Navigation – Plan du site
Editorial

L’Europe, pour la croissance

René Lasserre
p. 1-2

Texte intégral

1L’économie allemande est repartie. La reprise, tirée par la conjoncture mondiale, est maintenant bien engagée et sera bientôt relayée par un regain d’activité en Europe. Une fois de plus, ce sont les exportations qui permettent à l’Allemagne de rebondir. Malgré la parité de l’euro, mais forte d’une compétitivité préservée, l’industrie allemande a rapide­ment embrayé sur la reprise américaine et pourra tirer parti de la dyna­mique des marchés en forte croissance sur lesquels elle a patiemment consolidé ses positions.

2Seule incertitude au tableau : une dynamique interne qui reste encore hésitante. En dépit d’un coup de pouce fiscal acquis de haute lutte, la consommation intérieure ne connaîtra qu’une très légère embellie et le chômage ne reculera pas sensiblement. La modération salariale et une inflation contenue joueront dans le même sens. Elles viendront cepen­dant conforter un climat nouveau dans lequel les acteurs économiques ont enfin retrouvé confiance dans la capacité du pays à s’engager sur la voie de la réforme.

3Ce changement est à porter au crédit du Chancelier Schröder qui, mettant ses projets de réforme à l’ordre du jour de l’agenda politique, a réussi à sortir le pays de l’immobilisme.

4Les chantiers de rénovation sont ouverts, même s’il apparaît, quand on les passe en revue comme nous le faisons dans ce numéro, que la ré­fection est encore peu avancée. La réforme du marché du travail a été engagée mais ses résultats sont plus que mitigés, celles de la santé et des retraites privilégient le rétablissement de l’équilibre financier à court terme mais laissent encore ouverte la refonte du système de finance­ment. De même, la réforme fiscale, en poursuivant la baisse des impôts, n’est-elle que le prélude à une réforme en profondeur du système d’im­position.

5Du fait de l’importance des intérêts en jeu et des sacrifices à consentir, ces réformes prendront certainement du temps. Sans doute plus de temps encore que celles qui touchent à la réorganisation des services d’intérêt général, comme le montrent l’exemple du secteur de l’énergie et celui du marché postal, où la logique économique ne parvient que pro­gressivement à faire prévaloir un système de régulation équilibré.

6En Allemagne, comme en France, les contraintes internes n’en font que plus clairement apparaître l’importance et la nécessité d’une action européenne résolue qui, en élargissant le cadre de l’action publique, ouvre de nouvelles marges de manœuvre économiques et politiques. Nos deux pays seraient sans doute en meilleure posture économique et so­ciale s’ils s’étaient montrés capables d’assumer ensemble leurs res­pon­sabilités européennes, et si après avoir donné à l’Europe une monnaie, ils avaient su promouvoir un pilotage communautaire efficace et une gouvernance économique effective. L’Europe-puissance ne se décrète pas, tandis que l’Europe-espace est à construire, qui seule peut ga­rantir à nos économies de retrouver confiance, compétitivité et crois­sance. Alors que la reprise s’amorce, il n’est pas trop tard pour bien faire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

René Lasserre, « L’Europe, pour la croissance », Regards sur l'économie allemande, 65 | 2004, 1-2.

Référence électronique

René Lasserre, « L’Europe, pour la croissance », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 65 | mars 2004, mis en ligne le 29 octobre 2009, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rea/3933

Haut de page

Auteur

René Lasserre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page