Navigation – Plan du site

À propos du Paradoxe sur le comédien de Diderot

Texte traduit et présenté par Meijian Zheng
‘On the Paradoxe du comédien’ (1961), translated and presented by Zheng Meijian
Guangqian Zhu
Traduction de Meijian Zheng
p. 87-99

Résumés

La publication, le 2 février 1961 dans le Renmin Ribao (Le Quotidien du peuple), d’un article de Zhu Guanqian sur le Paradoxe du comédien a suscité une passionnante controverse à laquelle un grand nombre d’intellectuels et d’hommes de théâtre chinois ont participé. Dans ce texte, traduit ici en français pour la première fois, Zhu Guanqian faisait ouvertement l’éloge de Diderot. De plus, il proposait de voir dans l’opéra traditionnel chinois un exemple d’application du modèle idéal. Dans son introduction, Zheng Meijian replace le texte dans son contexte en insistant sur l’enjeu que constituait l’esthétique en Chine à cette époque. Cet article fondamental et le débat qu’il a provoqué permettent non seulement d’éclairer la réception de l’œuvre de Diderot en Chine, mais aussi d’avoir une vue d’ensemble des principales conceptions du théâtre en présence à l’époque dans le champ intellectuel et artistique chinois.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Notes de l’auteur

« À propos du Paradoxe sur le comédien de Diderot » a été publié en tête du volume Recueil des discussions autour du Paradoxe sur le comédien, Shanghai, Édition artistique et littéraire de Shanghai, 1963, p. 1-9.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Présentation
Traduction

Aperçu du début du texte

Présentation

En tant que chef de file des encyclopédistes et représentant des Lumières, Diderot est célèbre en Chine depuis le xixe siècle. Cependant, les intellectuels chinois n’ont découvert sa pensée qu’au siècle suivant. La première traduction de ses œuvres, publiée en 1934, est une sélection de ses textes philosophiques. Ses œuvres esthétiques ont été traduites en chinois plus tardivement encore, et c’est surtout le débat suscité par la parution, le 2 février 1961 dans le Quotidien du peuple (Renmin Ribao), d’un article de Zhu Guanqian sur le Paradoxe sur le comédien qui les a fait connaître.

Zhu Guangqian (1897-1986), dont les œuvres ont paru sous le pseudonyme de Mengshi, est l’un des fondateurs de la discipline esthétique moderne en Chine. La pensée et la carrière de Zhu Guangqian ont été marquées par l’esprit de son temps : il a grandi dans la culture traditionnelle, mais il a manifesté un très grand intérêt pour le savoir occidental. Comme maints intellectuels de l’époque, i...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guangqian Zhu, « À propos du Paradoxe sur le comédien de Diderot », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 52 | 2017, 87-99.

Référence électronique

Guangqian Zhu, « À propos du Paradoxe sur le comédien de Diderot », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 52 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rde/5496 ; DOI : 10.4000/rde.5496

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • OpenEdition Journals