Navigation – Plan du site
Actualité économique

Information : les 65 ans de la Bundespressekonferenz

Isabelle Bourgeois
p. 36-38

Texte intégral

Concrétisation de la transparence démocratique

1En octobre 2014, une institution particulière à la République fédérale a fêté ses 65 ans dexistence : la Bundespressekonferenz (BPK) – littéralement : la conférence de presse fédérale (www.bundespressekonferenz.de). Créée en 1949, cette association (le statut français équivalent serait celui de lassociation Loi de 1901) des journalistes politiques allemands et des correspondants étrangers à Berlin garantit à tous ses membres (900) le libre accès à linformation gouvernementale. Chaque lundi, mercredi et vendredi (jours fixes), elle invite le(s) membre(s) du gouvernement de son choix à s’exprimer en public. Traditionnellement, le chancelier ou la chancelière n’est invité(e) qu’une fois par an. Organisation fédérale de l’Allemagne oblige, il existe une Landespressekonferenz dans chacun des 16 Länder, qui procède de même. En Allemagne, les journalistes nont donc pas besoin daccréditation dans lenceinte dun ministère ou à la chancellerie ni de faire partie dun cercle fermé pour être informés sur la politique menée soit par un gouvernement régional, soit par le gouvernement fédéral. Et, surtout, les journalistes étrangers non seulement ne sont pas exclus (ou triés sur le volet), mais ils bénéficient du même droit à linformation que leurs confrères allemands.

Respect du droit à l’information

2Ce droit à linformation est en effet inscrit à lart. 5 de la Loi fondamentale, où il constitue lautre face, indissociable, de la liberté dopinion et dexpression. Et le fait quil soit institutionnalisé ainsi sous la forme de cette association, cest-à-dire « par la société civile », atteste que « le droit de la presse fait partie des droits fondamentaux du citoyen » (J. Gauck). Et la Bundespressekonferenz possède un puissant « pouvoir dorganisation » en ce sens que cest elle qui procède à lagenda setting, donc détermine les thèmes politiques à débattre dans lespace public.

Discours de Joachim Gauck pour les 65 ans de la BPK

3Le 14 octobre 2014, pour célébrer son anniversaire, la BPK avait invité le président de la RFA, Joachim Gauck. Non pas pour le soumettre à interrogatoire (lexercice est redouté des responsables politiques, bien que difficile à esquiver). Mais pour écouter son discours. Et ses critiques, car il nest pas de discours sur la démocratie en Allemagne sans réflexion sur les faiblesses constatées dans la pratique. Or, à lère des TIC, linformation est prise dans lengrenage de la précipitation, voilà le thème sur lequel intervenait Joachim Gauck (voir www.bundespraesident.de).

La généralisation du turbo journalisme exige un retour au journalisme de qualité

4Laccélération des flux de news induite par le saut technologique que nous vivons est « souvent identifiée comme la source de tous nos maux », en Allemagne comme ailleurs. Il mène à un « turbo journalisme » qui sépare les citoyens en insiders et outsiders, ceux qui savent parce quils ont les moyens de sinformer plus amplement, et ceux qui doivent se contenter de 140 signes quils partagent quand les news les font bondir ou quils les « likent ». Or la cause des mutations nest pas cette accélération en elle-même mais « la manière dont nous la gérons ». Il nous faut donc « apprendre à distinguer entre la vitesse de linformation et la précipitation avec laquelle nous émettons un jugement ». A fortiori un commentaire. Cela plaide pour « une analyse critique du journalisme par ceux qui le pratiquent », autrement dit pour un retour au journalisme de qualité. Celui-ci exige du temps, du recul, mais aussi la prise en considération de la demande des lecteurs ou auditeurs qui, pour pouvoir exercer leur rôle de citoyens éclairés, ont besoin dinformation. Cela plaide aussi pour la généralisation dune « éducation aux médias » qui devrait avoir pour règle dor : « sois sceptique si, à 11 heures 07, tombe une news à charge contre un homme politique et si, à 11 heures 08, suit un commentaire ». Enfin, cela rappelle limportance du respect des grands principes au cœur de la déontologie : véracité, vérification des sources, transparence et sens de la responsabilité. Cela vaut tout particulièrement pour ces « gardiens des écluses » (gate keepers) que sont les membres de la BPK et qui portent de ce fait une lourde responsabilité.

Mode d’emploi du « être-démocratique » (Horst Köhler)

5Ce discours na rien de convenu. Linformation accessible à tous est la base même du fonctionnement de la démocratie allemande : cest grâce à elle que la RFA a pu sétablir comme une démocratie au sortir des ruines, cest grâce à elle aussi que, dans cet ensemble polyarchique et hautement complexe quest la République fédérale, le peuple peut réellement exercer son pouvoir, puisquil participe ainsi aux prises de décision collectives. Plus que jamais, aujourdhui, le citoyen a un besoin vital dinformation – et dune information de qualité, cest-à-dire fondée, mûrement réfléchie – pour comprendre le monde dans lequel il vit. Plus encore, soulignait en 2009 Horst Köhler, un prédécesseur de Joachim Gauck, lorsquil avait été invité lui aussi à célébrer lanniversaire de la Bundespressekonferenz (le 60e) : « Le monde dans lequel nous vivons a besoin dêtre expliqué pour que nous puissions lui donner forme et consistance. Il na jamais été aussi compliqué quaujourdhui ». Lui aussi plaidait pour un journalisme de qualité, seul à même de « donner le mode demploi pratique du être-démocratique ». Ce journalisme implique une plus grande « tenue ». En effet, « le recours au divertissement est important, dans votre métier aussi », disait-il à ladresse des journalistes, ajoutant : « mais seulement en tant que moyen, pas en tant que succédané dinformation ».

Des appels à prévention

6A lère dInternet plus que jamais, ce double rappel est utile : le turbo journalisme est la principale cause de la désaffection du lectorat et, partant, de la crise économique (et institutionnelle) de la presse papier. Celle-ci noffre plus au lecteur ce quil cherche : une information factuelle, approfondie, lamenant à réfléchir, à prendre ses distances et à se forger sa propre opinion en connaissance de cause. Mais alors que dans des pays comme la France, cette crise est déjà très profonde, expliquant en partie la montée des populismes, en Allemagne, elle commence seulement à sesquisser. Les « grands médias » (JT Tagesschau sur la Une publique, radio Deutschlandfunk, quotidiens supra-régionaux comme le F.A.Z.) et même les quotidiens régionaux assurent encore leur fonction darticulation, dinformation, de critique et de contrôle dans la démocratie. Il sagit donc plus de prévenir des dérives potentielles avant quelles ne gagnent en ampleur et ne soient devenues irréversibles. Cest là le sens des discours danniversaire prononcés devant la Bundespressekonferenz.

L’indépendance de la presse est garantie dans la pratique

7Voilà pour les principes. Quen est-il de la réalité sur le terrain ? La liberté de la presse est un bien sans prix et les Allemands, ayant fait lexpérience de deux dictatures, lui sont particulièrement attachés. De ce fait, sa pratique fait lobjet dun suivi régulier qui nourrit de nombreux travaux scientifiques. Cest ainsi par exemple que les éditeurs de presse ont fondé un cercle de mécènes qui soutient non seulement la recherche en la matière, mais également la diffusion des travaux dans un large public, ce qui inclut la pédagogie. Cette Stiftervereinigung der Presse e.V. (autre association de type Loi 1901), a ainsi commandé à lInstitut für Demoskopie dAllensbach (le plus réputé des instituts de sondages, le plus scientifique aussi), une enquête sur le sujet. Sa conclusion est rassurante : 93 % des journalistes estiment que la liberté de la presse est bien (63 %) ou très bien (30 %) garantie en Allemagne. La dernière vague de sondages, qui portait sur leur expérience en matière de tentatives dinfluence extérieures, a été réalisée de mars à avril 2014 auprès de 432 journalistes (rédacteurs en chef, responsables des rubriques : politique, économie, informations locales) de plus de 230 quotidiens.

Mais les tentatives de prise d’influence changent de forme

8Dans leur travail, 60 % des sondés nen affirment pas moins avoir subi des pressions sous différentes formes : entraves lors denquêtes, tentatives dinfluencer les sujets, pressions économiques… Contrairement à ce quon pourrait penser, ces pressions sont particulièrement fortes dans linformation culturelle/musicale et, moins surprenant, sportive. Dans la vague de sondage de lautomne dernier, les taux de réponse se situaient entre respectivement 83 % et 87 %. Comme en France, cest ensuite linformation locale (64 %) qui est la proie de telles tentatives, suivie de linformation politique (59 %) et économique (54 %). Ceux qui tentent dinfluencer les journalistes sont le plus souvent les entreprises (64 %), surtout à léchelon local (67 %). Les responsables politiques montrent généralement plus de retenue (40 % seulement des citations), sauf au niveau local (61 %). Il en va de même des fédérations professionnelles ou demployeurs (41 %). Quant aux ministères, ils se montrent peu actifs (18 % des cas seulement), ce qui est rassurant quant à lindépendance de la presse par rapport au politique. Certes, 47 % des sondés disent que ces tentatives dinfluence ont augmenté dans lensemble, mais autant disent ne pas voir de différence. Peut-être lexplication réside-t-elle dans les nouvelles formes que prennent ces tentatives : les cadeaux ou autres prestations en nature sont en recul. Tout à linverse dune pratique qui tend à se généraliser : la réécriture des interviews avant autorisation. Mais la presse lépingle régulièrement – et publiquement –, la meilleure parade qui soit. Dans lacception allemande, la démocratie est un organisme vivant, avec ses forces et faiblesses humaines. Elle nest jamais acquise. Voilà pourquoi, à intervalles réguliers, une réflexion collective simpose dans la profession. Quelle meilleure occasion que le 65e anniversaire dune institution sans équivalent dans le monde comme cette Bundespressekonferenz ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Bourgeois, « Information : les 65 ans de la Bundespressekonferenz », Regards sur l'économie allemande, 115 | 2014, 36-38.

Référence électronique

Isabelle Bourgeois, « Information : les 65 ans de la Bundespressekonferenz », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 115 | décembre 2014, mis en ligne le 01 décembre 2016, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/rea/4769

Haut de page

Auteur

Isabelle Bourgeois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page