Navigation – Plan du site
Articles

L’argent des Allemands

Isabelle Bourgeois
p. 20-26

Résumé

Depuis plusieurs années, la consommation des ménages stagne outre-Rhin. La récente baisse de l’impôt sur le revenu n’a eu qu’un effet mi­nime, le léger coup de pouce au pouvoir d’achat étant absorbé par l’augmentation des coûts liés à la santé et à divers services, dont les assurances. S’y ajoute l’in­fla­tion perçue qui préoc­cupe l’opinion alle­mande depuis le bas­culement à l’euro. Pour­tant, les effets d’aubaine liés aux arrondis ont été somme toute limités, à en croire la Bundes­bank. Mais la méfiance est restée ancrée dans les esprits. L’attention des con­joncturistes se focalise aussi sur le taux d’é­pargne allemand, un des plus éle­vés d’Europe avec 9,6 % en 2002, mais inférieur à celui de la France (11,1 % ; source : OCDE, 2004). Le risque du chômage, l’incertitude quant à l’avenir des régimes de pro­tection so­ciale, incitent visiblement les Alle­mands à maintenir un haut niveau d’épargne de précaution. Et, de fait, depuis 2000, le taux d’épargne progresse. Mais quelles réalités recouvrent ces indica­teurs macro-écono­miques ? Ana­lyses socioécono­miques, son­dages d’opi­nion et en­quêtes mar­ke­ting ré­vèlent de pro­fondes muta­tions dans la structure des reve­nus et du patri­moine de nos voisins comme dans leur attitude face à l’argent.

Haut de page

Texte intégral

Les dépenses de consommation ont crû de 46 % depuis 1991

1Outre-Rhin, la progression de cet indi­ca­teur conjonc­tu­rel qu’est la consomma­tion privée (il entre pour 60 % dans la composition du PIB) est faible sur la dé­cennie écoulée ; en déphasage par rapport à la France depuis 1998, son évolu­tion a même stagné (-0,2 %) en 2003, et les conjoncturistes n’at­tendent guère mieux pour 2004. Pour­tant, les dépenses de con­som­mation ont crû de 46 % de­puis 1991, selon De­sta­tis (16 % en données corrigées de l’influence des prix). Au cours de cette période, elles ont d’abord crû plus vite (jus­qu’en 2000), puis moins vite que le revenu dis­ponible. Le taux d’épargne a suivi l’évo­lution in­verse, dé­crois­sant jusqu’en 2000 avant de re­monter ensuite. En France, au contraire, l’é­pargne progressait du­rant les an­nées 90, à niveau de consom­ma­tion équi­va­lent (Bun­des­bank, 2001). Depuis, l’écart se creuse à nouveau.

Revenu disponible, consommation et épargne des ménages*) en RFA (en milliards € ; aux prix de 1991)

1. Revenu disponible

2. Consommation privée

3. Retraites d’entreprisea

Epargneb

Taux d’épargne

1991

1 128,89

1 010,58

9,58

127,89

13,0 %

1995

1 348,37

1 230,42

10,95

128,90

11,2 %

2000

1 535,22

1 421,06

15,09

129,25

9,8 %

2001

1 589,94

1 463,60

14,69

141,03

10,3 %

2002

1 602,46

1 473,67

17,55

146,34

10,6 %

2003

1 620,39

1 489,29

20,22

151,32

10,8 %

Source : Destatis, mars 2004. *) Ménages et administrations publiques ou institutions sans but lucra­tif au ser­vice des ménages. a) Droits acquis. a) col. 1-2+3.

L’effet de l’unification…

2Outre-Rhin, la forte consommation du début des années 90 s’explique par le boom de l’unification. Les Alle­mands de l’Est, au pouvoir d’achat dopé par les transferts sociaux et des hausses salariales sans commune mesure avec l’ac­croissement de leur pro­ductivité, se sont équipés massivement en biens de consommation durable afin de rattraper le standard occidental. Depuis, leur demande s’est nécessairement ralen­tie ; et la brutale montée du chômage après 1992, puis sa stabilisation à haut niveau, les incitent à la prudence.

… et de la hausse du coût de la vie

3Dans l’ensemble de l’Allemagne, la baisse de moral consécutive à la crise de 1993 n’a été effacée que brièvement par l’euphorie de la croissance de 2000. Car la hausse des dépenses de consommation depuis la fin des années 90 traduit moins un regain de consumérisme que le ren­chérissement du coût de la vie. La flambée des prix pétroliers a considérable­ment gonflé les deux prin­ci­paux postes du budget des ménages : chauffage et transports – nettement plus qu’en France. D’août 1999 à août 2000, le fuel do­mestique par exemple, qui re­présente près d’un tiers des sources d’énergie des ménages, avait augmenté de plus de 44 % (Destatis). L’entrée en vigueur de l’éco­taxe à partir d’avril 1999 renchérissait la consommation d’électricité et am­plifiait ce phénomène (voir REA 48/00), d’au­tant que cet impôt s’ajoutait à la taxe sur l’essence créée en 1991 par le gouverne­ment Kohl pour financer l’unifi­cation : l’eurosuper augmen­tait de 33 % entre 1990 et 1998, alourdissant d’au­tant le budget mo­bilité.

Un pouvoir d’achat en quasi-stagnation depuis dix ans…

4La baisse de l’impôt sur le revenu intervenue en 2000 (voir REA 54/01) a été modique, et le gain de pouvoir d’achat, dégagé en outre par une légère baisse des cotisations retraite, a été presque en totalité absorbé par les hausses liées à l’énergie, à la fiscalité indirecte comme à l’aug­mentation de di­vers prix admi­nistrés. Ce scénario se répète au­jourd’hui : la baisse de l’im­pôt sur le revenu en 2004 (voir REA 65/04) a tout au plus com­pensé la hausse des coûts de santé (effet des réformes) ou de l’assurance (taxe pour financer la lutte contre le ter­ro­risme) ; quant à la flambée des prix pétroliers au printemps 2004, elle ab­sorbe ce qu’il pouvait rester du coup de pouce au budget des mé­nages.

…et une forte modération salariale

5Depuis le milieu des années 90, les Alle­mands ont vu décroître leur pouvoir d’a­chat, d’autant que cette période se ca­ractérise en outre par une grande modé­ration sala­riale (à l’inverse de la France), avec des pro­gressions comprises entre +0,3 % (mini­mum enregistré en 1997) et +1,9 % (maximum, 2001 ; Bun­des­bank). Pour résumer : en 2002, le revenu dis­ponible des ménages alle­mands était in­férieur à celui des français, avec res­pective­ment 16 218 $ contre 17 094 $ (en parité de pou­voir d’achat, OCDE, mai 2004).

Consommation privée en baisse. Mais les dépenses des ménages ?

6Sous l’angle macro-économique, donc, on observe outre-Rhin une baisse de la consommation privée depuis l’unification. Liée à la hausse des prix, elle tient aussi à la progression du chômage (plus de 4 millions de chô­meurs), qui pèse d’autant plus sur le revenu disponible des ménages que structurelle­ment, la part de l’emploi public est faible en Allemagne (12 % des actifs) et que, contrai­rement à la France, elle tend à baisser sur le long terme. C’est sans doute dans ces évolutions que réside l’une des principales explications de la faible crois­sance allemande au cours de la décennie écoulée. Pour autant, elle ne suffit pas à expliquer le comportement des ménages qui en est à l’origine.

La consommation privée ne suffit pas pour comprendre le comportement des ménages

Les données macro-économiques éclairent l’évolution des grandes tendances conjoncturelles mais n’expliquent pas le compor­te­ment des con­sommateurs allemands et de leurs voisins. D’abord, parce que les statistiques, natio­nales ou européennes, dif­fè­rent selon les indica­teurs pris en compte. Le plus souvent, Destatis ou Bundesbank incluent dans la rubrique « consom­mation pri­vée » celle des organismes privés à but non lucratif. Euro­stat dis­tingue entre la consom­mation privée (somme des dé­penses des ad­mi­nistrations, des orga­nismes à but non lucratif et des ménages) et la con­som­ma­tion des ménages qui me­sure ce qu’ils dé­pensent pour vivre. Par ailleurs, toutes les données fournies par les Etats membres ne sont pas en­core har­monisées. Et, de surcroît, elles suivent des approches très disparates. Ensuite, parce que le jeu des moyennes de ces statistiques masque les tendances micro-sociales sous-jacentes à l’évolution du comporte­ment de con­som­mation des ménages. Pour tenter de les ap­préhender, il faut donc re­courir à d’autres sources : enquêtes socio-écono­miques, de consommation ou de marketing.

Modification de la structure des dépenses des ménages

7En ce qui concerne la structure globale des dépenses des ménages, elle s’est modifiée depuis 1991. Deux postes ont plus que dou­blé : les services financiers (hausse des prix) et la com­munication (démultiplica­tion de l’offre et boom d’In­ternet). A l’in­verse, mal­gré un fort recul des prix de l’équipement pho­to, audiovi­suel et infor­matique (-40 %), les Alle­mands ont ré­duit ce poste de 23 %. Le mul­tiéquipement est la règle, les ac­qui­sitions sont récentes (photo nu­mé­rique, PC) ou différées (audio­visuel) en atten­dant la numérisation de la diffusion.

Logement et services en tête

8Globalement, la hausse des dépenses ‘indispensables’ a amené les ménages à réduire les dé­penses ‘superflues’. Par­mi les premières : santé, alimentaire, lo­ge­ment, services financiers, assu­rances et communication. Les Allemands ont donc rogné sur les sorties (flambée des prix dans la restau­ration avec l’euro) et l’habille­ment (en baisse dans tous les pays in­dustrialisés). La structure de leurs dé­penses suit ainsi la ten­dance générale des pays de l’UE à la hausse de la part du logement et celle d’une redistri­bu­tion des volumes vers les services, propre aux pays riches.

Structure des dépenses des ménages en Allemagne (en milliards €, prix de 1995)

1991

1995

2000

2003

Alimentation

120,53

121,92

132,05

134,31

Alcool, tabac

38,62

38,36

40,64

40,93

Vêtements, chaussures

69,83

69,22

71,32

67,90

Logement, énergie

206,18

227,54

247,06

259,56

Mobilier, équipement du logement

72,08

74,27

79,71

74,52

Santé

29,09

39,35

41,60

44,85

Transports

146,07

138,26

147,40

145,02

dont automobile *)

128,25

119,22

128,03

126,89

Communication

15,55

19,70

36,98

46,78

Loisirs, divertissement et culture

88,69

91,62

104,87

99,67

dont livres, journaux, papeterie

19,77

20,05

22,36

19,35

Education, formation

7,13

6,86

6,50

6,66

Restauration, hôtellerie

53,71

53,52

52,27

46,27

Autres

84,85

91,81

103,38

104,09

dont assurances

24,52

29,82

31,58

34,46

dont services financiers

6,98

6,30

12,35

10,18

Total dépenses sur le territoire national

932,33

972,43

1 063,78

1 070,56

Source des données : Destatis ; *) total achat et entretien ; ces deux postes sont à peu près équivalents.

Consommation mensuelle par type de foyers en 2002 (en €)

Consommation mensuelle par type de foyers en 2002 (en €)

Source : Destatis. Enquête EVS 1998, actualisée le 06-01-02 (dernières données disponibles). *) Enfant céliba­taire de moins de 18 ans. a), b) et c) Données 2002 non disponibles. a) Foyers célibataires en 2004 : 37,04 % (total foyers : 38,94 millions). b) Couples avec 2 enfants : 15,2 % ; avec 3 enfants : 3,8 % ; avec 4 enfants et plus : 1,1 % (données 2001 ; total familles avec enfant : 22,4 millions ). c) 9,3 % en 2001 (hommes : 1,7 % ; femmes : 7,6 %).

50 % de revenus moyens

9En Allemagne, la distribution des revenus révèle la ca­ractéristique traditionnelle du « modèle rhénan » : une grande ho­mogénéité. Près de la moitié des mé­nages se situe toujours dans la tranche de revenus nets mensuels allant de 920 à 2 045 €, dans les anciens comme dans les nouveaux Länder. Mais la part des revenus infé­rieurs est légèrement plus importante dans ces derniers, reflétant les disparités salariales est-ouest et la part proportionnelle­ment plus élevée des transferts sociaux, liée au taux de chômage deux fois plus élevé qu’à l’ouest. Dans les anciens Länder, à l’inverse, la tranche des revenus supérieurs est lé­gèrement plus importante en comparaison. Les deux catégo­ries extrêmes (re­venus inférieurs à 920 € et supérieurs à 2 556 €) se re­crutent parmi les chô­meurs, retraités (régime légal) et étudiants pour la pre­mière, les fonction­naires (1,9 million outre-Rhin) et travailleurs indépendants pour la seconde.

Structure (en %) des revenus mensuels nets moyens des ménages allemands en 2001 a)

Structure (en %) des revenus mensuels nets moyens des ménages allemands en 2001 a)

Source des données : Destatis, Statistisches Jahrbuch 2002. a) enquête Mikrozensus d’avril 2001 (dernières don­nées disponibles). b) Agricul­teurs indé­pendants et données n.c. N.B. Pourcentages a rrondis ; total foyers : 38,456 millions, dont 7,156 millions dans les nouveaux Länder (Berlin Est inclus).

Un écart générationnel qui s’est creusé en 30 ans

10Si la distribution des revenus est restée d’une remarquable stabilité au cours des 30 dernières années, les réalités sociales correspondantes ont, elles, con­sidérablement évolué. Ainsi, la part des foyers d’une ou deux personnes a net­tement augmenté : elle dépasse aujourd’hui les 70 %. Or globalement, ceux-ci ont des revenus inférieurs : un seul salaire par foyer et une imposition plus lourde étant donné que le régime fiscal favorise les couples mariés avec enfant(s), ce qui pénalise les foyers monoparentaux dont 15 % perçoivent l’aide sociale. Effet mathématique de cette évolu­tion, le re­venu net disponible des ménages a reculé de 17 % (DIA, 2001). En­fin, le vieillis­sement démogra­phique (13,3 % de plus de 65 ans, Destatis) s’est traduit par une hausse de 89 % du revenu réel net des 65-69 ans, alors que les 25-34 ans ne voyaient le leur aug­menter que de 21 %. L’écart générationnel des revenus aussi s’est creusé.

40 % des Allemands vivent de leur revenu salarial

11Les Allemands de l’est comme de l’ouest sont 40 % à tirer leurs revenus de leur salaire, selon Destatis (enquête Mikrozensus 2002). Cette part était encore de 45 % en 1991 ; la baisse s’explique par le vieillisse­ment démogra­phique et la progression du chômage. Ainsi, 23 % des Allemands perçoivent aujourd’hui des pensions de retraite, contre seulement 19 % en 1991 ; ils sont 4 % à vivre des prestations chômage en moyenne nationale (au lieu de 2 %), nettement plus à l’est (9 % de la population). Les autres (30 %) vivent du soutien familial. Les femmes, dont un tiers seulement tire son reve­nu principal du salaire, sont près de 37 % à dépendre ainsi de leurs proches. Mais c’est là surtout une caractéris­tique ouest-alle­mande car à l’est, cette part n’est que de 19 %. Enfin, 3,6 % des Alle­mands ont d’autres sources de revenus, qu’il s’agisse de patrimoine im­mo­bilier, de presta­tions dépendance, d’aides aux étudiants ou de l’aide sociale.

20 % des ménages se partagent 70 % du patrimoine financier

12Alors que la fourchette salariale est relativement serrée, le patrimoine des mé­nages est plus élevé à l’ouest et forte­ment con­centré sur les revenus supé­rieurs. Selon Destatis, 20 % des ménages se partagent plus de 70 % du patri­moine financier net (placements moins dettes et crédits) que la Bundesbank (2003) estime à 2 153 mil­liards € en 2002, ce qui fait une moyenne de 94 300 € par ménage. Mais cette définition des ménages inclut les organismes privés à but non lucratif, et ces montants concernent les seuls produits financiers. L’en­quête SAVE 2001, qui tente une approche du comportement d’épargne des Allemands sous l’angle économique, sociologique et psychologique pour en avoir une lecture plus fine, révèle que 82 % des ménages (au sens strict) ont un patrimoine positif de 143 000 € en moyenne ; leur patrimoine financier est de 32 000 € seulement, la valeur du patrimoine immobilier s’élevant à 208 000 €.

L’immobilier au cœur du patrimoine des Allemands

13La répartition du patrimoine immobilier est plus homogène que celle des actifs financiers : près de la moitié des ménages (46 % pour l’enquête SAVE, 42 % pour la BCE) est propriétaire de son lo­gement (contre 58 % des Français, BCE, 2001). Cette proportion croît avec l’âge (50 % chez les plus de 60 ans), le reve­nu (68 % au-delà de 3 200 €) et la si­tu­a­tion familiale (56 % des foyers de 3 per­sonnes au moins ; De­statis, 2003). A l’est, le taux de propriété n’est que de 34 % ; la valeur des logements y est également inférieure. Au to­tal, l’essentiel du patrimoine des Allemands se trouve immobili­sé dans la pro­pri­été. Or le prix réel des mai­sons ne cesse de baisser depuis 1975 (-25 %, voir REA 64/03), contribuant à dévaloriser depuis 30 ans le patrimoine des Allemands.

Un patrimoine financier mis à mal par le choc boursier

14Le patrimoine financier brut, quant à lui, a baissé en 2002 – pour la première fois depuis 1949, explique la Bundesbank (2003). Et le patri­moine net ne repré­sente plus aujourd’hui que une fois ½ le revenu dispo­nible. La fin de la bulle spéculative a dévalorisé les portefeuilles des Allemands : -60 % en 2001 ; en 2002, le volume des pertes a même dépas­sé celui des transactions. Ils avaient désépargné à la fin des an­nées 90 pour in­vestir dans l’immobilier et, surtout, pour découvrir la bourse. La faiblesse des taux de rémunération des obligations (4,3 % en 2001 contre 8,6 % encore en 1991) ou des titres à reve­nus fixes (in­férieurs à 6 % depuis 1996) avait accru l’attrait des valeurs bour­sières aux pers­pectives de rende­ment largement plus séduisantes. Le déclen­cheur de l’action­nariat populaire avait été l’ouverture du ca­pital de Deutsche Telekom en 1996 : le nombre des détenteurs d’ac­tions a dou­blé depuis 1997 pour atteindre les 11,1 millions, soit 17,3 % de la population (second semestre 2003, Infratest).

Patrimoine financier moyen des ménages par revenus et professions en 2001 (en €)

Patrimoine financier moyen des ménages par revenus et professions en 2001 (en €)

Source : DIA 2001/EVS 2001 (dia-vorsorge.de). a) Valeur des contrats d’assurance-vie ; b) retraité : régime légal ; pensionnaire : fonctionnaire.

Regain d’intérêt pour les dépôts à vue

15Le choc bour­sier a incité les Allemands, comme leurs voi­sins, à se reporter vers les produits nettement moins risqués. En tête de leurs préférences, la monnaie fiduciaire (les pièces et billets dans les tirelires) et les dépôts à vue ou à terme, dont la part est passée de 34 % en 2000 à 36 % en 2002. Viennent en­suite les produits d’assurance-vie, passés de 22,56 % à 24,7 % et les fonds de pension, qui ont gagné un point pour s’établir à 11,2 %. Les ac­tions (5,2 %) ont diminué d’une bonne moitié dans leur portefeuille (Sparkasse Hagen).

L’argent, un sujet tabou en Allemagne aussi

Les banques, après avoir quelque peu délaissé la clientèle particulière, re­découvrent les épar­gnants. Encore faut-il identifier leur demande. C’est ainsi que la Com­merzbank a commandité auprès de NFO Infra­test une étude sur l’état des connaissances des Alle­mands en matière de produits financiers. Le constat : un tiers seulement des sondés af­firme « s’y connaître bien/très bien ». Pour comprendre les raisons de cette ‘incul­ture’, la banque a alors commandité une étude qualitative auprès de Si­nus Sociovision. Il en ressort que, outre-Rhin aussi, l’argent est un sujet tabou, con­noté né­gativement. On comprend mieux, dès lors, les difficultés rencontrées dans la collecte de don­nées sta­tistiques. Mais il y a plus inquiétant : les Allemands se montrent majoritairement « imma­tures », se croyant suffisam­ment pro­té­gés par leurs proches ou par l’Etat. Matière « com­plexe » et « abstraite », la ‘finance’ les pousse soit à faire l’autruche soit à verser dans le consumérisme.

Les Allemands épargnent d’abord pour la retraite…

16Le patrimoine financier croît avec le revenu, suivant la structure des ré­gimes de retraite outre-Rhin : l’affiliation aux caisses légales obligatoires étant soumise à un plafond de revenus, les plus é­le­vés cotisent à des caisses com­plémentaires ou sous­crivent des contrats d’as­surance-vie. Sont donc principa­le­ment concer­nés les travailleurs indépendants et les fonctionnaires. A l’opposé, un quart de la population n’épargne pas, faute de revenus suffi­sants ; un autre quart écono­mise péniblement quelque 500 € par an (SAVE). Enfin, en Alle­magne comme ail­leurs, et toutes catégories CSP confondues, le montant des dépôts croît avec l’âge, de même que le taux d’é­pargne. Celui-ci progresse net­tement à partir de 35 ans pour at­teindre 13 % chez les 50-54 ans avant de baisser rapidement en­suite (Destatis, 2000). Les Allemands épargnent prioritairement pour la retraite.

… et avec une grande régularité

17La constitution d’un patrimoine à transmettre aux enfants, priorité des Français (Cetelem), n’arrive qu’en dernier lieu. Cet écart s’ex­plique : le haut niveau de chô­mage d’insertion rend les jeunes Français plus dépendants de leurs pa­rents ; outre-Rhin, les céliba­taires ou couples sans enfant sont plus nombreux. Si l’avenir du fi­nancement des re­traites inquiète pro­fondé­ment Français (79 %) et Alle­mands (83 % ; Cete­lem), ces derniers sont visible­ment mieux sensibilisés à la nécessité de capitaliser pour la retraite, effet du moindre poids de l’emploi pu­blic outre-Rhin (voir REA 64/03), du vieillissement démogra­phique et des débats sur la réforme de la pro­tection sociale. La régularité du versement et des montants placés, si caractéristique de l’épargne allemande, en atteste.

Un taux d’endettement supérieur à la moyenne européenne

18S’ils épargnent massivement, les Allemands sont aussi lourdement endettés. En 2002, le taux d’endettement allemand (73 %) se situe bien au-dessus des moyennes européenne (65 %) et française (51 % ; Eurostat). L’essentiel de l’encours est lié à l’habitat, avec 8 608 € par habitant (5 895 € en France), le crédit à la consommation ne pesant que 2 722 € (1 777 € en France ; IEM Fi­nance). Outre-Rhin, le volume de ce dernier a doublé entre 1989 et 1999, de même qu’il augmentait dans la plupart des pays de l’UE, euphorie boursière oblige. Mais il se concentrait en 2001 sur un quart des foyers (DIW), principale­ment des familles qui voient s’accroître leurs charges avec l’arrivée d’un enfant ou leur revenu dimi­nuer brusquement (chômage). Comme ailleurs, le rembour­sement des cré­dits pèse comparati­ve­ment plus lourd sur les ‘moins riches’, qui lui con­sacrent 23 % de leur revenu disponible net à l’ouest (18 % à l’est).

19En 30 ans, les Allemands ont vu baisser globalement leur pouvoir d’achat et s’accroître les disparités, ce qui dilue les contours de la catégorie des reve­nus moyens. Ce sont eux qui se montrent dès lors les plus contradictoires dans le difficile arbitrage entre consommation et épargne. Le plus souvent, c’est chez eux qu’on relève cette hiérarchie des choix qu’on attri­bue aux Allemands en gé­néral : épargner d’a­bord, dépenser ensuite, et au mieux, ce qui reste. Leurs modes de consommation sont abondamment décrits par les en­quêtes marke­ting : ils s’ap­pro­visionnent chez Aldi, négo­cient ferme leur Merce­des, guettent les promo­tions sur l’équipement hifi dernier cri ou les soldes sur la mode haut de gamme pour continuer de voyager ou d’aménager leur intérieur.

20Or au plan socio-culturel, ces catégories moyennes sont aussi peu uniformes que les autres. Va­leurs et styles de vie se sont en effet considérablement diver­sifiés en l’espace de 30 ans (voir REA 59/02). Aujourd’hui, as­cé­tisme et hédo­nisme sont présents dans tous les milieux et dans toutes les gé­nérations. Ces valeurs sont certes inégalement répar­ties. Un certain ascé­tisme domine chez les plus âgés, mais se trouve aussi chez certains des plus jeunes qui se com­plaisent dans le refus de la « société de consommation ». A l’inverse, l’hédo­nisme ca­ractérise plutôt les gé­nérations d’après-guerre, maîtres d’œuvre du « miracle économique », ainsi que les plus aisés de leurs héritiers. Or ces va­leurs co­existent souvent, menant à des comportements parfois con­tradictoires, surtout dans la génération à l’origine de la rupture de 1968. Porteuse de cet as­cétisme « postma­térialiste » qui lui est caractéris­tique, elle est aujourd’hui aux af­faires et au pouvoir. Hautement qualifiée, elle est aussi relativement aisée, ce qui lui permet de mener ce style de vie ‘petit bourgeois’ qui constitue ce que les sociologues appellent le main­stream. C’est ainsi que s’entremêlent aujour­d’hui dans la société allemande parcimo­nie frileuse et opti­misme dépensier. Les comportements de consom­ma­tion et d’épargne des Alle­mands trouvent aussi leur explication dans les muta­tions d’une société et de ses valeurs.

Haut de page

Bibliographie

A. Börsch-Supan, L. Essig,Sparen in Deutschland. Ergebnisse der ersten SAVE-Stu­die, Deut­sches Institut für Altersvorsorge DIA, février 2002  (www.dia-vorsorge.de)

Die Deutschen und ihr Geld. Einkommen, Vermögen, Alterssicherung, Deutsches Institut für Al­tersvorsorge DIA, 2001

Bundesbank, rapports mensuels: « Die gesamtwirtschaftlichen Finanzierungsströme im Jahr 2002 », 06/2003, et « Wachstumsunterschiede zwischen Deutschland und Frank­reich », 09/2001

L’Observateur Cetelem 2004, Cetelem (www.observateur-cetelem.com)

« Fast ein Viertel der Privathaushalte in Deutschland mit Konsumentenkreditverpflich­tun­gen », DIW Wochenbericht, n °17/2003

IEM Finance, « Y a-t-il une exception française des comportements d’épargne?  », Rap­port fi­nal, avril 2004 (www.fbf.fr)

NFO Infratest Finanzforschung / Commerzbank, « Finanzwirtschaftliches Grundwis­sen der deutschen Bevölkerung », Commerzbank, mai 2003

J’achète, donc je suis’. Réflexions sur le comportement d’achat de chômeurs alle­mands, Séiss­mograph 2003, janvier 2004 (www.seissmo.com)

Sinus Sociovision / Commerzbank, « Die Psychologie des Geldes », Commerzbank, mars 2004

Haut de page

Table des illustrations

Titre Consommation mensuelle par type de foyers en 2002 (en €)
Crédits Source : Destatis. Enquête EVS 1998, actualisée le 06-01-02 (dernières données disponibles). *) Enfant céliba­taire de moins de 18 ans. a), b) et c) Données 2002 non disponibles. a) Foyers célibataires en 2004 : 37,04 % (total foyers : 38,94 millions). b) Couples avec 2 enfants : 15,2 % ; avec 3 enfants : 3,8 % ; avec 4 enfants et plus : 1,1 % (données 2001 ; total familles avec enfant : 22,4 millions ). c) 9,3 % en 2001 (hommes : 1,7 % ; femmes : 7,6 %).
URL http://journals.openedition.org/rea/docannexe/image/3798/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Structure (en %) des revenus mensuels nets moyens des ménages allemands en 2001 a)
Crédits Source des données : Destatis, Statistisches Jahrbuch 2002. a) enquête Mikrozensus d’avril 2001 (dernières don­nées disponibles). b) Agricul­teurs indé­pendants et données n.c. N.B. Pourcentages a rrondis ; total foyers : 38,456 millions, dont 7,156 millions dans les nouveaux Länder (Berlin Est inclus).
URL http://journals.openedition.org/rea/docannexe/image/3798/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Patrimoine financier moyen des ménages par revenus et professions en 2001 (en €)
Crédits Source : DIA 2001/EVS 2001 (dia-vorsorge.de). a) Valeur des contrats d’assurance-vie ; b) retraité : régime légal ; pensionnaire : fonctionnaire.
URL http://journals.openedition.org/rea/docannexe/image/3798/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Bourgeois, « L’argent des Allemands », Regards sur l'économie allemande, 67 | 2004, 20-26.

Référence électronique

Isabelle Bourgeois, « L’argent des Allemands », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 67 | juillet 2004, mis en ligne le 08 octobre 2009, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rea/3798 ; DOI : 10.4000/rea.3798

Haut de page

Auteur

Isabelle Bourgeois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page