Navigation – Plan du site
Archives Binet

Le centenaire de la disparition d’Alfred Binet

Guy Avanzini
p. 239-240

Texte intégral

1C’est dans la salle des Actes, mise amicalement à sa disposition par le Président de l’Université Paris V, que la Société a voulu évoquer, par ce Colloque du 18 octobre 2011, la disparition, le 18 octobre 1911, d’Alfred Binet.

2Après que le Professeur Bernard Andrieu eût présenté le programme et la méthode de travail de ces deux journées, le président Guy Avanzini, a introduit la série de communications par une brève allocution :

3« Alfred Binet est mort le 18 novembre 1911 :

4Cent ans après, nous nous retrouvons au sein de la Société qui a choisi de porter son nom, qui soutient sa mémoire et promeut sa pensée. Nous nous réunissons aujourd’hui, bien sur, en ce jour anniversaire, pour lui rendre hommage mais, plus encore, pour poursuivre ensemble l’analyser de ses travaux, qui ont constitué un apport décisif et induit un tournant dans l’histoire de la psychologie et de la pédagogie. Ce qui frappe encore et toujours, quand on l’étudie, c’est l’articulation entre une multiplicité de facettes, apparemment disjointes, et l’unité réelle, en profondeur, de ses recherches. En dépit de la représentation qui l’assimile ou le réduit à l’Echelle Métrique, ou lui attribue une vision positiviste de l’approche psychométrique, malgré les contresens persistants d’interprètes superficiels, il présente une fécondité heuristique qui justifie l’approfondissement de nos investigations et des publications dont il est l’objet. On pourrait croire aussi que son rejet de la pédagogie de « verbiage » (La Fatigue intellectuelle) a été vaine. Certes, elle n’a pas été entendue officiellement, amis l’échec de tant d’élèves et, plus encore, l’échec global du système scolaire ont confirmé paradoxalement la pertinence de son regard et l’actualité de ses vues. Et son dernier ouvrage, Les idées modernes sur les enfants, souvent considéré comme une simple récapitulation vulgarisatrice, propose, pour le handicap et l’éducabilité intellectuelle, une conception que la persistance de mentalités fixistes et fatalistes est loin d’avoir pleinement assimilée mais qui est de plus en plus reçue. On trouve chez lui une série de thématiques stimulatrices dont, aussi bien, par sa densité et sa variété, le programme de ce colloque offre lui-même une illustration.

5En qualité de Président de la Société, je vous souhaite la bienvenue à cette manifestation, qui s’inscrit heureusement dans le cadre des Célébrations Nationales du Ministère de la Culture et de la Communication. Je salue particulièrement Monsieur Eric Binet, petit neveu d’Alfred Binet, qui représente sa famille. En remerciant Monsieur le Président de l’université Paris V de nous accueillir, je veux aussi dire déjà notre gratitude au professeur Bernard Andrieu qui, avec l’aide de Laurent Gutierrez et d’Alexandre Klein, a si efficacement organisé et préparé notre réunion ».

6Au terme du Colloque, et de l’audition d’environ plus de 25 communications, de haut niveau scientifique, quelques conclusions peuvent être dégagées :

  1. Les diverses recherches présentées nous ont offert une connaissance beaucoup plus précise de la personnalité d’Alfred Binet. En particulier, sa correspondance a mis en évidence sa sensibilité, ses amitiés, sa déception, voire son ressentiment vis-à-vis de certains de ses collaborateurs ;

  2.  A été mis aussi en évidence son désir de créer un réseau de chercheurs qui travaillent en lien les uns avec les autres, ses initiatives pour les fédérer et faciliter la comparaison de leurs vues, son souhait de susciter collaboration et confrontation ;

  3.  Ce qui a été très souligné, c’est son intense désir d’entreprendre des investigations variées, sa volonté d’élaborer des savoirs nombreux ; il a donné à la recherche scientifique un extraordinaire élan ; il a suscité et encouragé les initiatives les plus variées, tant était fort son désir de connaître ;

  4.  Il a dû affronter d’épineux problèmes d’ordre épistémologique, concernant les compétences et champs respectifs de la psychologie et de la sociologie, comme l’approche scientifique et l’approche réflexive, voire normative, notamment la philosophie ;
    5) Il a décisivement étendu l’exploration et l’exploitation de l’éducabilité, en particulier par ses travaux sur « l’enfance anormale », même si, après lui, ses vues ont été mal comprises et déviées ;

  5. En définitive, ces journées ont conforté la Société dans sa responsabilité propre, c’est-à-dire dans sa fonction d’étude de la pensée de Binet, de ses effets et de ses prolongements. Elles sont confirmé sa pertinence, sa compétence pour poursuivre son œuvre et, en définitive, elles sont établi à nouveau avec clarté sa légitimité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Recherches & Educations, 6, 2012, p. 239-240

Référence électronique

Guy Avanzini, « Le centenaire de la disparition d’Alfred Binet », Recherches & éducations [En ligne], 6 | juin 2012, mis en ligne le 15 juin 2012, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/1144

Haut de page

Auteur

Guy Avanzini

Président de la société Binet-Simon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals