Navigation – Plan du site

Les voyages intertextuels de l’abada

Intertextual travels of the abada
Stéphane Schmitt
p. 23-38

Résumés

L’article ABADA de l’Encyclopédie, signé de Diderot, s’inscrit dans une histoire intertextuelle complexe du xvie au xixe siècle. Ce terme malais désignant un rhinocéros d’Asie a d’abord été rapporté sous ce sens par les voyageurs, avant que la compilation de Dapper (1668) n’introduise de la confusion en mêlant des données relatives à l’Afrique et à l’Asie et en faisant de l’abada une créature distincte du rhinocéros. En exploitant cette source dès 1694, puis en se copiant les uns les autres, les lexicographes français vont massivement perpétuer cette acception que Diderot lui-même, en dépit d’un certain scepticisme, va contribuer à propager. Nous retraçons ici les grandes lignes de ce cheminement du mot « abada », exemple typique de nombreux zoonymes exotiques qui, empruntés aux voyageurs, sont entrés très tôt dans les dictionnaires français et s’y sont maintenus parfois très longtemps en dépit des incertitudes de leur définition.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce travail a été réalisé à l’occasion de ma participation au projet ENCCRE, dont je tiens à remercier les membres pour leur aide et leurs suggestions. Un grand merci également à Jeff Loveland pour sa relecture attentive.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

L’origine du terme et son introduction dans les langues européennes
La modification de sens introduite lors du processus de compilation et sa stabilisation par les lexicographes
L’entrée de Pabada dans l’Encyclopédie
La destinée de l’abada dans les ouvrages dérivés de l’Encyclopédie et au-delà

Aperçu du début du texte

Le premier animal à faire l’objet d’une entrée dans l’Encyclopédie porte un nom fort mystérieux : « abada » (ABADA, Enc., 1,6b-7a). La description qui en est donnée permet, sinon d’identifier immédiatement l’espèce, du moins de se la représenter plus ou moins. En effet, selon Diderot, l’auteur de l’article, cette curieuse créature, supposée vivre « sur la côte méridionale de Bengale », « est de la grosseur d’un poulain de deux ans, & […] a la queue d’un bœuf, mais un peu moins longue ; le crin & la tête d’un cheval, mais le crin plus épais & plus rude, & la tête plus plate & plus courte ; les pieds du cerf, fendus, mais plus gros ». Surtout, elle possède deux cornes, « l’une sur le front, l’autre sur la nuque du cou » : « celle du front est longue de trois ou quatre pieds, mince, de l’épaisseur de la jambe humaine vers la racine ; qu’elle est aiguë par la pointe, & droite dans la jeunesse de l’animal, mais qu’elle se recourbe en-devant ; & que celle de la nuque du cou est plus c...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Schmitt, « Les voyages intertextuels de l’abada », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 52 | 2017, 23-38.

Référence électronique

Stéphane Schmitt, « Les voyages intertextuels de l’abada », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 52 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rde/5489 ; DOI : 10.4000/rde.5489

Haut de page

Auteur

Stéphane Schmitt

CNRS, Laboratoire SPHERE, UMR 7219, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • OpenEdition Journals