Navigation – Plan du site
Dossier
Entretien

La plateforme Néopass@ction : genèse et usages

Entretien avec Luc Ria réalisé par Frédéric Saussez
Interview with Luc Ria
Luc Ria
p. 127-130

Texte intégral

Question : Peux-tu retracer la genèse de la plateforme Néopass@ction ?

En 2005, un observatoire sur le travail de jeunes enseignants dans les établissements scolaires de la périphérie parisienne classés dans le plan de relance de l’éducation prioritaire a été mis en place en collaboration avec Patrick Rayou et Dominique Gelin de l’IUFM de Créteil. Cet observatoire avait pour objectif d’étudier le travail réel des enseignants et de mettre à la disposition des enseignants débutants et de leurs formateurs à l’échelle nationale, un ensemble d’extraits vidéo et d’analyses croisées sur le travail enseignant. À l’époque rien ne laissait anticiper le fait que la mise en ligne de Néopass@ction en 2010 allait coïncider avec la suppression d’une grande partie de la formation professionnelle des enseignants en France. Ce qui a pu générer une série de malentendus sur les intentions des concepteurs. S’il semblait nécessaire à l’équipe de pilotage de l’INRP de construire une ressource innovante partant des préoccupations des novices et leur montrant des pistes pour leur propre développement professionnel, son intention n’était pas de considérer que ce type de ressources pouvait se substituer à l’expérience réelle de classe ni remplacer les formations institutionnalisées avec des tuteurs ou des superviseurs universitaires.

Question : En quoi Néopass@ction est-elle une ressource innovante ?

Une des originalités provient du fait que les ressources mises en ligne ont été conçues, triées, sélectionnées à la suite de recherches systématiques sur le travail enseignant, et organisées les unes par rapport aux autres en fonction de recherches quant à la nature des activités des formés navigant sur la plateforme. À ce titre, le cahier des charges de la plateforme est éloquent. Chaque situation analysée doit :
– partir de situations vécues par les débutants en mobilisant secondairement l’activité d’enseignants plus expérimentés ;
– partir systématiquement des enjeux liés à l’activité avant d’aborder les enjeux liés aux contenus enseignés ;
– associer systématiquement aux extraits vidéo de classe la mise en mots des vécus professionnels ;
– décrire, analyser, interroger la pertinence et l’efficacité des diverses modalités d’enseignement recueillies ;
– proposer systématiquement pour chaque situation professionnelle le regard croisé d’enseignants débutants, d’enseignants expérimentés et de chercheurs pour montrer la complexité du travail enseignant et sa dynamique de transformation.

Une autre originalité réside dans le fait que la plateforme s’appuie sur le travail réel des enseignants débutants et non sur leur travail prescrit ou idéalisé. En outre, nous nous attachons à appréhender leurs activités selon une approche développementale. Ainsi, les analyses de différents moments de leurs trajectoires professionnelles ne visent pas à proposer de manière normative ce qu’il faudrait faire mais plutôt à envisager comment peut se déployer, s’infléchir une situation professionnelle de façon plus ou moins efficace en fonction de ses dispositions à agir du moment (Ria, 2009).

Question : L’usage de cette plateforme en formation requiert donc un mode d’emploi ?

Effectivement, la plateforme ne permet pas de comprendre de manière assez explicite les présupposés théoriques qui la fondent et l’organisent alors que cette perspective développementale introduit une transformation radicale du regard sur la formation. En effet, l’activité requiert d’être appréhendée comme une forme provisoire d’adaptation aux situations professionnelles et comme un élément de compréhension plus large du développement des débutants. Les analyses tentent alors de dépsychologiser, de désingulariser voire même de dédramatiser l’activité professionnelle pour montrer les transformations les plus génériques d’une communauté enseignante débutante, et non les difficultés inhérentes à des enseignants en particulier.

Par contre, force est de reconnaitre que la plupart des formateurs ne sont pas sensibilisés à une telle approche dans laquelle tout projet de transformation des formés doit être appréhendé selon la compatibilité des dispositions à agir de ceux-ci aux nouvelles formes d’activités proposées. Cette approche n’est à mon sens pas assez explicite sur la plateforme. En dépit des exemples de scénarios pédagogiques proposés sur la plateforme conçus sur la base de l’analyse de l’activité de navigation accompagnée de formés, la question de la formation des formateurs reste la priorité principale de l’équipe de pilotage de Néopass@ction.

Question : À plusieurs reprises, je t’ai entendu évoquer la notion de scénarisation. Qu’est-ce que cela signifie ?

Il faut d’abord insister sur le fait que la vidéo, par ses possibilités de visionnement différées et répétées, favorise l’observation. Néanmoins, elle ne rend visible que la partie émergée de l’activité. L’expérience vécue avec ses émotions, ses raisons d’agir échappe souvent à l’observation. S’il est possible d’inférer la teneur de cette expérience en faisant des hypothèses plausibles, compte tenu de sa propre expérience dans le domaine concerné, cette tentative peut aussi être erronée. L’observation d’une vidéo ne peut ainsi rendre compte de l’épaisseur de l’expérience humaine, des raisonnements qui se déploient dans l’action. C’est pour éviter ces interprétations hasardeuses que la vidéo est employée comme support privilégié d’explicitation par l’enseignant lui-même des ressorts intimes de son activité professionnelle. Dans cette perspective, l’usage d’une vidéo de classe doit s’accompagner systématiquement de l’explicitation du sens que l’enseignant confère à son activité.

La vidéo a aussi pour avantage de plonger directement le navigateur au cœur des situations rencontrées par les débutants. Mais si l’immersion est un atout indéniable, elle n’est pas suffisante. La scénarisation (découpage de l’extrait vidéo cible, zooms sur l’action de l’enseignant et/ou des élèves, proximité d’extraits complémentaires sur la plateforme, etc.) doit offrir des possibilités d’apprentissage des situations professionnelles notamment en mettant en relation les conditions de déploiement de l’activité de l’enseignant observé avec les effets générés sur l’activité des élèves. La possibilité de visionner à plusieurs reprises les extraits rend possible cette mise en relation. Elle permet de comprendre comment s’amorcent les évènements de classe et favorise la possibilité d’envisager d’autres scénarios qui pourraient potentiellement modifier la situation observée.

Haut de page

Bibliographie

Ria, L. (2009). « De l’analyse de l’activité des enseignants débutants en milieu difficile à la conception de dispositifs de formation ». In M. Durand & L. Filliettaz (dir.), La place du travail dans la formation des adultes, p. 217-243). Paris : PUF.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Ria, « La plateforme Néopass@ction : genèse et usages », Recherche et formation, 75 | 2014, 127-130.

Référence électronique

Luc Ria, « La plateforme Néopass@ction : genèse et usages », Recherche et formation [En ligne], 75 | 2014, mis en ligne le 07 avril 2014, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/rechercheformation/2190 ; DOI : 10.4000/rechercheformation.2190

Haut de page

Auteur

Luc Ria

ENS de Lyon, Institut français de l’Éducation (IFE)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page