Navigation – Plan du site
dossier

Le Conseiller Principal d’Education au cœur de la vie scolaire :
Electron libre ou atome crochu dans ses relations aux acteurs ?

Véronique Barthélémy
p. 67-79

Résumés

Les travaux dans le champ de la sociologie de l’éducation sont marqués par une évolution des paradigmes, se focalisant tout d’abord sur l’efficacité scolaire puis sur l’amélioration scolaire. Ainsi, il ne s’agit plus de considérer uniquement les performances des élèves mais d’envisager aussi la construction de la politique éducative. L’ensemble des acteurs de la communauté éducative se verra alors dans l’obligation de s’investir dans le champ de la vie scolaire. Or, cette collaboration n’est pas naturelle et la difficulté résidera dans la capacité du chef d’établissement à construire des projets et des relations entre acteurs. Dans cet article, nous analyserons les liens et tensions existants pour envisager le pilotage de la vie scolaire, et ce autour d’un acteur particulier, le conseiller principal d’éducation (CPE).

Haut de page

Texte intégral

1Rendre compte de l’efficacité d’un établissement scolaire peut non seulement se faire en s’appuyant sur les taux de réussite aux examens mais aussi en prenant en considération des facteurs relatifs à l’utilisation des ressources et moyens. Ces études présentent des données sur la réussite des élèves, d’une part et sur le fonctionnement des lycées, d’autre part. Dans ce contexte, les enjeux scolaires ne touchent plus uniquement les enseignements mais affectent la gestion du temps et de l’espace hors cours, la vie scolaire. Mais, qui en a la charge ? Dans les années 1970, le chef d’établissement, en tant que responsable de son lycée ou collège, les professeurs, formés comme responsables de l’enseignement ou le sur