Navigation – Plan du site
Diderot et D'Alembert

L’article AVEUGLE, ou la Lettre sur les aveugles de D’Alembert

The article AVEUGLE, or D’Alembert’s Lettre sur les aveugles
Marion Chottin
p. 163-179

Résumés

C’est D’Alembert qui, en 1751, signe l’article AVEUGLE de l’Encyclopédie, alors que depuis sa Lettre sur les aveugles à l’usage de ceux qui voient (1749), Diderot fait figure de premier spécialiste français sur le sujet. Il s’agit là d’une stratégie d’écriture, destinée à contourner la censure dont Diderot a fait les frais, et qui lui a coûté trois mois de prison. De la sorte, cet article est peut-être l’unique texte à pouvoir être considéré comme une œuvre commune aux deux hommes, un morceau écrit à quatre mains. L’auto-censure des co-éditeurs de l’Encyclopédie atteint son objectif : l’article AVEUGLE échappe à la censure. Mais un texte amputé du matérialisme athée de Diderot présente-t-il encore un intérêt ? Les co-éditeurs et amis parviennent, discrètement, à réaffirmer l’athéisme de la Lettre, et D’Alembert, pour la première fois peut-être dans l’histoire de la philosophie, fait passer le monde des aveugles du statut de moyen au service de la pensée, à celui d’objet à part entière de l’analyse philosophique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Ce que D’Alembert pouvait retenir de la Lettre sur les aveugles, et ce qu’il a dû supprimer
Ce que D’Alembert a modifié, ou la nouvelle Lettre sur les aveugles

Aperçu du début du texte

C’est D’Alembert qui, en 1751, signe l’article AVEUGLE, alors que depuis sa Lettre sur les aveugles à l’usage de ceux qui voient (1749) Diderot faisait figure de premier spécialiste français sur le sujet. Mais c’est précisément parce que Diderot est l’auteur de la Lettre, que le co-directeur de l’Encyclopédie le rédige « à sa place ». En effet, sitôt l’ouvrage anonymement publié, son auteur fut démasqué et emprisonné à Vincennes. Ce furent, au premier chef, les quatre éditeurs de l’Encyclopédie (Durand, Le Breton, David l’aîné et Briasson) qui, inquiets de l’arrêt brutal de l’entreprise, parvinrent à fléchir les autorités et à le faire libérer. Difficile dans un tel contexte de faire paraître un équivalent de la Lettre, y compris de façon anonyme, dans un ouvrage co-dirigé par Diderot. Écrire un texte épuré des passages incriminés par la censure n’était pas davantage envisageable pour le Philosophe : une telle option aurait été perçue comme un pied de nez intolérable, ce qui aurait ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marion Chottin, « L’article AVEUGLE, ou la Lettre sur les aveugles de D’Alembert », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 52 | 2017, 163-179.

Référence électronique

Marion Chottin, « L’article AVEUGLE, ou la Lettre sur les aveugles de D’Alembert », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 52 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rde/5506 ; DOI : 10.4000/rde.5506

Haut de page

Auteur

Marion Chottin

CNRS-IHRIM/CHSPM

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNL
  • OpenEdition Journals