Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Démoscopie

KÖCHER Renate (ed), Allensbacher Jahrbuch der Demoskopie 2003-2009. Die Berliner Republik
p. 40
Référence(s) :

KÖCHER Renate (ed), Allensbacher Jahrbuch der Demoskopie 2003-2009. Die Berliner Republik, Vol. 12, Verlag für Demoskopie, Allensbach am Bodensee, De Gruyter, Berlin/New York, 2010, 914 p.

Texte intégral

1« Dans leur grande majorité, les Allemands voient l’Allemagne comme un pays qui fait valoir son influence avant tout pour promouvoir les intérêts collectifs, qu’il s’agisse d’agir pour l’avenir de l’Europe, d’endiguer des crises, de garantir la stabilité de l’économie ou de protéger l’environnement ». C’est ainsi que le Prof. Renate Köcher, aujourd’hui à la tête de l’Institut für Demoskopie d’Allensbach (IfD), résumait le sentiment national lors de la présentation à Berlin, le 3 mars 2010, de la 12e édition de cette ‘Germanoscopie’ consacrée à la « République de Berlin » et couvrant la période 2003-2009.

Les Allemands ont confiance en eux-mêmes

2Il ressort de cet état de l’opinion que les Allemands ont « une sereine confiance en eux-mêmes ». « C’est l’état moral d’une nation qui a réalisé de belles performances au cours des dernières décennies, mais qui doute parfois de ses perspectives d’avenir », constate R. Köcher (pp. 34 sq.). 89 % des Allemands voient les 60 dernières années comme une longue success story dont le mérite revient avant tout à l’effort individuel de chaque citoyen (81 % des réponses), ainsi qu’aux entreprises et au monde scientifique. Ils fondent en effet largement leur fierté sur le bilan économique positif de leur pays, de même que sur les caractéristiques à son origine : qualité, précision, ou encore attitude de performance. Un élément clef sur lequel repose cette conscience de soi est « le don particulier pour l’élaboration de technologies complexes » (p. 35) tel qu’il se reflète par exemple dans la haute compétitivité du secteur de la construction mécanique. Large­ment conscients du dynamisme des autres régions du monde, les Allemands n’en sont pas moins confiants dans leur capacité à relever le défi, souligne R. Köcher. Voilà qui explique peut-être leur étonnante sérénité durant la crise de la finance mondiale.

L’IfD les interroge depuis 1947

3Il est vrai que l’histoire allemande est faite de ruptures et que, après la catastrophe nazie, les Allemands ont reconquis une normalité dont ils sont fièrement, mais sereine­ment conscients (voir dans REA 91/09 l’analyse de l’identité allemande faite par T. Petersen, chercheur à l’IfD). Et au fil des éditions de l’Allensbacher Jahrbuch (la pre­mière est parue en 1956), on peut suivre la normalisation de la société allemande ‑ de l’état d’exception des années 1947-55 à la période 1968-73 marquée par de pro­fondes mutations, jusqu’au chapitre de l’unification (1992-2002) et à nouveau à une phase de mutations et d’évolutions en dents de scie (retracée par l’actuelle édition).

Les Allemands aiment les enjeux européens de l’euro, mais ne l’aiment pas encore comme le DM

4Que pensent-ils de l’euro ? Les Allemands ne sont toujours qu’entre 21 % et 33 % à avoir grande confiance en lui. Non pas qu’ils s’en méfient, loin de là, mais il ne leur ‘parle’ pas – contrairement au deutsche Mark (DM) dont la création fut un recommen­cement (pp. 389 sq.). Alors que dans les jours qui suivirent son introduction en 1948, les Allemands se disaient heureux de cette réforme monétaire puisqu’elle ouvrait des perspectives d’avenir, ils ont mis longtemps avant d’avoir confiance dans le DM ; ils ne l’ont trouvée que lorsque le « miracle économique » eut confirmé sa stabilité. Le DM était alors « devenu le symbole du succès et de l’identité nationale » ‑ ce qui, dans l’esprit des Allemands, en fait un concurrent redoutable pour un euro qu’on ne peut identifier à une semblable expérience ni associer à des notions comme « prospé­rité, sécurité, succès, force ». Création européenne, il n’en est pas moins as­socié à des valeurs fortes : « communauté, unité, avenir ». Reste à les remplir de vie…

Une société en mutation, proche de la nôtre

5La société allemande commence à présenter des traits proches des nôtres à plu­sieurs égards. Sous l’effet des mutations économiques, les divergences sociales se creusent : l’ouverture croissante de l’échelle des revenus accroît le scepticisme quant au bon fonctionnement de l’ascenseur social, avec pour risque de dé­responsabiliser les couches inférieures qui, ne voyant pas leurs efforts couronnés de succès, cèdent à un « fatalisme statutaire » et en appellent à l’assistance de l’Etat. On peut se de­mander si cette dépendance ne va pas dans le sens des acteurs politiques désireux d’accroître leur influence régulatrice, avance R. Köcher (pp. 137 sq.). Avec la diffusion rapide des TIC, la génération des moins de 30 ans a radicalement changé : les ques­tions écono­miques et politiques ne l’intéressent plus beaucoup (9 % et 8 % seule­ment) ; surtout, elle boude les médias d’information générale, préférant chercher sur Internet ce qui lui sert dans la vie professionnelle ou le divertissement. Or cet ‘utilita­risme’ modifie pro­fondément la donne : « une société qui renonce partiellement à con­tinûment s’infor­mer pour forger son opinion devient plus spontanée, plus volatile dans ses opinions et donc plus facile à manipuler » (R. Köcher, pp. 433 sq.). (IB)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Démoscopie », Regards sur l'économie allemande, 96 | 2010, 40.

Référence électronique

« Démoscopie », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 96 | mai 2010, mis en ligne le 26 mai 2010, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rea/4094

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page