Navigation – Plan du site
Diderot et D'Alembert

Lettres inédites, problématiques inédites ?

New letters, new questions?
Irène Passeron
p. 115-126

Résumés

D’Alembert correspondant de Voltaire, de Frédéric II, de Lagrange, de Madame Du Deffand, telle est l’image principale que renvoient ses lettres éditées au xixe siècle. S’y ajoutent, au fil du temps, de nombreuses pièces biographiques et scientifiques. Aujourd’hui, l’ensemble des lettres, identifiées, datées, et rassemblées dans un inventaire analytique, nous donne une autre vision de l’activité du savant encyclopédiste, grâce, en particulier, aux nombreuses lettres inédites que les recherches menées ont permis de localiser. C’est l’occasion de s’interroger sur la nature et l’histoire des lettres conservées, comme de celles retrouvées récemment. Nous examinerons ici, par l’intermédiaire de la dernière lettre retrouvée, en 2017, de D’Alembert à Madame de Crequÿ, et des questions soulevées par sa datation, comment mener l’analyse conjuguée des différentes facettes connues de l’auteur du Discours préliminaire de l’Encyclopédie.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Diderot
Une lettre inédite retrouvée en 2017 : « il vaut mieux tard que jamais… »

Aperçu du début du texte

La singularité et la richesse de la correspondance de D’Alembert nous émerveillent : singularité d’un mathématicien philosophe et littéraire, singularité d’un enfant trouvé, vivant entre plusieurs mondes, depuis les canapés des salons où fusent les traits d’esprit, jusqu’aux fauteuils austères de la prestigieuse Académie royale des sciences et à ceux, plus convoités encore, de la « française », en passant par les bancs de la populaire rue Michel-le-comte ; richesse d’une correspondance de plus de 2 300 lettres couvrant les quarante années précédant la Révolution française, richesse de l’éventail social que l’on parcourt à travers ses interlocuteurs, souverains (Frédéric II, Catherine II), hommes et femmes de lettres (Voltaire, Hume, Mme Du Deffand, Mlle de Lespinasse), mathématiciens (Euler, Cramer, Lagrange), magistrats de province, médecins, hommes de cour, « pauvres diables » de tous crins, aspirants scientifiques ou poètes, soit plus de quatre cents personnes en correspondance a...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Irène Passeron, « Lettres inédites, problématiques inédites ? », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 52 | 2017, 115-126.

Référence électronique

Irène Passeron, « Lettres inédites, problématiques inédites ? », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 52 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rde/5501

Haut de page

Auteur

Irène Passeron

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • OpenEdition Journals