Navigation – Plan du site
Actualité économique

Enseignement : une nouvelle matière, l’économie

Isabelle Bourgeois
p. 46

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Depuis longtemps, il est question outre-Rhin d’intégrer l’économie dans les cursus de l’enseignement général. Après la Bavière, pionnière (1976), c’est le Bade-Wur-temberg qui inscrira dans ses programmes scolaires d’ici 2016/17 une nouvelle matière : « orientation professionnelle et économie ». Ce Land, où le taux de chômage des jeunes n’est que de 2,5 % (juin 2014), et qui a la réputation d’être le fief de l’apprentissage, cherche à améliorer encore le lien entre école et entreprise pour valoriser au maximum son potentiel. Déjà, le monde professionnel est très présent à l’école (journées de présentation des métiers, visites des entreprises, etc.). Demain, les enseignants seront épaulés par des représentants des associations de protection du consommateur, des fédérations patronales et des syndicats. Après avoir rompu avec l’idée que seuls les suppôts du Capital pouvaient envisager que l’économie – surtout la connaissance de l’entreprise ! – soit une matière scolaire, les partenaires sociaux plaident ouvertement – et ensemble – depuis 15 ans pour cette cause. Elle est stratégique : ce n’est pas le ministre du Culte du Land qui a en charge ce dossier, mais son collègue de l’Economie. Ce dernier (SPD) souligne : « De nos jours, savoir comment fonctionne l’économie doit faire partie du bagage de chaque jeune ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Bourgeois, « Enseignement : une nouvelle matière, l’économie », Regards sur l'économie allemande, 113 | 2014, 46.

Référence électronique

Isabelle Bourgeois, « Enseignement : une nouvelle matière, l’économie », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 113 | juillet 2014, mis en ligne le 17 juillet 2016, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/rea/4704

Haut de page

Auteur

Isabelle Bourgeois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page