Navigation – Plan du site

Le Neveu de Rameau ou l’impossible morale

Le Neveu de Rameau or the impossibility of morality
Gerhardt Stenger
p. 71-86

Résumés

Cet article essaie de répondre à deux questions qui n’ont cessé d’occuper les chercheurs concernant Le Neveu de Rameau : 1. Quelle est la date de rédaction de l’ouvrage ? 2. Pourquoi Diderot n’a-t-il jamais voulu le publier, même dans la Correspondance littéraire ? Si un premier jet du Neveu a peut-être existé dès le début des années 1760, la plus grande partie, tous les passages qui concernent la philosophie en particulier, ne peuvent dater que du milieu des années 1770, lorsque Diderot a fini par comprendre que la morale esquissée dans la Lettre à Landois (1756), qui est basée sur le principe que la vertu assure le bonheur de l’homme, est valable sur le papier, mais contredite dans les faits. Certains hommes trouvent leur bonheur en dehors de la vertu, comme Rameau qui justifie sa conduite peu honorable avec les principes mêmes de la doctrine fataliste. MOI a beau marteler que la vertu fait le bonheur de l’homme : LUI lui rétorque sans difficulté que les exemples du contraire sont légion. La conclusion est sans appel : dans la société telle qu’elle est, le méchant est quasi nécessairement heureux. Le comportement du Neveu est l’incarnation de la norme sociale, mais d’une norme qui rend caduque, voire dérisoire, la morale austère du philosophe. Certes, le Neveu n’est qu’un gueux exposé à toutes sortes d’humiliations, mais avec un personnage moins méprisable que LUI, le dialogue aurait probablement tourné à l’apologie de la méchanceté que Diderot redoutait tant. Il ne lui restait qu’une solution : enfouir Le Neveu au fond d’un tiroir...

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Deux siècles après sa première publication, on ne sait toujours pas à quel moment et en combien d’étapes Diderot a rédigé Le Neveu de Rameau, et encore moins pourquoi il n’a pas voulu le publier, même pas dans la Correspondance littéraire qui accueillit pourtant une œuvre aussi sulfureuse du point de vue philosophique que Le Rêve de D’Alembert, ainsi que les Salons qui ne sont guère tendres pour certains artistes vivants et parfois bien connus de Diderot. L’entretien entre Lui et Moi, ou plutôt un débat ressemblant de loin au Neveu de Rameau, a pu avoir lieu entre 1760 et 1762, mais il n’est pas sûr que son auteur ait alors commencé à écrire son dialogue, ou même une première version, dès ce moment-là. Le mystère qui entoure le chef-d’œuvre de Diderot rend très difficile, voire impossible, sa datation par le recours aux méthodes de la critique externe. Toutes ces interrogations peuvent paraître anodines aux yeux d’un lecteur moderne ; en tout cas, elles ne semblent en rien influence...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gerhardt Stenger, « Le Neveu de Rameau ou l’impossible morale », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 52 | 2017, 71-86.

Référence électronique

Gerhardt Stenger, « Le Neveu de Rameau ou l’impossible morale », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 52 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rde/5495 ; DOI : 10.4000/rde.5495

Haut de page

Auteur

Gerhardt Stenger

Université de Nantes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • OpenEdition Journals