Navigation – Plan du site
Comptes Rendus

Michel Hilaire, Sylvie Wuhrmann, Olivier Zeder (dir.), Le Goût de Diderot. Greuze, Chardin, Falconet, David

Catalogue de l’exposition présentée au musée Fabre de Montpellier et à la Fondation de l’Hermitage à Lausanne, Paris, Hazan, 2013. ISBN 978-2-7541-0716-7
Arnaud Buchs
p. 200-203
Référence(s) :

Michel Hilaire, Sylvie Wuhrmann, Olivier Zeder (dir.), Le Goût de Diderot. Greuze, Chardin, Falconet, David, Catalogue de l’exposition présentée au musée Fabre de Montpellier et à la Fondation de l’Hermitage à Lausanne, Paris, Hazan, 2013. ISBN 978-2-7541-0716-7

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1À l’occasion du tricentenaire de la naissance de Diderot, le Musée Fabre de Montpellier, associé à la Fondation de l’Hermitage à Lausanne, a mis sur pied, du 5 octobre 2013 au 12 janvier 2014, puis du 7 février au 1er juin 2014, une remarquable exposition d’œuvres du XVIIIe siècle intitulée Le Goût de Diderot. Les éditions Hazan en publient le catalogue – superbement illustré – augmenté de sept essais mettant en lumière la richesse et la profondeur de la critique d’art de Diderot.

2Stéphane Lojkine est à l’origine de ce projet commémoratif, qui prolonge à sa manière l’exposition Diderot et l’art, de Boucher à David, tenue à l’Hôtel de la Monnaie de Paris en 1984 à l’occasion du bicentenaire de la mort du philosophe. Les quelques 92 œuvres exposées à Montpellier puis à Lausanne proposaient un parcours thématique original, allant de la personnalité de Diderot et du phénomène des Salons à une section intitulée « le peintre magicien », en passant par des séquences dédiées au « pari de la vérité » et à l’acte de « peindre et sculpter en poète ». Ce sont ainsi les principaux représentants de la peinture française des Lumières qui étaient convoqués : Boucher, Vien, Deshays, Doyen, Hubert Robert, Loutherbourg et David, sans oublier Greuze, Vernet et Chardin, parmi d’autres, illustrent à leur manière l’évolution du regard et de la pensée esthétique de Diderot vis-à-vis des images, principalement dans les 9 Salons qu’il fut amené à rédiger, de 1759 à 1781, pour la Correspondance littéraire de son ami Grimm.

3L’exposition du tricentenaire réservait également une place de choix au dessin, à la gravure et surtout à la sculpture, avec des œuvres majeures de Falconet – notamment son Pygmalion au pied de sa statue, à l’instant où elle s’anime – et de Pigalle, Mercure attachant ses talonnières, qui permettent de comprendre combien le génie de Diderot était universel.

4Stéphane Lojkine, dans un premier essai intitulé « Diderot, le goût de l’art », éclaire le titre retenu pour l’exposition, montrant que la notion de « goût » chez Diderot participe pleinement de cette évolution des Lumières vers ce que nous appelons depuis Baumgarten et Kant l’« esthétique » : « La seconde moitié du XVIIIe siècle est le théâtre de ce double renversement fondamental dans l’attention à l’œuvre d’art : le discours glisse du point de vue de sa production à celui de sa réception ; il organise son champ non plus à partir des objets qui le constituent mais du sujet qui les appréhende. Un corollaire essentiel de ce second glissement est l’émergence du plaisir au cœur du discours esthétique » (p. 28). Rompant avec la tradition métaphysique platonicienne, Diderot l’infléchit de manière originale vers ce que Lojkine appelle une « a-subjectivité radicale, à partir de laquelle appréhender la matière même de l’art » (p. 30). Le critique s’attache alors à retracer les grandes étapes de la « triple dissémination » (p. 31) caractéristique de la réflexion de Diderot sur le goût, soulignant en particulier le rôle essentiel des allégories dans les premiers écrits du philosophe et montrant surtout que c’est l’ensemble de l’œuvre – des illustrations de l’Encyclopédie aux Pensées détachées sur la peinture – qui vise finalement à penser toutes les facettes du travail de l’imagination.

5Dans un second essai tout aussi éclairant, « Peindre en philosophe », S. Lojkine montre combien l’expérience théâtrale de Diderot, et notamment Le Fils naturel, a influencé sa perception du tableau et l’a engagé à faire de la « vérité » un critère esthétique original : « La vérité est la bannière des philosophes : c’est un encyclopédiste, un combattant des Lumières qui vient au Salon et regarde les œuvres ; son regard n’est pas neutre, et Diderot entend bien s’afficher comme tel. La vérité sera donc son mot d’ordre, à partir duquel différencier idéologiquement un bon et un mauvais camp, les artistes du vrai et les artistes du faux » (p. 103-104). Boucher tient dès lors lieu de contre-modèle, qui obligera en quelque sorte Diderot à « entrer » dans l’espace pictural et à élargir ainsi son horizon de pensée, comme en témoigne l’évolution de son regard dans les Salons.

6Dans « Diderot et la sculpture », Guilhem Scherf aborde une partie de la réflexion de Diderot restée dans une ombre relative. Citant abondamment les Salons et la correspondance, le critique rappelle que la sculpture a toujours été présente dans la pensée esthétique de Diderot – ses remarques sur Falconet et Pigalle, entre autres, trahissent une attention constante aux problèmes spécifiques liés à la sculpture. Les questions du support des œuvres monumentales, de la construction de figures dans l’espace ou encore des bustes (dont ceux le représentant) sont ainsi régulièrement discutées avec les deux sculpteurs.

7Dans « Peindre en poète », Olivier Zeder s’attache à suivre les liens tissés par Diderot entre poésie et peinture. « Peindre en poète, pour Diderot, c’est posséder deux qualités que l’on ne trouve pas facilement réunies dans la même personnalité artistique : exprimer la grandeur épique par l’exagération, révéler la majesté et la grandeur par la simplicité sublime. En fait, pour simplifier, être habité par un esprit baroque et par un autre classique » (p. 191). Cette double grille de lecture permet notamment à Diderot de se faire le critique impitoyable de la dimension « narrative » des grands peintres d’histoire.

8Christian Michel, dans son essai « Le peintre magicien », souligne quant à lui les différentes facettes de la « magie » que Diderot décèle en particulier chez Chardin : « le peintre magicien n’est pas le maître du trompe-l’œil, c’est par son faire qu’il séduit » (p. 239). C. Michel pointe alors chez Diderot ce qu’il appelle les « positions parfaitement contradictoires d’un Salon à l’autre, voire d’un tableau à l’autre » (p. 246), lorsqu’il s’agit par exemple de comparer les œuvres de Boucher et de Chardin, ou les deux tableaux du transept de Saint-Roch peints par Yien et Doyen.

9Dans « L’art et la manière », Jérôme Farigoule se penche sur un double aspect longtemps négligé de la critique d’art de Diderot : le dessin et la gravure. Des planches de l’Encyclopédie aux Salons, dessin et gravure traversent pourtant en filigrane toute la réflexion du philosophe sur l’art, dans le sillage de Hogarth et de Claude Nicolas Cochin fils. La gravure « en manière de crayon », par sa fidélité au modèle, était alors de nature à engager Diderot à réévaluer les arts techniques au détriment des arts libéraux (p. 273).

10Dans un dernier essai intitulé « Les premiers lecteurs des Salons et la réception de la peinture française du XVIIIe siècle de Diderot aux frères Goncourt », Guillaume Faroult retrace à grands traits la « subtile stratégie de divulgation dissimulée » (p. 280) qui caractérise la diffusion de la Correspondance littéraire de Grimm, pour ensuite montrer combien le XIXe siècle est redevable à l’édition posthume des Salons, notamment pour ce qui est de la compréhension de la peinture française des Lumières.

11À noter enfin, pour être complet, que l’exposition Le Goût de Diderot fut l’occasion d’un colloque tenu à Aix-en-Provence et à Lausanne en 2014 intitulé Diderot et le temps, et dont les actes viennent de paraître aux Presses universitaires de Provence, sous la direction de Stéphane Lojkine, Adrien Paschoud et Barbara Selmici Castioni.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arnaud Buchs, « Michel Hilaire, Sylvie Wuhrmann, Olivier Zeder (dir.), Le Goût de Diderot. Greuze, Chardin, Falconet, David », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 51 | 2016, 200-203.

Référence électronique

Arnaud Buchs, « Michel Hilaire, Sylvie Wuhrmann, Olivier Zeder (dir.), Le Goût de Diderot. Greuze, Chardin, Falconet, David », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 51 | 2016, mis en ligne le 25 novembre 2016, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rde/5412

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • OpenEdition Journals