Navigation – Plan du site
Actualité économique

Grandes Villes : elles grandissent et rajeunissent

Isabelle Bourgeois
p. 33-34

Texte intégral

1Les villes allemandes ont gagné en attractivité, voyant leur population croître de près de 3 % entre 1999 et 2008 ; dans le même temps, la population allemande reculait. Et alors que globalement l’emploi stagnait outre-Rhin, il augmentait de 4 % en milieu urbain. Alors que la part des plus âgés décroît, c’est chez les 25-30 ans que l’évo­lu­tion est la plus nette : cette population a augmenté de plus de 12 %, alors qu’elle re­culait de près de 5 % dans l’ensemble de l’Allemagne. Les villes allemandes attirent de plus en plus de jeunes hautement qualifiés et avec une rémunération afférente, ré­vèle une étude de l’institut DIW (DIW-Wochenbericht 19/2010) qui se consacre à la quin­zaine de villes de plus de 500 000 habitants que compte l’Allemagne,

Munich, Dresde et Leipzig sont les plus dynamiques

2C’est Munich qui est de loin la plus dynamique (avec une hausse de plus de 11 % de sa population), suivie de Dresde (+7 %) et Leipzig (+5 %). Berlin et Brême (+1,5 % chacune) sont à la traîne, alors que Dortmund, Duisburg et Essen ont perdu des habitants. Ce sont aussi Leipzig, Dresde et Munich qui ont attiré le plus de femmes de 25-30 ans (+40 %), suivies par Francfort/Main, Berlin, Cologne et Hambourg (plus de 15 % dans chaque cas).

3Si les villes rajeunissent, c’est que les jeunes déjà qualifiés y trouvent une offre de formation qui les séduit, notamment celle des grandes universités. Ce qui les incite à rester et à s’installer dans le centre-ville, c’est la richesse de l’offre culturelle et de loisirs, mais aussi l’existence d’un marché locatif de plus en plus à leur mesure. Quant aux jeunes femmes, elles y trouvent aussi les infrastructures nécessaires pour concilier études/vie professionnelle et vie familiale.

Concentration des services intensifs en savoir

4Certes, les villes ont perdu beaucoup plus d’emplois industriels que l’ensemble de l’Allemagne (en moyenne, cette part est de 12,6 % aujourd’hui dans les centres ur­bains), mais ce recul est largement compensé par tous les services autres que de proximité et fortement internationalisés, qui représentent désormais 19 % des activités dans les villes. Plus particulièrement, ce sont les services intensifs en savoir et liés aux entreprises qui tirent l’économie urbaine ; leur part a augmenté de 23 % (contre 15 % seulement en moyenne allemande).

Les entreprises se localisent près des gisements de compétences

5Ces phénomènes sont la résultante de deux tendances co-existantes qui ont tout de la poule et de l’œuf : les activités intensives en savoir exigent des entreprises qu’elles constituent des grappes et misent sur la culture d’échanges et de réseaux que pré­sentent les agglomérations ; les « têtes hautement qualifiées » (DIW) sont, elles, en quête d’un lifestyle urbain. Or « comme les créatifs veulent vivre en ville et que l’éco­nomie du savoir a besoin de leur savoir-faire, les entreprises suivent les désirs de lo­calisation de la ressource humaine ». Si ces évolutions présentent des avantages en termes de compétitivité économique, elles ont néanmoins un revers : le risque de voir petit à petit exclure du centre-ville les moins aisés et les moins qualifiés. Un risque que les auteurs de l’étude conseillent vivement aux urbanistes de mieux prendre en considération dans leurs projets notamment pour veiller à préserver la mixité sociale du logement qui reste une caractéristique des grandes villes alle­mandes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Bourgeois, « Grandes Villes : elles grandissent et rajeunissent », Regards sur l'économie allemande, 97 | 2010, 33-34.

Référence électronique

Isabelle Bourgeois, « Grandes Villes : elles grandissent et rajeunissent », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 97 | juillet 2010, mis en ligne le 13 juillet 2010, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rea/4145

Haut de page

Auteur

Isabelle Bourgeois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page