Navigation – Plan du site
Recensions

Anne-Marie Châtelet (2011).
Le souffle du plein air.

Genève : MétisPress, 397 p.
Laurent Gutierrez
Référence(s) :

Genève : MétisPress, 2011, 397 p.

Texte intégral

  • 1 . La naissance de l’architecture scolaire. Les écoles élémentaires parisiennes de 1870 à 1914, Éd. (...)
  • 2 . L’école de plein air. Une expérience pédagogique et architecturale dans l’Europe du XXe siècle, É (...)

1Anne-Marie Châtelet que l’on connaît pour ses précédents travaux sur la question1, nous invite, ici, à la suivre tout au long de cette épopée pédagogique et architecturale novatrice que fut celle de l’histoire des écoles de plein air entre 1904 et 1952. Outre sa grande qualité typographique, ce livre apporte une somme de connaissances très importante sur ces établissements, que l’ouvrage collectif dirigé par l’auteur en collaboration avec J.-N. Luc et D. Lerch2 avait contribué à faire connaître lors d’un colloque à la Sorbonne en 2001. Les quatre chapitres qui composent ce livre nous permettent de comprendre les étapes successives de l’essor de cette éducation en pleine nature qui trouve ses racines dans les Waldschule (école de plein air) allemandes au début du XXe siècle (p.19-35). Soutenus par les médecins pour les bienfaits que procurent aux enfants les cures d’air et de soleil, ces établissements vont connaître une large diffusion en Europe grâce notamment aux congrès d’hygiène scolaire. En France, l’auteur montre comment un mouvement d’opinion va naître autour de ces manifestations dont les idées sont promues et relayées dans de nouvelles revues. Cette force de propagande éditoriale est, ici, étudiée finement et permet de saisir comment ces établissements vont progressivement trouver leur place dans le paysage éducatif français au début du XXe siècle.

2Si l’essor du mouvement des écoles de plein air va être contrarié pour un temps par l’avènement du premier conflit mondial, il connaît un regain d’intérêt au sortir de la guerre. La contribution de ces établissements au relèvement national par le placement des enfants des grandes villes atteints, pour beaucoup d’entre eux, de la tuberculose, va relancer l’activité de ces institutions. Sur ce plan, l’auteur montre comment l’action des médecins, à travers leurs interventions dans les débats publics mais aussi sur la base d’un grand nombre de prescriptions en faveur de séjours dans ces écoles de plein air, va asseoir leur légitimité. Faute de moyens, plusieurs écoles de ce type vont être créées en ville par les municipalités, aidées dans leur financement par la Croix-Rouge et des mécènes. Une autre des grandes qualités de cet ouvrage réside dans l’explication donnée aux divers soutiens que rencontrèrent ces institutions durant la première partie du XXe siècle.

3En repérant les acteurs qui ont participé à ces œuvres sociales, Anne-Marie Châtelet met en évidence des logiques éducatives prophylactiques souvent sous-estimées dans les études monographiques. L’index nominum (p. 391-397) et les vingt-huit pages de références bibliographiques (p. 359-387) permettent d’identifier et de retrouver les acteurs et autres militants de cette aventure tant architecturale que pédagogique. Notre seul et unique regret concerne le choix qui a été fait de placer les notes et autres références bibliographiques à la fin des chapitres. L’effort demandé au lecteur curieux de connaître la nature des sources exploitées contrarie le fil de sa lecture. Reconnaissons, toutefois, qu’il s’agit là d’un tic d’universitaire soucieux d’assurer son petit confort et qui, en définitive, est bien peu de chose au regard de la qualité de l’ensemble.

4L’étude des choix relatifs à ce type de construction scolaire, opérés sur la base de concertations entre les architectes et les directeurs d’écoles, est également tout à fait éclairante. L’aménagement des bâtiments, terrains et autres espaces de jeux, a souvent été conçu - comme il l’est rappelé ici - sur la base des recommandations des éducateurs. Ce rapprochement provoqué au nom de valeurs pédagogiques sera l’occasion pour Adolphe Ferrière, directeur du Bureau International des Ecoles Nouvelles, d’entrer en relation voire de coopter certains promoteurs de ces « écoles actives » en devenir dans les années 1920 (A. Jouenne et J. Dupertuis notamment).

5Les Congrès qui vont se succéder après la guerre jusqu’à la fin des années 1930 attestent de cette volonté de fédérer autour d’un même idéal éducatif. Les architectes vont saisir ces occasions pour présenter un grand nombre de projets. Les planches insérées (p.156-202 notamment), outre leur qualité typographique - ce qui, en la matière, est une prouesse tant certaines iconographies sont anciennes et souvent d’une grande rareté -, témoignent de ces réalisations. Les croquis, les plans et autres façades des pavillons illustrent aussi ces logiques d’innovation dans la construction de ces établissements où les questions de luminosité et d’aération ne sont pas évacuées. Les concours d’architecture participeront de cette effervescence en amenant leurs participants à se pencher sur certaines modalités d’évolution de ces structures. Sur ce point, il convient de louer l’effort de l’auteur d’avoir entrepris le recensement de ces écoles de plein air avant 1939 et de les avoir classées par département et par commune (p. 345-358).

6Face aux nécessités liées à la scolarisation des enfants, rendues plus impérieuses encore après la seconde guerre mondiale, les écoles de plein air vont plaider pour que soient prises en considération leurs résolutions adoptées en congrès. Ces recommandations reflètent les évolutions d’un débat plus global portant sur la nature et la place de l’école dans les sociétés européennes durant cette période (1904-1952). La conclusion « De la baraque au pavillon, une page d’histoire scolaire » (p. 338-344) interroge, enfin, les circonstances et les moments de l’histoire au cours desquels des conceptions pédagogiques peuvent exercer une influence sur l’architecture scolaire. Soyons gré à l’auteur de nous avoir embarqués dans cette aventure pédagogique et architecturale novatrice que fut celle de l’histoire des écoles de plein air en France durant la première moitié du XXe siècle. Et remercions-la, encore, pour cet ouvrage désormais incontournable pour tout chercheur en histoire de l’éducation.

Haut de page

Notes

1 . La naissance de l’architecture scolaire. Les écoles élémentaires parisiennes de 1870 à 1914, Éd. H. Champion, 1999. Paris à l’école, qui a eu cette idée folle ?, Éd. Picard, 1993. « L’architecture scolaire. Essai d’historiographie internationale » (avec Marc Le Cœur). Histoire de l’éducation, n° 102, 2004.

2 . L’école de plein air. Une expérience pédagogique et architecturale dans l’Europe du XXe siècle, Éd. Recherches, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Gutierrez, « Anne-Marie Châtelet (2011).
Le souffle du plein air. », Recherches & éducations [En ligne], 7 | octobre 2012, mis en ligne le 23 décembre 2012, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/1461

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals