Navigation – Plan du site
Revue des livres

Entre Europe et Russie. La Biélorussie des manuels scolaires, Anna Zadora

Ewa Tartakowsky
p. 357-362
Référence(s) :

Anna Zadora, Entre Europe et Russie. La Biélorussie des manuels scolaires, Paris, L’Harmattan, coll. « Manuels scolaires et sociétés »

Texte intégral

1La Biélorussie, comme d’autres pays de l’espace post-soviétique et républiques populaires voisines, se confronte depuis la chute de l’URSS aux réinterprétations du passé soviétique. Ce pays constitue toutefois un cas bien spécifique : contrairement aux autres, la Biélorussie légitime aujourd’hui son système politique en se réclamant de l’héritage soviétique.

2Dans son ouvrage, tiré de sa thèse de doctorat soutenu en 2011 en science politique, Anna Zadora présente les réaménagements du récit sur le passé dans le cadre scolaire, plus précisément dans les manuels d’histoire. Elle en dresse un état des lieux ainsi que du contexte socio-politique de leur élaboration et du champ institutionnel des historiens professionnels, « promoteurs de différentes interprétations du passé national » (p. 31).

3L’analyse de l’historiographie biélorusse occupe évidemment une place importante dans cette étude. Celle-ci commence tardivement, même si les premiers organismes de recherche et d’enseignement de l’histoire émergent dans les années 1920 sous l’URSS. Mais la période soviétique ne favorise pas les recherches portant sur le contexte national proprement biélorusse, ce dont témoignent les faibles effectifs d’historiens et la quasi inexistante structuration des espaces de socialisation professionnels.

4Il faut attendre la perestroïka des années 1980-1990 pour voir s’esquisser les premières tentatives d’écriture de l’histoire biélorusse à partir des « bribes de l’histoire des peuples soviétiques » (p. 52) et leur introduction dans le cadre scolaire. Il s’agit dans cette période d’intégrer des « particularités biélorusses » dans l’histoire plus large de l’URSS. Toutefois, si l’arrêté du ministère de l’Éducation de 1986 officialise le changement de programmes, les manuels scolaires demeurent à l’identique dans les années qui suivent. Cela traduit, outre la conjoncture particulière, la pérennité des institutions, et invite à porter un regard nuancé sur les modifications apportées par un changement dans un contexte politique donné.

5Il convient de souligner que la Biélorussie possède, encore aujourd’hui, un système éducatif très centralisé : les manuels et le matériel scolaire ne sont pas achetés par les parents, mais fournis par l’école et relèvent entièrement du budget de l’État. C’est donc le ministère de l’Éducation qui fixe le tirage, qui oscille entre 150 000 et 200 000 exemplaires, et qui distribue les manuels dans des écoles. Ce système s’accompagne d’une position monopolistique des deux maisons d’édition publiant les manuels : Instruction populaire et les Éditions de l’Université d’État. Il existe certes quelques petites maisons d’édition privées, mais leurs faibles moyens les condamnent à une diffusion confidentielle, essentiellement dans quelques écoles de la capitale.

6Ce contexte ne favorise donc pas l’innovation dans le domaine des manuels. Cela explique notamment que, durant la période soviétique, un seul manuel est en circulation. Il s’agit de L’histoire de la République soviétique socialiste de Biélorussie, de Laurentsiï Abetsedarski, ouvrage « en parfaite correspondance avec le programme officiel » (p. 99) de l’époque. Dans une perspective téléologique, l’histoire biélorusse y suit un cours dont l’aboutissement constitue son intégration dans l’URSS. Ce manuel, publié pour la première fois en 1960, a connu onze éditions et était encore en circulation dans certaines écoles en 1995.

7En 1990, l’indépendance de la Biélorussie ouvre un nouveau chapitre. Deux facteurs jouent toutefois en défaveur d’une recherche historique indépendante du champ politique : d’une part, le fait que « les Biélorusses n’aspiraient pas à l’indépendance » (p. 37), étant relativement nostalgiques de la période soviétique. D’autre part, la nécessité ressentie de construction d’un nouveau « récit national » correspondant aux objectifs d’un nouveau régime dont la constitution mentionne un État biélorusse avec « une histoire de plusieurs siècles ». L’impératif du nouveau régime s’accompagne donc d’« un appel aux références historiques, [d’]une destruction des mythes soviétiques, mais également [d’]une production de nouveaux mythes » (p. 38). Il s’agit en fait de traquer les « taches blanches », objectif que l’on retrouve dans d’autres pays ex-socialistes. À cette période paraît également l’un des premiers ouvrages sur l’histoire de la Biélorussie, rédigé par Mitrofan Dovnar-Zapolskiï dans la période de l’entre-deux-guerres et confisqué par les censeurs soviétiques.

8Ce nouveau « besoin de l’histoire », proprement biélorusse, sera rapidement comblé par les historiens contemporains, dont certains épousent largement des visions nationalistes. En 1991, une commission d’historiens voit le jour à l’initiative du ministère de l’Éducation pour élaborer une vision de l’enseignement de l’histoire nationale, devant servir pour l’écriture des curricula.

9Ainsi, le manuel de Pavel Loïka présente « les faits historiques qui ont été dissimulés pendant longtemps dans l’historiographie » (p. 107) et concentre son contenu sur les xvie-xviiie siècles. Cette période correspond, dans la représentation nationale, à un « âge d’or » biélorusse. Elle est incarnée par le Grand Duché de Lituanie, un État qui couvrait du xiie au xviiie siècles les territoires des actuels pays baltes, du Nord de la Pologne, de la Biélorussie, de l’Ukraine.

  • 1 Il s’agit d’une monarchie élective. Elle constitue néanmoins la première république de Pologne à pa (...)

10Aujourd’hui encore, la Biélorussie se dispute l’héritage de ce grand territoire avec d’autres pays. Le premier est la Lituanie dont le nom même résonne avec le territoire ancien, où se trouvaient ses capitales successives. Le second est la Pologne, qu’Anna Zadora appelle souvent Retch Pospolitaya, translittération de Rzeczpospolita, terme polonais qui désigne la république1. Dans le cas du Royaume de Pologne, qui s’unit en 1569 avec le Grand Duché de Lituanie en formant la République des Deux Nations, ce qui donne par ailleurs encore aujourd’hui matière à des débats, sur le caractère colonisateur de ce traité, il s’agit également d’un « âge d’or » polonais, qui voit la dynastie des Jagellonne régner sur le plus grand territoire européen. D’où l’intérêt qu’il y aurait à replacer l’écriture de l’histoire nationale biélorusse dans le cadre plus large, européen, des débats sur les représentations nationales. Il en va de même pour l’importance accordée à l’existence de la commission bilatérale polono-biélorusse pour les manuels scolaires, commission créée au début des années 1990 et réunissant des historiens professionnels des deux pays pour proposer des recommandations au sujet des contenus des outils pédagogiques à l’école. D’autant qu’en 1994, une nouvelle commission polono-biélorusse pour les manuels scolaires de la minorité polonaise en Biélorussie et la minorité biélorusse en Pologne a été créée, parallèlement à cette première commission. Même si la portée objective de ces deux lieux de débats reste relativement mineure, leur existence témoigne d’une ouverture des deux pays par rapport aux enjeux symboliques liés à l’histoire.

11Concernant les manuels de cette période, Anna Zadora mentionne « l’aspect émotionnel et personnel » qui autorise certains auteurs à condamner en bloc l’ensemble de l’héritage soviétique dans ce moment particulier de l’histoire biélorusse. Elle considère que c’est précisément cet aspect de ce moment de l’effervescence nationale qui explique un retour, quelques années plus tard, d’une rhétorique et d’une écriture de l’histoire largement marquées par l’héritage soviétique. De fait, non seulement les premiers manuels ne sont pas adaptés – par une forme peu attrayante, un manque d’outils pédagogiques adaptés, des contenus trop lourds – à l’enseignement scolaire, mais ils échappent de surcroît aux objectifs de scientificité en s’inscrivant, parfois à outrance, dans des visions nationalistes.

12Si l’on peut pointer les excès nationalistes de cette période, force est de constater qu’il s’agit du seul moment d’élaboration d’une narration historique à dimension nationale. « C’est une période de libéralisation et de démocratisation. Les historiens ont obtenu la liberté d’écrire sur les sujets historiques interdits à l’époque soviétique, notamment sur l’évolution historique de l’idée nationale biélorusse » (p. 88), écrit l’auteure.

13Cette parenthèse ouverte avec l’indépendance se referme toutefois en 1994 lorsqu’Alexandre Loukachenko est élu au poste de président sur la base d’une campagne promettant de renouer avec une économie planifiée et la revalorisation de l’héritage soviétique.

14Suite au référendum de 1995, le russe obtient le statut de seconde langue officielle du pays et les armoiries du Grand-Duché de Lituanie, introduites en 1991, sont remplacées par les symboles de l’époque soviétique, marquant une union plus étroite entre la Russie et la Biélorussie . Ce changement rejaillit également dans le domaine de l’enseignement de l’histoire, provoquant de vifs débats parmi les intellectuels et, plus largement, dans la société. Cette volonté politique se traduit par la création, en 1995, d’une commission d’État chargée du contrôle de l’édition des manuels scolaires dans le domaine des sciences humaines et sociales. « Cette structure répond à l’aspiration du pouvoir politique à mettre sous son contrôle l’écriture de l’histoire scolaire » (p. 70) ; elle a toutefois progressivement connu une émancipation, certes relative, mais néanmoins réelle dans le domaine de l’expertise scientifique et didactique.

15Reste que certains auteurs de manuels, tels Edouard Zagaroulski ou Yaouguen Novik, continuent de s’inscrire dans la tradition soviétique. Si dans la période 1990-1994, certains livres scolaires adoptent une perspective européenne, ceux de la période suivante insistent sur « l’influence majeure de la Russie dans la formation de la nation et de l’État biélorusse [où] l’histoire de la Biélorussie est remplacée ainsi par l’histoire de la Russie occidentale » (p. 132). Tel n’est toutefois pas le cas du manuel de Mikhaïl Bitch, qui perpétue la tradition nationaliste de 1992. Il mentionne néanmoins « les difficultés de la formation de la conscience nationale biélorusse liées aux politiques de polonisation et de russification » (p. 140) menées par les deux pays voisins.

  • 2 Hayden White, The content of the Form : Narrative Discourse and Historical Representation, Baltimor (...)
  • 3 Voir notamment : Michel de Certeau, L’écriture de l’histoire, Paris : Gallimard, coll. « Folio », 2 (...)

16L’auteure conclut par conséquent que « l’écriture neutre de l’histoire scolaire n’a quasiment jamais existé en Biélorussie » (p. 177). On ne peut qu’en tomber d’accord, tout en se demandant si elle a jamais existé ailleurs… En effet, le linguistic turn et le mouvement narrativiste en histoire aux États-Unis2 ainsi que les discussions épistémologiques, notamment en France3, sur l’écriture de l’histoire, ont mis en lumière le caractère toujours construit de la narration historique.

  • 4 Voir notamment : Nell Keddie, « Le savoir dispensé dans la salle de classe », in Jérôme Dauvieau et (...)
  • 5 L’ouvrage d’Alexandra Oeser, Enseigner Hitler. Les adolescents face au passé nazi en Allemagne. Int (...)
  • 6 Sur les savoirs extra-scolaires en France, voir notamment : Anne Barrère, L’Éducation buissonnière. (...)

17Au final, l’ouvrage d’Anna Zadora constitue donc un outil précieux pour découvrir l’évolution des débats portant sur l’écriture des manuels scolaires en Biélorussie. Il devrait permettre d’aller plus loin en confrontant ces outils scolaires aux pratiques en situation d’enseignement4 et en interrogeant la construction, la cristallisation et les appropriations d’une « identité nationale ». En effet, celle qu’on enseigne à l’école est variablement assimilée par les élèves, et dépend à la fois de la traduction des curricula et des manuels par les enseignants, des propriétés sociales des élèves5 et des autres canaux de transmission des savoirs historiens6.

  • 7 James R. Griesemer et Susan Leigth Star, « Institutional Ecology, “translation” and boundary object (...)

18C’est dire que les perspectives ouvertes par l’ouvrage d’Anna Zadora sont passionnantes. Nul doute qu’un travail collectif, pouvant croiser des méthodologies pour traiter de cet « objet-frontière »7 qu’est le manuel scolaire, permettra d’élaborer les approches interdisciplinaires et transnationales nécessaires à l’analyse de l’écriture de l’histoire en Europe centrale et orientale.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit d’une monarchie élective. Elle constitue néanmoins la première république de Pologne à partir de laquelle se comptent les autres, deuxième (1918-1939) et troisième (à partir de 1990).

2 Hayden White, The content of the Form : Narrative Discourse and Historical Representation, Baltimore  ; Londres : The John Hopkins University Press, 1987.

3 Voir notamment : Michel de Certeau, L’écriture de l’histoire, Paris : Gallimard, coll. « Folio », 2002 [1975]  ; Paul Ricœur, La Mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris : Seuil, coll. « Points », 2000  ; Jacques Rancière, Les Noms de l’histoire. Essai de poétique du savoir, Paris : Seuil, 1992. Plus récemment citons Ivan Jablonka, L’Histoire est une littérature contemporaine. Manifeste pour les sciences sociales, Paris : Seuil, 2014.

4 Voir notamment : Nell Keddie, « Le savoir dispensé dans la salle de classe », in Jérôme Dauvieau et Jean-Pierre Terrail (dir.), Les sociologues, l’école et la transmission des savoirs. Présentation et choix de textes, Paris : La Dispute, 2007 [1971], p. 151-187  ; Pascal Bressoux (dir.), « Les stratégies de l’enseignant en situation d’interaction », HAL, le 25 novembre 2003, URL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/edutice-00000286/document [consulté le 3 juin 2017].

5 L’ouvrage d’Alexandra Oeser, Enseigner Hitler. Les adolescents face au passé nazi en Allemagne. Interprétations, appropriations et usages de l’histoire, Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’Homme, 2010, constitue un excellent exemple d’étude sur les appropriations des savoirs scolaires dans le contexte allemand.

6 Sur les savoirs extra-scolaires en France, voir notamment : Anne Barrère, L’Éducation buissonnière. Quand les adolescents se forment par eux-mêmes, Paris : Armand Colin, 2011  ; Vincent Chambarlhac, « D’où viennent les savoirs des élèves ? », in Françoise Lantheaume et Jocelyn Létourneau (dir.), Le récit du commun. L’histoire nationale racontée par les élèves, Lyon : PUL, 2016, p. 39-47.

7 James R. Griesemer et Susan Leigth Star, « Institutional Ecology, “translation” and boundary objects : Amateurs and Professionals in Berkeley’s Museum of vertebrate Zoology, 1907-1939 », Social studies of Science, 1989, vol. 19, n° 3, p. 387-420.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ewa Tartakowsky, « Entre Europe et Russie. La Biélorussie des manuels scolaires, Anna Zadora », Revue d'études comparatives Est-Ouest, 48-1/2 | 2017, 357-362.

Référence électronique

Ewa Tartakowsky, « Entre Europe et Russie. La Biélorussie des manuels scolaires, Anna Zadora », Revue d'études comparatives Est-Ouest [En ligne], 48-1/2 | 2017, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/receo/3136

Haut de page

Auteur

Ewa Tartakowsky

Chercheuse au Centre Max Weber

Haut de page

Droits d’auteur

© NecPlus

Haut de page
  • Logo NecPlus
  • Logo CERCEC
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo ISP
  • Logo CNL
  • OpenEdition Journals