Skip to navigation – Site map
Diderot

Faut-il étouffer Sade ?

Les avatars du « raisonneur violent » chez Rousseau et Sade (2e partie)
Would Diderot have smothered Sade? (Part 2)
Gilles Gourbin
p. 41-62

Abstracts

The ‘violent reasoner’ imagined by Diderot in the Encyclopédie article DROIT NATUREL is a dual-purpose rhetorical weapon. The violent reasoner’s argument, intended to counter Hobbes’s voluntarist contractualism, is also an oblique way of criticizing Rousseau’s political philosophy. Rousseau, indirectly targeted by Diderot, adopts the same character at the same time, in the Geneva manuscript, with the clear aim of invalidating Diderot’s arguments and conclusions concerning political law. Rousseau’s aim is to show that his own contractualist proposal is the only possible solution to the political problem, but his ‘independent enlightened man’ runs the risk of giving La Mettrie’s ‘pre-Sadian’ point of view its maximum speculative power. Sade, who inherits this dual critical conception of natural law theory, can hence be read as an author who uses Rousseau against Diderot before ditching his unwitting accomplice. A comparison of the different incarnations of Diderot’s ‘violent reasoner’ - from Rousseau’s ‘independent enlightened man’ to Sade’s ‘libertine villain’ - allows us to compare the three authors’ political theories and also reveals one of the Marquis’s favourite literary strategies, namely the philosophical and logical subversion of the thinkers he admired.

Top of page

Index terms

Top of page

Editor's notes

La première partie de cet article a été publiée dans le numéro précédent (RDE, 50).

Excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2020.
http://www.cairn.info/revue-recherches-sur-diderot-et-sur-l-encyclopedie-2016-1-page-41.htm

First lines

« Si un auteur, tel que La Mettrie, a eu l’impudence de se faire l’apologiste du vice ; il a été méprisé et des savants et des ignorants ; j’oserais presque dire et des gens de bien et des méchants. » Diderot, Observations sur Hemsterhuis.

Sade, relève avec justesse Blanchot, ne s’est pas contenté de faire œuvre littéraire en s’adossant à ses principes philosophiques propres : « Ce qui lui plaît infiniment, c’est de les mettre en rapport avec les théories à la mode, celles de l’égalité des individus devant la nature et devant la loi ». Comment, dans ces conditions, Sade intervient-il dans le débat, inauguré par l’article DROIT NATUREL, entre Diderot et Rousseau ? Posant cette question, précisons d’emblée que nous laissons délibérément de côté celle de la cohérence politique de l’auteur Sade et, a fortiori, celle des engagements du citoyen Sade au moment de la Révolution française. De fait, il n’est pas facile de brosser le portrait de Sade politique : ses œuvres, ses lettres et ses a...

Top of page

References

Bibliographical reference

Gilles Gourbin, « Faut-il étouffer Sade ? », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 51 | 2016, 41-62.

Electronic reference

Gilles Gourbin, « Faut-il étouffer Sade ? », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [Online], 51 | 2016, Online since 25 November 2018, connection on 16 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/rde/5383 ; DOI : 10.4000/rde.5383

Top of page

About the author

Gilles Gourbin

Université de Lorraine

By this author

Top of page

Copyright

Propriété intellectuelle

Top of page
  • Logo CNL
  • OpenEdition Journals