Navigation – Plan du site
Comptes Rendus

Le Rêve de d’Alembert, adaptation théâtrale dirigée par Alain Bézu, Théâtre des deux rives, (Rouen, 10-14 mars 2015) et en tournée

Sylviane Albertan-Coppola
p. 408-409

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Concernant la fortune du Rêve de d’Alembert, il y a deux événements inespérés qui se sont produits : sa mise au programme de l’agrégation de lettres en 2001 et son adaptation théâtrale cette année à Rouen (Didier Mahieu avait déjà proposé au Théâtre des deux rives, les 2 et 3 juin 2000, un spectacle-rencontre, Entretien entre D’Alembert et Diderot, où le public était invité à poursuivre la discussion). Cette heureuse initiative est due à Alain Bézu, dont la réputation dépasse la scène normande du Théâtre des deux rives et auquel on doit déjà un Jacques le fataliste (1974) et un Fils naturel, accompagné des Entretiens (1992). Elle s’inscrit dans un cycle de « labos » mis en place par le Centre dramatique national de Haute- Normandie pour donner à une équipe artistique les moyens de présenter un projet « loin de tout formatage ».

2Le moins qu’on puisse dire est que le pari est tenu, tant c’était une gageure de porter au théâtre une œuvre philosophique ardue, dans laquelle Diderot développe, par le biais d’un dialogue serré, ses hypothèses matérialistes les plus audacieuses. L’attitude d’un public, d’abord concentré et perplexe, puis de plus en plus à l’aise, et même rieur, prouve que le metteur en scène et les comédiens, sans oublier les musiciens et les techniciens (grâce aux lumières), ont réussi à rendre un texte difficile intelligible et agréable à tous.

3Le biais utilisé par la troupe pour y parvenir est tout simplement celui du corps. Le corps est en effet la commune mesure entre le sujet philosophique du dialogue, le jeu des acteurs et les réactions sensibles des spectateurs. Ainsi, après la lecture bien venue des trois allées de La promenade du sceptique, l’« Entretien entre d’Alembert et Diderot » qui ouvre la représentation se déroule sur fond de pique-nique. Il ne s’agit pas là d’une facilité destinée à capter l’attention du spectateur, mais d’une façon d’introduire matériellement sur scène le fameux œuf à l’aide duquel, selon le personnage de Diderot (joué par un Hervé Boudin très ressemblant), « on renverse toutes les écoles de théologie et tous les temples de la terre ». Quelle meilleure façon, quand en sus le comédien l’ingurgite, de rendre perceptible au spectateur la théorie diderotienne du passage de la matière inerte à la matière vivante ?

4Le corps est encore à l’honneur dans les mimiques, les postures, les mouvements des comédiens, que Diderot théoricien du drame tenait pour plus éloquents que les mots. Ici, non seulement le corps des comédiens parle, notamment celui de Mademoiselle de l’Espinasse (joué par une Luce Mouchel très expressive) et bien entendu celui masturbateur de d’Alembert (joué sans une once de vulgarité par Olivier Saladin), mais il indique au spectateur non-initié le double sens de la parole gazée et malicieuse de l’auteur. Il n’est pas jusqu’au talentueux claveciniste Philippe Davenet qui n’ajoute à ce festival de la matière en faisant vibrer au moment voulu — je serais tentée de dire : à bon escient — la corde évoquée par les personnages pour soutenir, dans le cadre de la distinction des deux substances, la thèse de l’homme instrument doué de sensibilité et de mémoire.

5Si bien que lorsque, après « Le rêve de d’Alembert » proprement dit, la « Suite de l’Entretien » laisse à la fin du dîner Mlle de l’Espinasse en tête-à-tête avec un médecin Bordeu inspiré (joué avec pétulance par Vincent Berger), « la quête intellectuelle s’érotise », selon le mot d’A. Bézu, pour le plus grand plaisir du spectateur, amusé et électrisé par une conversation sur le mélange des espèces, la différence des sexes, la liberté sexuelle, l’homosexualité, menée en des termes extrêmement modernes.

6Hommage soit rendu au metteur en scène d’avoir si bien compris Diderot, à l’équipe de comédiens, de musiciens, de techniciens, de l’avoir si bien rendu, dans ce qui est, comme toujours chez le philosophe langrois, une fête du corps et de l’esprit !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylviane Albertan-Coppola, « Le Rêve de d’Alembert, adaptation théâtrale dirigée par Alain Bézu, Théâtre des deux rives, (Rouen, 10-14 mars 2015) et en tournée », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 50 | 2015, 408-409.

Référence électronique

Sylviane Albertan-Coppola, « Le Rêve de d’Alembert, adaptation théâtrale dirigée par Alain Bézu, Théâtre des deux rives, (Rouen, 10-14 mars 2015) et en tournée », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 50 | 2015, mis en ligne le 29 novembre 2015, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rde/5266

Haut de page

Auteur

Sylviane Albertan-Coppola

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • OpenEdition Journals