mis au jour à Juvigny. La disposition des pièces est également très proche. La présence d’un potentiel bassin d’agrément, aménagement jusqu’ici inconnu en Champagne, est également à souligner.

3.3. Au IIIe siècle, modification de la physionomie de l’établissement

97À partir du IIIe siècle, d’importantes modifications sont apportées au bâtiment principal.
Un puits (st.519), dans la galerie E, est aménagé et colmaté à la fin du IIe siècle ou durant le siècle suivant d’après le mobilier céramique. Il porte atteinte à une partie des fondations en craie (fig. 26). Il est possible qu’au même moment la partie nord du bâtiment ait été profondément remaniée, avec le creusement du puits 375 et des trous de poteau 371 à 373 au niveau des pièces J et K. Les éléments recueillis au cours de la fouille ne viennent pas préciser la période de fonctionnement de ces structures.

Fig. 26. Localisation des structures aménagées dans la partie nord-ouest du bâtiment (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).

98Les fragments de céramiques exhumés dans le remblaiement de la pièce excavée 471 incluse dans la villa suggèrent son démantèlement et son comblement durant le IVe siècle. Excepté ces tessons céramiques, aucun mobilier archéologique postérieur à la fin du IIIe siècle et antérieur au VIIIe siècle (fossés 254 et 298) n’a été découvert au niveau du bâtiment résidentiel. S’il y a eu occupation de la villa au cours du IVe siècle et ensuite, elle n’a pas été mise en lumière lors de la fouille.

99Les éléments architecturaux (claveaux, clé de voûte, blocs de meulière…) découverts dans le puits 37, dont le colmatage intervient à partir de la seconde moitié du IIIe siècle, évoquent une atteinte à un édifice qui pourrait être le bâtiment résidentiel.

100La répartition du mobilier céramique du Bas-Empire témoigne d’une surreprésentation des restes au niveau de la moitié nord-est du décapage, la situation étant comparable pour le numéraire (fig. 14). Cependant, il est difficile, excepté pour les structures profondes comme les puits, de confirmer l’attribution chronologique de certains vestiges dont le comblement a livré du mobilier du Bas-Empire en aussi faible quantité (voir supra).

3.3.1. Les puits

101Trois des quatre puits sont localisés au nord-est du bâtiment résidentiel, le dernier prenant place le long de la façade sud-ouest (fig. 27). Si l’on excepte 2158bis, le comblement des puits est constitué pour partie de blocs de meulière, de calcaire ou de craie et de nombreux fragments de tegulae ainsi que de fragments de tubuli pour 2260.

Fig. 27. Localisation des puits du Bas-Empire (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).

  • 13 Bols Chenet 320 ornés à la molette, céramique à revêtement argileux, commune kaolinitique « craquel (...)

102Le comptage céramique oscille entre deux et onze individus et indique un comblement s’échelonnant entre le IIIe et le Ve siècle13. Pour tous les puits excepté 2158bis, il apparaît que le diamètre du creusement mis en œuvre est toujours plus imposant que le conduit cuvelé final. Les restes de bois découverts dans les puits 2260 et 347 suggèrent un cuvelage en matériaux périssables, à l’image du puits 37 aménagé durant le IIe siècle (voir supra). Le puits 2158bis pourrait avoir été cuvelé à l’aide de rameaux de bois tressés. Les cotes d’établissement du fond de ces puits sont proches de celles observées pour le Haut-Empire, soit entre 75,80 m et 76,25 m NGF.

3.3.2. Les structures de combustions

103Quatre fours creusés en sape associés chacun à une fosse de travail peuvent appartenir à cette phase (fig. 28). Leur attribution au Bas-Empire repose sur le mobilier céramique découvert dans les niveaux correspondant à l’effondrement de l’aire de chauffe pour l’un d’entre eux et dans le comblement des fosses de travail attenantes pour les trois autres.

Fig. 28. Localisation des fours domestiques attribués au Bas-Empire (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).

104Les restes céramiques sont rares et potentiellement résiduels. Parmi cet ensemble de structures de combustion, les repères chronologiques les plus fiables concernent le four 2332 et sa fosse de travail 2331 (Chenet 341 en céramique commune sombre) (fig. 29). Les soles sont constituées d’une fine couche d’argile d’1 à 2 cm d’épaisseur. Aucune ne présente de trace de rechapage. Elles sont toutes planes, de plan quasiment circulaire, avec un diamètre variant d’1,20 à 1,48 m. L’absence de cendre et de charbon de bois dans l’aire de chauffe suggère une cuisson par rémanence. Les fours 2213 et 2237 sont peut-être attenants à des cabanes excavées (?) comportant des poteaux axiaux. Ces deux derniers fours sont implantés sur des fosses d’extraction du Haut-Empire, remblayées par le rejet de matériau trié (voir supra).

Fig. 29. L’ensemble de combustion 2331-2332 (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).

3.3.3. Le retour à des constructions sur poteaux

105Pour le Haut-Empire, aucun bâtiment sur poteaux n’a été relevé ou conservé sur l’emprise fouillée. L’Antiquité tardive pourrait marquer le retour de ce type d’architecture.

3.3.3.1. Un ou plusieurs bâtiments sur poteaux

106En limite nord-ouest du décapage archéologique, un ensemble de vingt-cinq creusements, disposés selon quatre lignes parallèles de longueurs inégales, marque l’ossature d’un bâtiment sur poteaux, dans un secteur dépourvu de vestiges du Haut-Empire. L’orientation du bâtiment 1 est calquée sur celle de la villa, soit NNE-SSO (fig. 30).

Fig. 30. Le bâtiment 1 : structuration et datation (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).

107La construction se compose de trois espaces longitudinaux de dimensions inégales. L’espace central, large de 2,70 m, compte cinq travées d’1,50 m à 3 m de largeur. Les trois travées au sud occupent une superficie identique, soit 2,70 m x 3 m x 3, équivalant à un total de 24,3 m2. Les deux dernières travées sont plus réduites (2,25 m x 2,70 m et 1,50 m x 2,70 m), occupant 10,125 m2 environ. La nef nord-ouest est plus réduite encore (entre 2 m et 2,50 de largeur) et compte uniquement trois travées possédant des dimensions voisines, représentant une superficie d’environ 17 m2. Il est possible que le fond de cabane 118 ait détruit le pendant occidental du poteau 117 (fig. 30). À l’autre extrémité, les faits 73, 74, 77 et 78 pourraient être les derniers vestiges de creusements. Au sud-ouest, quatre poteaux de taille réduite, grossièrement alignés et disposés à une distance allant d’1 m à 1,60 m de la structure principale, limitent un espace approchant les 8,40 m2. Le puits 105, à l’instar du fond de cabane 118, masque ou a peut-être détruit un poteau inscrit dans le prolongement des quatre précédents. La surface totale couverte pouvait donc atteindre près de 43 m2, un peu plus si l’on intègre les faits 73 et 74.

108Les espaces les plus imposants constituent la nef centrale et une partie de la nef occidentale. Les négatifs de poteaux observés ont un diamètre compris entre 0,20 m (st.85A) et 0,40 m (st.99A). Ce sont également les structures les plus fortement ancrées. Les structures les plus réduites sont celles limitant le petit côté sud-est.

109Le bâtiment 1 a connu vraisemblablement une réfection, marquée par le doublement des poteaux 81, 99, 101 et 102, à moins qu’il ne s’agisse des témoignages de constructions successives.

110Les comblements entre les différentes travées sont semblables et constitués de limon brun fortement chargés en grave. Des blocs de meulières et des fragments de tuile (de la tegula pour les trous de poteau 103 et 116) participent au calage des poteaux. Le substrat porte une marque de rubéfaction d’environ 1 m de diamètre au niveau de la seconde travée de la nef centrale qui pourrait correspondre aux traces laissées par une structure de combustion de type foyer. Aucun aménagement n’a été remarqué à sa hauteur.

  • 14 Probabilité à deux sigma :
    - poteau 82 : Poz-46415 : 1770 ± 30 BP soit après calibration entre137-34 (...)

111Les comblements de quatre creusements de poteau ont livré un reste de céramique (st.87, 99A, 99B et 104) (fig. 30). Les trois premiers appartiennent à des panses de cruches en céramique claire mi-fine ne permettant pas de préciser la datation au sein de la période romaine. En revanche, le fragment de plat/poêlon (Reims J40) découvert au niveau supérieur du comblement de la structure 104 autorise une datation de la seconde moitié du IIIe ou du IVe siècle. Afin de préciser la chronologie du bâtiment, trois analyses radiocarbone ont été réalisées sur des charbons de bois provenant du comblement des structures 82, 103 (nef principale) et 98 (bas côté nord-ouest), malheureusement dépourvues de négatif. Les intervalles14 calibrés avec une probabilité à deux sigma sont compris entre 137-390 AD. En combinant les trois dates sur le logiciel Oxcal v.4.2.4, on obtient l’intervalle suivant, à 1 sigma : 251-326 AD. Ce bâtiment aurait été édifié ou détruit à partir de la seconde moitié du IIIe siècle et le début du second quart du IVe siècle. La position du fragment céramique provenant de la structure 104 irait dans le sens de la seconde hypothèse (destruction).

112Au nord-ouest du bâtiment 1, un alignement de poteaux d’une dizaine de mètres de long partageant un comblement, des calages et une orientation similaire à celle de l’édifice décrit ci-dessus, suggère la présence d’une seconde construction sur poteaux (fig. 30).

3.3.4. Les fosses

  • 15 st.2047, 2226, 2254, 2270, 33, 2037, 2264, 2186bis, 2187, 2275-76, 2238 et 2313.

113Quatre fosses de grande envergure et huit autres15, plus modestes, ont livré du mobilier céramique du Bas-Empire (fig. 14). Les plus imposantes sont liées à l’extraction de grave sableuse. Elles sont morphologiquement distinctes.

114st.2047 se présente comme une vaste dépression de 16 m de diamètre d’une profondeur maximale d’1,50 m. Le remplissage comporte des litages horizontaux contenant peu de mobilier archéologique. D’après les éléments céramiques, le comblement aurait débuté durant la seconde moitié du IIIe siècle. Le puits 2358 alto-médiéval qui perce le comblement de 2047 assure que ce secteur était remblayé à cette période.

  • 16 Sigillées tardives (Chenet 320, 324, 326, 328) et céramiques à revêtement argileux d’Argonne (Chene (...)

115Les fosses 2270 et 2226 se présentent sous la forme de creusements allongés de plan rectangulaire, orientés nord-est-sud-ouest. La première, de dimensions et de profondeur plus modestes, est dépourvue d’aménagement. Le comblement homogène est constitué d’un limon marron parsemé de galets. La date du colmatage de 2270 au cours du troisième tiers du IVe siècle est étayée par une quinzaine d’individus16. La seconde (fosse 2226) mesure 13 m de longueur pour une largeur maximale de 2 m. Elle est conservée sur 0,80 m de profondeur. Elle présente sur le fond de son extrémité sud-ouest un aménagement (?) constitué de blocs de craie disposés sur environ 1,60 m de longueur (fig. 31-32). Quelques restes de faune sont mêlés à ce niveau. Aucune explication ne peut être avancée concernant cet empierrement qui n’est relié à aucun aménagement particulier. L’attribution chronologique de 2226 est sujette à caution vu le nombre de restes céramiques (quatre individus en NMIp) découverts.

Fig. 31. La fosse 2226 et les structures adjacentes (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).

116Localisée à proximité des fosses d’extraction à caisson du Haut-Empire (voir supra), 2254 est dotée d’une morphologie complètement différente des autres fosses. Irrégulière et peu profonde, elle est également dépourvue d’aménagement. Sa fonction reste à définir ; un lien avec l’extraction de grave est envisageable.

Fig. 32. Cliché du niveau empierré aménagé dans la partie sud-ouest de la fosse 2226 (crédits photographiques : Inrap).

117La fonction de huit structures de tailles plus modestes est également inconnue. Même si cela est regrettable, l’information fournie par leur distribution spatiale permet d’envisager le déploiement de l’établissement au Bas-Empire (voir infra). La fosse 33, localisée pratiquement dans l’angle nord-est du décapage, est, avec le bâtiment décrit plus haut, une des rares structures de cette phase dans ce secteur.

3.3.5. Une difficile restitution de l’établissement du Bas-Empire

118Restituer la physionomie du bâtiment résidentiel durant le Bas-Empire est compliqué. Les témoignages de récupération de murs et l’installation de puits en des lieux surprenants évoquent une restructuration profonde de l’édifice. Cependant, les niveaux de sols n’ayant pas été conservés, rien ne permet de certifier que l’intégralité de la construction est à l’abandon ou en cours de démantèlement. Le bâtiment sur poteaux doté d’un foyer a été édifié dans un secteur n’ayant pas livré de vestiges de construction pour le Haut-Empire. Outre le fait de marquer une réorganisation de l’établissement, il signale l’utilisation de ce type d’architecture légère pour la période romaine tardive.

119Le mobilier et les structures découvertes laissent à penser que l’assiette de la villa est occupée par des bâtiments d’une exploitation agricole tardive, alors que le bâtiment résidentiel du Haut-Empire est progressivement abandonné et démantelé. En cela, l’évolution de l’installation des « Monteux » est conforme à ce qui a été observé sur un grand nombre d’établissements gallo-romains du nord de la Gaule (VAN OSSEL, 1997, p. 98-104).

3.4. Une villa au pays des Rèmes

  • 17 Peut-être le site de Betheny « sous les Vignes », diagnostiqué en 2008 par Yoann Rabasté, Inrap. À (...)

120L’établissement de Juvigny « Monteux » est une des rares véritables villae fouillées sur le territoire rème. Les nombreuses opérations d’archéologie préventive réalisées sur ce secteur ont mis en évidence de multiples établissements agricoles de tailles modestes, parfois structurés « à la romaine », comportant notamment la division pars urbana/pars rustica, des équipements de type hypocaustes et des roches décoratives d’importation entre autres, mais jamais de construction se développant sur une surface aussi considérable. L’exploitation de la plaine crayeuse à l’aide d’un semis de petites installations semble un fait démontré par l’archéologie (OUZOULIAS, VAN OSSEL, 2007 ; OUZOULIAS, 2011). À titre d’exemple, une étude récente (ACHARD-COROMPT, en cours) des alentours de la capitale des Rèmes a prouvé que les campagnes autour de Durocortorum/Reims ont été mises en valeur à l’aide d’un réseau de petites exploitations agricoles dont la surface d’assiette atteint rarement 1 ha. Aucun vestige d’établissements agricoles de grande ampleur (de type villa) n’est identifié dans la zone d’étude, que ce soit pour le Haut ou le Bas-Empire17. La première moitié du Ier et la seconde moitié du IIIe siècle ap. J.-C. voient le plus grand nombre d’exploitations en cours de fonctionnement. On note également une baisse de fréquentation des sites au IIe siècle (problème de taphonomie ? modification des techniques de construction ?). La période augustéenne inaugure un mouvement de créations et de fréquentation d’installations qui commencera à décroître fortement au début du IVe siècle. La vitalité du réseau de peuplement du Bas-Empire ne semble pas se poursuivre au haut Moyen Âge.

4. L’Occupation alto-médiévale

121L’installation alto-médiévale se développe sur l’emprise de la villa, aucune structure n’ayant été découverte dans le bâtiment résidentiel dont l’orientation majeure semble encore structurer l’organisation des vestiges médiévaux.

4.1. Une désaffection du site entre le Ve et la première moitié du VIIe siècle ?

122Si le nombre de structures contenant du mobilier est plus élevé que celui des périodes antiques, le nombre d’ensembles avec un comptage exploitable est comparable (fig. 3 et 33). Anne Ahü-Delor signale l’indigence des « formes phares du faciès de consommation mérovingien classique (VIe-VIIe siècles) » (AHÜ-DELOR, 2012), la majorité des formes semblant caractéristiques des VIIIe-IXe siècles. À l’instar des époques gauloise et romaine, la compréhension de l’évolution du site des « Monteux » est rendue difficile par l’indigence du mobilier archéologique.

Fig. 33. Répartition en NMIp du mobilier céramique attribué à la période comprise entre le VIe et le XIIe s. (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).

  • 18 Plus des deux tiers des structures du site demeurent non datées faute de mobilier pertinent.
  • 19 Juvigny 2107 (fond du creusement) : Poz-46423 : 1405 ± 30 BP, soit 594 à 668 AD (datation à 2 sigma (...)

123La continuité de l’occupation entre l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge reste à démontrer, même si quelques petits indices étayent cette hypothèse. Il s’agit en l’occurrence de rares fragments de céramiques alliés à la pérennisation d’activités spécifiques sur certains secteurs. Cette apparente désaffection peut s’expliquer en partie par la sobriété du mobilier céramique18 (fig. 3). En effet, l’analyse d’un charbon de bois provenant du fond de cabane excavé 2107, dépourvu de mobilier datant, indique un comblement au cours du VIIe siècle19(durant les trois premiers quarts), période mal renseignée par le mobilier céramique sur le site (fig. 33).

124La distribution spatiale et le nombre de restes céramiques alto-médiévaux suggèrent :
- l’abandon complet, en tant qu’habitat, du secteur résidentiel de la villa ;
- la mise en place d’une installation nouvelle illustrée principalement par des cabanes excavées, des fosses, des puits disposés selon une bande de 30 à 60 m de largeur orientée sur l’axe de l’ancien bâtiment résidentiel ;
- la présence d’un parcellaire matérialisé par des enclos emboîtés ;
- une occupation plus dense entre le dernier quart du VIIe et la première moitié du IXe siècle.

4.2. Les fossés

125Trois structures linéaires peuvent être rattachées à l’occupation alto-médiévale, soit par le mobilier, soit par recoupement stratigraphique. Deux d’entre elles (st.254 et 270) traversent l’espace occupé auparavant par le bâtiment résidentiel pour former des enclos emboîtés qui s’interrompent à la même hauteur (fig. 34). Ces fossés se poursuivent au-delà du décapage en direction du sud-est et du nord-ouest.
Le fossé 259 prend place à l’intérieur de ces enclos. Beaucoup moins marqué, il est lié à un petit espace funéraire.

Fig. 34. Localisation des principaux fossés attribués à la période alto-médiévale (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).

4.2.1. Les fossés 254 et 270

  • 20 Le fossé 254 correspond également à la structure 370 (section NE-SO), 363 et 2014, 2021, 2028 secti (...)

126Sur près de 137 m de longueur (sections NO-SE et SO-NE), le fossé 254 est marqué par un creusement unique20. Il possède un fond plat, des parois évasées et est conservé sur près de 0,70 m de profondeur au niveau de la coupe 1 (fig. 35). Le tracé devient trifide au niveau de la section NO-SE, voire quadrifide dès la coupe 14. Au-delà de la coupe 21, la lecture devient plus complexe. Un seul fossé a été repéré au niveau des coupes 24, 25 et 26. Dans ce faisceau de fossés, il a été impossible de distinguer le tracé de 254 et de 270. On observe simplement que le fossé le plus à l’est des coupes 20 et 21 offre le même profil à fond plat que les fossés 254 et 270.

127Le tracé du fossé 270 débute (?) à la hauteur du fossé 254 (fig. 35). Il parcourt 98 m environ avant d’établir sa jonction avec le fossé 254. Sa morphologie est assez proche du fossé précédent. Il est cependant un peu plus large, atteignant 1,10 m sur certains tronçons, et son ancrage est moindre, avec une profondeur maximale conservée de 0,48 m.

Fig. 35. Échantillonnage de coupes relevées dans les fossés 254 et 270 (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).

128Ces fossés dépourvus d’aménagement fonctionnaient certainement en mode ouvert. Leur comblement est principalement limoneux. Les dix-neuf vases céramiques découverts dans le fossé 254 (avant toute jonction avec un autre fossé) fixent son colmatage au cours du VIIIe siècle. Les trois individus céramiques rattachables au Haut-Empire découverts dans 298 sont résiduels car le fossé traverse les fondations du bâtiment résidentiel et recoupe la cabane excavée 449, datée des VIIe-VIIIe siècles. La mise en place des fossés est donc postérieure aux cabanes datées des VIIe-VIIIe siècles et pourrait coïncider avec le moment où l’occupation alto-médiévale semble la plus dense, soit aux VIIIe-IXe siècles. Leur fonctionnement est peut-être synchrone, mais il n’est pas exclu que 270 illustre une rétraction de l’occupation, ou inversement pour 254. Les deux se raccrocheraient à un réseau de fossés se déployant au-delà de la surface fouillée, à l’image des autres structures du haut Moyen Âge. Ils enserrent peu de structures alto-médiévales (fig. 33) et il est prouvé que leur mise en place a entraîné l’abandon de certaines d’entre elles.

129Les fossés partitionnent l’espace à la lisière de l’habitat et ne semblent pas lis au Badraih e secteu4. Lea zoces encleés dépourques ds vestig,me si il n’es un petiu secteue funéraire (voir infra

3s. Les cabanes excavées

  • 122T18RÉM18 18(...)

20 est orientépercepeiirculailement à lt résidcets gallo-romacle etpaux fossés alto-médiévaue présessés précémlement. d’éts de contersation des cabanes ese vartablee allantees méocaire mapouvsnt. Il est nosible que teur niveau l’ancrage vaeur pour r, même secteu4A avec une superficim Moyaine d4,3943 m2l Les cabanes excavéee

Fig.635.

  • un comblementa majorulailemenunir for,ne est constitué de limon brut assemeurableC-cinq cabanes excavéen sersement possèdant ue remplissage co prenane entre deux esepenunivités stratigraphiqsp>Àde Juvigleo On not (quatre tydes principausees cabanes excavéee

    Fig.734. Localisatios et distributio des cabanes excavée pae typ0 (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).

Lex trous de poteaa sonmofunrgalement d’un petie diamèt,ce fembln se coentér en partie paunolifideancragt dans le substr4). Les poteau. La présence d’unlmoitièrépaisne peut égalemenatétnnguer sEn effles de lissementalliés à lt circuection, misvellt aurait éti perptiemble ce fouiive.

La cabas, 45al rf perer sEs vestigus d’unystblèmu l’ancragtees mx tirs tbaisre matérialisé par deux trous de poteae distfles d1 0,40nt. d’s ctnnement est comparable à eaux observésdeur plusieursduites d‎leci--Frstanc(GENTILIEL, 2997, p.38)rs. Cetteactivitnt est rrobosisée égalemene par l découverteot (quatrpoironçole colé obs rochesetbaisrgrant dans lu comblement es trois cabanesent d’unre ou de potea( (fig.830).

Ces élémen,etoujtliés à le superficis réduit des constructio,ux suggèreeuna fonction autr que cmale d’habit.1. Una fonction d preense,tockcrag(f pourgite, dra,re lum nsreu…)ge, ebili…ne semble plue apppobriive.

l Lemacro-e restet découvert0 illustreeuneactivitndagt départagide d’untockrs d’pen autnt. Is faur signarte également ouobles à ompreuer sEfilffles dpêroche Dane la cabas2211ve.

fra,re la rhotograpeus des différes s tydesees cabaneémontus det reecoupemesux /oudn des Localisatides pvilchg liée( (fig.714). Ler recoupemeris entrs cabanesoeint rass. Les cabanesoeint implanteet principalemens à l’est des enclos alto-médiévaue (voir infraAu nord-oues0 à,25 a>A sud-esf. Les individuia lrvésoeint ras3) et il est possible qut ceia letiment rulette de lmapouvs de contersation des vestig0).

Fig.934. Localisation de podentiEllee teLen au sein de l’occupation alto-médiéval0 (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).

infrae.

(fi 39)et pourrai, indiqsur lx lmisence d’uespacdnde trailnt particuliit en lien avecace fieromeristiqs, vsstst.

254. Les puies

  • Fig4034. Localisation des puits attribués à la période alto-médiévale (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).

20 Le fond les puits alto-médiévaue est ébliis entr76,2,25 8 e77,0,25 NGFn( (fig.41),re légèmvient pluu haue qut pausee la périod précédeales entr75 0,80 8 e76,2,25 N.G.F.)rs. cies laisurraie/sposquer ur niveaep mzos mxramique plus élev>(duran cette période.

Lexamennt du fond ues puitt n’t pa prs éles d’impormeifsépôeiforgaelques laippant sugrtuer lda étérération de matérdeusctérsgeabsne etpaucurlle présente un mobilier archéologiq abopendats. La découverteotr deu pripiements céramiqune sur le fond lee puits 235(boles b norcien banau)70 et 4586ble suement Leur fonctionnemenorrefecfit aux VIIe-VIIIe siècles e>(durant le>-VIIIe-IXe sièclesP pour le autree pui,ar le mobilier archéologiq s previent principalemen du niveascupiuteur de remplissagl et renseiest done sur le momend l’abandofiign54 et dt rembloiement de la structuue. D’après lee restes céramiquet, enaprèe petie nombes, le comblemenl du puit420 isurrais inteuvue>(durant le>-VIIe-VIIIe siècle(r -VIIIe sièces poust.7207 x VIIIe-IXeee.

le mobilier céramique permet da assoguer lu puit420 tpaux folesees caban 26963 e449le. Les troie structure8cheraien aménagesé du VIIe

5ve. Deunivitéu de ockcragn à pacivitrloximitent implantees dans des secteuun réservés

suprale mobilier céramique alto-médiévde.

Fig4234. Localisation desinclos attribué du haut Moyen Ân( (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).

Ces structure/str"icamiqunt possèdant ode ouveieals t peu prèt circuimbesd l1 0,40ls 1,9,70 m de diamèt0). Leévomures de ockcrag onstitusma sont compris entr0 1,10IIeeeeee

  • (st2725: Po53868 102405  25 BPux es(st2610: Po53869 111405 ± 30 .18

l Les pacivitéu de ockcragn desinclos peuvene vaeres du simp au Bourable/aet distributionn e pet Ceunivités évoqie un fonctionnemenu sulistité des individut d’us mêmreecouts. La découverte d’us mêmsépôets dioarctebrûlité dans lesinclosumreecou7t localisgmble pluepau sue semblt coiformet cette hypothèse. Une disatioraéoccharbire sueur le fonctionnemen d’unt des structuresque creecou7s entr80 03 et01668 Ar ave98,2 % m de pbamobitnné ee celui d’unincnt de lb, atri s, vsstu7s entr94703 et00,488 Ar ave97,5 % m de pbamobitnneelu mnvisaleseuesrs évgnemeifidessnt lesinclo sont rs élenaprèe rvu deacro-e restev léontau(WIETHOLDOR, 2012)s eepsatiun faureuleincnt2725e qui t livrt impormeuntockrbrûlit,st constitut principalemen l’o s,êsueu(r (durant du haut Moyen Âge. En effet, même sr lensembee app îoip pour la premièrf boi, en tant dsepérat ns mulervbp>(durant l’Antiquitlen lu deux sonmofunrgalemene femblet parasporentpaus autresepérat le>(duran cette phage. Erevasynes, iingutre derresiedes mulerveuesrs espounrnteés à la périodo-médiévap).

6.1. Les tour209 30 et309s

le fonctionnemenotr deus tours ,issageicucéaiil esaCetstrvIs (st09 30 et309)p>(durant la période alto-médiévap>. sCe sont constitusin d’uns cmombre dcdsstios et d’uns foscdnde trailue. Deu autres tours (st17 25 ett27)ts peuvent égalemena appteniirs à cette phane, mai aucus élémede matéelo une coiforà cette disati>e.

Fig4 34. Localisation def coursomeristiqlos attribué du haut Moyen Ân(oyeeecge)noude podentiEllement alto-médiévan(oyejau)( (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).

20Agrulos mxracis rgicugèeeai (bare, Dantnclusati. . Auc>Le trnce de géragidt n’a étx observe.n> Le pour09 3l possède eesole m delspaoévavoirr 1,5 98 xnt 1,10,ur le autree esont circuimbsne et, vssturant let 1,10 m de diamèt0).

e sièc.1. Les fragments de céramiques provenant de lUS01nt d2310le suemendiemeutiEllemen l’abandonuie poutpaus alentours le>-VIIIe-IXe sièclee.

et laosrtitios stratigraphiq d ces ensemblet non dato,ux(st174-t17 25 es(st227-t226,ux suggèreele fonctionnemen(durant la phasa alto-médiévap>F faute de mobilier datant des cfuensione sont touf boismpossibsnr ave, def cours du Bas-Empirt implantét dans l, même secteu).

7.1. Leensembleseer poteaAO s bâtimente et alignemeis

7.1se. Une construction sur poteau(B6)n associdrs à una cabane excavédtre ty A0

lu bâtimen6ne est constitué dsixes poteaunormndant u-méficendireriangulaiet orients NO-Se à l’instar des cabanes excavé. /aet distance Outre des poteaurscicelle l140ls 1,1,80 8 e, attdan398 m Outre der deuealigifs de poteau( (fig.46mts.

Le constructiomercture98 xn2 0,40re, soi7,2048 m2Enntncluurant la cabane excavleo O, attdanuna surface 10,5048 m2. Il s’agit d’uns constructios de icelln morests dont le superfici, suggèrd (avaagidt ugèrisré obrutpouraisnt d’unhabitati. L l’intgération dt la cabana du bâtimene/sposqns de constructios t soi0 dÀrdelemene omieienglobadatsHorsemit des fragments da e sièc.).

7.2. L ls ensembrB7,ns de constructioe podentiEllement alto-médiéle0

Fig4734. Leensemblen sur poteau(s bâtimente et alignemei)os attribué du haut Moyen Ân( (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).

2s et esnormtué ds deuealigifs de potea,et implanteesys mxramiqlement.edes différes rythmures dt implaisation des structureomporusane0 illustreeaimpossibla>Agranlissemeon du bâtimeninvere le/ord-ouees, voire lsiviensios intnest du bâtimens donc unn partisnteiaurain au ockcrale. Len creusemeéccundeioyanmbler poteaue possèdant ode dimensiim Moyaine d0,4780 xn0 0,40nt. les plus petits élémen,e (s 2925 es(s178, isle fene anc(0,2880 8 e0,3,40 m de diamèt)70 et constiqmen ltxnapximitne/ord-ouest du bâtimets. Lrecuecvece fembln ss de s178nt est coentée pauancragimpormeue. Deunt étifous de poteae eraiene conservurs (s178nttg,8012)afficharans dee diamètsnorrefecfsne d0,1580 8 e0,2048ee.

Le e ou de potea185ui t livrt b norsupeoivréees mmduitt suspimensi,re lèvatrs releviende mms degulaiebestigs attribum sur le secteua aux VIIIe-IXe sièclesLees rattatnemenenchréologiq e repem sur tat uniqrtesstios espouranl Localisation ur ds ensembre sur lsduiee.

(durant le>-VIIIe-IXe sièclesLaie dispiration dt la caban 81s évoqie cmaleas, 00a>Au niveauule bâtime 6re (voir supraeeÀd225 a>A sud-est du bâtimenisurrais implantee ue hypotistiqsgèrisre su (quatrpopoteaud l1 50xnt 7,40 m ds côtet non dat.).

7.3ve. Den alignemeifs de poteant des bâtimen ?0

(durant du haut Moyen Ât9 prnssene placs troin alignemeifs de poteaue 12ls 1340 m de loucte,nt orientsne selon axe NE-SOa( (fig.47mt D du mobilier céramiqus du haut Moyen Ânl a éts découvent dans lu comblement er plusieurs d’entreneuxC Leensemblet pourraiens soi0 dn mduirnt l’espacentrs différe Ceunivitéexploitatis,n, soit correspondrteaus vestigus de/sporehes lxtresapuemiereees bâtimenon, oecorune con sueuer sEs côton d’unvareste construction sur poteauimplantétas"3xn948ee.

7.4se. unolinAO , dv seppqlement dex structures d’habitainvere lu nord-oue ?0

La fouiitt n’frraiqu lfft Lequer une construction sunolinns (s378)esstiturcien nocturu du décapaiu nord-oues( (fig.5230)C constituuede e petdesl Lnts deurra,Lrépgraulen su0,e Daneteer est plu8 e0,1,10 m l’ laisur,à cettx structu,5e qui app îois à le rise de ltntrev léonlr,ne esnaprèe rvantuued dans le substr4)Enn l’ésence ds élémedr datantt il ess dirfimaleeer ladrattatirs , una phass spéos7e. ElIl estéanmoiDantnocrduitd dans lroe loqlement des fras structures alto-médiévalu).

8.1. Les fosss

l Les fossuadrattaaemblet par le mobilies à la période alto-médiévale sont principalement localisest dans le secteus des cabanes excavée( (fig.3). Seulusns les plusstinbiggèsé ee cibsnr apptenamens ,ndu typt particuliiisu sont présess desici-deoulu).

8.1.1. Les foss empuliravées

Les foss ,23270 et 47Ce sont"pacintésatéet pat ue remplissage constitut esvoqie uniqlement esl Lnts deurraet nofréarmpri, maigsebuéfiion dantuurnuna surfacimplale. ieurs dimension difgèree, misvelédopes ent touers pausescimplers qdrriangulaié xdriaeléru se da( (fig.4830).

Fig4834. Les foss t compormeun aaménagemenératalisgnn e petdesl Lnts deurran( (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).

le mobilier datantxyant éts découvertea>Au nord-ouess des deua premièl26. Danetres ssane16101 e21014n dest étifous de poteauxyant étperçusnt. Il est possible qu let loouiit3 eelersl Lnts deurranrraienoLeur des deunnesimpsisnteinteeealcraa>Sinceil n’est poust., 449l dmnulirqlement des ssanenque semblt pat cins à du simp e jfféees matérdnt. Id soirs espondrs à be, snpt particuliit lié laest Acceivitndagt disprrau ln une rise D’p qustarablee/sporentenmeump eotuecve ?esdunptureoir ?14). en liem Outre la structur, 4p> et lt cabane excavé, vsstu7t n’tunt êtrsa epminevu).

8.2esLai fosc4106

cett fos,esstiturt dans ls quaAu nost du décapa,ose, dv seppqen su1,80 xn2ls 3,7540ret pou, unaroe focteumaxe/iablet oura structurinconne)ne d0,0,80 ( (fig.370 e49)ge. ElIl ese trnventée par lu puit72re et peut-êtr pae la fosc71p>s etllag="paîoir recoupae la fosc5260).

e-VIIIe siècles previent deUSginfntérieasé es ménelesLeeu puit72,5e qui t livrt t uniqrv rier céramiq,un auraitunt êtr mblli>(durant d>-VIIIe siècrs. Cette disati,5e que repetéanmoiDanspous prèe rvu ds élémes,st rroboseer lanchréoloent envisavlet à parré du mobilier céramiq,es pour , ls mcragtee (s46ge. ElI="paîoir recoupae la fosc5265e qui t livrà demacro-e restev léontauscharbalissteominevlet par lbllia>Sititurt dans le secteumoiDanr entlemene occup>(durant la période alto-médiéva,à cettvaresta structurl possède eemorphéoloens procen ur certaines ssanes gallo-romacols (s36697,226,u22 270s pour li quluseuna fonctiolocidrs é ltxnaaonctionnt étt envisavu).

9se. un secteufufunrirdrs é l’cquart des structuresomeristiqls

Ln secteufufunrirdrt reecouu (quatrentpulucture/sprè"pasatéet implantees danetdt àroxoximitntuie foss2595e qu9 prend placn dan liaelAu nost de foss254s( (fig.530)Vude l mxaanteee contersation des structuratt il est envisageabnt d’unn partis sersemenn ur ds ensembrfufunrirdro>Origel urait éte conservnetds qu’5sns posucvecnuci-lelà de d’espacd décte, à l’image à l’habit.).

Fig5034. Leentpuluctures alto-médiévales (DAO Sve. Dbr ssa-Degoumboitiè,: G. et N. Achard-Coromap).

S le largeurscicelle entr0 6080 8 e0,7,40 t pou, unaroe focteue conservunt comprlle entr0 1680 8 e0,2048ee. Deuentpulucturexyant été aménagesn dansplu8xnapximitnu nord-oue54. Les deu autresoment localisesepau sue etpau nostale sLe trlia>L lu comblemenelàominntent lim dsest de fossant rs élenaprèe rvu de mobilier archéologiq (t phanet ue saute dfau54 et de ltntrecduiearchitectva)os intdiellantees spéossur le momend l’utilisatiesLaie disatioraéoccharbirn efctiturspour ds indivi 260B (GrA-45361AO 117 2 ± 30 mos humisgnn e sLu seie sueur le momens humisatip> Outre lfsein d>-VIIIee siècee.

Leg restefufunrirdles ESBROSSE-DEGOBERTIÈREOR, 201lprgtphitulosoeintèdaamiquee à eaux observésdeul dest cropolesCn claamiqu. Oneotnoà cependant un>Agrdene varsation dan lt oriersation det rps. . Aucux jffnius élémeddunn piealouds vesémeirdrt n’a éts découvesf. Les humismisoeindedes individujet uuet, famene oadolescemeifs pous trois d’entreneetpamoiDars. et reecoupeme scupaalnt pLe tnrocen l geil n’est pas eepsatigelatt it peà cependan, indiqsur lr apptenamcdrs à una zonfufunrirdrr plnvares,st constituagtee secteuur plne omoiDann réservrs à una intgt orus de pulisatiesLeie foss259ns pvarais inteuvrré Dane lsén mduisatie>(Ln secteufufunrirdee.

Leentpuluctures le suurans é l’cquart des structuresomeristiql,rt dans le secteu, dvolurs à e momens à laroduonctiongr="ilaloudveaeaccragn deane/ineuxI il ess dirfimaleeee suurlet à parré des formnsatideideseitsens la fouii,ur le momend>le fonctionnemenot cette petinirdrfufunrirdrr parasporens é laaménagemen3 ee l’utilisatie>edes enclos 254 et 2 (r , ls mcragt de foss254sisurrais inteuvue>(durant le>-VIIIe-IXe sièclm>e.

A sud-esteur le secte,ns dn autrs humisatipa éts découveeit en mduit sud-est du décapais (st 201ln au sein ds structuresomeristiqls( (fig.530)Uuns foscobe loucet 22in d3 0,40lxn398 mens à la fonctioe da epminev»t localiseln au sein ds structures gallo-romacoleent alto-médiéles,ui t livré danspluu comblemenepminalns lei qu Cette d’unjet u fqtam. .ealaneuiit3 e Dane l, mêmivitrs stratigraphiq sUS01),ur lee restet d’unvieicelljugemen3 e>edeossgnemeifs dbodivrvrrlle préseoyant cr une cannatipnatoramiqueveraient éte jffrv. . La dp fouiitsens ljet u fqtampa éts doositq s?)u1,80cmcnuci-dessnt ur dee jfflefaamiqu. Laie dispiration lee resteossgDeue suggèrt eur , rps tunt êtrd plron sur ventretds qu’5ant étpeructbisgnn e cours ls démispirati. e.

cettjet u fqtampsubi,nduurrablemenr -VIIIe-IXe sièc,ne coifontée par lialyseoraéoccharbirt d’ rocharbfs dboiuesrs élevn an nattten lee resteossgDeuhumiiDaAO : Poz-465AO 122 2 ± 30 AO 69 30 88568 A(2-sigmade pbamobitnn04).

10se. uaperçurt d’ varests ensembrngr="ilals du haut Moyen Âs

Lee instansatides alto-médiévalese, dexplimenisselon axe N NO-,ereomenan ee celuiene ln partit résodentiElre esns posucveyant ci-lelà de la fouiiven>Ln secteud-estominev5t par La présenceedes cabanes excavé,at des ssanentnd lee pui3). Une construction sur poteau(habit ?1 yu9 prene égalemenel cyne, mai l’habitdt àropèmvientarnartd-est ourot cetta zone qu9"paîoir réservdrteauaoncviviténgr="ilaoleentparsialirt Decee petiteb, atri let esincloe instaisquee é l’cquart des cabanes excavéeensembnent constiquee ln mduitt orierlen d’unvareste tour d150048 m2 Les fontsne ns posucveyant ci-lelà dn secteuf fouirvnetdt pourraiene appteniirs , ir réveaeare ciirdrr plnasimplemen dv seppevn autour d l’instansatide alto-médiévap).
e
sièc.).

1h2 class="texte">

isoeind Douiiieurs d’ensembles du Bas-Empirgiq s previnssenr lee ras3schimp rested dsepérat le(WIETHOLDOR, 201ux observép pour la périodt romaihaL demacro-e restev léontauimbibitéduree puie3703 e347Ce soneominevlet par scimplerteadveyaicao,ut notammenr plusieurimplertemccei"ilaoli comé lt lay lr Agranfl oa)ae et lsaespavoirr lnvarhisrr Àd ea-ciatt is fauaj tourre deredraéeccharbaliséesuneélenu rmet d’o s,êsueupolyristiqns découvertet dans lu comblement d’ duree poteaueule bâtime 1u-méfili>(durant du Bas-EmpiesL lialyseodas3schimp resteimbibitéduree puie3703 e347Ct déaligne égalementeer lauluctu54 et de lt co consatids droclvtu54 et dimplerteodirfiialirpo an ndsémeirdo,utelut eur fen foule bard,ar lieth,nr lp psil > et lm toardlAu irde > Lesr puies mulervssaCetstrvresoment lu diqsffett laompise lvaligns mulervbesces mremi70 er lnoyeresLaie pbamlela présence anum nnouesreremaramlelcarnt l’esie,ro>Origavoirru P proc-O orie,ui be, snpt d’ rn maenenaudp pou, dv seppqren lusr puip>. Il s’agit dont d’ 9 oduntgimpolia>L lee restet découvesie Dane lcgvqn2052lnoupat lissenr emcnurt d’ ret paompris à lfiionu VIIe sièceap. J.-Cp>. Ilest coosaitéces rc,rs le q,vu doié,at laomsstis rmet dhuîtrdo,ucc coagnitédunmbneouiis,at laoms,vu de toardl,vu dfen foul4 et de lt varidrde > ret palest ncluui et peut-êtr pad Lesr puies pad Lea ppiDanr p larahes mulervs,lt co corvresoupar forvu dfr puiee ou dvra,nt laomris,at laommanentnd emcltionerahiiquide leredraées de/rveaxyant éttet prouvg. Squ’5s s’agit dfr puiefr mai l rsonnemenuesisurraiounrou lié laefiion de l’olia>L letesstists deutrhis,ou lamphoseea lctialu54 et dgoumleaur signament odt co consatidsent e qdaet noda epminev5s spéolémee Ar prèiiieure jffl,ne lcgvqnant étrapidelemenrssbnayrvbesenn>Agrdenn partir ave, detpo puiepttdaifidessnt peut-êtreeer la ren ausatide ou sln mficnsatide> Outomprlse sue la e sièceap. J.-Cp>. Il ese toé frrait envisageabnt d’unn parti sualtimentt co corvreurait ét9 odunteon sulq domomac>e.

Notes

1 NMIp : nombre minimum d’individus céramiques pondéré (ARCELIN, TUFFREAU-LIBRE, 1998). Correspond au nombre d’individus calculé sur les bords après collage, avec une pondération minimale (correspondant à un individu au moins) faite au sein de chaque structure et pour chaque catégorie et groupe technique identifié, en tenant compte des éventuels traitements de surface. Un lot de céramique est envisagé comme représentatif à partir de 70 individus.

2 Le toit de la nappe phréatique à l’été 2010 se situait aux alentours de 76,80 m NGF.

3 Éléments peut-être plus spécifiquement présents en Gaule Belgique.

4 Il s’agit d’une monnaie de Valens (375-378) issue du comblement du puits 307 daté du Haut-Empire (IIe siècle ? ; quatre vases céramiques), un billon de Claude II dans la fosse 2043 dont le comblement remonterait à la période flavienne ou au début du IIe siècle (cinq individus céramiques NMIp) et un silique frappé sous Valens, découvert dans la fosse 2158 contemporaine (deux individus céramiques en NMIp) à la structure précédente.

5 Étude W. Tegel (laboratoire Dendronet) datation sur aubier (TEGEL, 2012, p. 437-442).

6 Sur aubier, non sur cambium.

7 Poz-53868 : 1025 ± 25 BP et Poz-53869 : 1115 ± 30 BP

8 Chronologie illustrée par le mobilier céramique (amphore Dressel 20 de Bétique, amphore Gauloise 4 de Narbonnaise, dolia, terra nigra champenoise, gobelet en paroi fine argonnaise, cruche Gose 366/69, marmite Reims RUB J15/17 et plat Reims RUB J1 (DERU, 2015).

9 Sigillée Chenet 324 ; céramique à pâte kaolinitique (CSBL ; BIEGERT et alii, 2004) dont une assiette Reims RUB A2/3, un pot à cuire Reims RUB P16 et une coupe ou gobelet à large ouverture dérivé de la forme Chenet 341/342.

10 Pierre de calcaire oolithique vacuolaire, plus ou moins coquillier, du jurassique (étage Portlandien), gisement dans le département de la Meuse.

11 Un fragment de gobelet Hees 2 en paroi fine d’Argonne, une lèvre d’amphore vinaire de Narbonnaise et une cruche Gose 366/69 en pâte mi-fine claire.

12 La datation de cet axe de circulation n’est pas établie.

13 Bols Chenet 320 ornés à la molette, céramique à revêtement argileux, commune kaolinitique « craquelée bleutée » dont pots Reims P16, céramique granuleuse (jatte Petit III).

14 Probabilité à deux sigma :
- poteau 82 : Poz-46415 : 1770 ± 30 BP soit après calibration entre137-345 AD ;
- poteau 103 : Poz 46418 : 1750 ± 30 BP soit après calibration entre 216-390 AD ;
- poteau 98 : Poz-46416 : 1740 ± 30 BP soit après calibration entre 234-389 AD ;
- Combine : 1753 +/- 18, soit après calibration entre 251 et 326 AD à 1 sigma et 238 à 339 AD à 2 sigma.

15 st.2047, 2226, 2254, 2270, 33, 2037, 2264, 2186bis, 2187, 2275-76, 2238 et 2313.

16 Sigillées tardives (Chenet 320, 324, 326, 328) et céramiques à revêtement argileux d’Argonne (Chenet 333), céramique à feu kaolinitique (Reims RUB A3, P16, J4 et variante régionale du pot Alzei 27).

17 Peut-être le site de Betheny « sous les Vignes », diagnostiqué en 2008 par Yoann Rabasté, Inrap. À l’intérieur de ce périmètre, quinze points de découvertes sont enregistrés sous le vocable villa dans le volume de la Carte archéologique de la Gaule consacré au département de la Marne (CHOSSENOT, 2004). Un seul a été l’objet de fouille et s’est avéré être un établissement construit à la romaine, d’une surface d’assiette avoisinant 7500 m2 : Cernay-lès-Reims « les Petit Didris » (KOEHLER et alii, 2004).

18 Plus des deux tiers des structures du site demeurent non datées faute de mobilier pertinent.

19 Juvigny 2107 (fond du creusement) : Poz-46423 : 1405 ± 30 BP, soit 594 à 668 AD (datation à 2 sigma probabilité).

20 Le fossé 254 correspond également à la structure 370 (section NE-SO), 363 et 2014, 2021, 2028 section NO-SE (flanc sud-ouest de la villa) et 2142 section NO-SE (flanc nord-est du bâtiment résidentiel). Le fossé 270 et 2139 section NO-SE (flanc nord-est du bâtiment résidentiel) correspond également à la structure 298 (section NE-SO). Après sa jonction avec 254, il est difficile de distinguer quel tracé correspond au fossé 254 ou 270.

21 La surface excavée globale est de l’ordre de 266 m2.

22 Typologie en construction dans TRUC, RÉMY dir., en cours, Archéologie de l’habitat rural du haut Moyen Âge en Champagne-Ardenne (fin Ve-XIIe siècles), rapports de projet action scientifique, Metz, Inrap Grand-Est Nord.

23 Définis à partir de la typologie en cours d’élaboration. Voir note 22.

24 Il s’agit des structures 72, 124A, 133, 154, 213, 236B, 414, 2149, 2245bis, 2314 et 2317.

25 st.2274 Poz-53868 1025 ± 25 BP et st.2261 Poz-53869 1115 ± 30 BP.

26 Pour les bœufs uniquement.

27 Trente prélèvements ont été tamisés, représentant un volume brut de 261 l de sédiments traités.

28 Datation proposée après prospections pédestres.

29 Voire le Ier s. av. J.-C.

30 À noter que, comme pour Juvigny, il est difficile de juger de l’importance de l’installation durant le Ve siècle.

31 Ce calcul est valable pour le Haut-Empire mais les informations ne sont pas disponibles pour le Bas-Empire.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation de l’opération archéologique (DAO : N. Achard-Corompt, Inrap, et SRA Champagne-Ardenne).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 2. Les différentes occupations fouillées à Juvigny « Les Monteux » (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 3. Diagrammes circulaires des effectifs des ensembles céramiques par valeur NMIp.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 4. Répartition en NMIp du mobilier céramique attribué à La Tène D1b/D2a (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 5. Les vestiges archéologiques attribués à la période La Tène D1b/D2a (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 6. Échantillonnage du mobilier céramique issu de l’horizon 00 et du fossé 339 (dessin et infographie : C. Perrier, M. Saurel, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 7. Échantillonnage du mobilier céramique issu du puits 2067 (Dessin et infographie : C. Perrier, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 8. Coupes stratigraphiques réalisées sur le tracé de l’enclos trapézoïdal laténien (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 9. Les bâtiments laténiens localisés à l’intérieur de l’enclos trapézoïdal (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 10. Localisation des puits laténiens (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 11. Altitude d’établissement des puits laténiens ou du tout début de la période gallo-romaine.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 12. Os humains erratiques découverts dans les structures laténiennes.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 13. Répartition en NMIp du mobilier céramique attribué au Haut-Empire (IIIe siècle compris)(DAO : Achard-Corompt G. et N., Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 14. Répartition en NMIp du mobilier céramique attribué au Bas-Empire (seconde moitié du IIIe au Ve siècle compris)(DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 15. Points de découverte du numéraire du Bas-Empire (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 16. Cliché de la villa, vue du nord-ouest (crédits photographiques : Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 940k
Légende Fig. 17. Plan masse de la villa de Juvigny « Les Monteux » (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 18. Dimensions des différentes pièces de la villa.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 19. Évolution de la construction romaine (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 20. Localisation des puits du Haut-Empire (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 21. Niveau supérieur du puits 154 (crédits photographiques : Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 22. La cave 2052 (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 23. Le bassin d’agrément 366 (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 24. Les structures d’extraction du Haut-Empire (DAO : G. et N. Achard-Corompt ; crédits photographiques : Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 25. Hypothèse de restitution de l’installation du Haut-Empire (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 26. Localisation des structures aménagées dans la partie nord-ouest du bâtiment (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 27. Localisation des puits du Bas-Empire (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 28. Localisation des fours domestiques attribués au Bas-Empire (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 29. L’ensemble de combustion 2331-2332 (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 30. Le bâtiment 1 : structuration et datation (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 31. La fosse 2226 et les structures adjacentes (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 32. Cliché du niveau empierré aménagé dans la partie sud-ouest de la fosse 2226 (crédits photographiques : Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 33. Répartition en NMIp du mobilier céramique attribué à la période comprise entre le VIe et le XIIe s. (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 34. Localisation des principaux fossés attribués à la période alto-médiévale (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 35. Échantillonnage de coupes relevées dans les fossés 254 et 270 (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 36. Tableau comparatif des différents ensembles de cabanes excavées en Champagne-Ardenne (liste non exhaustive) (compilation des données M.-C. Truc, V. Marchaisseau et N. Achard-Corompt).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 37. Localisation et distribution des cabanes excavées par type (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 38. Poinçons ou broches de tissage découverts dans des structures alto-médiévales (crédits photographiques : Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 39. Localisation de potentielles cours au sein de l’occupation alto-médiévale (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 40. Localisation des puits attribués à la période alto-médiévale (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 41. Altitude en NGF des fonds des puits de La Tène finale à la période alto-médiévale.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 42. Localisation des silos attribués au haut Moyen Âge (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 43. Dimensions et éléments de datation des silos attribués au haut Moyen Âge ou potentiellement alto-médiévaux.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 44. Localisation des fours domestiques attribués au haut Moyen Âge (en rouge) ou potentiellement alto-médiévaux (en jaune)(DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 45. Cliché de l’ensemble de combustion 2090-2090bis, vu de l’ouest (crédits photographiques : Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 46. Cliché du bâtiment 6, vu du sud (crédits photographiques : Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 47. Les ensembles sur poteaux (bâtiments et alignements) attribués au haut Moyen Âge (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 48. Les fosses comportant un aménagement réalisé en petits blocs de craie (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 49. Coupe longitudinale pratiquée dans la structure 46 (DAO : G. et N. Achard-Corompt).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 50. Les sépultures alto-médiévales (DAO : S. Desbrosse-Degobertière, G. et N. Achard-Corompt).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 51. Les carporestes carbonisés des ensembles alto-médiévaux, sauf puits st.72. Comptages en nombre minimum d’individus (NMI) et fréquences calculées sur la série des prélèvements. Rappel des abréviations : agg. = aggregatio, cf. = confer, détermination incertaine ; min. = restes minéralisés ; s.l. = sensu lato, sp. = species, espèce. Pourcentages : + = entre 0,5 et 1 % ; r = raro, <0,5 % (déterminations : J. Wiethold, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Fig. 52. Évolution de l’installation des Monteux du Ier au IXe siècle (DAO : G. et N. Achard-Corompt, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9001/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Achard-Corompt, Anne Ahü-Delor et Julian Wiethold, « Juvigny « Les Monteux » (Marne) du Ier siècle av. J.-C. au VIIIe s. ap. J.-C. : un bâtiment résidentiel d’une villa et des exploitations agricoles de l’Antiquité et du haut Moyen Âge », Revue archéologique de l’Est [En ligne], tome 65 | 2016, mis en ligne le 12 juillet 2016, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rae/9001

Haut de page

Auteurs

Nathalie Achard-Corompt

Archéologue, Inrap Grand-Est Nord, Centre de recherches archéologiques de Saint-Martin-sur-le-Pré, 38, rue des Dats, 51520 Saint-Martin-sur-le-Pré. nathalie.achard-corompt@inrap.fr

Articles du même auteur

Anne Ahü-Delor

Céramologue, Inrap Grand Est Sud, Centre de recherches archéologiques de Passy, ancienne école de Passy, 18 rue de la Chapelle, 89510 Passy, 7041 MAE ArScan. anne.Ahü-Delor@inrap.fr

Articles du même auteur

Julian Wiethold

Carpologue, Inrap Grand-Est Nord, Centre de recherches archéologiques de Metz, 12 rue de Méric, 57063 Metz cedex 2. UMR 6298 ArteHis. julian.wiethold@inrap.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page