Navigation – Plan du site
Revue des livres

Filmer L’orient. Politiques des nationalités et cinéma en URSS (1917-1938), Gabrielle Chomentowski

Michèle Leclerc-Olive
p. 349-352
Référence(s) :

Gabrielle Chomentowski, Filmer L’orient. Politiques des nationalités et cinéma en URSS (1917-1938), Paris, éditions Petra

Texte intégral

1L’histoire de la société cinématographique Vostokkino (Cinéma d’Orient) aurait pu passer inaperçue. Elle fut en effet à la fois éphémère – la société conçue en 1926 grâce notamment à l’action de Nariman Narimanov, homme politique et écrivain azéri, est dissoute en 1935 – et marginale – elle ne relève pas à première vue des axes majeurs de la politique soviétique de l’époque et concerne des territoires périphériques de l’URSS. Mais elle s’inscrit dans cette période transitoire entre ce que certains ont appelé le premier stalinisme et la stabilisation de la politique centralisée et « totalitaire » qui fait suite aux « grandes purges » de triste mémoire.

2Heureusement, l’enquête minutieuse de Gabrielle Chomentowski nous permet d’accéder à cette histoire singulière. Et cette singularité oblige, pour en rendre compte, de convoquer une analyse – fût-elle parfois seulement esquissée – du contexte politique national et international. Par ailleurs, comme le rappelle Marc Ferro, dont les recommandations guident cette recherche : « Le cinéma, surtout la fiction, ouvre une voie royale vers des zones psycho-socio-historiques jamais atteintes par l’analyse des “documents”. » C’est ce double mouvement de restitution de l’environnement politique et de plongée au cœur même des films qui rend l’enquête développée par G. Chomentowski si précieuse.

3En effet, l’ouvrage qu’elle a publié en 2016, Filmer L’orient. Politiques des nationalités et cinéma en URSS (1917-1938), est une de ces rares publications qui nous fournissent tout à la fois des données exceptionnelles d’accès souvent difficile – qui nous instruisent – et qui en même temps nous donnent à penser en nous invitant, de fait, à réexaminer les catégories parfois simplificatrices dont nous nous servons pour penser l’histoire de l’URSS.

4L’auteure nous rappelle en effet plusieurs points d’histoire essentiels, connus de la plupart des lecteurs, mais éclairés ici de manière spécifique. Lénine avait très tôt souligné que « de tous les arts, le cinéma est le plus important, spécialement pour les peuples d’Orient » (l’usage de ce terme en URSS à cette époque ne coïncide pas avec les significations que nous lui accordons aujourd’hui). Mais au lendemain de la révolution de 1917, de nombreux cinéastes quittent le pays, emportant matériels et pellicules : l’industrie du cinéma en sortait très affaiblie. D’autre part, après l’échec des révolutions en Allemagne et en Hongrie (1919), les dirigeants soviétiques espèrent étendre le front révolutionnaire vers l’Est. En témoigne le Congrès de Bakou (1920) organisé par l’Internationale communiste. La « politique des nationalités » et la promotion des cultures dites « orientales » doivent contribuer à ce que les peuples prennent en main leur histoire et cessent de se méfier du pouvoir « russe » associé le plus souvent à l’héritage tsariste : la reconnaissance de la diversité culturelle de l’union est au fondement de cette politique des nationalités qui se veut libératrice.

5Vostokkino est une société semi-privée dont les actions sont détenues par des organismes para-étatiques. Ses missions sont plurielles. Il s’agit de développer la « cinéfication » du pays (équiper les territoires d’un vaste réseau de salles de projection et faciliter la diffusion de la production soviétique) ; remédier à l’exotisme des représentations de l’Orient promues par les films réalisés par des studios étrangers et très appréciés du public ; contribuer à la formation d’équipes techniques capables de concevoir et de réaliser des films à partir des réalités sociales et culturelles locales ; et surtout, en attendant, produire, avec les réalisateurs restés en URSS, des films conformes aux exigences de la censure, comme par exemple montrer l’archaïsme du statut des femmes dans ces régions traditionnellement musulmanes. Les films produits par Vostokkino (devenu Vostokfil’m lorsque la structure passe d’une société par actions à un trust) ont à représenter la diversité ethnique du pays et, par là, contribuer à l’« amitié entre les peuples » et à l’internationalisation de la révolution.

6Beaucoup de films ont été détruits ou perdus. Néanmoins G. Chomentowski a réussi à en retrouver plusieurs. Les films qu’elle analyse pour nous – Zelim-Khan (1929), La terre a soif (1930), La chanson sur le bonheur (1934) et Kara-Bougaz (1935), qui sera finalement interdit de diffusion – permettent de saisir l’esprit des autorités soviétiques qui prévalait tant au niveau de la politique des nationalités que des orientations données à Vostokkino. En effet, au-delà des déclarations de principe, l’analyse des films montre que ceux-ci tendent souvent à opposer la compétence technique et scientifique, la modernité, la générosité des personnages russes du film, confrontés à l’ignorance, la passivité et les préjugés des peuples d’Orient (le plus souvent des paysans ou éleveurs, analphabètes et misogynes).

7L’étude menée sur la société Vostokkino s’est appuyée sur le dépouillement de nombreux documents d’archives, de la presse et de l’analyse minutieuse de films, y compris de films qui furent interdits de diffusion par la censure. Les annexes (p. 187-250) qui accompagnent l’étude proprement dite mettent à notre disposition une partie des résultats de ces investigations. On retiendra tout spécialement le catalogue des films réalisés par Vostokkino et Vostokfil’m entre 1928 et 1935. Parmi ces annexes, on trouve également la liste des douze réalisateurs attachés à Vostokkino en 1935. Au moment de la disparition de cette structure, 71 personnes, toutes catégories professionnelles confondues, y travaillaient. Une carte indiquant les républiques et régions nationales actionnaires de Vostokkino est insérée dans un livret de reproductions d’affiches et de photos tirées de films pour la plupart inédits (p. I-XVI).

8Si l’ouvrage de G. Chomentowski constitue une mine de données précises (aussi précises que le permettent les sources disponibles), on peut regretter cependant la faiblesse des renseignements fournis sur les montages financiers qui supportaient l’activité de Vostokkino ainsi que la modestie des descriptions et analyses de la réception des œuvres diffusées par le public auquel elles étaient destinées (fréquentation des salles, opinions des spectateurs, etc.). Sans doute les données manquent-elles pour établir un tel bilan. Mais il eût été intéressant de pouvoir évaluer l’impact de cette politique avant son interruption.

9La fermeture de Vostokkino correspond à des infléchissements notables de la politique des autorités bolcheviques. La « politique des nationalités » qui préconisait la promotion des cultures nationales, aux fins d’inclure les « Orientaux » dans le grand mouvement modernisateur du socialisme soviétique, n’est plus à l’ordre du jour. L’heure est « au rassemblement dans une seule et même culture, la grande culture soviétique, menée par le peuple de la révolution, le peuple russe » (p. 184). Le déclenchement de la révolution en Orient cède le pas à la défense de la révolution en Union soviétique. Les artistes, les cinéastes, y compris les responsables politiques qui soutenaient cette initiative sont arrêtés. La structure économique (société par actions puis trust) de Vostokkino est dorénavant contradictoire avec la centralisation et la collectivisation autoritaire. Et sa mission politique devient anachronique, face à la politique d’uniformisation culturelle qui se met en place à partir du milieu des années 1930.

10L’ouvrage de Gabrielle Chomentowski vient opportunément nous rappeler que les régimes politiques totalitaires, que l’on juge rétrospectivement pris dans un immobilisme que rien ne semble pouvoir ébranler, sont précédés de périodes de relative indétermination dont la connaissance est fortement suggestive pour penser notre monde en devenir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Leclerc-Olive, « Filmer L’orient. Politiques des nationalités et cinéma en URSS (1917-1938), Gabrielle Chomentowski », Revue d'études comparatives Est-Ouest, 48-1/2 | 2017, 349-352.

Référence électronique

Michèle Leclerc-Olive, « Filmer L’orient. Politiques des nationalités et cinéma en URSS (1917-1938), Gabrielle Chomentowski », Revue d'études comparatives Est-Ouest [En ligne], 48-1/2 | 2017, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/receo/3131

Haut de page

Auteur

Michèle Leclerc-Olive

Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux – IRIS (CNRS / EHESS)

Haut de page

Droits d’auteur

© NecPlus

Haut de page
  • Logo NecPlus
  • Logo CERCEC
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo ISP
  • Logo CNL
  • OpenEdition Journals