Navigation – Plan du site

L’éperon barré de La Sangle dans l’estuaire de la Loire (Bouguenais, Loire-Atlantique). Prospections et fouille : un premier bilan des acquis

The hillfort of "La Sangle" in the estuary of the Loire. Surveys and excavation: first results
Die Abschnittsbefestigung von La Sangle im Mündungsgebiet der Loire (Bouguenais, Loire-Atlantique, Pays de la Loire, Frankreich)
Julie Remy, Manon Routhiau et Théophane Nicolas
p. 139-162

Résumés

Le promontoire de Bouguenais est connu depuis le xixsiècle par des érudits qui signalent la présence de vestiges antiques et d’une « motte » installée en bout d’éperon. Celui-ci est fermé sur six hectares par un talus en terre récemment attribué au premier âge du Fer. Bien que le site ait fait l’objet de nombreuses descriptions et même de fouilles anciennes (au xixsiècle) ne permettant pas de dater la « motte », aucun plan précis du promontoire et de ses vestiges n’avait été jusqu’alors dressé. En mars 2013, une campagne de prospection thématique accompagnée d’un relevé micro-topographique ont été conduits sur l’ensemble du promontoire afin de mieux caractériser le tertre et l’ensemble du site. Un mobilier céramique relativement abondant est alors recueilli, mettant en évidence une occupation dense et diachronique de l’éminence rocheuse et renseignant sur des périodes qui étaient jusqu’ici peu ou pas documentées (âge du Bronze moyen, premier et second âge du Fer, Moyen Âge). Un plan détaillé et précis de l’ensemble des structures est aujourd’hui disponible. En parallèle, ce programme invite au réexamen complet des données anciennes, éclairant notamment sur les difficultés d’attribution chronologique du tertre.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juillet 2019.

Plan

1. Bref historique de la recherche sur le site de la Sangle
Découverte du site par les érudits (xixe siècle)
Les premières fouilles (1854-1856/1899)
Révision de la documentation et prospection (les années 1990)
Sondage du rempart oriental (2011)
2. Prospection au sol et relevé micro-topographique
Les principaux acquis sur la topographie du promontoire (J. R., M. R.)
Le tertre (VII)
Le fossé (VIII)
Le talus (IX, X, XI)
3. Les apports de la prospection pédestre
Localisation des ramassages de surface (15 points de découvertes)
La céramique du premier âge du Fer (T. N.)
Le point 2
4. Chronologie des vestiges : un état des connaissances
La protohistoire (J. R.)
Une fortification du premier âge du Fer dans son contexte archéologique extrarégional
L’Antiquité : quelques considérations sur la bibliographie (J. R.)
Le Moyen Âge : la question d’une motte médiévale à La Sangle (M. R.)
Un site de hauteur fortifié au Moyen Âge central ?
Un site de hauteur fortifié au haut Moyen Âge ?
5. Conclusion

Aperçu du texte

Le promontoire de « La Sangle » est localisé dans l’estuaire de la Loire, en rive gauche du fleuve (fig. 1). Il est constitué par une émergence rocheuse gneissique issue de la tectonique primaire de la zone de broyage sud armoricaine. Ce dernier se caractérise par sa situation de bord de plateau, installé à 30 m NGF, et protégé au nord et à l’ouest par un abrupt qui débouche sur la plaine alluviale (4 m NGF). Celle-ci s’étend sur un kilomètre avant de rejoindre le cours actuel de la Loire. À l’ouest et au sud, une petite vallée forme une légère dépression d’orientation S-E/N-O d’où s’écoule un ruisseau peu encaissé. Par ailleurs, l’éperon a échappé, en grande partie, à l’anthropisation contemporaine. Principalement composé de parcelles en champs ou boisées, l’état de conservation du site de hauteur, qui couvre une surface de près de six hectares, y est donc exceptionnel (fig. 2).

Figure 1 : Localisation de ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Remy, Manon Routhiau et Théophane Nicolas, « L’éperon barré de La Sangle dans l’estuaire de la Loire (Bouguenais, Loire-Atlantique). Prospections et fouille : un premier bilan des acquis », Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 33 | 2016, mis en ligne le 31 juillet 2019, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rao/3350 ; DOI : 10.4000/rao.3350

Haut de page

Auteurs

Julie Remy

Doctorante, Université de Tours, EA 6298 CeTHiS

Manon Routhiau

Étudiante en Master 2, université de Nantes

Théophane Nicolas

Céramologue, Inrap Grand-Ouest, UMR 8215 Trajectoires

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page