Navigation – Plan du site
Articles

La formation professionnelle en Allemagne

Dynamiques socio-économiques et capacités d’adaptation du système dual
René Lasserre
p. 17-32

Résumé

La dynamique de compétitivité et la performance économique qui caractérisent l’économie allemande résultent d’un ensemble de facteurs systémiques qui contribuent à optimiser la gestion de ses entreprises. Parmi ces derniers figure la valorisation du facteur humain dans l’entreprise à laquelle contribue au premier rang la formation professionnelle initiale par l’apprentissage dans le cadre du système de formation duale.
Disposant d’une très large assise dans le tissu entrepreneurial, celle-ci permet non seulement de préserver du chômage une part majoritaire des générations nouvelles en leur assurant une insertion professionnelle efficace, précoce et durable, mais elle assure également la transmission d’un niveau élevé de qualification et contribue à une progression permanente de la compétence professionnelle de la population salariée. Au savoir théorique et technique des jeunes salariés ainsi formés s’ajoute en effet une « compétence d’action » qui leur confère la capacité de s’adapter à un environnement et à des processus de production en mutation constante et de participer activement à l’innovation. Cette dynamique innovante n’est pas le privilège des grandes entreprises, mais s’étend également à l’artisanat et surtout au Mittelstand industriel comme aux activités de services marchands. La formation duale est ainsi au cœur d’une culture entrepreneuriale largement partagée, fondée sur une démarche commune de performance tournée prioritairement vers l’amélioration constante des savoir-faire professionnels.
En dépit de la solidité de son ancrage dans le tissu économique du pays et de la contribution éminente qu’il apporte à sa performance globale, le système dual se trouve cependant fragilisé sous l’effet de deux défis concomitants qui contribuent conjointement à son érosion. D’un côté, le déclin démographique qui réduit le nombre de jeunes arrivant à l’âge actif, de l’autre, l’engouement croissant de ces derniers pour des études supérieures perçues comme potentiellement plus valorisantes, au détriment des formations courtes assurant une insertion plus précoce dans l’activité productive. Face à ce double défi, les milieux professionnels et les pouvoirs publics ont mené une action conjuguée pour préserver la capacité du système dual à assurer le renouvellement du potentiel de qualification dont l’économie a besoin et à promouvoir un équilibre dynamique entre les deux grandes voies de formation.

Haut de page

Plan

Haut de page

Notes de la rédaction

Cette étude a été réalisée dans le cadre d’un projet de publication concertée entre le Comité d’études des relations franco-allemandes CERFA (IFRI) et le CIRAC. Elle est parue, dans une première version, dans le n° 112 des Notes du CERFA en mai 2014, téléchargeable sur http://ifri.org/downloads/ndc112lasserre.pdf

Texte intégral

Les principes organiques du système dual

La voie royale de la formation professionnelle initiale

1Alors qu’en France elle en demeure le parent pauvre, la formation en entreprise (ou apprentissage) constitue en Allemagne la voie royale de la formation professionnelle initiale. Elle est majoritairement organisée sous la forme d’un processus de formation combinée, connu sous le terme de « système dual », puisqu’il se déroule au moins (avec quelques variantes) sur deux lieux de formation : l’entreprise formatrice comme pivot et centre de gravité du système et l’école professionnelle (publique) où sont dispensés, à raison d’environ 20 % du temps, des enseignements généraux et techniques théoriques.

Elle accueille plus de la moitié d’une classe d’âge par an…

2En dehors des formations de l’enseignement supérieur, censées mener à des fonctions d’encadrement, le système dual constitue la forme dominante d’acquisition des qualifications professionnelles pour tous les emplois d’opérateurs qualifiés et de responsables techniques supérieurs. Il accueille chaque année plus de la moitié d’une classe d’âge, soit un peu plus de 530 000 nouveaux apprentis en 2013, et ce dans tous les secteurs d’activité, principalement l’industrie, la finance et le commerce (60 % des nouveaux contrats), l’artisanat (27 %), les professions libérales (environ 8 %), les 5 % restants se répartissant entre les formations duales dans les services publics, l’agriculture, l’économie domestique et la marine marchande.

Nombre total d’apprentis en formation par grands secteurs de formation en RFA de 1992 à 2012 (état au 31/12)

Année

∑ apprentis

Industrie et commerce

Artisanat

Services publics

Agriculture

Professions libérales

Economie domestique

Transport maritime

1992

1 666 209

841 605

553 449

71 355

32 604

154 560

12 072

570

1993

1 629 312

786 513

567 744

73 512

29 685

158 862

12 633

366

1994

1 579 878

723 981

588 102

66 732

29 409

158 973

12 351

327

1995

1 579 338

702 867

615 351

56 721

31 257

160 350

12 486

309

1996

1 592 226

707 322

627 813

49 374

33 894

160 593

12 903

327

1997

1 622 679

736 284

630 903

47 613

37 413

156 588

13 536

342

1998

1 657 764

778 884

624 981

48 183

40 089

151 137

14 097

390

1999

1.698.330

833 016

616 872

47 457

40 386

146 598

13 638

363

2000

1 702 017

860 811

596 163

46 320

38 922

146 247

13 170

387

2001

1 684 668

876 141

564 480

45 453

37 530

147 585

13 107

372

2002

1 622 442

850 158

527 853

45 237

37 053

148 812

12 945

387

2003

1 581 630

838 368

502 365

43 338

38 292

145 731

13 137

396

2004

1 564 065

837 915

489 171

44 019

40 398

138 711

13 362

486

2005

1 553 436

848 217

477 183

43 365

41 313

130 419

12 300

639

2006

1 570 614

872 805

476 616

42 972

42 024

123 642

11 778

780

2007

1 594 773

910 320

475 065

38 994

42 894

114 870

11 667

963

2008

1 613 343

934 221

471 039

38 043

42 204

116 664

11 172

nc

2009

1 571 457

909 072

455 568

37 980

41 208

117 015

10 794

-

2010

1 508 328

873 402

434 907

37 587

38 667

113 682

10 086

-

2011

1 460 658

850 689

414 207

37 998

36 624

111 861

9 276

-

2012

1 429 977

841 062

400 131

35 967

34 764

109 854

8 196

-

Source : Bundesinstitut für Berufsbildung BIBB, Datenreport zum Berufsbildungsbericht 2014.

3A côté des formations par apprentissage, la formation professionnelle initiale fait également appel à des formations en milieu scolaire, combinées avec des stages pratiques, pour certaines formations spécifiques (professions paramédicales, du secteur éducatif et social ou professions artistiques).

…mais ne parvient pas à intégrer l’ensemble des sortants du système scolaire

4En outre, en amont de la formation duale proprement dite, il convient de mentionner le développement problématique, dans une proportion non négligeable mais désormais stabilisée à 260 000 bénéficiaires en 2013 (contre 484 000 en 2007), de formations pré-professionnelles de remise à niveau et de transition. Celles-ci accueillent des jeunes en situation d’échec scolaire ou ne disposant pas d’un bagage suffisant en vue de leur permettre d’accéder immédiatement à l’apprentissage. Il s’agit là du principal point faible du système, qu’il s’avère difficile de résorber, en dépit de multiples efforts entrepris pour réinsérer ces jeunes en difficulté (voir Beicht, 2009). Et ce alors que, par ailleurs, commencent à se manifester des pénuries chroniques de main-d’œuvre qualifiée dans une vingtaine de professions du secteur industriel, du transport et de la santé (Bundesagentur, décembre 2013).

Le socle du potentiel de qualification professionnelle

5Le système dual n’en demeure pas moins le principal agent pourvoyeur et multiplicateur de qualification professionnelle de l’économie allemande : sur les 38,7 millions de personnes actives occupées en 2008, 59 % disposaient d’un diplôme de formation professionnelle initiale achevée, acquise par la plupart dans le système dual (Schmidt, 2010). Parmi ces quelque 23 millions de détenteurs d’un diplôme professionnel, un peu plus de 10 % disposent en outre d’une qualification reconnue de formateur par apprentissage (technicien/contremaître/ maître-artisan). Ces diplômes de formateurs relèvent de la formation professionnelle continue, et leur obtention suppose la réussite préalable d’une formation professionnelle initiale (duale en règle générale) attestée par un diplôme et une expérience professionnelle de plusieurs années dans le métier appris, de sorte que le système dual lui-même génère pour l’essentiel la continuité du potentiel de formation assuré dans les entreprises.

6A côté de ce socle de formation professionnelle et technique très large incluant près de 60 % des actifs à différents niveaux allant de l’ouvrier professionnel qualifié (Facharbeiter) au technicien ou à l’employé supérieur et intégrant environ 20 % de bacheliers, près de 28 % des actifs sont titulaires d’un diplôme d’enseignement supérieur. Sous l’effet de l’extension de la formation duale à une très large part des secteurs d’activité, la part de la population active employée ne disposant pas d’une formation professionnelle initiale achevée n’a cessé de se réduire au cours des deux dernières décennies et se situe en Allemagne autour de 14 %, soit presque moitié moins que la moyenne des pays de l’OCDE qui se situe à 26 % (en France, ce taux est de 29 % ; OCDE, 2012).

Le rôle central de l’entreprise dans la gestion du système

7Concrètement, le système dual accueille donc actuellement quelque 1 500 000 apprentis par an, répartis sur trois années de formation dans la plupart des professions, soit plus de 500 000 apprentis accueillis chaque année en entreprise. Ces jeunes sont formés à l’un des 330 métiers codifiés par le système dual. Outre sa première caractéristique qui est la pluralité des lieux et surtout des niveaux de qualification, le fonctionnement du système repose sur trois grands principes organiques : la responsabilité des entreprises, l’implication des partenaires sociaux et la référence à un métier dans la construction et la transmission de la qualification. C’est la conjonction de ces trois éléments qui assure l’efficacité du système et en fait un facteur de compétitivité coût et hors coût déterminant de l’entreprise allemande.

8Par tradition, fondée à la fois sur l’expérience historique et sur la loi, les entreprises sont reconnues, tant par l’Etat que par le corps social, comme l’opérateur naturel et principal de la formation professionnelle initiale. Elles en sont le principal maître d’œuvre, puisque c’est à elles seules que revient l’initiative de s’engager à dispenser une formation aux apprentis qu’elles recrutent et de mettre en œuvre les moyens nécessaires pour la mener à bien.

Une entreprise sur quatre est formatrice

9Mais les entreprises ne sont pas obligées de former ni de participer, comme en France, à un dispositif de mutualisation financière de l’effort de formation : une entreprise sur quatre, parmi les quelque 3,5 millions d’entreprises recensées en Allemagne (dont plus de 99 % sont des PME), s’engage dans la formation professionnelle duale et en assure la mise en œuvre et l’essentiel du financement.

10Conformément au principe de subsidiarité, les pouvoirs publics fédéraux et régionaux se contentent de fixer le cadre légal de la formation en entreprise sur la base de la définition d’un certain nombre de requis minima, tant pour ce qui est du contenu de la formation que de l’organisation matérielle de celle-ci. Ils contribuent accessoirement au financement de la formation par l’intermédiaire des Länder qui prennent en charge les coûts de scolarité des séquences hebdomadaires d’enseignement (en règle générale un jour par semaine) dans les écoles professionnelles et en participant aux opérations de promotion de l’apprentissage et de soutien à l’insertion de certains groupes cibles défavorisés.

Un pilotage par le marché…

11Cette liberté d’initiative et cette autonomie de gestion reconnues à l’entreprise assurent un pilotage par le marché et une régulation par les besoins, tant pour ce qui est de l’offre quantitative de formation que de l’évolution des qualifications. Dès lors qu’elle décide de s’investir dans la formation, l’entreprise s’engage dans un investissement conséquent qui l’oblige à évaluer au mieux ses besoins de recrutement à moyen terme comme à offrir des contenus de formation qui répondent le mieux possible aux besoins de qualification qu’induit l’évolution des techniques, des méthodes de production et des marchés.

… qui nourrit la dynamique d’innovation

12L’expérience prouve que les entreprises sont incontestablement les mieux placées, tant par leur expérience propre que par l’intelligence économique et technique conjointe développée par les associations professionnelles de leur secteur, pour anticiper les besoins d’emploi et de compétences de leur branche d’activité. Disposant de ce capital d’information et d’expérience, il se vérifie que dès lors qu’elles s’engagent dans cette démarche, elles s’efforcent d’investir en conséquence, et vont généralement très largement au-delà des minima fixés par le règlement de formation défini en concertation étroite entre les partenaires sociaux et les pouvoirs publics pour chaque profession. En ce sens, elles sont les meilleurs artisans et garants possibles d’une modernisation continue de la formation professionnelle qui relève effectivement, dans sa mise en œuvre, de leur seule responsabilité. En outre, l’implication des entreprises allemandes, y compris des entreprises moyennes, dans la pratique formatrice est un levier de performance (voir dans ce numéro l’exemple concret de l’entreprise Kärcher). La capacité de gestion et de développement des compétences qui en découle constitue à grande échelle le ferment privilégié où se nourrit la dynamique d’innovation du pays. L’investissement dans la formation est pour l’entreprise une des clés de la démarche d’innovation compétitive : par le potentiel de compétences et l’investissement humain qu’elle induit dans sa mise en œuvre, elle génère en amont l’intelligence technique et économique des marchés.

Une régulation globale concertée

13A côté des organisations patronales représentant les entreprises, les syndicats sont étroitement associés à la régulation du système et y font valoir les intérêts des salariés et des apprentis. Ils sont systématiquement consultés dans la définition des contenus et des conditions matérielles de réalisation de la formation, et ce à tous les niveaux auxquels des décisions relatives à la formation professionnelle sont prises : le niveau fédéral interprofessionnel, notamment au sein de l’Institut fédéral pour la Formation professionnelle (BIBB), le niveau fédéral de la branche professionnelle, le niveau régional interprofessionnel et professionnel, le niveau de l’entreprise où la formation est mise en œuvre et où le Conseil d’entreprise dispose d’un droit de co-décision.

14L’objectif de cette concertation est de chercher l’adhésion des partenaires sociaux, et tout particulièrement celle des représentants des salariés, à chaque niveau de décision, de façon à faire prévaloir sur le terrain la logique de la gestion concertée sur l’intervention réglementaire des pouvoirs publics. Seuls sont codifiés les grands principes de base faisant consensus. Les pouvoirs publics ne jouent que le rôle de médiateur, avec un pouvoir d’arbitrage existant en droit, mais rarement utilisé dans la réalité. Celui-ci s’opposerait en effet à la tradition d’une gestion contractuelle de la formation professionnelle, tant au niveau de la branche qu’à celui de l’entreprise, ainsi qu’au principe de subsidiarité qui privilégie et valorise la responsabilité des acteurs, réservant aux pouvoirs publics une position quelque peu en retrait et un rôle d’animateur-promoteur intervenant en appui plutôt que de pilote ou d’arbitre.

Référence au métier et régulation sociale de branche

15La formation, dont les contours et les contenus sont essentiellement déterminés par la négociation entre les partenaires sociaux, donne lieu à l’attribution d’un diplôme qui fait référence à un métier. Celui-ci se définit comme un ensemble structuré et cohérent de connaissances et de compétences techniques acquises dans un champ professionnel donné, reconnu au niveau national et légitimé collectivement par tous les acteurs socioprofessionnels d’une même branche. Le métier est un élément constitutif du système dual auquel les partenaires sociaux, notamment les syndicats, restent très fortement attachés dans leurs efforts de modernisation. Outre de définir précisément les compétences professionnelles qui s’y rattachent, on lui attribue plusieurs fonctions essentielles dont celles-ci : le métier est un facteur d’identité individuelle, en ce sens qu’il offre à l’individu des perspectives claires d’épanouissement en termes de carrière, de mobilité et de revenu. Par là même le métier est également facteur d’identité collective, en ce sens qu’il assure une forte lisibilité des compétences acquises sur un marché du travail par ailleurs très segmenté.

16C’est au niveau de la branche professionnelle que l’architecture des métiers et la structuration des qualifications s’organisent et que le marché du travail se régule, aussi bien en termes de recrutement que de rémunération et de promotion. C’est en particulier au niveau de la convention de branche que sont définis le volume et la structure de l’offre de places d’apprentissage et que sont fixés les niveaux de rémunération des apprentis. De ce fait, la participation des partenaires sociaux à la définition des conditions-cadre de la politique de formation professionnelle globale est un enjeu essentiel qui trouve ensuite son prolongement effectif dans la politique conventionnelle de branche, en particulier en matière de gestion contractuelle des qualifications. Par cette continuité intégrative dans l’implication des acteurs économiques est ainsi assuré, aux différents niveaux où ils exercent leur responsabilité décisionnelle, un lien organique entre la politique de formation et de qualification professionnelles des différents métiers, la régulation du marché du travail, la rémunération et la promotion des compétences.

Un facteur de compétitivité systémique

La formation duale au cœur de la gestion des ressources humaines

17La formation professionnelle duale contribue de façon fondamentale à préserver, voire à conforter, par son effort de rationalisation permanent, aussi bien la valorisation des compétences que la capacité d’innovation, et par voie de conséquence, la compétitivité de l’économie allemande. C’est notamment le lien quasi organique entre système de formation et système d’emploi qui permet aux entreprises d’assurer une qualification en adéquation avec leurs besoins à moyen terme. En effet, la formation duale préfigure très largement à l’année n-3/n-5 la structure des emplois et les possibilités de promotion, notamment dans l’industrie manufacturière où le Facharbeiter (ouvrier professionnel qualifié ayant achevé une formation duale) est devenu depuis le dernier quart du XXe siècle la figure emblématique de la compétitivité industrielle allemande sur les marchés mondiaux.

La clé de la qualification et de l’insertion professionnelles

18La forte implication des partenaires sociaux comme instances de conceptualisation des contenus et de contrôle à tous les niveaux décisionnels garantit une formation technique de très haut niveau, mais également ouverte et générale, de sorte que les compétences professionnelles et surtout sociales de base acquises puissent être appliquées à d’autres contextes institutionnels que celui de l’entreprise d’accueil. C’est là ce qui conditionne sa reconnaissance au niveau national par l’ensemble des professionnels d’une branche et sa valorisation effective sur le marché du travail, à la fois en terme d’emploi et de rémunération. Dans le cas de figure le plus fréquent, le système dual permet ainsi aux jeunes d’acquérir une qualification de qualité et leur assure une insertion professionnelle sans rupture ni frictions à la fin de leur formation et une rémunération en rapport avec les compétences acquises.

19En effet, le taux d’embauche global des apprentis à l’issue de leur formation est d’environ 60 %, avec cependant de fortes disparités selon les secteurs d’activité, la région, les aléas de la conjoncture économique générale ou sectorielle, voire l’origine sociale et le sexe du jeune ainsi formé. Toujours est-il que la formation duale permet à une part importante de la jeunesse non seulement l’obtention d’une qualification de haut niveau, mais également un accès précoce (à 20 ou 21 ans) et une transition plutôt satisfaisante vers un emploi stable, généralement hautement productif et bien rémunéré.

20La formation duale est de ce fait considérée par l’ensemble de la collectivité comme un acquis social essentiel. Elle favorise l’autonomie des jeunes et garantit leur intégration pleine et entière à la vie économique et sociale en leur épargnant l’épreuve stérilisante et coûteuse que constituent dans une large partie de l’Europe la sous-qualification, la précarisation de l’emploi et le chômage. En Allemagne, le taux de chômage des jeunes de moins de 25 ans se situait en effet fin 2013 à 8,1 % des actifs de cette classe d’âge, ne dépassant que de 1,3 point le taux de chômage moyen de l’ensemble des actifs (6,8 %). Largement épargnés par la crise, les jeunes Allemands se classent ainsi, et cela depuis plusieurs décennies, dans le haut du classement européen pour l’insertion professionnelle.

21Nombre d’observateurs français se plaisent à expliquer un peu vite cette « exception allemande » par l’effet mécanique du déclin démographique et le fait qu’en Allemagne, la population jeune serait de moins en moins nombreuse. Même s’il n’est pas propre à l’Allemagne, ce facteur entre indiscutablement en ligne de compte pour l’évolution récente et pour l’évolution à venir du marché du travail, mais il ne doit pas être surestimé. La décroissance des cohortes de jeunes arrivant en fin d’obligation scolaire ne s’est en effet réellement et durablement amorcée en Allemagne que depuis 2007 et devrait se poursuivre pour les deux décennies suivantes à un rythme annuel modeste de 1,6 %, à raison d’une diminution moyenne de l’ordre de 20 000 jeunes par an. Le phénomène, à lui seul, ne permet cependant pas d’expliquer le très bas niveau de chômage de jeunes (légèrement supérieur à celui de la population active dans son ensemble) que l’Allemagne affiche sans interruption depuis les années 1970 au regard de celui de ses principaux voisins, notamment de la France. Ce différentiel doit s’analyser principalement sur la base des taux effectifs d’insertion assurés au terme des différents parcours de formation et, de ce point de vue, le système dual allemand apporte à la performance globale de l’Allemagne en matière d’emploi des jeunes une contribution essentielle (sur l’emploi des jeunes dans la période récente voir principalement Brenke, 2013).

Un avantage de compétitivité salariale

22Au plan macro-économique, la formation professionnelle en entreprise est un facteur essentiel d’optimisation du potentiel de main-d’œuvre et de valorisation du capital humain. En assurant un taux d’insertion élevé à une large frange des jeunes actifs, elle contribue efficacement au renouvellement du potentiel domestique de main-d’œuvre. En conduisant à une intégration professionnelle précoce et durable des nouvelles générations au moment où elles sont à la fois les plus dynamiques et où elles viennent d’acquérir les connaissances techniques les plus récentes, elle participe au développement et à la diffusion du capital d’innovation à tous les niveaux du système productif. Enfin, et il convient de le souligner, dans la mesure où il s’agit d’un facteur de compétitivité globale non négligeable, le système dual constitue, par un taux d’activité précoce et élevé d’un large socle de la pyramide de la population active, à une assiette solide et durable dans le financement des systèmes de protection sociale.

23Au plan micro-économique, la formation duale est certes un investissement relativement coûteux à court terme, que l’on peut chiffrer en moyenne de l’ordre de 5 % à 6 % de la masse salariale en flux initial constant. Les coûts relatifs à la formation duale en entreprise sont intégralement pris en charge par celle-ci.

24Ces coûts se répartissent et se chiffrent en moyenne par apprenti et par an de la manière suivante : rémunération des apprentis (charges sociales incluses : 9 500 €, voir tableau ci-après), rémunération des formateurs (idem : 3 500 €), coûts d’infrastructure (ateliers de formation et matériel : 700 €), coûts de fonctionnement (1 800 €). Il s’agit là des coûts bruts, pour un total de 15 300 €, dont il convient de déduire la prestation productive de l’apprenti au fur et à mesure que sa formation s’effectue en poste de travail (11 700 €) pour obtenir un coût net de 3 600 € (Baumann et al., 2010).

25On voit que le coût brut s’amortit en moyenne largement, voire souvent intégralement dans nombre d’entreprises, au fil des deux à trois années d’apprentissage grâce à la prestation productive croissante de l’apprenti. Cet investissement initial devient même fortement et durablement positif dès l’embauche, d’autant que les apprentis nouvellement recrutés, soucieux de s’assurer un parcours professionnel à la fois durable et valorisant, font généralement preuve d’une bonne stabilité dans leur premier emploi (de l’ordre de 5 ans en moyenne dans les principales branches). Sous l’effet conjugué d’une productivité optimale, d’une rémunération modérée de début de carrière, sans parler de considérables et incertaines dépenses de recrutement-formation externe dont il permet de faire l’économie pour assurer la relève et la continuité du potentiel d’emplois du cœur de métier, l’investissement-formation initial est un levier de rentabilité et d’efficacité incontestable de l’entreprise allemande.

Rémunération des apprentis
Rémunération nette des apprentis dans les 10 formations professionnelles les plus fréquentées (en €)

Länder ouest

Länder est

Nombre de nouveaux contrats conclus en 2013

Employé commerce de détail

753

674

27 006

Vendeur

704

629

25 872

Mécatronicien automobile (industrie et commerce)

764

562

19 290

Mécatronicien automobile (artisanat)

686

562

Employé de bureau (industrie et commerce)

865

785

19 056

Employé de bureau (artisanat)

661

609

Agent technico-commercial

903

833

18 951

Employé du commerce de gros et du commerce extérieur

815

757

14 967

Aide-soignant / Auxiliaire médical

683

683

13 875

Mécanicien industriel

935

893

13 563

Employé de banque

920

902

13 263

Assistant dentaire

628

(n.c.)

12 099

Moyenne de l’ensemble des formations

767

708

Source : IW-Dienst, n°7, 13 février 2014, p. 8.

26Cette rentabilité est certes très difficile à chiffrer précisément au niveau global ou même au plan sectoriel. Tout au plus peut-on se fonder sur des études d’entreprise au cas par cas, mais là encore constate-t-on que les coûts diffèrent assez fortement selon les formations. Calculée sur une période de dix ans, on peut, à notre sens, l’estimer en terme d’avantage de coût salarial net ex-post au moins à l’équivalent de l’effort initial.

Un investissement en capital humain

27La formation duale ne garantit pas seulement à l’apprenti la transmission et la maîtrise de connaissances techniques, mais de par l’importance de la place de l’entreprise comme lieu d’application et d’exercice de ces compétences, elle lui permet de développer tout au long de son apprentissage à la fois un savoir-faire et un « savoir-être » professionnels dans des conditions réelles de production. Le « junior » ainsi formé dispose donc d’une Handlungskompetenz, d’une « compétence d’action » reconnue et éprouvée, qui le distingue par rapport aux jeunes issus d’une formation professionnelle essentiellement scolaire dont la compétence supposée n’est principalement que d’ordre référentiel et dont l’identité professionnelle reste à construire.

Un vecteur d’innovation pour l’entreprise

28En tant que producteur de qualifications et de savoir-faire, l’apprentissage ap-paraît enfin comme un atout essentiel dans le processus d’innovation. Loin de se limiter à l’acquisition d’un savoir technique dans un domaine spécialisé (comme on l’interprète souvent à tort vu de France), et parce qu’il est au contraire en prise directe avec l’évolution des techniques et des processus de production, l’apprentissage à l’allemande développe parmi les opérateurs et techniciens de production un potentiel diversifié de compétences clés d’analyse, d’autonomie et de contrôle. En cela, l’apprentissage est à la charnière du processus d’innovation : il constitue à la fois le tissu de l’innovation permanente et incrémentale de process qui est le point fort des entreprises allemandes, en même temps que le terrain d’expérimentation, de mise en œuvre et de diffusion de techniques nouvelles au stade de la production.

29Il apparaît ainsi que la formation duale, dans la solidité et l’opérabilité du bagage qu’elle transmet, assure aux entreprises allemandes un avantage compétitif tout à fait significatif, que ce soit en termes d’avantages sectoriels ou macro-économiques indirects ou en matière de coûts salariaux directs, sans parler de l’efficacité managériale qu’elle induit dans la gestion et la valorisation des ressources humaines.

Un système sous contrainte d’adaptation

30En dépit de son efficience multiforme et de la très large légitimité dont il jouit dans le corps social, le système de formation duale n’en est pas moins soumis, depuis le tournant du millénaire et pour les décennies à venir, à de fortes contraintes structurelles qui relèvent à la fois de l’évolution démographique et de l’évolution sociologique. Le facteur démographique se fait d’ores et déjà nettement sentir depuis quelques années sur la diminution du potentiel de recrutement des apprentis, contribuant ainsi à la fragilisation numérique du système dual. La seconde variable intervient sur l’évolution des choix de formation que font les jeunes entre les différentes filières qui s’offrent à eux. Entre l’entrée généralement plus précoce dans les filières courtes de formation en entreprise et la poursuite d’études générales débouchant le plus souvent à terme sur des études supérieures de niveau universitaire de durée sensiblement plus longue, l’arbitrage tend à évoluer de plus en plus en plus nettement au profit des secondes, au risque d’éclipser l’attractivité de la formation duale en entreprise.

Le défi démographique

31La diminution progressive des naissances qui s’est engagée sous l’effet conjugué de l’arrivée au terme de leur période de fécondité des classes pleines du baby-boom, puis du recul ultérieur de la natalité dans la génération suivante, a commencé à se faire sentir dans la seconde moitié des années 2000 avec la diminution numérique des classes d’âges arrivant au terme de la scolarité obligatoire. Le tournant s’opère en 2008, année à partir de laquelle le nombre total d’élèves ayant satisfait à l’obligation légale totale ou partielle de scolarité (c’est-à-dire, en règle générale à l’âge de 18 ans révolus) a commencé à régresser de façon continue. Alors qu’en 2007, le nombre total des élèves parvenus à ce terme s’élevait encore à 1 364 000, il a diminué de près de 11 % en six ans pour s’établir à 1 226 000 (-138 000) en 2013. Cette régression s’inscrit sur une longue période en relation avec la faiblesse persistante de la natalité allemande et devrait se poursuivre au même rythme d’environ 1,5 % tout au long de la prochaine décennie. Selon les prévisions, et sur la base des tendances actuelles (y compris de celle des flux migratoires), le nombre total de jeunes arrivant chaque année au seuil de la vie active devrait passer en 2025 en dessous de la barre de 1 million pour s’établir autour de 999 000 (BIBB, 2014).

La baisse à venir du nombre de jeunes en formation duale…

32Au regard de la part majoritaire qu’elle continue à tenir dans le recrutement des jeunes actifs, la formation duale verra de ce fait même son potentiel fortement impacté par la régression démographique, puisque les prévisions laissent attendre qu’à structure à peu près constante, le flux actuel de 770 000 élèves susceptibles, au terme de leur formation initiale, de postuler à une formation duale devrait, quant à lui, diminuer d’environ 150 000, soit près de 20 %, pour s’établir autour de 620 000 en 2025.

… pèse sur le potentiel de compétitivité

33Cette évolution, qui verra ainsi se contracter fortement le potentiel de formation et de recrutement de main-d’œuvre qualifiée, est alarmante pour l’économie allemande. Du fait de leur dépendance du marché mondial et de leur spécialisation dans les secteurs innovants à haute valeur ajoutée, l’industrie comme les services marchands sont très fortement tributaires d’un large socle d’opérateurs professionnels hautement qualifiés. Or il apparaît d’ores et déjà que celui-ci commence à atteindre ses limites dans un certain nombre de segments de l’appareil industriel, comme en témoignent les difficultés croissantes qu’éprouvent les entreprises du Mittelstand à recruter des professionnels performants sur le marché domestique. A terme, la régression du potentiel de main-d’œuvre qualifiée risque de mettre en péril le modèle productif qui fonde actuellement la réussite économique allemande.

Prévisions d’évolution du potentiel de candidats à une formation duale au terme de la scolarité obligatoire

Elèves issus d’écoles générales au terme de la scolarité obligatoire

Elèves issus d’écoles professionnelles
(classes de préparation à l’apprentissage, écoles professionnelles spécialisées)

Total candidats potentiels à l’apprentissage
(non bacheliers)

2013

555 003

222 438

777 441

2014

556 607

222 337

778 944

2015

533 934

218 207

752 141

2016

523 097

214 016

737 113

2017

499 923

210 021

709 944

2018

479 665

203 792

683 457

2019

471 403

197 422

668 825

2020

463 020

192 757

655 777

2021

461 865

188 480

650 345

2022

450 901

186 126

637 027

2023

450 567

182 986

633 553

2024

449 541

181 274

630 815

2025

445 091

179 270

624 361

Variation 2013-2025

-109 912  

(-19,8 %)

-43 168

(-19,2 %)

-153 080  

(-19,7 %)

Source des données : Bundesinstitut für Berufsbildung, Datenreport 2014, d’après les données du tableau A.2.3-1, p.75. NB : RFA tous Länder.

Une politique concertée et résolue de consolidation du système

34Il n’est de ce fait pas surprenant que la consolidation du système de formation duale fasse l’objet d’un large consensus et d’une stratégie étroitement concertée à la fois entre les partenaires sociaux et entre ces derniers et les pouvoirs publics fédéraux et régionaux. L’objectif principal de cette stratégie est de mobiliser pleinement le potentiel de la population jeune sortant du système scolaire en permettant à cette dernière de mettre à profit toutes les voies possibles permettant d’accéder à l’ensemble des capacités disponibles en termes de places de formation offertes par les entreprises.

Améliorer l’ajustement offre/demande

35Le système dual souffre en effet de diverses difficultés d’ajustement entre l’offre et la demande dont la plus importante et la plus problématique réside dans l’insuffisante qualification d’une partie non négligeable des sortants du système scolaire, notamment de la Hauptschule. Ceux-ci ne disposent pas, pour diverses raisons, liées généralement à l’appartenance à des groupes sociaux défavorisés, d’un niveau suffisant dans les trois compétences de base et doivent suivre des formations transitoires complémentaires avant de pouvoir être accueillis en apprentissage. Ce segment de formation transitoire (Übergangsbereich) qui recouvre des situations et des formations très diverses, est en voie de diminution mais accueille encore 160 000 bénéficiaires par an. A cela viennent s’ajouter des difficultés persistantes dans le processus de recrutement proprement dit, qui tiennent à des disparités sectorielles et géographiques et divers obstacles à la mobilité et font qu’au cours des dernières années, quelque 20 000 candidats n’ont pu être accueillis tandis que plus de 30 000 places d’apprentissage sont restées inoccupées. Entre enfin en ligne de compte l’évolution proprement dite du taux de participation des entreprises à l’apprentissage qui, après avoir été longtemps stable, avec un taux de participation moyen de 24 %, est tombé, sous l’effet de la crise, à 21,3 % en 2012. Mais cela est principalement le fait des entreprises de petite taille plus exposées aux variations conjoncturelles et a été compensé par une participation plus élevée des entreprises de plus de 500 salariés dont le taux de participation dépasse les 90 %.

Hausse de l’offre de places d’apprentissage

36L’action collective en faveur de l’accroissement du potentiel de main-d’œuvre disponible de formation professionnelle en entreprise fait, depuis 10 ans, l’objet d’une action concertée entre les pouvoirs publics et le monde économique. Elle s’est concrétisée par la mise en œuvre successive de deux « pactes pour la formation professionnelle initiale » (Ausbildungspakte), le premier conclu pour les années 2004-2007 et prolongé jusqu’en 2009, le second pour la période 2010-2014 avec une prolongation d’ores et déjà prévue jusqu’en 2020. Ce dernier comporte en premier lieu l’engagement pris par les organisations patronales et consulaires de conjuguer leurs efforts pour accroître chaque année de 30 000 le nombre d’entreprises formatrices et créer 60 000 places de formation nouvelles. Ces objectifs ont été largement dépassés puisque, au cours des deux dernières années, plus de 80 000 entreprises sont venues s’impliquer dans la formation duale et plus de 135 000 places d’apprentissage supplémentaires ont été ouvertes. Cela avec la conviction partagée qu’un accroissement durable de l’offre constituait un signal fort pour affirmer l’accessibilité et maintenir l’attractivité de la formation duale auprès des jeunes et de leur famille et, plus largement, de l’opinion publique dans son ensemble.

Evolution 1992-2013 du flux annuel d’apprentis (nouveaux contrats d’apprentissage, en milliers)

Evolution 1992-2013 du flux annuel d’apprentis (nouveaux contrats d’apprentissage, en milliers)

Source : Bundesinstitut für Berufsbildung (BIBB), Datenreport zum Berufsbildungsbericht, éd. 2013 et 2014.

Effort accru de pré-qualification des jeunes en difficulté

37Cet accroissement des capacités d’accueil a permis d’enrayer au moins transitoirement l’incidence du reflux démographique en contribuant à améliorer le taux d’intégration des candidats potentiels à l’insertion dans le dispositif de formation duale. Une attention toute particulière et une action systématique ont été consacrées à l’insertion des jeunes en difficulté issus des formations complémentaires du secteur transitoire. Cela s’est traduit par la mise en œuvre d’un vaste ensemble de mesures d’accompagnement conjuguées entre les organismes consulaires, l’Agence fédérale pour l’emploi, les écoles professionnelles et les entreprises qui ont concerné au total 55 000 jeunes par an. Ce dispositif combine des opérations de mise en contact entre offre et demande, des programmes d’insertion soutenus par la Bundesagentur, la mise place dans les entreprises elles-mêmes, à destination de quelque 18 500 stagiaires par an, de programmes spécifiques de qualification à l’entrée en apprentissage (Einstiegs-qualifizierung, EQ), et des mesures spécifiques en faveur de l’intégration professionnelle de groupes défavorisés tels que les jeunes issus de l’immigration. Le secteur transitoire a pu ainsi être progressivement réduit en solde annuel net de près de 18 000, et le nombre cumulé de personnes en attente d’une mesure d’insertion à l’apprentissage a été ramené à 257 000 en 2013.

38Cette stratégie volontariste d’ensemble, combinant une politique active de promotion et d’insertion et le maintien de la capacité d’offre, a contribué à stabiliser le flux annuel des contrats d’apprentissage nouvellement signés qui s’est établi à 530 700 en 2013, et a ainsi permis de satisfaire à l’objectif assigné de maintenir un taux d’apprentissage légèrement supérieur à 7 % de la population active globale. Des efforts restent néanmoins à entreprendre pour améliorer l’ajustement de la demande potentielle et faire le plein des capacités d’apprentissage offertes par les entreprises puisque, au cours des trois dernières années, le nombre de places d’apprentissage non pourvues a continué d’augmenter pour atteindre 33 500 en 2013.

Réduire le taux d’abandon dans les secteurs à faible qualification

39De même convient-il de réduire le taux d’abandon en cours de formation, qui s’est sensiblement accru au cours des dernières années pour atteindre et se stabiliser au-dessus des 24 % en moyenne globale depuis 2012. La fréquence de rupture des contrats est cependant fortement différenciée. Elle concerne surtout des secteurs à faible qualification, notamment l’hôtellerie et la restauration, les services de nettoyage, de gardiennage, de livraison et de transport, où elle atteint des taux allant de 40 à 50 %. Dans l’industrie, l’artisanat et les services à haute valeur ajoutée, les formations duales se caractérisent au contraire par une très bonne stabilité de leurs effectifs puisque le taux de rupture ne dépasse guère les 5 à 6 %. Chiffres à mettre en relation avec le taux d’abandon des jeunes en cours d’études dans le supérieur, qui se situe en moyenne globale entre 28 % et 23 % pour les cursus de bachelor et de master (BMBF, Berufsbildungsbericht 2014, p. 53).

40Quelle que soit l’efficacité de cette stratégie axée sur l’insertion et la valorisation du potentiel domestique de main-d’œuvre, celle-ci ne sera cependant pas suffisante pour assurer durablement le potentiel de formation qualifiée dont l’Allemagne a besoin pour maintenir la performance économique globale de son modèle de production industrielle et ainsi faire face aux charges croissantes d’une société vieillissante.

L’ouverture européenne et internationale du marché allemand de la formation

41Pour compenser le recul de sa population active jeune et maintenir son potentiel de qualification, l’Allemagne n’a d’autre solution durable et efficace que de recourir à l’immigration régulée, notamment en attirant des jeunes européens dans son système de formation. Avec actuellement 6 millions de chômeurs souvent très peu qualifiés, l’Union européenne offre, dans un marché du travail élargi, un réservoir potentiel pour assurer la relève de main-d’œuvre qualifiée dont l’Allemagne a besoin. Jusqu’ici, les possibilités offertes à une mobilité géographique des jeunes en formation au sein de l’UE n’ont été encore que très modestement développées à travers les quelque 800 projets du programme Leonardo, alors que la situation dramatique de l’emploi des jeunes dans de nombreux pays aurait déjà nécessité de longue date une action de grande ampleur. Celle-ci semble devoir enfin s’esquisser à travers l’initiative commune de la France et de l’Allemagne lancée en mai 2013 pour mettre en place au sein de l’UE un « Erasmus de l’alternance » à grande échelle doté de financements européens conséquents à travers des concours du budget de l’UE, du Fonds social européen et de la BEI.

42Sans avoir attendu que ce projet européen, qui semble devoir prendre du temps dans sa conception et sa mise en forme, se concrétise, l’Allemagne s’est montrée plutôt active et a pris les devants dans la promotion des échanges d’apprentis à l’échelle européenne. Depuis 2010, elle a augmenté de 10 000 à 15 000 le nombre des apprentis qu’elle a envoyés pour effectuer une partie de leur formation dans les pays partenaires de l’UE, ce qui devrait en retour amorcer des projets d’accueil dans l’autre sens.

Premières initiatives allemandes

43Mais en matière d’accueil pour des cycles complets d’apprentissage, il convient surtout de relever l’initiative prise début 2013 par le ministère fédéral des Affaires sociales (BMAS) de mettre en place un programme spécial MobiPro-EU doté de 139 millions € pour soutenir le recrutement de jeunes apprentis en provenance des pays de l’UE sur des contrats d’apprentissage non pourvus dans les entreprises allemandes. Agés d’au moins 18 ans et ayant achevé leur scolarité initiale, ces jeunes bénéficieront en outre, en parallèle, d’une formation à la langue allemande, d’un soutien pédagogique spécifique ainsi que des aides pour financer leur séjour. La gestion et la mise en œuvre du programme ont été confiées à l’Agence centrale de coopération internationale (ZAV) de l’Agence fédérale du Travail. L’initiative a connu un vif succès, notamment en provenance des pays du sud, au point qu’il a fallu procéder dès le mois de mars 2014 à un contingentement limité à 9 000 candidatures. A côté de cette initiative ont été mis en place divers programmes d’échanges bilatéraux d’apprentis financés par le BMBF concernant la France, les Pays-Bas et la Norvège. Cette politique est par ailleurs relayée par différents organismes bilatéraux, notamment dans le cadre franco-allemand, et aussi par les organismes consulaires au plan régional (notamment dans les zones frontalières).

44Mais au-delà de l’engouement initial pour les programmes d’accueil et d’échanges d’apprentis, les initiatives ne manqueront pas de se heurter aux obstacles linguistiques ainsi qu’aux différences institutionnelles entre les pays partenaires. Cette stratégie n’en est pas moins pertinente sur le moyen et long terme, au regard des déséquilibres européens en matière d’emploi des jeunes, et elle devrait se révéler efficace à long terme pour compenser durablement les besoins de recrutement des entreprises allemandes. Toutefois, l’émergence progressive et souhaitable d’un marché européen de l’apprentissage impliquant une mobilité accrue des jeunes sera à l’évidence une tâche de longue haleine.

L’irrésistible montée en puissance des formations de niveau universitaire

45Au-delà de l’effet d’érosion mécanique que constitue pour lui la régression démographique, le système dual allemand est par ailleurs fortement concurrencé dans sa position et son attractivité domestiques par l’importance numérique croissante des formations universitaires. Alors qu’au tournant des années 2000, les effectifs des jeunes entrant en apprentissage commençaient à amorcer une diminution progressive qui s’est ensuite accentuée depuis la fin de la décennie, l’afflux annuel des jeunes Allemand(e)s vers les formations de l’enseignement supérieur n’a cessé de croître depuis lors pour rejoindre progressivement le niveau des 500 000 nouveaux inscrits et faire ainsi pratiquement jeu égal avec les entrées en apprentissage.

Les étudiants vont-ils supplanter les apprentis ?

Les étudiants vont-ils supplanter les apprentis ?

Sources des données : BIBB, Destatis, Statista.

46Les projections laissent néanmoins présager que sous l’effet de la régression démographique, ce mouvement devrait lui aussi mécaniquement se ralentir, sans pour autant exclure, que dans la formation de la population active, la composante académique supplante progressivement la composante professionnelle qui pourrait, quant à elle, voir son déclin s’accélérer.

47De nombreux paramètres entrent en jeu pour déterminer l’attractivité respective qu’exercent ces deux systèmes aux yeux des jeunes sur le marché de la formation et de l’emploi. Les mutations socio-culturelles profondes qu’a connues l’Allemagne au cours des trente dernières années sous l’effet conjugué de la globalisation et de l’internationalisation accélérée de son économie ont contribué à modifier en profondeur les perceptions que les nouvelles générations ont développées de leur avenir professionnel dans la sphère productive. Avec l’image globale d’une industrie aux prises à des défis de plus en plus exigeants, l’attrait des professions productives a reculé au profit des activités tertiaires et des fonctions de service et d’encadrement dont l’importance économique et le statut social n’ont cessé de se valoriser.

Entrées dans l’enseignement supérieur et nouveaux contrats d’apprentissage.
Evolution comparée 1995-2013

Entrées dans
l’enseignement
supérieur

Nouveaux contrats
d’apprentissage

1995

262 407

572 774

1996

267 261

574 327

1997

267 445

587 517

1998

272 473

612 529

1999

291 447

631 015

2000

314 956

621 693

2001

344 830

614 236

2002

358 946

572 323

2003

377 504

557 634

2004

358 870

572 980

2005

356 076

550 180

2006

344 967

576 153

2007

361 459

625 885

2008

396 800

616 342

2009

424 273

564 307

2010

444 719

559 960

2011

518 748

569 380

2012

495 088

551 258

2013

506 632

530 714

Sources des données : BIBB, Destatis, Statista.

Des salaires plus élevés pour les diplômés du supérieur

48Sur le marché du travail, les termes de l’arbitrage qu’ont opéré les jeunes et leurs familles entre les deux voies principales d’insertion professionnelle se sont également progressivement modifiés, bien que relativement, en comparaison des autres pays européens et occidentaux. En termes de coût individuel de formation et de conditions d’intégration professionnelle rapide, stable et gratifiante à l’issue de la certification, la formation duale continue de présenter aux yeux des Allemands de nombreux avantages par rapport à des études universitaires plus longues et plus coûteuses, aux débouchés plus incertains. Reste que ces dernières bénéficient d’un avantage de statut social qui n’est pas seulement d’image, mais qui s’appuie sur des données tangibles. Les enquêtes sur les parcours de carrière confirment en effet que si l’on considère l’ensemble du parcours d’activité, les diplômés de l’enseignement supérieur ont globalement des carrières plus évolutives et plus valorisantes, ainsi que des rémunérations nettement plus élevées que les détenteurs d’un diplôme professionnel. En moyenne, le revenu total de carrière des actifs titulaires d’un diplôme universitaire, qui se situe à 2 320 000 €, est de 75 % plus élevé que celui des titulaires d’un diplôme professionnel lequel, tout en étant de bon niveau et mieux étalé sur la période d’activité, ne s’établit qu’à 1 320 000 € (Schmillen, Stüber, 2014).

50 % de bacheliers dans une classe d’âge

49Cet engouement renforcé pour les études supérieures est désormais en Allemagne, qui a longtemps affiché un retard relatif en la matière au sein des pays de l’OCDE (alors que dans l’ensemble des pays de l’OCDE, 38 % des actifs entre 25 et 34 ans sont titulaires d’un diplôme d’enseignement supérieur, ce taux n’est que 26 % en Allemagne ; OCDE, 2012), une tendance lourde. Elle s’appuie sur le nombre croissant de jeunes Allemands prolongeant leur scolarité jusqu’au baccalauréat au lieu de s’orienter, selon le parcours classique, vers la formation duale au terme de la période de scolarité obligatoire dans les écoles secondaires d’enseignement général. Au cours des 15 dernières années, la proportion de bacheliers a presque doublé et s’établit aujourd’hui à 50 % d’une classe d’âge (à comparer avec la proportion de 73,1 % pour les jeunes Français en 2013).

Plus de 22 % de bacheliers choisissent le système dual

50Cette évolution est souvent interprétée un peu vite comme le signal d’une perte d’attractivité du système dual et un symptôme de son déclin progressif au profit d’une poursuite d’études menant à l’enseignement supérieur. L’évaluation mérite d’être très sensiblement corrigée par le fait que, parallèlement, le nombre de bacheliers qui choisissent délibérément de s’orienter vers des formations professionnelles en entreprise qui leur sont ouvertes s’est lui-même accru de manière conséquente : depuis 2005, la part des bacheliers dans le système dual est passée de 17 % à plus de 22 %, ce qui représente en flux annuel près de 120 000 apprentis. Plutôt que d’une éclipse progressive, cette participation croissante des bacheliers témoigne au contraire d’une « montée en gamme » du système dual dans une bonne cinquantaine de diplômes professionnels, notamment dans les services marchands (banques et assurance, logistique…) et les métiers industriels à haute technicité dans lesquels les bacheliers sont très fortement représentés, voire largement majoritaires.

L’émergence prometteuse de la formation duale dans le supérieur

51La tendance à la diversification et à la valorisation vers le haut de la formation duale s’est encore renforcée ces dernières années par le fait que celle-ci, sous diverses formes d’alternance, a fait progressivement incursion dans l’enseignement supérieur qui traditionnellement lui était resté largement réfractaire. L’évolution s’était amorcée régionalement, et en marge du système universitaire, avec la mise en place d’académies professionnelles (Berufsakademien) de droit public dans les années 1970 dans le Land de Bade-Wurtemberg. Celles-ci furent ensuite introduites dans les années 1990 dans les nouveaux Länder de Saxe et de Thuringe avant de s’étendre sous des modalités et des formes de reconnaissance diverses dans les autres régions au tournant des années 2000. Ces formations supérieures en alternance (duale Studiengänge), qui s’adressent à des bacheliers de l’enseignement général ou spécialisé justifiant d’un contrat de formation avec une entreprise, conjuguent, sur une période de trois ans, des séquences d’enseignement théorique menées en parallèle avec des périodes de formation pratique en entreprise, et ce principalement dans les sciences de l’ingénieur et les sciences de gestion. Bien que rassemblant des effectifs modestes avec 40 000 étudiants-salariés en 2004, elles n’ont cessé de se développer à un rythme accéléré depuis lors pour atteindre un effectif total de 65 000 participants en 2012. En flux annuel, l’effectif de ces nouveaux « alternants » de niveau supérieur a dépassé ces dernières années les 20 000, ce qui vient en quelque sorte compenser la diminution du même ordre constatée parmi les apprentis du système dual classique (voir le graphique p. 26).

52Cette voie de formation a franchi un nouveau stade de développement avec le regroupement, en mars 2009, de toutes les académies professionnelles du Bade-Wurtemberg en un seul établissement de statut universitaire public, la Duale Hochschule Baden-Württemberg DHBW, habilitée à délivrer le bachelor puis le master. La DHBW est devenue aujourd’hui le premier établissement d’enseignement supérieur du Land : avec ses 35 000 étudiants, répartis sur 12 sites et ses 9 000 entreprises et partenaires professionnels associés, elle fait figure en Allemagne de modèle de référence de l’enseignement supérieur en alternance.

53Elle n’est cependant que la figure de proue d’un partenariat de plus en plus intense qui, sur l’ensemble du territoire allemand, implique activement le monde des entreprises dans le développement de formations supérieures en alternance, et cela sous diverses formes et avec des moyens substantiels. D’après une enquête conjointe de l’Institut der deutschen Wirtschaft et du Stifterverband für die deutsche Wissenschaft, les entreprises allemandes ont ainsi financé en 2012, outre 65 000 contrats en alternance (à hauteur de 14 500 € par bénéficiaire), 900 cursus, 12 000 formateurs et frais de formation divers, et ce pour un montant total de 950 millions €, lesquels s’intégraient à un concours total de 2,5 milliards € apporté la même année aux établissements d’enseignement supérieur (Konegen-Grenier C., Winde M., 2013).

Le système dual « fait école » pour la qualification des jeunes diplômés de niveau supérieur

54A travers cette tendance générale à la prolongation des études secondaires et la montée nominale des effectifs de l’enseignement supérieur, c’est donc moins à un tassement du système dual que l’on assiste qu’à la reconnaissance de son efficacité et de sa capacité d’extension progressive dans la pyramide des emplois. Par la flexibilité et l’adaptabilité dont elle a fait preuve au fil du temps dans la gestion des qualifications de l’entreprise, la formation duale sort de son cadre d’application traditionnel centré autour des métiers classiques de l’industrie, du commerce et de l’artisanat et irrigue désormais la pyramide sociale de l’entreprise vers le haut. Non plus seulement, comme elle l’a toujours fait, à travers la promotion professionnelle et sociale sélective de ses meilleurs professionnels jusqu’à des niveaux de qualification et de responsabilité relativement élevés, mais en élargissant son assise au gré de l’évolution de la structure des emplois et de l’échelle des qualifications. Les entreprises allemandes mettent désormais à profit les acquis de la formation duale pour assurer aux nouvelles générations de collaborateurs qu’elles recrutent à un niveau d’instruction supérieur l’acquisition, au long de leur formation, d’un capital d’expérience opérationnelle effectif. C’est de cette démarche intégrative que procède l’élévation systématique du niveau intellectuel de recrutement des personnels dans les parcours de formation en alternance à laquelle on assiste dans les secteurs les plus performants et les plus innovants de l’industrie et des services en Allemagne.

Vers une nouvelle échelle de qualifications

55C’est dire que le débat public qui s’est engagé en Allemagne ces dernières années sur « l’académisation effrénée » (Akademisierungswahn) de la formation des jeunes et la menace que ferait peser le développement rapide de l’enseignement supérieur sur la pérennité du potentiel de qualification professionnelle intermédiaire de l’économie allemande, se trouve en partie dépassé par la dynamique d’innovation qui affecte la sphère de production de biens et services. La formation duale n’est nullement menacée d’extinction mais est entrée dans un vaste processus de recomposition à travers lequel elle se repositionne progressivement sur une nouvelle structure de qualifications. La dichotomie fonctionnelle et sociale qui caractérisait encore jusqu’à une période récente le système de formation initiale allemand entre la formation pratique destinée aux opérateurs de la sphère productive et la formation académique qui était l’apanage des personnels d’encadrement est bel et bien en train de s’estomper. Elle fait place à une nouvelle échelle de qualifications dans laquelle les deux voies de formation sont de plus en plus étroitement imbriquées, et ce pour répondre de plus en plus largement à une double exigence : celle de l’élévation croissante des savoirs, conjuguée à celle de l’acquisition non moins indispensable, à tous les niveaux de compétence, de capacités d’action opérationnelle éprouvées.

L’exception éducative allemande tient bon

56En celà, l’évolution récente du système allemand de formation professionnelle semble porteuse d’une nouvelle synthèse qui continuera de le distinguer intrinsèquement du modèle dominant des pays occidentaux, très largement propagé par l’OCDE, qui donne presque exclusivement la priorité à l’élévation générale et continue des niveaux académiques de formation et néglige les autres dimensions de la qualification. Ceci au prix d’exclure du processus de production des richesses les groupes sociaux les plus défavorisés et de ne laisser que de très faibles chances d’épanouissement à tous ceux dont les compétences pratiques, les savoir-faire et les savoir-être l’emportent sur les capacités d’abstraction intellectuelle, et dont le potentiel humain reste par là même largement sous-exploité. Contrainte, par l’évolution démographique, de mobiliser l’ensemble de ses ressources de main-d’œuvre, l’Allemagne devra non seulement veiller à tirer le meilleur parti de toutes les compétences disponibles sur son sol, y compris de celles de ses groupes sociaux en situation d’exclusion, mais également mettre en œuvre les stratégies sociales les plus efficaces et les plus innovantes pour valoriser au mieux son capital humain.

57Peut-être n’est-il pas tout à fait incongru de relativiser, au vu de la recomposition actuellement à l’œuvre dans le système dual, l’appréciation souvent pessimiste que l’on se plaît à faire, ici et là, de son évolution. Et de se demander si, en dépit – ou à la faveur – des perspectives de son déclin démographique, l’Allemagne n’aurait pas pris, en s’appuyant sur les points forts du système dual, une nouvelle longueur d’avance dans le développement d’un système de formation axé sur une valorisation systématique, pluraliste et socialement intégrative de la compétence. L’expérience allemande reste plus que jamais riche d’enseignements pour les sociétés européennes en mal de cohésion sociale et de compétitivité. Pour sombres que soient les perspectives démographiques, la lumière ne menace pas encore de s’éteindre dans le premier laboratoire social et éducatif de l’Europe !

Haut de page

Bibliographie

Baumann T., Schonfeld G., Wenzelmann F., « Neue Erhebung zu betrieblichen Ausbildungskosten und Bildungsbudget », in Wirtschaft und Statistik, 3/2010, p.267

Beicht U., « Verbesserung der Ausbildungschancen oder sinnlose Warteschleife ? Zur Bedeutung und Wirksamkeit von Bildungsgängen am Übergang Schule-Berufsbildung », in BiBB-Report, 2009/11

« Bildung und Wissenschaft », in Statistisches Bundesamt, Statistisches Jahrbuch. 2011 ; « Bildung », in Statistisches Bundesamt, Statistisches Jahrbuch. 2013

Brenke K., « Jugendarbeitslosigkeit sinkt deutlich – regionale Unterschiede verstärken sich », DIW Wochenbericht, Dossier Jugendarbeitslosigkeit in Deutschland, 19/2013

Bundesagentur für Arbeit (BfA), Der Arbeitsmarkt in Deutschland, décembre 2013

Bundesinstitut für Berufsbildung (BIBB), Datenreport zum Berufsbildungsbericht 2011, ibid. 2012, 2013 – Informationen und Analysen zur Entwicklung der beruflichen Bildung, consultables sur www.bibb.de/veroeffentlichungen

Bundesministerium für Arbeit und Soziales (BMAS), Arbeitskräftereport, novembre 2011, consultable sur www.bmas.de/SharedDocs/Downloads/DE/PDF-Publikationen

Bundesministerium für Bildung und Forschung (BMBF), Berufsbildungsbericht, éditions 2011, 2012, 2013, 2014, consultables sur www.bmbf.de

Konegen-Grenier C., Winde M., Bildungsinvestitionen der Wirtschaft 2012 – Ausgaben der Unternehmen für Studierende und Hochschulen, Essen, 2013

Krone S., Mill U., « Dual studieren im Blick : Das ausbildungs-integrierende Studium aus der Perspektive der Studierenden », in IAQ-Report, Aktuelle Forschungsergebnisse aus dem Institut Arbeit und Qualifikation, 2012/03

Lasserre R., « L’apprentissage en entreprise au cœur de la compétitivité allemande », in Regards sur l’économie allemande. Bulletin économique du CIRAC, n° 103, hiver 2011

Lasserre R., Lattard A., La formation professionnelle en Allemagne. Spécificités et dynamique d’un système, Editions du CIRAC, Paris, 1993

OCDE, Regards sur l’éducation, Paris, 2012

Schmidt N., « Auswirkungen des Strukturwandels der Wirtschaft auf den Bildungsgrad der Bevölkerung », Wirtschaft und Statistik, n° 6/2010

Schmillen A., Stuber H., « Bildung lohnt sich ein Leben lang. Lebensverdienste nach Qualifikation», in IAB-Kurzbericht, n° 1/2014, janvier 2014

Solga H., Menze L., « Der Zugang zur Berufsbildung : wie integrationsfähig ist das deutsche Berufsbildungssytem ?  », in WSI-Mitteilungen, n° 1/2013

Wingerter C., « Der Eintritt junger Menschen in das Erwerbsleben. Ergebnisse der Arbeitskräfteerhebung 2009 », Wirtschaft und Statistik, n°2/2011, février 2011

Zettelmeier W., « Allemagne : la transition formation/éducation/emploi », in Regards sur l’économie allemande, Bulletin économique du CIRAC, n° 75, mars 2006.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Evolution 1992-2013 du flux annuel d’apprentis (nouveaux contrats d’apprentissage, en milliers)
Crédits Source : Bundesinstitut für Berufsbildung (BIBB), Datenreport zum Berufsbildungsbericht, éd. 2013 et 2014.
URL http://journals.openedition.org/rea/docannexe/image/4688/img-1.png
Fichier image/png, 5,2k
Titre Les étudiants vont-ils supplanter les apprentis ?
Crédits Sources des données : BIBB, Destatis, Statista.
URL http://journals.openedition.org/rea/docannexe/image/4688/img-2.png
Fichier image/png, 7,4k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

René Lasserre, « La formation professionnelle en Allemagne », Regards sur l'économie allemande, 113 | 2014, 17-32.

Référence électronique

René Lasserre, « La formation professionnelle en Allemagne », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 113 | juillet 2014, mis en ligne le 17 juillet 2016, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/rea/4688 ; DOI : 10.4000/rea.4688

Haut de page

Auteur

René Lasserre

Professeur, directeur du CIRAC

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page