Navigation – Plan du site
Archives Binet
15

Le prisme des hallucinations : Les débuts d’expérimentateur d'Alfred Binet à la Salpêtrière et à Sainte-Anne

Loig le Sonn
p. 235-245

Résumés

Cet article est consacré aux toutes premières expérimentations conduites par Alfred Binet durant la première moitié de la décennie 1880. Il recruta ses sujets d’expérience à la Salpêtrière et, dans une moindre mesure, à l’asile Sainte-Anne. Il se consacra à l’étude des hallucinations visuelles, au carrefour de l’aliénisme et de la neurologie. Il mobilisa l’hypnose et des instruments d’optique (écran, prisme, miroir, lorgnette) pour mener ses expériences.

Haut de page

Texte intégral

15

« Pour achever, allez à la Salpêtrière : là, des hallucinations persistantes, d’une netteté accablante, indestructibles à la conscience la plus éclairée et à la raison la mieux avertie, vous montreront l’idée représentative dans toute sa plénitude et dans tout son ascendant. » (Taine, 1860, p. 43-44)

1Dès ses tous premiers articles, Alfred Binet (1857-1911) faisait le récit des rencontres frappantes et des comportements parfois exubérants qu’il observait lorsqu’il visitait un hôpital ou un asile. Son œuvre est émaillée d’anecdotes piquantes sur ses relations d’enquête. Il n’hésitait pas à mettre en scène l’envolée verbale d’un malade au bout du rouleau, la réaction à brûle-pourpoint d’un sujet dont la patience était mise à rude épreuve au cours d’une expérience. La restitution de ces dialogues entre le psychologue et ses sujets d’expérience faisait partie intégrante du style d’écriture de Binet.

2Lorsqu’il fréquentait le service de Jean-Martin Charcot (1825-1893) durant les années 1882-1887, Binet se rendit aussi à l’asile Sainte-Anne. La provocation d’hallucinations, chez des sujets réceptifs, a été la porte d’entrée qu’il privilégia pour aborder l’hypnose. Comment s’y prenait-il pour hypnotiser les patientes et les faire halluciner ? Quels instruments mobilisait-il durant les séances d’expérience ? Dans quelles dispositions se présentaient les femmes hystériques soumises à ces expérimentations ? Explorer l’expérimentation en train de se faire, à travers les problématiques savantes de l’époque, les stratégies de l’expérimentateur, sans négliger le point de vue des patientes, apportera quelques éléments de réponse à la genèse de la relation expérimentale chez Alfred Binet.

3Après avoir brièvement restituer la place du concept d’hallucination dans la pensée aliéniste française du XIXe siècle, notre étude s’attache à dégager l’originalité des recherches de Binet, qui procède de son usage de l’expérimentation pour aborder les questions décisives de son époque : l’hallucination, l’hypnose et l’hystérie. Lors de ses toutes premières investigations dans les hôpitaux parisiens, Binet entrait ainsi en contact direct avec deux maladies nerveuses et mentales, typiques du XIXème siècle, l’hystérie d’une part et la monomanie d’aut