Navigation – Plan du site
Tendances de la conjoncture

Une récession historique

Isabelle Bourgeois
p. 3-4

Texte intégral

1La RFA connaît la plus forte récession de son his­toire, selon le rapport de printemps des instituts de conjoncture. Plus ouverte aux échanges que les autres économies euro­péennes, et spécialisée dans la pro­duc­tion de biens d’investisse­ments comme de biens de consommation durables, l’économie allemande subit de plein fouet la chute accélé­rée de la de­mande exté­rieure. Les instituts, qui ne pré­voyaient encore à l’au­tomne qu’une contraction modérée de son PIB, envisagent maintenant un recul de 6 % pour 2009, de même que le gouvernement fédéral. Si, comme la plupart des ob­serva­teurs, instituts et gouvernement considèrent que le point bas devrait être dépassé au cours de l’année, ils n’attendent pas de stabilisation de la conjoncture allemande avant le milieu de 2010. L’évolution de l’économie mondiale étant peu prévisible, ils restent prudents dans leurs prévi­sions pour l’an prochain (-0,5 %).

Une des raisons de cette prudence, qui avait motivé le refus de l’institut DIW de communiquer une prévision chif­frée (et lui a valu d’être vivement critiqué par ses collègues), est le caractère inédit de la récession globale actuelle qui défie tous les mo­dèles mathématiques, ceux-ci ne permettant que d’extrapoler les données récoltées par le passé. Or la globalisation a con­si­dérablement changé la donne. Au défaut d’instruments macro-économiques adéquats s’ajoute une pression médiatique ac­crue se transmuant en ce que les Instituts incri­minent dans leur rapport comme une « surenchère des révisions par le bas ». Or, expliquent-ils à l’intention du DIW, même si cela peut sembler scientifiquement justifié, refuser de produire des estimations chiffrées est absurde. D’une part, c’est irréaliste dans une société fondée sur la liberté d’expression et où règne une forte de­mande d’informations de la part des milieux économiques et politiques. D’autre part, un tel refus de la part d’instances scienti­fiques indépendantes serait hautement dommageable, puisque non seulement il sèmerait le doute chez les acteurs écono­miques, mais surtout parce qu’il ouvrirait en grand la voie à la désinformation (qu’elle émane d’entre­prises, de partis politiques ou même du gouvernement en cette phase électorale) et jetterait de surcroît le discrédit sur les prévisions du gouvernement en rendant « impossible leur comparaison avec celles d’instituts indépendants ».

Chute de la production industrielle et de l’investissement

2En Allemagne, la production industrielle s’est contractée bien plus fortement que dans les autres pays industrialisés : depuis février 2008, elle s’est réduite d’un cinquième (Bundesbank). Le ralentissement de l’activité des divers partenaires com­mer­ciaux s’est traduit par un recul des commandes de biens intermédiaires, puis de biens d’investisse­ments ; la construction mécanique a ainsi réduit en janvier et février sa production de 18,5 % par rapport à la fin 2008 (Buba). La baisse des expor­tations (7,5 % au dernier semestre 2008 ; Instituts) a finalement amené les entre­prises à réduire leurs investisse­ments (près de 5 %), mais tardivement, le taux d’utilisation des capacités étant resté à un niveau assez élevé jusqu’à la fin de l’été dernier du fait du stock de commandes ac­cumulées. C’est alors seulement qu’a pris fin la phase d’expansion de l’in­vestissement qui durait depuis 2003, expliquent les Instituts. L’origine de la baisse est bien la crise de la demande, car les Instituts ne constatent pas de restriction généralisée du crédit.

Le marché du travail tient bon pour l’instant

3La consommation intérieure s’est révélée en Allemagne « un facteur de sta­bilisation », à la diffé­rence des pays affectés de surcroît par une crise immobi­lière, soulignent les Ins­ti­tuts. La baisse des prix pétroliers, le recul de l’inflation à partir de l’été dernier ont en effet re­haussé le pouvoir d’achat, de même que la pour­suite de la décrue du chômage jusqu’en décembre a entretenu un climat favo­rable. Bien que la production industrielle ait chuté, le marché de l’emploi ne s’est pas détérioré. Il y a surtout deux raisons à cela : les ser­vices ne sont guère touchés par le recul de l’activité, et dans l’industrie, le chô­mage par­tiel (670 000 salariés en mars ; Bundesagentur) a visiblement rempli jusqu’ici sa fonc­tion d’amortisseur social de la crise (voir REA 89/09). Mais le taux de chômage (7,8 % en mars et avril en critères OIT selon l’Agence de Nuremberg) de­vrait aug­menter significativement dès la fin 2009 pour s’établir à plus de 10 % en 2010 (Instituts).

L’économie allemande pourrait redémarrer plus vite que prévu

4Pour l’avenir, les Instituts esquissent deux tendances. Si, comme le pense le FMI, la finance mondiale ne surmonte pas rapidement ses difficultés et pro­voque une nouvelle crise de confiance, un risque déflationniste n’est pas à ex­clure. Mais il est tout aussi pro­bable que « la conjoncture allemande redémarrera plus vite que prévu ». Certains indi­cateurs plaident en ce sens : l’amélioration du bilan de certaines banques, de même que les effets positifs à attendre de la poli­tique économique nationale et mondiale.

Priorité absolue à la stabilisation du système bancaire…

5La récession actuelle ayant pour seule origine une crise financière, la priorité im­médiate pour le gouvernement allemand est de stabiliser le système bancaire, y compris au be­soin par des nationalisations, rappellent les Instituts, « car plus vite sa situation sera nor­malisée, plus vite d’autres mesures de politique écono­mique amélioreront les perspec­tives conjoncturelles ; notamment en accroissant l’effica­cité de la politique monétaire ». Les deux programmes conjoncturels adop­tés (voir REA 90/09) contiennent des me­sures de soutien à la re­lance (hausse des investissements publics, légère baisse des prélèvements) et peuvent de ce fait être en toute légitimité financés par la dette. Il n’en va pas de même des mesures « s’assimilant à des subventions ou desti­nées à donner un coup de pouce à la consommation au prix d’une distorsion de la con­currence », comme la « prime à la casse » qui ac­centuera l’an prochain la ré­cession dans l’auto­mobile ou l’aide à des entreprises en difficulté qui pé­nalise les plus perfor­mantes.

Prévisions du rapport de printemps 2009 du groupe de travail des Instituts économiques

2007

2008

2009

2010

(variation en  % par rapport à la même période de l'année précédente)

PIB réel

2,5

1,3

-6,0

-0,5

Ouest (Berlin inclus)

2,5

1,3

 -6

- 0,5

Est

2,5

1,1

-5

 -1

Consommation privée

-0,4

-0,1

0,3

-1,2

Consommation publique

2,2

2,0

2,3

2,0

Investisssements bruts

4,3

4,4

-8,7

0,4

biens d'équipement

6,9

5,9

-16,4

-2,1

construction

1,8

3,0

-3,9

1,9

autres

8,0

6,6

2,0

2,0

Demande intérieure

1,1

1,7

-0,8

-0,7

Exportations

7,5

2,7

-22,6

2,4

Importations

5,0

4,0

-13,3

1,9

Prix à la consommation (2000 = indice 100)

2,3

2,6

0,4

0,0

Coûts salariaux unitaires

0,4

2,1

2,8

-1,3

(chiffres nominaux)

Déficit public en % du PIB

-0,2

-0,1

-3,7

-5,5

Déficit public (en milliards €)

-4,2

-3,3

-89,2

-132,5

Actifs (en millions)

39,8

40,3

39,8

38,7

Chômeurs indemnisés (en millions)

3,78

3,27

3,72

4,69

Source des données : Gemeinschaftsdiagnose Frühjahr 2009 (23-04-2009). Les prévi­sions prennent pour hypo­thèse notamment un prix moyen du baril de Brent de 50 $ en 2009/10, une parité 1,35 $ = 1 €, une contraction du commerce mondial de 16,5 % en 2009, suivie d’une croissance de 0,5 % en 2010.  NB : ces données ne sont que partiellement com­parables à celles du rapport d’automne (voir REA 89/08), les Instituts ayant révisé leurs calculs depuis.

… et à la préservation du rating de l’Allemagne

6Et le gou­vernement doit résister à la tenta­tion, très forte en année électo­rale, de lancer un troisième programme con­joncturel ; les effets des deux précé­dents sur l’état des finances publiques sont impos­sibles à chiffrer, le volume requis par le sou­tien au sys­tème bancaire n’étant pas connu. Enfin, il est impératif de renouer avec la consolidation budgétaire, entre autres pour préserver le rating de la RFA. Et, dès que pos­sible, cette consolidation devra se faire par une réduction des dépenses ; toute hausse des prélève­ments fiscaux et sociaux « réduirait les pers­pectives de croissance ».

7Le moral des Allemands reste étonnamment solide dans cette récession historique. Les indices ZEW (finance) et ifo (industrie) tendent vers le haut depuis plusieurs mois ; l’indice GfK révèle que les consommateurs gardent confiance. Certes, les experts pré­voient près de 5 millions de chômeurs en 2010, mais contrairement à la menace que brandissent à l’approche des élections quelques personnalités de gauche comme Oskar Lafontaine ou Michael Sommer (DGB), aucun vaste mouvement social ne se profile à l’horizon. Il est vrai qu’outre-Rhin, les conflits se règlent par négociation entre par­te­naires sociaux. Et, comme le formule Berthold Huber (IG Metall), « nous cherchons [au contraire] à éviter les mouvements sociaux en nous mettant au travail pour résoudre les problèmes ». Et il décrit ainsi la culture so­ciale alle­mande : « les salariés ont un grand intérêt à ce que le développement de leur entreprise soit durable » (Die Welt, 26-04-09). Si quelques grands patrons sont sur la sellette, il n’en va pas de même de l’écrasante majorité de leurs collègues, ces patrons des PME qui sont la base même de l’économie et qui, comme le souligne une étude de l’Institut der Deutschen Wirtschaft, sont « les gardiens de l’économie so­ciale de marché ». C’est peut-être là qu’il faut chercher la source du courage pragma­tique des acteurs économiques allemands : dans leur sens des réalités et leur culture du long terme (voir REA 84/07). Et dans la confiance que leur confère une approche collec­tive pour résoudre les difficultés. « L’Etat seul ne pourra pas y parvenir. Tous doivent apporter leur contribution », disait la chancelière Merkel lors d’une cérémonie commé­morant les 60 ans de la RFA et les 20 ans de la chute du Mur (Handelsblatt, 04-05-09). L’Histoire allemande est une longue suite de chocs et rup­tures ; il semblerait qu’elle ait développé chez nos voisins une capacité d’adaptation qui leur permet d’affronter l’adversité en toute conscience et sans perdre confiance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Bourgeois, « Une récession historique », Regards sur l'économie allemande, 91 | 2009, 3-4.

Référence électronique

Isabelle Bourgeois, « Une récession historique », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 91 | mai 2009, mis en ligne le 20 mai 2009, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rea/3668

Haut de page

Auteur

Isabelle Bourgeois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page