Navigation – Plan du site
Lecteurs de Diderot

Ernest Seillière, un contre-révolutionnaire au XXe siècle

Ernest Seillière, a twentieth-century counter-revolutionary
Pascale Pellerin
p. 141-153

Résumés

Ernest Seillière, critique littéraire de la première moitié du vingtième siècle, s’est intéressé de très prés au romantisme et au mysticisme passionnel. Obnubilé par la figure de Jean- Jacques Rousseau, il ne néglige pas pour autant son acolyte en philosophie, Diderot, sur lequel il commence à écrire dès 1907. C’est particulièrement la relation entre les deux écrivains qui retient l’attention de Seillière car il essaie en vain tout au long de ses écrits de comprendre lequel a été l’initiateur ou l’inspirateur. Selon lui, Diderot et Rousseau sont responsables des crimes de la Révolution, particulièrement ceux de la Terreur. Reprenant les attaques des contre-révolutionnaires du Directoire, Seillière s’appuie essentiellement sur deux textes de Diderot, le Supplément au voyage de Bougainville et les Eleuthéromanes. Son gros essai sur Diderot, écrit durant l’Occupation durant laquelle il dénonce les mouvements de résistance, constitue un réquisitoire contre le philosophe.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Ernest Seillière, dont on connaît aujourd’hui le patronyme grâce à la personne de son petit-fils, qui fut président du Medef jusqu’en 2005, n’a pas laissé de traces indélébiles parmi les critiques littéraires du XXe siècle. Il a pourtant écrit de nombreux ouvrages et occupe des fonctions honorifiques dans l’intelligentsia française de la première moitié du vingtième siècle. Sa critique du romantisme et du mysticisme, qui vise en premier lieu Rousseau, prend une place non négligeable dans la problématique contre-révolutionnaire et germanophobe. Ses nombreux écrits sur Rousseau s’inscrivent dans une critique de l’esthétique romantique qu’il rattache à « l‘esprit jacobin issu presque uniquement de la prédication de Jean-Jacques ». Pour Seillière le mysticisme passionnel et le mysticisme social ont la même source : Jean-Jacques Rousseau. Mais derrière Rousseau plane l’ombre de Diderot, deux hommes issus du peuple. Et Seillière se demande tout au long de ses écrits lequel des deux a entr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Pellerin, « Ernest Seillière, un contre-révolutionnaire au XXe siècle », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 50 | 2015, 141-153.

Référence électronique

Pascale Pellerin, « Ernest Seillière, un contre-révolutionnaire au XXe siècle », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 50 | 2015, mis en ligne le 25 novembre 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rde/5293 ; DOI : 10.4000/rde.5293

Haut de page

Auteur

Pascale Pellerin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • OpenEdition Journals