Navigation – Plan du site
Articles
Chapitre 1 : Violences sexuées en milieu scolaire. Etat des lieux, ici et ailleurs
4

Les violences basées sur le genre à l’école en République centrafricaine

Honoré Mimche et Patrice Tanang
p. 49-63

Résumés

Cette recherche est une contribution à l’étude du phénomène des violences basées sur le genre (VBG) en milieu scolaire. Elle décrit et analyse la typologie des violences qui y sont observées. Les résultats de l’enquête réalisée en 2011 dans les ménages en République centrafricaine (RCA) montrent que les actes de VBG en milieu scolaire sont importants et les proportions d’élèves/étudiants victimes se situent au-delà de 60% sur une période de référence de 12 mois notamment en ce qui concerne les violences psychologiques et physiques. Il va sans dire que les auteurs et les victimes des violences varient selon le type de violence. Si les filles sont particulièrement vulnérables aux abus sexuels des enseignants et de leurs pairs masculins, les garçons quant à eux ne sont pas à l’abri de ce type de violence.

Haut de page

Texte intégral

1La sociologie de l’éducation s’est développée autour d’un certain nombre de problématiques telles que la question des inégalités scolaires, la sociologie des fonctions sociales de l’éducation, l’étude de la demande scolaire, etc. Les violences à l’école ont très peu préoccupé les spécialistes de la sociologie de l’éducation. Dans la foulée des études féministes, les violences se constituent progressivement comme un objet sociologique dans le champ de l’éducation. Depuis quelques années, la question des violences basées sur le genre (VBG) en milieu scolaire est devenue un sujet préoccupant pour les acteurs directement impliqués dans la vie de l’institution scolaire (responsables des administrations scolaires, élèves, enseignants) et les membres de l’ensemble de la communauté éducative (parents, communauté, organisations de la société civile). Au moment où l’école se démocratise, on la découvre vulnérable aux VBG. Comprendre ce paradoxe permet de prendre la mesure des changements qui ont bouleversé les rapports de la société à l’école. En effet, les carrières scolaires des enfants se déroulent dans des contextes divergents qui les exposent à une pluralité de formes de violences, variable aussi suivant l’époque et le lieu du cursus scolaire. Ainsi, la problématique des violences en milieu scolaire est devenue ces dernières années une préoccupation politique, familiale et sociale majeure partout dans le monde. Au Nord comme au Sud, les révélations se sont accrues de manière significative dans divers pays (Chemin, Drouet, Geoffroy, Jezequel, & Joly, 1995) car, les élèves vivent des situations dramatiques qui peuvent avoir des incidences sur les trajectoires scolaires (Debarbieux, 1999). En 2006, le rapport du Secrétaire Général des Nations Unies sur la violence à l’encontre des enfants faisait état de nombreuses violences subies dans le cadre scolaire, tels que les châtiments corporels, les violences psychologiques, les brimades, les mauvais traitements et les violences sexuelles. L’école est aujourd’hui un bastion de violences entre les apprenants, entre les enseignants et les apprenants et entre les apprenants et le pouvoir qui recourt très souvent à la répression armée, notamment dans les universités africaines (Lanoue, Azoh et Tchombé, 2009). Loin d’être des lieux sûrs d’apprentissage, où la bonne conduite, le savoir et le savoir être sont enseignés, où filles et garçons s’instruisent, se socialisent et développent leurs talents, les institutions scolaires sont souvent des espaces d’intolérance, de discrimination, et de violence dont les filles sont de manière disproportionnée les victimes. Le quotidien de nombre d’enfants scolarisés reste en permanence rythmé par l’intensité et la diversité des actes de violences (Fortin, 2000 ; Blaya, 2006).

2L’émergence d’un tel phénomène social traduit à la fois la dégradation de l’environnement scolaire, mais également celle des indicateurs de qualité en milieu scolaire, si l’on considère que l’enfant qui fréquente une école a droit à un environnement favorable aux apprentissages. Parmi ces violences, celles qui sont liées au genre revêtent des formes diverses : viols, sévices sexuels, harcèlement sexuel, stéréotypes sexistes, utilisation d’un langage humiliant envers les filles, assignation des filles à des tâches de nature domestique à l’école, mais également des relations sexuelles économiquement forcées ou transactionnelles qui s’apparentent très souvent au phénomène d’exploitation sexuelle des enfants. Par ailleurs, dans certains pays d’Afrique subsaharienne, les mariages forcés et les grossesses précoces contribuent largement à exclure les jeunes filles de l’école durant leur carrière scolaire. Cependant, peu de chercheurs ont investi ce champ (Lanoue, 2006). La prise en compte des VBG dans les écoles en tant que fait de société est relativement récente en Afrique. C’est pourquoi elle se constitue en objet de sciences sociales, inscrit dans la problématique des sciences sociales (Jaspard, 2005, p.4).  Compte tenu de ce qui précède, l’analyse des VBG en milieu scolaire suscite un certain nombre de questionnements autour desquels s’articule cette étude : quels sont les visages du phénomène ? Comment comprendre la survenance de ce type d’actes dans un cadre prévu pour la socialisation des enfants ?

  • 1 . Les données de cette étude proviennent de l’enquête sur les violences basées sur le genre (EVBG), (...)

3Cet article1 s’articule autour trois parties dont la première renseigne sur les visages du phénomène à travers l’ampleur et la typologie des VBG en milieu scolaire. La deuxième présente le profil des victimes selon le sexe. La troisième porte sur les auteurs et les recours. A partir de l’exemple centrafricain, l’article montre que les VBG en milieu scolaire sont à la fois révélatrices de la subordination des filles dans la société et donc de la reproduction de ces stéréotypes en milieu scolaire, mais également que la vulnérabilité des élèves est l’expression de la perpétuation des inégalités sociales en milieu scolaire, c’est-à-dire qu’on peut y lire un des principes organisateurs des hiérarchies à l’école.

Variation des expériences masculines et féminines  

4La fréquentation scolaire est une situation qui prédispose les enfants à des réseaux de relations sociales très souvent basées sur des rapports sociaux de sexes.  L’évolution de l’entourage induite par la sortie de l’espace domestique et l’intégration d’une nouvelle catégorie d’acteurs sociaux aux origines divergentes peut constituer un facteur de vulnérabilité pour tout enfant (Blaya, 2006).  L’école peut de ce fait devenir un champ de production des actes de violences avec une asymétrie des expériences masculines et féminines. Cette enquête évalue des situations que l’on connaissait très peu jusque là. Elle met en relief les types de VBG à l’école et les enjeux sociaux qui les sous-tendent. Elle permet de porter un autre regard sur les atrocités subies par les apprenants dans leurs relations sociales avec d’autres acteurs de la communauté éducative et renouvelle l’image que l’on a souvent eu des violences en milieu scolaire dans les sociétés africaines en général. Cette section traite des VBG en milieu scolaire et universitaire à travers leur ampleur.  

Des situations diverses malgré la prédominance des violences verbales

5Graphique 1. Proportions d’enquêtés ayant été victimes d’actes de violence en milieu scolaire au cours des 12 derniers mois par sexe selon le type de violence

  • 2 . La violence verbale ou psychologique englobe les actes suivants : insultes ou injures au sein de (...)
  • 3 . La violence physique englobe les actes suivants : frappe, gifle ou toute autre forme de brutalité (...)
  • 4 . Déni de ressources.
  • 5 . La violence sexuelle concerne les actes suivants : attouchements ; imposition d’images pornograph (...)

6L’enquête menée en RCA sur les VBG en milieu scolaire montre que trois personnes interrogées sur quatre (75,8%) déclarent avoir été victimes au moins une fois de violences verbales ou psychologiques2 en milieu scolaire au cours des 12 derniers mois ayant précédé l’enquête. Si l’ampleur des violences subies est variable selon le type de violence considéré, au moins une personne sur deux déclare avoir subi des violences physiques3 (61,2%) et économiques4 (56,3%). Quant aux violences sexuelles5, 26,4% d’enquêtés en ont été victimes au cours des 12 derniers mois ayant précédé l’enquête (graphique 1).

  • 6 . Dans cette étude, la significativité fait référence au Test du Khi-deux avec un seuil de 5%.

7L’ampleur de ces violences ne varie pas significativement6 selon le sexe des victimes bien qu’on observe une expression genrée des violences selon le type d’acte subi. Si les hommes et les garçons se déclarent nettement plus victimes des actes de violence verbale ou psychologique, physique et économique, on constate que plus d’une femme sur quatre (27,4%) a été  victime de violence sexuelle au cours des 12 derniers mois précédant l’enquête contre un peu moins d’un homme sur quatre (24,7%). Ce résultat corrobore l’idée selon laquelle les violences sexuelles sont très souvent orientées contre les individus de sexe féminin. Cependant, une proportion non négligeable d’hommes ou de garçons ont également été victimes de ce type de violence.

8Par ailleurs, les personnes interrogées ont indiqué les différentes formes de violence verbale, physique, économique et sexuelle dont elles ont été victimes au cours des 12 derniers mois. Le tableau ci -après montre que les insultes/injures (64,5% parmi les hommes et 61,1% parmi les femmes) et le mépris/calomnie (41,1% chez les hommes et 42,9% chez les femmes) sont les principales violences verbales auxquelles ont été exposés les Centrafricains en milieu scolaire au cours des 12 derniers mois. S’agissant des violences physiques, les actes de violence les plus cités sont : les frappes/gifles et autres brutalités physiques (47,2%) et les prises avec force d’objets personnels (27,6%). Les hommes souffriraient plus des frappes et autres formes de brutalités physiques (50,9%) comparés aux femmes (45%), mais cette différence n’est pas significative. Cependant, les prises de sac/objets personnels avec force, sont beaucoup plus perpétrées contre les femmes (28,2%) comparées aux hommes (26,5%). Pour ce qui est de la violence économique, les actes de privation de ration/goûter/ressources sont ceux qui sont le plus dénombrés au sein des hommes (57,1% de victimes) et des femmes (53,1%). Concernant les actes de violence sexuelle, les attouchements sont les plus cités par les personnes enquêtées – soit 15,9%. La différence observée selon le sexe est significative au seuil de 5%. En effet, les femmes sont beaucoup plus victimes d’attouchement/caresse (18%) comparées aux hommes (12,5%).

9Tableau 1. Proportions d’enquêtés ayant été victimes d’actes de violence en milieu scolaire au cours des 12 derniers mois par sexe selon le type d’acte

Actes de violence

Sexe

Masculin

Féminin

Ensemble

Violences verbales et psychologiques

Injures/Insultes

64,5

61,1

62,4

Suivi avec insistance

5,2

14,4

11,0

Contrôle des sorties de l'école et des relations

16,4

16,1

16,2

Mépris/ calomnie

41,1

42,9

42,2

Violences physiques

Frappes, gifles et autres brutalités

50,9

45,0

47,2

Menace/ attaque avec une arme ou objet dangereux

5,2

5,4

5,4

Prise avec force du sac, des bijoux ou tout autre objet

26,5

28,2

27,6

Enfermé dans une salle ou empêcher de sortir avec brutalité

5,9

7,1

6,7

Empêché de rentrer chez soi à la sortie des classes contre son gré

6,3

5,6

5,9

Violences économiques

Privation de ration/goûter/ressources

57,1

50,6

53,1

Utilisation ration/ressources  sans consentement

6,3

7,5

7,1

Violences sexuelles

Attouchements

12,5

18,0

15,9

Imposition d’images pornographiques

10,8

10,0

10,3

Imposition de rapports sex. pour notes

1,0

7,9

5,4

Punitions permanentes pour avoir refusé des avances sex.

2,4

9,4

6,8

Viol ou Tentative de viol

2,4

2,3

2,4

Exhibition du corps/ nudité

6,6

1,9

3,7

Effectifs

287

478

765

Un phénomène aux visages multiples en milieu scolaire

  • 7 . Une personne est de ce fait déclarée comme « victime » ou « survivant (e) » lorsqu’elle déclare a (...)

10Les survivants7 des actes de violence en milieu scolaire présentent des caractéristiques factuelles permettant de définir une catégorisation pertinente de ceux-ci. Il s’agit du groupe d’âges, du milieu scolaire en question, du statut de résidence et du milieu de résidence des survivants. Ainsi, les profils des survivants sont fortement genrés selon les types de violence subie (tableau 2)

11Tableau 2. Proportions d’enquêtés ayant été victimes d’actes de violence au cours des 12 derniers mois par type d’acte et par sexe selon certaines caractéristiques

Caractéristiques

Victimes d'actes de violence verbale ou psychologique

Victimes d'actes de violence physique

Victimes d'actes de violence économique

Victimes d'actes de violence sexuelle

Effectifs

Masculin

Féminin

Ensemble

Masculin

Féminin

Ensemble

Masculin

Féminin

Ensemble

Masculin

Féminin

Ensemble

Groupe d'âges

 10-14

81,1

76,9

78,4

77,6

70,1

72,7

58

51,1

53,6

12,6

12,9

12,8

407

15-19

73,1

75,5

74,6

59,1

54,8

56,5

67,7

61,3

63,7

34,4

42,6

39,5

248

20-24

77,5

74,4

75,9

35

32,6

33,7

52,5

46,5

49,4

45

60,5

53

83

25 et plus

36,4

56,3

48,1

9,1

18,8

14,8

63,6

43,8

51,9

27,3

31,3

29,6

27

Milieu scolaire

Primaire

78,8

78

78,3

78,8

73,4

75,4

58,8

55,6

56,8

13,5

14

13,8

456

Secondaire

74

73,2

73,5

43,3

42,5

42,8

65,4

51,4

56,5

40,4

48,6

45,6

283

Supérieur

61,5

53,8

57,7

15,4

7,7

11,5

46,2

46,2

46,2

46,2

30,8

38,5

26

Statut de résidence

Personne non déplacée

75,3

76,6

76,1

59,9

62,2

61,3

59,9

51,1

54,4

22,3

25,3

24,2

662

Déplacé interne/refugié

82,5

68,3

73,8

82,5

46

60,2

65

71,4

68,9

40

41,3

40,8

103

Milieu de résidence

Urbain

77,6

73,5

74,9

59,2

54,3

56

61,2

52,2

55,3

29,6

28,9

29,1

577

Rural

73,6

83,5

78,7

71,4

82,5

77,1

59,3

59,8

59,6

14,3

21,6

18,1

188

Effectifs

287

478

765

287

478

765

287

478

765

287

478

765

Profil des victimes de violences verbales

12Le tableau 2 indique que la violence psychologique est récurrente chez les plus jeunes de 10-14 ans, quel que soit leur sexe. La différence est de 4 points environ entre les proportions de jeunes garçons survivant de ces actes de violence (81,1%) et de jeunes filles survivantes (76,9%). Toutefois, malgré que ces actes diminuent à mesure que l’âge avance de manière générale, plus d’une femme de 25 ans et plus sur deux (56,3%) estime avoir été victime de violence verbale au cours des 12 derniers mois ayant précédé l’enquête contre seulement 36,4% hommes du même groupe d’âges. Si l’on suppose que le niveau scolaire soit corrélé au niveau d’instruction des individus, ce qui est somme toute vraisemblable, il n’est pas surprenant d’observer que le risque de violence est autant élevé pour les garçons (78,8%) que pour les filles (78,0%) au sein des établissements d’enseignement primaire comparés à ceux du secondaire et du supérieur. Il est à remarquer que les hommes font plus l’objet d’actes de violence verbale comparés aux femmes quel que soit le milieu scolaire considéré. Par ailleurs, l’ampleur des violences psychologiques varie différemment selon le milieu de résidence au sein des catégories hommes et femmes. En effet, 77,6% de citadins de sexe masculin déclarent avoir été victimes d’actes de violence contre 73,6% de ruraux. Par contre, le milieu rural présente un risque beaucoup plus élevé de subir des actes de violence verbale pour une femme (83,5% ont été victimes) comparé au milieu urbain (73,5% de femmes victimes).

Profil des victimes des violences physiques

13Deux principaux actes de violence physique sont généralement perpétrés en milieu scolaire : les frappes et autres brutalités physiques (51,9%) et les prises avec force d’objets personnels (27,4%). Les hommes souffriraient plus des frappes et autres formes de brutalités physiques (55,2%) comparés aux femmes (49,8%). Cependant, les prises de sac/objets personnels avec force, sont beaucoup plus perpétrées contre les femmes (28,2%) comparées aux hommes (26%). En outre, 8,7% de femmes (contre 5% d’hommes) ont été victimes de séquestration dans une salle de classe ou ont été empêchées de sortir d’une salle avec brutalité. Chez les hommes, les menaces ou les attaques avec des objets dangereux sont citées par 7,7% d’entre eux (contre 4,5% parmi les femmes) comme des actes de violence physique subis au cours des 12 derniers mois ayant précédé l’enquête. L’acte de violence relevé de façon marginale par les élèves/étudiants est le fait d’avoir été empêché, à 2,1% dans l’ensemble (soit 2,8% chez les hommes et 1,7% chez les femmes), de rentrer chez eux quand bien même ils le voulaient.

14En RCA, l’âge constitue un important facteur de différenciation des survivants d’actes de violence physique. Ces actes sont beaucoup plus récurrents chez les jeunes au sein des catégories hommes et femmes (tableau 2). Les jeunes garçons de 10-14 ans, sans moyen de défense, se déclarent à 77,6% avoir été victimes de violence au cours de la période de référence contre 70,1% de jeunes filles du même groupe d’âges. Même si les actes de violence perpétrés à l’égard des femmes s’amenuisent avec leur âge grandissant, une bonne tranche de la sous population féminine âgée de 25 ans et plus (18,8%) a fait l’objet d’actes de violence physique contre seulement 9,1% d’enquêtés de sexe masculin du même groupe d’âges qui semblent dissuader d’éventuel auteur d’actes de violence physique.

15Par ailleurs, la majorité de ces actes de violence physiques sont perpétrés au sein des établissements d’enseignement primaire (78,8% des hommes contre 73,4% de femmes) et un peu moins au secondaire (43,3% des hommes contre 42,5% des femmes). Toutefois, 15,4% d’hommes fréquentant des établissements d’enseignement supérieur déclarent avoir été victimes d’actes de violence physique contre 7,7% de femmes en milieu universitaire. Les violences physiques ont également un lien avec le milieu de résidence des survivants en ce sens que c’est en milieu rural qu’une plus grande proportion d’hommes ont fait l’objet de violences physiques au cours des 12 derniers mois ayant précédé l’enquête (71,4% contre 59,2% en milieu urbain). La situation est plus préoccupante chez les femmes en milieu rural qui déclarent à 82,5% avoir été victimes au cours des 12 derniers mois. C’est dire qu’en milieu rural, les auteurs des violences trouvent en la personne de sexe féminin, un être vers qui ils peuvent se livrer à toutes sortes d’actes portant atteinte à son intégrité physique.

Profil des victimes de violences sexuelles

16Aussi bien les hommes que les femmes sont principalement victimes des attouchements (18% parmi les femmes contre 12,5% parmi les hommes) et d’imposition d’images pornographiques (10,8% d’hommes contre 10% de femmes). L’écart de 5,5 points entre les victimes hommes et femmes d’attouchements met en exergue le risque plus élevé que courraient les femmes à l’égard de ce type d’acte. Par ailleurs, les données collectées nous permettent de relever, s’il en était encore besoin, des actes de violences perpétrés principalement contre des filles ou des femmes : des punitions permanentes pour avoir refusé des avances sexuelles (9,4% de femmes victimes) et l’imposition de rapports sexuels pour l’obtention des notes (7,9% de femmes victimes) appelées communément « notes sexuellement transmissibles ». Comme nous le verrons dans la suite, ces actes sexistes sont le fait des enseignants dans près de trois cas sur quatre. Il convient de souligner ici les plaintes, non moins négligeables, des hommes (près de 6,6% d’entre eux contre moins 2% de femmes) qui estiment être victimes de l’exhibition du corps et de la nudité : les femmes étant les principales auteures de ces actes. Le viol ou les tentatives de viol restent très marginales, mais ont tout de même été perpétrés contre 2,3% de femmes et 2,4% d’hommes au cours des 12 derniers mois ayant précédé l’enquête.

17Dès les âges de 10 à 14 ans déjà, les jeunes centrafricains des deux sexes (12,6% parmi les garçons et 12,9% parmi les filles) déclarent avoir été victimes de violences sexuelles. Ces actes de violence sont davantage observés au sein du groupe d’âges 20-24 ans. En effet, le groupe d’âges 20-24 est celui de la plus grande vulnérabilité à l’égard des violences sexuelles aussi bien chez les hommes (45% de victimes) que chez les femmes (60,5% de victimes). Les actes de violences sexuelles seraient donc fréquents chez les femmes qui en sont très souvent victimes à tous les groupes d’âges, comparées aux hommes. Les milieux scolaires, secondaire pour les femmes (48,6% de victimes) et universitaire pour les hommes (46,2% de victimes), sont les lieux où se manifestent le plus les actes de violences sexuelles.  Par ailleurs, le milieu urbain est en proie à plus d’actes de violence sexuelle parmi les hommes (29,6%) et les femmes (28,9%) comparé au milieu rural où 21,6% de femmes sont victimes contre 14,3% d’hommes (tableau 4).

Profil des victimes de violences économiques

18Les actes de violence économique subis au cours des 12 derniers mois ayant précédé l’enquête par les élèves/étudiants interrogés sont dans l’ensemble la privation de ration/goûter ou de toute autre ressource nécessaire pour se rendre à l’établissement scolaire (53,1%), et l’utilisation de la ration ou des ressources propres, lorsqu’elles existent, sans le consentement de la victime (près de 7,1% de personnes interrogées). L’importance de ces actes de violence est presque identique chez les hommes et chez les femmes. Par ailleurs, la privation de ration/goûter est plus préoccupante chez 57,1% d’hommes contre 50,6% de femmes alors que 6,3% d’hommes sont victimes de l’utilisation de leurs rations/ressources sans leur consentement contre 7,5% de femmes.

19Contrairement aux deux précédentes formes de violence, les violences économiques, dans l’ensemble, ne sont pas l’apanage des plus jeunes ou alors des plus âgés, du milieu scolaire primaire comparé au secondaire, des citadins par rapport aux ruraux. Toutefois, les jeunes hommes de 15-19 ans (67,7%) et les jeunes femmes du même groupe d’âges (61,7%) se distinguent de leur congénère sur l’ampleur des actes de violences économiques subis (tableau 3). En outre, si l’appartenance des femmes au milieu scolaire primaire au moment de l’enquête revêt une importance plus grande en termes de proportion de victimes de violences économiques (55,6%), ce sont les hommes fréquentant les établissements d’enseignement secondaires (65,4%) qui déclarent être très souvent victimes de cette forme de violence, à environ 6 points de différence avec ceux qui sont en milieu scolaire primaire. La relation entre la récurrence des cas de violences économiques et le milieu de résidence varie dans le sens inverse selon qu’on est un homme ou une femme. Si le risque semble être le même en milieu rural pour les deux sexes (près de 59%), la proportion d’hommes survivants des actes de violence économique est plus importante en milieu urbain (61,2%) tandis que celle des femmes survivantes en milieu urbain est estimée à 52,2%.  

Auteurs des violences et partage de l’information

Qui en sont les auteurs ?

20Tableau 3. Répartition (%) des enquêtés victimes d’actes de violence au cours des 12 derniers mois par sexe selon l’auteur

21La nature genrée des violences subies à l’école peut se traduire par le profil des auteurs dont le profil diffère selon le type d’acte de violence. Ils sont soit des camarades de même sexe ou de sexe opposé à celui de la victime, soit des enseignant(e)s, ou des membres du personnel administratif (tableau 3). La place qu’occupent les filles/femmes dans l’occurrence des violences verbales envers les garçons reste marginale. La plupart des actes de violence de cette nature sont donc perpétrés par des hommes sur d’autres hommes. Cependant, le suivi avec insistance (13,3%) et les insultes  (13%) constituent les principaux actes pour lesquels les femmes violentent les hommes. De même, les violences verbales observées entre les filles sont prépondérantes, notamment les insultes et les actes de commérage. Les actes de violence physique perpétrés par les femmes envers les hommes sont marginaux. Par contre, nombre de filles subissent des actes de brutalités (36,3%), d’agression visant à prendre avec force leurs objets (37%) ou à empêcher de sortir de la salle de classe/école de la part des garçons.

22Contrairement aux autres types d’actes, les violences sexuelles mettent en relief les inégalités sociales fondées sur les différences biologiques. En effet, les filles subissent davantage d’atteintes sexuelles de leurs camarades garçons ou de leurs enseignants. Ces résultats montrent que les VBG sont à la fois révélatrices de la subordination des filles à l’école et donc de la reproduction des stéréotypes sexistes en milieu scolaire, mais également que la vulnérabilité des élèves est l’expression de la perpétuation des inégalités sociales en milieu scolaire, c’est-à-dire qu’on peut y lire un des principes organisateurs des hiérarchies à l’école.

Briser le silence : des résistances à en parler et à se faire protéger

23Tableau 4. Répartition (%) par sexe des personnes ayant été victimes d’actes de violence physique et sexuelle au cours des 12 derniers mois selon qu’elles aient déposé une plainte ou non

Plainte déposée ou recours pour:

Sexe

Masculin

Féminin

Ensemble

Actes de violence physique

Oui

0

0

0

Non

100

100

100

Effectif total

181

287

468

Actes de violence sexuelle

Oui

0

0

0

Non

100

100

100

Effectif total

71

131

202

24L’ampleur des violences contraste avec le niveau de recours à une prise en charge.  En milieu scolaire, le niveau de gravité des violences sexuelles contraste avec les proportions de victimes qui font une plainte ou qui établissent un certificat médical. Les résultats de l’enquête montrent qu’aucune victime (femme ou homme) ne fait ni une plainte ni un certificat médical suite à une violence sexuelle subie en milieu scolaire/universitaire (tableau 4). Pourquoi les victimes ne brisent-elles/ils pas le silence ? La médiation sociale étant le principal recours dû soit à l’accessibilité (physique, géographique, économique, mais surtout culturelle) des services, mais surtout à l’ignorance et à la peur des représailles lorsque l’auteur est issu de la communauté de la victime. Par ailleurs, les inégalités sociales, en termes de privilèges ou d’avantages sociaux sont des facteurs qui limitent l’utilisation des services spécialisés par les victimes. On note également que l’environnement social est caractérisé par une vulnérabilité des victimes à cause de la corruption qui se pratique dans les institutions judiciaires. Les perceptions autour de la femme victime d’une agression sexuelle limiteraient leur possibilité de partager l’information sur les actes inhumains qu’elles subissent, en dépit de toutes les conséquences qu’elles encourent, et le recours à une prise en charge efficiente.

Conclusion

25L’ampleur des violences basées sur le genre en milieu scolaire amène à se demander quels sont les fondements des actes de violences basées sur le genre en milieu scolaire. Même si toutes les violences ne sont pas liées aux rapports sociaux de sexe, on observe très souvent que les profils des auteurs montrent qu’elles peuvent être définies comme une série de comportements causant des torts physiques, sexuels ou psychologiques qui met en jeu la dimension des rapports sociaux entre les hommes et les femmes, des inégalités de pouvoirs entre les sexes et qui frappent particulièrement les filles. Comme le dit Bourdieu (2002), elle est légitimée par une relation de domination qui l’inscrit dans une nature biologique qui est elle-même une construction naturalisée. Si les garçons sont également touchés par les violences sexuelles, les jeunes filles sont nombreuses à déclarer des cas d’abus, tels que le harcèlement sexuel et le viol. Les rapports sociaux de sexes et les identités de genre sont des enjeux incontournables des violences à l’école. Pour N’Dour (2006), les violences tenant au genre à l’école mettent en jeu des dimensions multiples : économiques (cas du sexe transactionnel) ; socioculturelle (tabou sur l’éducation à la sexualité et inégalités entre les femmes et les hommes) ; et sanitaires (faible utilisation du préservatif et de la contraception entraînant une transmission des maladies sexuellement transmissibles, du VIH-SIDA ainsi que des grossesses non désirées) qui s’articulent avec deux autres dimensions : une dimension « d’abus d’autorité » qui concerne la violence d’enseignants envers les élèves ; et une dimension de genre qui concerne la violence masculine envers les élèves filles, voire les enseignantes. Les relations de violence : mettent également en jeu des relations de pouvoir. Le sexe transactionnel qui désigne le fait d’avoir une relation sexuelle en échange d’argent, de cadeaux ou d’autres faveurs montre bien la relation asymétrique entre des enseignants qui marchandent des bonnes notes contre des faveurs sexuelles et des élèves qui souhaitent terminer leurs études. Par ailleurs, l’imaginaire collectif qui considère la femme comme être inférieur à l’homme constitue un atout à la persistance des violences envers les femmes. L’intériorisation par la femme elle-même de son infériorité par rapport à l’homme renforce cette situation d’autant plus qu’elles sont très souvent dotées de faibles capitaux financiers (revenus et occupations principales) et culturels (connaissances de leurs droits, niveau d’instruction, alphabétisation). Dans l’ensemble, la dépendance économique, sociale et décisionnelle des femmes vis-à-vis des hommes peut permettre de comprendre leur exposition à certaines violences notamment dans les sphères privées (famille et couple) comme dans les sphères publiques (milieu de travail, espace public, milieu scolaire).

26Dans les contextes sociaux où les normes sociales favorisent l’inégalité entre les genres, où les communautés ne punissent pas les auteurs, notamment les hommes qui pratiquent la violence physique ou sexuelle contre les femmes, et où la violence contre les femmes est considérée comme normale ou justifiée, on peut y retrouver plus de victimes et le risque de récidive de la part des auteurs est fréquent, notamment pour les viols, les attouchements, les violences physiques et économiques. On peut penser que la persistance de ces multiples formes de violences interpersonnelles traduit l’échec de l’école à développer une véritable culture de la paix (Lanoue, Azoh et Tchombé, 2009). Cette étude montre l’intérêt d’engager une réflexion de fond sur la prévention des violences en milieu scolaire, compte tenu de leur variété et de la diversité des expériences féminines et masculines mais également parce que l’égalité entre les sexes dans le domaine éducatif est une condition indispensable pour parvenir à l’universalisation de l’éducation primaire. De ce point de vue, les violences liées au genre constituent un des freins à l’accès et au maintien des filles à l’école et engendrent, plus largement, des répercussions aux plans éducatif, sanitaire et social (Ndour, 2006). Compte tenu de tous les enjeux qui sous-tendent ces atteintes à la dignité des acteurs de la communauté éducative, mais aussi de l’inversion de la fonction socialisatrice de l’école vers un risque de dérive sociale, la question des violences basées sur le genre émerge de plus en plus comme un champ privilégié de la sociologie de l’école.  

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

Blaya, C. (2006). Violences et maltraitances en milieu scolaire. Paris : Armand Colin.

Bourdieu, P. (2002). La domination masculine. Paris : Seuil.

Bozon, M. (2007). Un nouveau regard sur genre et violences interpersonnelles : l’enquête ENVEFF. In N. Chetcuti & M. Jaspard (dir.), Violences envers les femmes. Trois pas en avant deux pas en arrière. (pp.275-285), Paris : L’harmattan.

Chemin, A., Drouet, L., Geoffroy, J.J., Jezequel, M.T., & Joly, A. (1995). Violences sexuelles en famille. Ramonville Saint Agne : Erès.

Debarbieux, E. (1999). La violence en milieu scolaire. Tome 1. Etat des lieux. Paris : éditions ESF.

Fortin, J. (2000). Une école sans violence ? De l’urgence à la maîtrise. Paris : Hachette.

IASC, (2005).  Lignes directrices pour les Interventions en cas de Violence Basée sur le Genre en situation de crise humanitaire : Se concentrer sur la Prévention et les Réponses à apporter aux Violences. http://www.humanitarianinfo.org/iasc/pageloader.aspx?page=contentsubsiditf_gendergbv

Gauthier, A., (2007), Les violences contre les femmes dans les pays en développement. In J. Freedman & J. Valluy, Persécutions des femmes. Savoirs, mobilisations et protections (pp.37-53), Broissieux : Editions du Croquant.

Jaspard, M. (1997), Sociologie des comportements sexuels. Paris : La Découverte.

Jaspard, M. (2005). Les violences contre les femmes. Paris : La Découverte.

Lanoue, E. (2006). Education, violences et conflits en Afrique subsaharienne. In M. Pilon (éd.), Défis du développement en Afrique subsaharienne. L’éducation en jeu (pp.223-242), Paris : CEPED.

Lanoue, E., Azoh, F.-J., & Tchombé, T. (2009). Introduction : Education, violences, conflits et perspectives de paix en Afrique. Parcours d’une problématique. In F.-J. Azoh, E. Lanoue, & T. Tchombé, Education, violences, conflits et perspectives de paix en Afrique subsaharienne (pp. 23-32). Paris : Karthala.

Murray Straus A. (1979). Measuring Intrafamily Conflit and Violence: The Conflict Tactics (CT) Scales. Journal of Marriage and the Family, 41, 75-88.

Ndour T. (2006). Violences liées au genre en milieu scolaire. État des lieux, pistes d’action, perspectives. Ministère des Affaires étrangère.

Romito, P. (2007). Recherches qualitatives et quantitatives dans l’étude des violences envers les femmes. In De N.Chetcuti & M. Jaspard (dir.), Violences envers les femmes. Trois pas en avant deux pas en arrière (59-73), Paris : L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1 . Les données de cette étude proviennent de l’enquête sur les violences basées sur le genre (EVBG), réalisée dans sept (Bangui, Lobaye, Mambéré Kadéi, Ouaka, Ouham Pendé, Bamingui-Bangoran, Mbomou) des onze préfectures du pays auprès de 1583 ménages avec l’appui de l’UNFPA. Au total, 765 individus ayant 10 ans et plus fréquentant un établissement d’enseignement primaire, secondaire ou supérieur ont répondu aux questions posées sur les actes de violences à partir de la méthode de la tactique d’identification des conflits : cf. A. Murray Straus, (1979).

2 . La violence verbale ou psychologique englobe les actes suivants : insultes ou injures au sein de l’établissement scolaire ; suivi avec insistance d’un(e) élève lorsqu’il/elle va ou rentre des classes ; le contrôle des sorties des classes ou des relations à l’école par des personnes autres que les parents ou le/la conjoint(e) ; le/la mépris/dévalorisation/dénigrement/commérage ou des propos mensongers/moqueurs au sein de l’établissement scolaire.

3 . La violence physique englobe les actes suivants : frappe, gifle ou toute autre forme de brutalité physique ; menace ou attaque avec une arme ou un objet dangereux ; prise par la force du sac, des bijoux ou tout autre objet personnel ; enfermement dans une salle ou empêcher de sortir avec brutalité ; empêchement de rentrer chez soi à la sortie des classes contre son gré.

4 . Déni de ressources.

5 . La violence sexuelle concerne les actes suivants : attouchements ; imposition d’images pornographiques ; viol ou tentative de viol ; imposition de rapports sexuelles pour des notes de classe ; punitions pour avoir refusé des avances sexuelles ; exhibition du sexe/nudité/corps.

6 . Dans cette étude, la significativité fait référence au Test du Khi-deux avec un seuil de 5%.

7 . Une personne est de ce fait déclarée comme « victime » ou « survivant (e) » lorsqu’elle déclare avoir subi au cours de la période de référence (douze derniers mois) un des actes de violence sus-cités, quel que soit son auteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Honoré Mimche et Patrice Tanang, « Les violences basées sur le genre à l’école en République centrafricaine », Recherches & éducations, 8 | 2013, 49-63.

Référence électronique

Honoré Mimche et Patrice Tanang, « Les violences basées sur le genre à l’école en République centrafricaine », Recherches & éducations [En ligne], 8 | Juin 2013, document 4, mis en ligne le 15 juillet 2013, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/1563

Haut de page

Auteurs

Honoré Mimche

 

Patrice Tanang

(IFORD, Université de Yaoundé II)

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals