Navigation – Plan du site
Articles

De la capacité de l’Allemagne à se réformer

Isabelle Bourgeois
p. 15-28

Résumé

En France, nous considérons non sans ambivalence notre principal voisin dans l’UE, souvent érigé en « modèle » quant aux réformes qu’il a menées depuis le tournant du millénaire – ou au contraire désigné comme « anti-modèle ». Soit nous idéalisons l’effort mené par l’Allemagne pour reconquérir sa compétitivité et préserver son modèle social tout en poursuivant une politique de consolidation budgétaire. Soit nous récusons une prospérité économique qui aurait été construite sur les ruines de l’Etat social au nom d’une rigueur budgétaire excessive. En réalité, dans les deux cas, nous commettons une erreur d’appréciation, nourrie par la difficulté à appréhender le fonctionnement des institutions comme le processus de prise de décision en Allemagne. Il est vrai que son mode d’organisation est difficile à concevoir pour nous, tant il diffère de notre système pyramidal, et tant nos visions du monde environnant et nos approches du changement sont opposées.
Quels sont ces mécanismes qui ont permis à l’Allemagne de mener des réformes structurelles ? Comment le consensus nécessaire parvient-il à émerger entre les multiples acteurs concernés et les citoyens, puis à s’installer durablement ? Qu’en sera-t-il à l’avenir ? La réponse est relativement simple à formuler, même si elle recouvre un processus complexe de régulation collective : la capacité de l’Allemagne à se réformer repose sur la participation de chacun, le respect institutionnalisé de la diversité des intérêts, et une vision dynamique du changement. Le système allemand n’est certes pas facilement transposable, pas plus qu’il n’est infaillible car il comporte aussi ses blocages. Mais mieux comprendre les facteurs qui déterminent la capacité de notre partenaire à se réformer peut nous aider à œuvrer ensemble plus efficacement à la construction de l’Europe.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

La « germanosclérose » guérie par une succession de chocs…
… et d’appels à réforme de plus en plus pressants
Les facteurs systémiques de l’aptitude au changement de l’Allemagne

Aperçu du début du texte

La « germanosclérose » guérie par une succession de chocs…

Des réformes structurelles menées par l’Allemagne, on n’a retenu pour l’essentiel en France que les réformes Hartz engagées dans le cadre de l’Agenda 2010. Cette révision en profondeur du régime de la protection chômage et de la politique active pour l’emploi est souvent présentée comme une remise en question de l’Etat social, imputable au seul chancelier Schröder (voir REA 108/ 2013). Mais on oublie alors de la considérer dans son contexte : celui d’une réforme au long cours à la fois de l’Etat providence et du modèle économique, engagée depuis le début des années 1990, portée par un long processus de prise de conscience collectif et réalisée en différentes étapes. L’Agenda 2010 n’en est que la partie la plus immédiatement visible. L’objectif déclaré de tous ces efforts était de permettre à l’économie de recouvrer sa compétitivité, c’est-à-dire d’asseoir la croissance sur des bases plus durables, afin de pérenniser à l’ère d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Bourgeois, « De la capacité de l’Allemagne à se réformer », Regards sur l'économie allemande, 116-117 | 2015, 15-28.

Référence électronique

Isabelle Bourgeois, « De la capacité de l’Allemagne à se réformer », Regards sur l'économie allemande [En ligne], 116-117 | juillet 2015, mis en ligne le 01 juillet 2017, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rea/4813 ; DOI : 10.4000/rea.4813

Haut de page

Auteur

Isabelle Bourgeois

Chargée de recherche au CIRAC et rédactrice en chef de Regards sur l’économie allemande

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CIRAC

Haut de page