Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Franck Salaün : L’Autorité du discours, Recherches sur le statut des textes et la circulation des idées dans l’Europe des Lumières, Paris, Honoré Champion, 2010, 450 p. ISBN : 978-2-7453-2024-7.

Geneviève Cammagre
p. 261-264

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Ce volume réunit vingt-six articles publiés de 1997 à 2009 comme l’indique une note bibliographique précisant que les textes ont été revus et modifiés ; ils sont devenus vingt-six chapitres rangés en quatre parties. Franck Salaün les a ordonnés selon une perspective d’ensemble ambitieuse qu’il s’emploie à définir en introduction.

2Il y part de l’idée selon laquelle les discours prennent forme par rapport à d’autres discours et qu’ils sont affectés d’un « certain coefficient de vérité ou de crédibilité » (p. 7). Si le premier point ne paraît guère contestable et se trouve au coeur de la plupart des études qui suivent, le second, qui est à l’origine du titre L’Autorité du discours, pose davantage problème, d’abord dans son articulation avec le premier, ensuite dans sa définition.

3L’introduction ne formule pas nettement l’articulation du second point avec le premier, si ce n’est en évoquant les relations polémiques entre textes ; la suite de l’ouvrage montrera que bien d’autres types de relations sont envisagés. Quant au concept d’autorité fondé essentiellement sur l’article autorité de l’Encyclopédie il est plutôt flou et donne lieu à des extensions sur l’existence au xviiie siècle d’un espace public du savoir, sur « la prise en compte croissante du concret » et de la forme des moeurs, sur les figures dominantes d’hommes de lettres, sur les publics et sur le sérieux de la fiction. On comprend que l’objet de Franck Salaün serait de saisir comment au travers des déplacements qui s’effectuent à la fin de l’âge classique, sur fond de crise de ce qu’il appelle « l’autorité des autorités », de nouvelles modalités d’autorité tendent à s’établir. Vaste question sur laquelle le genre du recueil ne saurait apporter que des éclairages ponctuels. Mais, sauf à produire une synthèse décisive, n’est-ce pas la façon la plus honnête de procéder ? À ce compte, le sous-titre de l’ouvrage – Recherches sur le statut des textes et la circulation des idées dans l’Europe des Lumières – paraît mieux convenir que le titre sauf qu’il ne mentionne pas la réception des discours qui, en la matière, importe.

4La première partie, « Les Lumières : processus et pensée du processus », concerne essentiellement le matérialisme – le mouvement de « matérialisation du réel » selon l’expression de F. Salaün – et ses adversaires de l’abbé Gauchat à Rousseau. « Anti-matérialisme et matérialisme en France vers 1760 » souligne la complexité du dossier en situant l’accusation de matérialisme au sein de la lutte entre Jansénistes et Jésuites. « Les larmes de Wolmar, Rousseau et le problème du matérialisme » entame une lecture philosophique de La Nouvelle Héloïse qui se poursuivra dans la seconde partie : la « conversion » de Wolmar comme le dispositif moral du roman sont, pour Rousseau, la preuve de l’erreur de ceux qui nient la spiritualité de l’âme. D’un autre côté, ce premier chapitre fait entendre les thèses adverses du groupe d’Holbach, de Diderot et de l’Encyclopédie.Àtravers Diderot et l’Encyclopédie, qui a largement participé à la diffusion d’une culture matérielle, est posé le problème de la perfectibilité et des valeurs morales. La première partie se termine sur la lecture critique intéressante de deux thèses, celle de Michel Foucault sur le Qu’est-ce que les Lumières ? de Kant et celle de Leo Strauss sur « l’art d’écrire ». F. Salaün montre que tandis que l’article de Kant est un plaidoyer en faveur de la publicité afin d’étendre le nombre des individus éclairés Foucault veut y lire le premier texte philosophique moderne où se pose la question du présent. Enfin il examine la thèse de Leo Strauss selon laquelle l’art d’écrire défini comme l’enveloppement de l’ésotérique dans l’exotérique aurait disparu durant le xviie et le xviiie siècles. Effectivement, remarque F. Salaün, le xviiie siècle connaît la pratique d’une communication réservée à une minorité, mais elle est plutôt pensée comme une défense face à la persécution et aux préjugés ; la conception de Leo Strauss qui fait de la philosophie un art aristocratique destiné à des initiés ne convient guère au siècle des Lumières, même si la tension entre élitisme et vulgarisation existe. On le voit, dans ce premier chapitre, au travers de la critique des analyses de E. Kant et de L. Strauss comme avec les textes sur « la fabrique d’Holbach » et sur l’Encyclopédie, l’analyse du mouvement de « matérialisation du réel » est tressée avec la question d