Skip to navigation – Site map
Comptes Rendus

Marion Chottin, Le Partage de l’empirisme. Une histoire du problème de Molyneux aux XVIIe et XVIIIe siècles

Paris, Champion, « Travaux de philosophie », 2014. ISBN 978-2-7453-2707-9
Véronique Le Ru
p. 238-239
Bibliographical reference

Marion Chottin, Le Partage de l’empirisme. Une histoire du problème de Molyneux aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Champion, « Travaux de philosophie », 2014. ISBN 978-2-7453-2707-9.

Index terms

Top of page

Full text

1Ce livre issu de la thèse de Marion Chottin présente une excellente analyse du fameux problème posé par le médecin Molyneux à son ami Locke : « Supposez un aveugle-né, à présent adulte, à qui l’on ait appris à distinguer par le toucher un cube et une sphère, disons en ivoire, à peu près de la même grosseur, de telle sorte qu’il puisse dire, quand il touche l’un et l’autre, lequel est le cube et lequel est la sphère. Supposez ensuite que le cube et la sphère soient posés sur une table, et que l’aveugle recouvre la vue. La question est de savoir s’il sera alors capable, avant de les toucher, de les distinguer par la vue et de dire quel est le cube et quelle est la sphère. »

2Ce problème tient à l’âge classique une place insigne : tous les philosophes s’y sont intéressés depuis Locke et Leibniz jusqu’à Diderot et Condillac. Marion Chottin propose de lire ce partage d’un problème philosophique touchant la perception, l’apprentissage synesthésique et l’éducation de la sensibilité comme le partage et la diffusion de l’empirisme. Le fil directeur de son ouvrage est de montrer que c’est autour de la question de la genèse perceptive que s’est construit et développé un empirisme légitime et satisfaisant dans ses racines et réflexions. C’est avec la figure de l’aveugle-né que la proposition selon laquelle toutes nos idées viennent des sens acquiert une assise philosophique et scientifique remarquable et reconnue par la communauté savante. L’aveugle-né qui ouvre les yeux sur le monde et apprend à voir est une expérience de pensée qui conduit à concevoir la relativité de la perception selon le processus d’individuation de chacun : on ne voit pas pareillement selon les âges de la vie. La perception a une histoire à la fois individuelle et culturelle. Chaque sujet percevant construit son rapport au monde mais sa perception, sa sensibilité, est elle aussi construite par le monde et l’époque dans lesquels il vit, et la culture qui l’entoure. Autrement dit, le sujet percevant n’est pas posé a priori comme une substance mais est construit et se construit dans son interaction avec le monde et avec autrui. À partir de cette figure de l’aveugle, M. Chottin distingue deux sens du partage de l’empirisme : le premier sens est celui de l’expansion de l’empirisme (au sens d’un mouvement de pensée que l’on partage), le deuxième est celui d’une cartographie de l’empirisme (au sens de partage d’un territoire). Selon ce deuxième sens, l’auteure montre que l’empirisme emprunte trois voies : celle de la clarté des sensations originaires, celle de l’apprentissage perceptif, et enfin la perspective qu’elle juge la plus aboutie, celle de Condillac qui accomplit la synthèse des deux premières. Pour justifier sa position, M. Chottin déploie deux grands moments d’analyse : dans la première partie, elle s’interroge sur le problème de l’origine des idées qu’elle affronte par le départ entre le jugement et la sensation ; dans la deuxième partie, elle retrace l’histoire de la perception qu’elle construit à travers la question de l’éducation des sens. Si tout l’ouvrage est d’une grande rigueur et d’une qualité d’écriture tout à fait satisfaisante, il faut souligner l’excellente analyse du dernier chapitre de cette deuxième partie dans lequel Marion Chottin explique de manière lumineuse pourquoi le problème de Molyneux disparaît à la fin du XVIIIe siècle : une fois que la question de l’origine des idées a fait émerger une théorie de la perception, le problème de Molyneux change de nature : on passe de la fiction initiale (supposez un aveugle-né) au problème scientifique de la perception et de sa construction. À ce propos, le choix de l’auteure de présenter en annexe un certain nombre d’expériences visant à valider ou à réfuter l’empirisme est extrêmement judicieux, il montre à quel point la question de la perception a continué à faire débat non plus dans le cadre d’une expérience de pensée mais dans celui d’une théorie de la connaissance.

Top of page

References

Bibliographical reference

Véronique Le Ru, « Marion Chottin, Le Partage de l’empirisme. Une histoire du problème de Molyneux aux XVIIe et XVIIIe siècles », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 51 | 2016, 238-239.

Electronic reference

Véronique Le Ru, « Marion Chottin, Le Partage de l’empirisme. Une histoire du problème de Molyneux aux XVIIe et XVIIIe siècles », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [Online], 51 | 2016, Online since 25 November 2016, connection on 16 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/rde/5446

Top of page

Copyright

Propriété intellectuelle

Top of page
  • Logo CNL
  • OpenEdition Journals