Navigation – Plan du site
Varia

D’un Essai l’autre, métamorphose d’un texte.

Franck Cabane

Résumés

Il s’agit d’observer dans cet article quelques-unes des variations d’un essai à l’autre, variations dont le point d’aboutissement se trouve dans la double confrontation de Diderot avec Rousseau et de Diderot avec lui-même. En « méditant avec Sénèque », Diderot s’attache à représenter explicitement l’acte de lecture et certaines des modalités de son écriture. Les changements perceptibles d’un texte à l’autre, tant dans le tableau historique et la reprise polémique que dans l’éclairage porté sur la figure de Sénèque, permettent de conclure à la montée en puissance du discours critique et d’une certaine radicalisation politique.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Écrire et lire

  • 1 Traducteur qui est aussi le précepteur des enfants du baron d’Holbach.

1À la fin des années soixante, la coterie holbachique tourne son attention vers Sénèque pour riposter à l’offensive anti-matérialiste qui se développe. La nouvelle traduction des œuvres de Sénèque, commencée par N. de Lagrange1 et achevée par Naigeon, témoigne de cet intérêt pour l’auteur des Lettres à Lucilius. Diderot s’associe alors clairement à l’entreprise de redécouverte et de réhabilitation d’une pensée stoïcienne « mitigée » qu’il faut dégager des interprétations chrétiennes. Il déclare à Sébastien Mercier dans une lettre de 1777 qu’il lit et médite avec plaisir ce grand penseur latin :

  • 2 Diderot, Correspondance, Tome XV, p. 65.

2Je vais méditer avec Sénèque, dont j’ai commencé la lecture, les grandes leçons de la vie et les pratiquer à côté d’une bonne amie2.

3Le travail de recherche et d’analyse que Diderot effectue durant cette période aboutit en décembre 1778 à la publication de l’Essai sur la vie de Sénèque le philosophe, sur ses écrits et sur les règnes de Claude et de Néron. Cet ouvrage est très violemment critiqué en janvier 1779 par Grosier et Royou dans Le Journal de littérature, des sciences et des arts et dans l’Année littéraire. Diderot réplique rapidement en ajoutant à son œuvre initiale des commentaires divers et virulents sur les attaques dont Sénèque et lui-même ont été l’objet. Il complète également ses analyses et accroît ainsi de plusieurs dizaines de pages l’Essai sur la vie de Sénèque, dont il change le titre pour marquer l’ambition historique et philosophique qui anime son nouvel ouvrage : Essai sur les règnes de Claude et de Néron et sur les mœurs et les écrits de Sénèque pour servir d’instruction à la lecture de ce philosophe. Après avoir transformé une ébauche de quelques pages à vocation biographique en un ouvrage dense publié sous privilège royal en 1778, Diderot propose donc une « vie de Sénèque » considérablement remaniée en 1782.

  • 3 J. Ehrard, introduction à l’Essai sur les règnes de Claude et de Néron, DPV XXV, p. 6.
  • 4 Diderot insère dans l’Essai de 1778 les marques ou les réclames de développements possibles comme d (...)

4L’Essai sur les règnes de Claude et de Néron offre par ailleurs une tentative de totalisation, qu’on peut rapprocher de celle qui s’exprimait dans le Prospectus de l’Encyclopédie, ou de celle qui se dessine dans les Éléments de physiologie. Cette somme intellectuelle et morale3, somme fragile et marquée par les incertitudes et la polémique, fournit un exemple de totalisation