Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Geraldine Sheridan : Louder than Words : Ways of Seeing Women Workers in Eighteenth-Century France, « Fashioning the Eigthteenth Century », Lubbock, Texas Tech University Press, 2009, xvi-256 pp., ill. ISBN : 978-089672622-2.

Madeleine Pinault-Sørensen
p. 264-266

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Geraldine Sheridan aborde dans son ouvrage un sujet qu’elle avait déjà traité dans plusieurs articles mais qui, jusqu’alors, n’avait pas fait l’objet d’une étude globale : il s’agit des femmes au travail dans la France du xviiie siècle que l’auteur étudie en prenant pour bases essentielles les planches de la Description des Arts et Métiers mise en chantier à la fin du xviie siècle par l’Académie royale des Sciences de Paris et celles de l’Encyclopédie de D’Alembert et Diderot publiée de 1751 à 1771, ainsi que quelques planches tirées des enquêtes du commissaire de la Marine, Le Masson du Parc ou de l’Encyclopédie Méthodique.

2L’ouvrage est présenté de manière très soignée, imprimé sur du papier mat de bonne qualité mais qui a, cependant, le désavantage d’affadir quelque peu les reproductions des planches qui de ce fait ne sont pas toujours très lisibles. Cet inconvénient est quelque peu réparé par des détails des planches destinés à souligner telle ou telle situation importante aux yeux de l’auteur.

3L’ouvrage comprend une introduction, cinq chapitres, une conclusion, des notes, une liste des sources manuscrites, les ouvrages cités et un index. Dans l’introduction, Géraldine Sheridan évoque les représentations antérieures de métiers comme celles de Jost Amman (1539-1591) ou les dessins exécutés au début du xviiie pour les enquêtes sur les Pêches effectuées dans la première moitié du xviiie siècle par le commissaire de la Marine Le Masson du Parc et fait de nombreuses incursions historiques dans le xixe siècle.

4Les cinq chapitres portent sur l’économie traditionnelle (The Traditional Economy) comprenant l’agriculture, les mines et les pêches, les métiers de l’artisanat (Artisanal Trades) avec les produits de luxe et les ornements, les métiers du textile (Textiles), qu’il s’agisse de la soie, du fil, etc., les Manufactures (Manufactories) avec les métiers du papier, de la fabrication des glaces, des tapis et tapisseries, et l’activité commerciale (Commercial Activity) c’est à dire un monde différent de la fabrication, celui de la vente qui intervient après la fabrication. Au cours des ces chapitres, on voit bien que les femmes sont omniprésentes dans le monde de travail, qu’elles ont fait tous les métiers mais généralement le plus souvent dans un mode secondaire voire subalterne en tant que femme du maître ou du patron, ou en tant qu’ouvrière : la femme du pêcheur aide son mari, dans la pêche à pied, dans la saunerie, dans le transport du poisson ou encore dans le travail et la réparation des filets mais jamais, elle ne dirige et surtout ne monte sur un bateau. Elle travaille dans les métiers de la mine extérieure si l’on peut dire, mais ne descend pas dans la mine elle-même, tâche qui revient comme pour le travail en mer, aux hommes. Dans d’autres métiers, principalement ceux de la ville, elle joue un rôle important en tant que collaboratrice de son mari, puis à la mort de celui-ci en tant que veuve. Il est impossible de citer tous les exemples donnés par l’auteur. Àce propos, l’auteur aurait dû faire une étude historique pour chacun de ces métiers, car les situations sont différentes : les procès sont très instructifs de ce point de vue et montrent que les femmes occupent plus qu’on ne le croit des « postes de direction » et qu’elles ont, en général, les mêmes droits que les hommes.

5Les planches de la Description comme de l’Encyclopédie apportent indéniablement des renseignements indispensables sur la situation des femmes au travail, mais on ne saurait les prendre à la lettre car elles ne représentent pas la vérité comme l’ont déjà montré Roland Barthes et Jacques Proust : ce sont des recréations idéales composées à partir d’éléments véritables juxtaposés pour créer un « condensé de sens » et faire entrer dans un cadre toutes les composantes d’un métier. On s’en rend très bien compte quand on prend appui sur les dessins et gravures qui ont servi de sources : parfois, les personnages n’existent pas dans la source originale et sont ajoutés par le dessinateur de la Description des Arts et Métiers et l’Encyclopédie, parfois un homme est transformé en femme, une femme en homme, etc. Ces remarques étant faites, il reste que l’ouvrage de Geraldine Sheridan est un apport considérable dans notre connaissance de la place des femmes dans le monde du travail au xviiie siècle.

Haut de page

Document annexe

  • CR-MPS (application/pdf – 80k)
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Madeleine Pinault-Sørensen, « Geraldine Sheridan : Louder than Words : Ways of Seeing Women Workers in Eighteenth-Century France, « Fashioning the Eigthteenth Century », Lubbock, Texas Tech University Press, 2009, xvi-256 pp., ill. ISBN : 978-089672622-2. », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 46 | 2011, 264-266.

Référence électronique

Madeleine Pinault-Sørensen, « Geraldine Sheridan : Louder than Words : Ways of Seeing Women Workers in Eighteenth-Century France, « Fashioning the Eigthteenth Century », Lubbock, Texas Tech University Press, 2009, xvi-256 pp., ill. ISBN : 978-089672622-2. », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 46 | 2011, mis en ligne le 06 novembre 2011, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rde/4891

Haut de page

Auteur

Madeleine Pinault-Sørensen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • OpenEdition Journals