Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Mariafranca Spallanzani : L’Arbre et le labyrinthe. Descartes selonl’ordre des Lumières, Paris, Honoré Champion, traduction de MartinRueff, préface de Jean Dagen, 2009, 584 p., ISBN : 978-2-7453-1874-9.

Colas Duflo
p. 272-274

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Roselyne Rey avait rendu compte du livre Immagini di Descartesnell’Encyclopédie dans le numéro 12 de la revue Recherches sur Diderotet sur l’Encyclopédie (1992, p. 194-195) et avait dit le bien qu’il fallait enpenser. On ne peut que se réjouir de sa traduction en français, d’autantplus que le présent volume ne se limite pas à une traduction, mais ajouteune seconde section inédite et trois scolies à l’ouvrage d’origine.Commel’indique le titre italien, la première section porte sur les images deDescartes dans l’Encyclopédie. Le pluriel est important car, s’il est indéniableque Descartes tient une place importante dans la culture de ceuxqui font les Lumières françaises, ce qu’ils en retiennent est très variabled’un auteur à l’autre. M. Spallanzani montre bien que sa mémoire estl’objet de débats, et se trouve au croisement de différents jeux d’opposition. Comme le résume Jean Dagen dans sa préface, « par lesimple fait de nommer Descartes on contribue à la constitution d’un jeude signes qui valent tantôt option, tantôt exclusion ». Des adversaires del’Encyclopédie comme Chaumeix se réclament de Descartes contreHelvétius : le dualisme et les idées innées leur semblent une métaphysiquesolide pour protéger le christianisme et ils voient dans l’acceptationdu sensualisme par les encyclopédistes une façon sournoise defavoriser le matérialisme. De l’autre côté, les encyclopédistes ont beaujeu de souligner que l’empirisme auquel ils reviennent était en un sens laphilosophie partagée avant cette conversion cartésienne générale, et queDescartes en son temps a eu à se défendre contre les Chaumeix de sonépoque. Ils s’identifient pour leur part à l’image du philosophe qui saits’opposer seul, par la raison, aux préjugés, et qui doit en payer le prix parl’exil. Ils condamnent le faiseur de systèmes, mais approuvent l’intentioncartésienne ; ils refusent ce qui est devenu la philosophie officielle durationalisme chrétien (au prix d’un certain nombre d’aménagements)mais approuvent l’image (qui suppose aussi une certaine interprétationde la réalité historique) d’une forme de rationalisme héroïque, tout enrejetant aussi bien sa physique, définitivement discréditée par l’acharnementridicule des derniers défenseurs des tourbillons contre Newton,que sa métaphysique, dépassée par Locke. Descartes devient alorsl’image du mauvais esprit de système, qui en vient à se retourner contrel’évidence même : la question de la sensibilité animale est à cet égard unlieu exemplaire. Mais à l’intérieur même de l’Encyclopédie, l’héritagecartésien fait débat. Pestré, auteur de l’article Cartésianisme, ne donnepas tout à fait la même image de Descartes que le Discours préliminaire,et l’inventaire très fouillé de M. Spallanzani dans le texte de l’Encyclopédiefait bien ressortir à quel point les approches de Diderot ou deJaucourt sont encore différentes. Comme on le sait, l’Encyclopédie n’estpas un bloc uniforme, elle témoigne d’un projet d’ensemble, mais elle esten même temps traversée par des tensions internes, ne serait-ce qu’entreses deux directeurs. C’est ce que fait bien ressortir la deuxième sectiondu livre, consacrée à la question de l’ordre, et à sa représentation dansl’image de l’arbre. Un premier chapitre consacré à Descartes et à sonprogramme philosophique montre comment celui-ci invente les termesdans lesquels cette question se posera pour toute la modernité. Les pagessuivantes sont consacrées à l’Encyclopédie, qui va réinventer l’image del’arbre, à partir de l’idée d’un ordre généalogique des connaissanceshumaines. M. Spallanzani souligne que, dès le premier volume, cettereformulation collective de l’idée d’ordre des connaissances ne s’exprimepas exactement de la même façon dans le « Prospectus » de Diderot etdans le « Discours préliminaire ». Cette différence s’accentue dans lecinquième volume avec d’un côté l’article éléments des sciences de d’Alembert et de l’autre l’article *Encyclopédie de Diderot. En un sens,il s’agit là d’un autre aspect du débat autour de l’héritage cartésien, etcette partie inédite du travail de M. Spallanzani est un utile approfondissementdu projet d’origine.

Haut de page

Document annexe

  • CR-CD (application/pdf – 79k)
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Colas Duflo, « Mariafranca Spallanzani : L’Arbre et le labyrinthe. Descartes selonl’ordre des Lumières, Paris, Honoré Champion, traduction de MartinRueff, préface de Jean Dagen, 2009, 584 p., ISBN : 978-2-7453-1874-9. », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 46 | 2011, 272-274.

Référence électronique

Colas Duflo, « Mariafranca Spallanzani : L’Arbre et le labyrinthe. Descartes selonl’ordre des Lumières, Paris, Honoré Champion, traduction de MartinRueff, préface de Jean Dagen, 2009, 584 p., ISBN : 978-2-7453-1874-9. », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 46 | 2011, mis en ligne le 06 novembre 2011, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rde/4861

Haut de page

Auteur

Colas Duflo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • OpenEdition Journals