Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Diderot dans les Lettres à Sophie Volland, Une esthétique épistolaire

Jean-Claude Bonnet
p. 241-243

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage est issu d’une thèse (soutenue en 1999) sous la direction de Georges Benrekassa qui a rédigé ici la préface. Odile Richard- Pauchet appartient à la fois à l’Association Interdisciplinaire de Recherche sur l’Épistolaire et à la Société Diderot. Toute la richesse de son travail tient à ce double ancrage institutionnel et disciplinaire. C’est avec beaucoup de brio et de solidité documentaire qu’elle fait à chaque fois le point sur les domaines qu’elle envisage et sur les questions qu’elle soulève fort judicieusement.

2Dans une première partie, elle analyse la genèse de la relation épistolaire avec Sophie (régularité de l’échange, format des lettres) en ayant recours à ce que l’on sait du système postal de l’époque et à la « Petite Poste » dans Paris (utilisée pour les rares cas où Damilaville ne fait pas le facteur). L’étude des modèles épistolaires est l’occasion de beaux développements sur les rapports à l’Antiquité (Cicéron, Sénèque), sur lesmanuels contemporains et les traités de style épistolaire. La référence au roman (et plus particulièrement à Richardson) est sans doute la plus flagrante, sans compter la fascination deDiderot pour le « ramage délicat des femmes » (quand bien même celui de Sophie n’a pas été jugé digne de la postérité).

3Puis la correspondance est envisagée comme « supplément » de l’échange physique : étude des fétiches (le portrait de Sophie « à la glace brisée »), analyse de l’érotisation de la lettre dans sa matérialité et des rituels déclencheurs du plaisir solitaire.Les soeursVolland assimilées aux Trois Grâces donnent lieu à des développements libertins où se mêlent « la concupiscence et la pudibonderie » comme dans les Salons: ainsi du thème libertin de la chaste Suzanne souvent évoqué dans les lettres. Sous le titre « Rassembler le Moi épars », la troisième partie offre une approche de l’écriture morcelée (le décousu, le burlesque), « parfaite métaphore de l’individu séparé non seulement de l’Autre, mais aussi de lui-même » (p.207).Le long chapitre 3 (« Entre chronique, jeu et journal : les méandres du moi ») est tout à fait remarquable. Dans cette confrontation de l’écriture diariste et de l’écriture épistolaire, Odile Richard- Pauchet définit très clairement ce que Diderot désigne tantôt comme journal, gazette ou histoire. La dernière partie s’attache à élucider la formule « peindre en écrivant ».De là toute une dramaturgie du portrait et de l’autoportait, et l’analyse du décor des lettres : leur topographie onirique (le rêve amoureux du « petit château ») ou réelle (la campagne : « O je suis un rustre et je m’en fais honneur, mesdames », p. 372).

4En conclusion d’un ouvrage consacré à « la mélodie écrite pour Sophie seule » et à un « discours amoureux retors » (p. 400), Odile Richard-Pauchet hésite à croire (avec Jacques Proust) à un « projet de publication des lettres » par Diderot. Cette question essentielle aurait sans doute mérité d’être affrontée plus hardiment. Il semble que la double visée (le champ de l’épistolarité/l’oeuvre de Diderot) ait bridé quelque peu parfois les investigations car les présupposés génériques de « l’épistolaire » ne conviennent pas toujours à la singularité diderotienne et surtout à ce mystérieux hapax que sont Les lettres à Sophie Volland. Il n’en reste pas moins que ce beau livre apporte, après les travaux de BenoîtMelançon et de Geneviève Cammagre, beaucoup de nouveaux et intéressants aperçus sur cette grande oeuvre de Diderot.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Odile Richard-Pauchet, Paris, Honoré Champion, 2007, 449 p. 

Référence électronique

Jean-Claude Bonnet, « Diderot dans les Lettres à Sophie Volland, Une esthétique épistolaire », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 44 | octobre 2009, mis en ligne le 13 octobre 2009, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rde/4589

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • OpenEdition Journals