Navigation – Plan du site
Revue des livres

Magaziny “Berezka”. Paradoksy potreblenija v pozdnem SSSR, Anna Ivanova

Guillaume Sauvé
p. 353-357
Référence(s) :

Anna Ivanova, Magaziny “Berezka”. Paradoksy potreblenija v pozdnem SSSR, Moscou, NLO, 2017

Texte intégral

1Au début des années 1980, d’élégantes femmes moscovites arborent fièrement, en guise de sac à main, des sacs de plastique aux couleurs des magasins Berezka. Introuvable dans les commerces ordinaires, le sac de plastique constitue alors un accessoire féminin du tout dernier cri, l’attribut d’une vie confortable à l’occidentale. Pour un grand nombre de Soviétiques, cet idéal consumériste est symbolisé par la chaîne Berezka, ces magasins d’État qui offrent un choix attrayant de produits rares – et souvent importés – contre des devises étrangères. L’historienne Anna Ivanova propose la première monographie consacrée à l’histoire, au fonctionnement et au rôle de ces magasins dans la société soviétique, depuis l’époque de Khrouchtchev jusqu’à celle Gorbatchev. De manière fort éclairante, l’auteure utilise le phénomène des Berezka comme un prisme à travers lequel elle observe les curieux paradoxes qui accompagnent l’émergence d’une société de consommation dans un pays officiellement voué à l’égalitarisme et à l’ascétisme matériel. L’ouvrage s’appuie sur une variété de matériaux empiriques : documents d’archives, périodiques, mémoires, journaux intimes et entretiens avec d’anciens employés et clients.

2Le premier chapitre présente l’origine et l’évolution des magasins Berezka. Créés à la fin des années 1950, ils ont pour vocation première d’apporter un maximum de devises étrangères au budget soviétique, afin de financer la nouvelle politique d’ouverture au monde. Les devises ainsi récupérées doivent notamment servir à rémunérer les spécialistes envoyés en mission à l’étranger, ainsi qu’à soutenir l’importation croissante de technologies et produits occidentaux. Les premiers magasins sont installés dans les aéroports et dans les hôtels dans le but d’attirer les touristes. Le symbole du bouleau (en russe : berezka) est alors une image de marque fréquemment utilisée dans la symbolique de l’URSS auprès des étrangers. Rapidement, la vocation de ces magasins s’élargit afin d’accueillir, en plus des touristes, les citoyens soviétiques qui possèdent des devises étrangères. Le système en vigueur consiste à échanger les devises étrangères contre des certificats spéciaux valables dans les Berezka. En 1967, on ne compte pas moins de 55 magasins répartis dans 18 villes du pays. Leur succès reflète l’intensification des rapports de la société soviétique avec le monde extérieur, après des décennies d’isolement sous le joug de Staline. Certes, dans les années 1930, des magasins offraient déjà la vente de produits rares contre des devises étrangères et des bijoux. Mais comme il était alors difficile et même dangereux d’entretenir des rapports avec l’étranger, l’État ne récupérait ainsi que des richesses conservées au pays depuis l’époque tsariste.

3Le deuxième chapitre brosse un portrait de la clientèle des magasins Berezka. En principe, les clients sont des travailleurs soviétiques qui reviennent de mission à l’étranger ou qui reçoivent des honoraires ou des cadeaux de l’étranger. Si la première catégorie permet commodément à l’État de récupérer les salaires qu’il verse, la seconde provoque l’inquiétude des autorités, puisqu’elle encourage les transferts d’argent issus de sources jugées potentiellement hostiles. Le cas le plus frappant, à cet égard, est celui des dissidents soviétiques qui touchent des honoraires pour des ouvrages parus illégalement en Occident et qui s’en servent pour s’offrir des produits de luxe, ou même pour soutenir leur activisme politique. Andrei Sakharov, par exemple, utilise les honoraires de ses pamphlets politiques pour acheter de la nourriture dans les magasins Berezka, qu’il fait ensuite parvenir à des prisonniers politiques. Dans ce contexte, la question des transferts d’argent venus de l’étranger fait l’objet d’un conflit à l’intérieur de l’État soviétique, entre le ministère des Finances qui ne veut pas réduire ses bénéfices et le KGB qui cherche à interrompre ce soutien financier à la dissidence. Les magasins Berezka ont ceci de particulier, dans le contexte soviétique, que le critère d’appartenance à leur clientèle privilégiée n’est pas la loyauté politique, comme c’est le cas dans les magasins spéciaux réservés aux hauts fonctionnaires, mais la simple possession de devises étrangères. Ce faisant, leur existence encourage un type nouveau de différenciation sociale, dont la logique obéit à des dynamiques économiques relativement indépendantes de la sanction de l’État.

4Le troisième chapitre détaille la gamme de produits offerts dans les magasins Berezka. Dans le but de dégager un maximum de bénéfices, ces magasins proposent des produits particulièrement recherchés dans le contexte soviétique d’économie de pénurie. Il n’est plus seulement question, comme dans les années 1930, d’échanger des devises étrangères contre des produits alimentaires. La société soviétique a dépassé le problème de la satisfaction des besoins physiologiques et aspire désormais à la consommation. Pour étancher cette soif de biens matériels, les Berezka proposent d’abord des produits de grande valeur de production soviétique, comme des voitures, des réfrigérateurs, des télévisions, des pianos, des appartements et des séjours en sanatorium. Avec le temps, les produits importés se font de plus en plus nombreux sur les présentoirs, à commencer par les vêtements occidentaux – dont les jeans américains, qui excitent la convoitise des jeunes – et les appareils électroniques japonais. La vente de ces objets, dans un contexte où ils sont présentés comme hautement désirables, entraîne un résultat paradoxal : l’État soviétique contribue involontairement à conforter une image fantasmée de l’Occident comme paradis de la consommation.

5Le quatrième chapitre porte sur le marché noir qui fleurit autour des Berezka. En principe, ces magasins sont réservés au petit nombre de Soviétiques qui possèdent des devises étrangères. Cependant, avec l’adoucissement des peines contre le trafic de devises en 1976, il devient moins risqué de se procurer des certificats Berezka contre des roubles sur le marché noir. Dans ce contexte, ces certificats s’imposent en URSS comme une sorte de devise parallèle permettant à tous ceux qui en ont les moyens d’accéder à des produits rares. La clientèle s’élargit donc considérablement pour inclure les représentants de la nouvelle « classe moyenne » (p. 196) qui émerge à l’époque, composée des citoyens des grandes villes qui sont financièrement à l’aise sans pour autant appartenir à la nomenklatura. Ce sont des diplomates, des actrices, des écrivains, des millionnaires de l’économie parallèle, tous unis par l’aspiration à un niveau de vie à la hauteur de leur statut. De magasins relativement exclusifs, les Berezka se transforment progressivement en « oasis de consommation » (p. 225) où un nombre croissant de citoyens peuvent acquérir des produits difficiles à trouver dans les commerces ordinaires.

6Le cinquième et dernier chapitre restitue la vision des Berezka véhiculée dans la presse soviétique. Cette vision, contradictoire, reflète de profonds tiraillements à l’intérieur de la société. D’un côté, les Berezka font l’objet d’une forte réprobation morale, puisque ces magasins pour privilégiés contredisent les idéaux d’égalité et de justice sociale. Les dirigeants soviétiques en sont d’ailleurs conscients et c’est pourquoi ils préfèrent longtemps en censurer toute mention dans la presse, plutôt que d’assumer publiquement les motivations financières qui en justifient l’existence. Cela crée une situation pour le moins absurde où un nombre croissant de Soviétiques fréquentent des magasins qui officiellement n’existent pas. Lorsque le tabou est finalement levé, à l’époque de la glasnost, les Berezka font rapidement l’objet d’une virulente critique dans la presse, tant et si bien que Gorbatchev décide de mettre la clé sous la porte. Cette annonce entraîne la panique chez les clients, qui se massent en d’interminables queues devant les Berezka dans les mois qui précèdent leur fermeture, en juillet 1988. Le vide est rapidement comblé, puisque le commerce en devises étrangères est légalisé deux ans plus tard.

7Le phénomène des Berezka illustre le rapport trouble à la consommation en URSS post-stalinienne, partagé entre les idéaux égalitaristes portés par la Révolution et l’accroissement du niveau de vie et les aspirations à la consommation. Pour Ivanova, cette dualité illustre, plus fondamentalement, l’effritement du système soviétique et de son idéologie moraliste face à la montée de nouvelles dynamiques économiques. On peut se demander si cette interprétation positiviste, qui oppose l’idéologie au « point de vue pratique » de l’économie (p. 225), rend pleinement justice à la complexité des phénomènes présentés dans l’ouvrage. Loin de s’effacer face à l’économie, les considérations idéologiques conservent un rôle central dans la société soviétique, ainsi que l’illustre le destin des Berezka. À l’époque de la perestroïka, par exemple, l’idéal de justice sociale constitue la principale source de légitimité des réformes, comme l’illustre l’exceptionnelle popularité de Boris Eltsine en tant que pourfendeur des privilèges de la bureaucratie. À cet égard, il est tout à fait révélateur que les Berezka fassent l’objet d’une forte réprobation morale dès lors qu’il devient possible d’en discuter publiquement. L’initiative de fermer ces magasins, comme l’explique Ivanova, vient de la société et non pas de l’État soviétique, qui s’est toujours montré davantage intéressé par les bénéfices qu’ils génèrent. Quant aux intérêts économiques de la nouvelle classe moyenne, ils ne sont pas non plus dénués de dimension idéologique. L’idéal consumériste soviétique, en effet, est fondé sur une vision fantasmée de l’Occident, qui en dit bien plus sur les rêves des Soviétiques que sur la réalité des pays capitalistes. En somme, le phénomène des Berezka montre que la différenciation sociale s’accompagne d’une différenciation idéologique, qui donne lieu à un conflit larvé entre des aspirations et des idéaux contradictoires. À ce titre, l’ouvrage d’Ivanova donne à voir la complexité croissante de la société soviétique post-stalinienne, dont les dynamiques internes invalident une fois de plus l’image d’Épinal d’une société totalitaire figée, engoncée dans une idéologie unique et immuable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Sauvé, « Magaziny “Berezka”. Paradoksy potreblenija v pozdnem SSSR, Anna Ivanova », Revue d'études comparatives Est-Ouest, 48-1/2 | 2017, 353-357.

Référence électronique

Guillaume Sauvé, « Magaziny “Berezka”. Paradoksy potreblenija v pozdnem SSSR, Anna Ivanova », Revue d'études comparatives Est-Ouest [En ligne], 48-1/2 | 2017, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/receo/3134

Haut de page

Auteur

Guillaume Sauvé

Chercheur postdoctoral, EURUS, Carleton University, Canada

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© NecPlus

Haut de page
  • Logo NecPlus
  • Logo CERCEC
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo ISP
  • Logo CNL
  • OpenEdition Journals