Navigation – Plan du site
Diderot et D'Alembert

La relation entre Diderot et D’Alembert : regards croisés sur leurs écrits de mathématiques

Diderot and D’Alembert in their mathematical writings
Nataša Raschi et Giuseppe Saccomandi
p. 143-161

Résumés

Cette étude explore la relation existant entre Diderot et D’Alembert à partir des écrits mathématiques du premier (Mémoires et Écrits divers). Après un aperçu de leurs formations respectives, et un état des études sur les œuvres mathématiques de Diderot, les Mémoires et La Lettre sur les probabilités sont examinés de plus près. Si pour D’Alembert les mathématiques sont une profession à part entière, pour Diderot elles représentent quelque chose de différent. De façon générale, Diderot considère le processus de l’abstraction comme une source d’erreur possible, alors que D’Alembert soutient exactement la thèse opposée, dans la mesure où il préconise la méthode scientifique basée sur l’abstraction pure. Diderot ne s’intéresse pas aux mathématiques ou à la mécanique en tant que telles, mais en tant qu’instruments de connaissance nécessaires à la diffusion des arts et métiers. En suivant plusieurs pistes, cette étude rétablit un équilibre entre l’importance de l’argument philosophique chez D’Alembert, et l’intérêt de Diderot pour les Mathématiques, en relation avec les arts mécaniques.

Haut de page

Notes de la rédaction

Nataša Raschi a rédigé les deux premières parties de cette étude, Giuseppe Saccomandi l’Introduction, le commentaire des deux Mémoires de D’Alembert et la Conclusion.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Palimpsestes
Les Mémoires de Diderot
Les commentaires de Diderot dans Sur deux mémoires de D’Alembert

Aperçu du début du texte

La relation entre Diderot et D’Alembert a déjà été analysée sous divers angles. On sait que des tensions ont existé entre les deux hommes pendant la co-direction de l’Encyclopédie. Cependant, on peut considérer, avec Thomas Hankins, que leurs divergences personnelles n’étaient pas fondamentales, même après 1758, mais qu’ils avaient par contre des désaccords profonds sur le plan philosophique. La conception de l’Encyclopédie supposait un certain consensus, mais il fut de courte durée. Véronique Le Ru estime ainsi que De l’interprétation de la Nature, paru en 1753, est pour Diderot « un correctif aux inflexions jugées trop rationalistes du Discours préliminaire de l’Encyclopédie ». De son côté, D’Alembert réaffirme ses convictions quelques années plus tard dans les Éléments de Philosophie. La tension atteint son paroxysme entre ces deux œuvres.

Une analyse des écrits mathématiques des deux hommes est susceptible de nous aider à comprendre la genèse de cette tension. En effet, ils révèl...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nataša Raschi et Giuseppe Saccomandi, « La relation entre Diderot et D’Alembert : regards croisés sur leurs écrits de mathématiques », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 52 | 2017, 143-161.

Référence électronique

Nataša Raschi et Giuseppe Saccomandi, « La relation entre Diderot et D’Alembert : regards croisés sur leurs écrits de mathématiques », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 52 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rde/5503 ; DOI : 10.4000/rde.5503

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNL
  • OpenEdition Journals