Navigation – Plan du site
Recherches

Que la décadence soit !De l'argument scolaire sécuritaire dans les discours d'extrême droite sous la Cinquième République

Jean Michel Barreau

Texte intégral

Décadence giscardienne

1En 1975, Jean-Marie Le Pen avait des mots très durs contre le président Valéry Giscard d’Estaing car, disait-il : «… d’abandon en démissions, de faiblesse en lâcheté, Giscard va comme à Courchevel, dans le sens de la plus grande pente de la décadence, préparant ainsi le triomphe du communisme, et l’ordre inhumain qui règne dans l’Archipel du Goulag »1. En février 1976, dans le sillage de son leader le plus en vue et en s’adressant, cette fois, à l’école le journal d’extrême droite Rivarol – « l’hebdomadaire de l’opposition nationale et européenne » - lançait à la face à la face de ses contemporains ce cri aussi haineux que dénonciateur sur le niveau scolaire de son temps :

« La décadence de l’orthographe n’est qu’une manifestation, entre mille autres, de la décadence de la <société libérale avancée>, dernier stade de décomposition du système démocratique»2.

2Dans ce même texte, s’en suit toute une énumération des raisons qui expliqueraient cette catastrophique chute du niveau scolaire dans les années soixante-dix. D’abord, dans une société « où il est bien porté de refuser toute contrainte » (allusion à la révolution libertaire soixante-huitarde honnie par ce journal) on ne voit pas pourquoi celle de l’orthographe serait acceptée plutôt qu’une autre. Il faut rajouter à cette absence d’autorité sociétale, pour comprendre ce « facteur important de dégradation », une « excessive sollicitation de l’attention dont nos enfants son victimes ». Habituée à tout voir et à tout entendre de façon fugace à la télévision et à la radio, selon son bon plaisir, cette jeunesse ne saurait plus ni rien regarder, ni rien écouter. Or, l’orthographe consiste d’abord à être capable d’examiner comment les mots s’écrivent, de façon à les reproduire ensuite correctement. Enfin, la pédagogie « nouvelle vague » avec ses « méthodes globales », sa sanctification du « centre d’intérêt » enfantin et sa primauté de l’oral sur l’écrit en lecture ne fait qu’inciter l’enfant à la devinette et à l’à peu près. Dès lors, comment orthographier correctement les mots si on  ne les écrit plus ?

3René Haby fait figure de principal accusé dans ce procès scolaire. Le ministre de l’Education nationale de Valéry Giscard d’Estaing avec ses réformes progressistes ne fait que vivre « l’éternel drame des démocrates » qui veulent soumettre les faits à leurs principes mais « se cassent immanquablement le nez sur la vitre des réalités », dit le journal. Rivarol, il est vrai, en voulait beaucoup au ministre giscardien et à sa « démocratisation de l’enseignement » par son « collège unique ». Solidement arque bouté sur l’idée aristocratique d’un lycée réservé à l’élite, le journal ne voit dans cette démocratisation scolaire en cours qu’une « communisation de l’enseignement » objet de toutes les décadences à  venir. Car le grand drame de l’école de René Haby, dit-il, c’est qu’elle ouvre ses portes « …à tout le monde, aux capables comme aux incapables ; à vrai dire surtout aux incapables ». Jadis, on travaillait avec une élite lycéenne regroupée autour des meilleurs et des plus brillants, il va falloir maintenant travailler avec une « masse ignare »3. Toute école démocratisée n’est donc qu’une école vulgarisée. En 1977, toujours sur le registre de son refus viscéral de cette démocratisation haïe et moquée – « puisqu’il y a des nains, faisons des portes basses », dit-elle en citant l’écrivain René Benjamin – le journal fait le constat des réformes en cours. C’est de « massacre des innocents » dont il s’agit et c’est une « masse d’illettrés » que l’on prépare4.

4Aspects de la France, le journal hebdomadaire de l’Action française faisait également ses gros titres sur l’école de René Haby et le cortège de ruine dont il s’en suivrait. L’argument du refus est trois fois décliné : rejet de la démocratie, procès de communisme patent, décadence prophétisée. Pour le refus de la démocratie, Aspects de la France a le mérite d’afficher clairement ses valeurs sur le sujet : « C’est qu’après tout le problème de l’enseignement et de l’éducation souffre d’un mal profondément enraciné : la démocratie »5. Un mal d’autant plus nocif que cette démocratisation ne peut être entendue, comme dit le journal : « … dans la seule acception que ce mot puisse revêtir : la mort ? ». Pour le communisme, le journal fait ses gros titres sur le ministre giscardien et ses mesures à venir : « La réforme Haby : les soviets au lycée ! ». Pour la décadence, c’est une longue litanie de catastrophes en tous genres qui sont avancées : « nivelage par le bas » du fait de la fusion des filières et de l’hétérogénéité des classes, ennui des meilleurs, découragement des plus médiocres, « primarisation » et « médiocratisation » de tout l’enseignement secondaire »6.

5Quant à Minute, d’ordinaire plutôt peu bavard sur les sujets scolaires et éducatifs, il se fendra de quelques commentaires sur « la soviétisation des lycées » et tremblera de dégoût envers une école qui non seulement a fait l’erreur de vouloir prolonger la scolarité de ses enfants jusqu’à seize ans avec Jean Berthouin, mais veut maintenant rassembler les élèves dans un collège unique avec René Haby. Que d’enfants peu doués pour les études, mais qui auraient pu faire d’excellents apprentis et plus tard d’excellents serruriers, d’excellents ébénistes ont été perdus pour la vie parce qu’on les a obligés à demeurer dans des classes où ils n’avaient pas leur place et où ils ne pouvaient que prendre des habitudes de paresse !, se lamente le « grand hebdomadaire national ». Le danger et la décadence sont dans ce mélange des meilleurs et des moins bons, ce qui consiste à sacrifier les uns et les autres sur l’autel de la démocratisation : « Mais, au moins, jusqu’ici, ces pauvres épaves étaient-elles <éduquées> à part. Les verrons-nous maintenant mêlées aux enfants les plus doués ? ».

6Certes, à l’époque, la réforme Haby reçut, une « avalanche de critiques »7 de toutes parts. La gauche estimait que le ministre n’en faisait pas assez sur le registre des réformes. A l’époque, la fédération Cornec des conseils des parents d’élèves condamne une « politique du pouvoir » qui malgré ses appels à la modernisation du système éducatif abuse l’opinion publique en  refusant de consentir les vrais efforts nécessaires à son entreprise. Pour la fédération, ces propositions de réforme ne peuvent ni promouvoir l’égalisation des chances qu’elle proclame ni répondre aux revendications des parents et des jeunes. Au total, celles-ci sont jugées « conservatrices, sélectives, et ségrégatives, anti-laïques, antidémocratiques »8.

7Le député socialiste du Calvados Louis Mexandeau ne voit dans le « vernis moderniste » de l’école unique qu’une façon de « révéler et d’accentuer les conséquences de la sélection naturelle ». Quant au parti communiste, il refuse un « projet démagogique et conservateur » impuissant à mettre en place les enseignements de soutiens susceptibles d’aider véritablement les enfants en difficulté et incapable d’assurer un véritable tronc commun qui puisse en finir avec la « tare des redoublements ». Loin de combattre les difficultés scolaires qui ont leurs sources essentielles dans l’origine sociales des élèves,  le collège unique de René Haby se contente de les entériner9. Des « Coordinations et des comités de grève des lycéens en lutte contre la réforme Haby » s’organisent et manifestent – « La réforme Haby ne passera pas ! »  - pour dénoncer « l’aggravation de la sélection sociale, la rentabilisation de l’Education nationale et la mainmise du patronat sur l’enseignement »10. A droite, les critiques ne sont pas absentes non  plus. Par exemple,  Raymond Aron parle « d’utopie » et s’inquiète du « nivellement et de l’uniformité » à laquelle cette modernisation système éducatif risque d’aboutir11 ; mais, globalement, la droite soutient son ministre. Par contre, l’extrême droite aristocratique, traditionaliste, élitiste – et revendiquée comme telle - fut aux avant-postes pour faire sonner les trompettes de la décadence afin de mieux dramatiser son  refus des changements et des partages scolaires.

Décadence mitterandienne

8Après qu’elle ait lu la décennie 70 et l’école de la « société libérale avancée » giscardienne à travers le filtre de la décadence, c’est sur la décennie 80 et la France Mitterandienne que l’extrême droite va poser ses lunettes de la chute vertigineuse. Il faut dire qu’en taxant René Haby - le libéral - de communisme pour son collège unique, cette droite extrême laissait peu de chance à Alain Savary et à Louis Legrand - les socialistes - d’échapper aux sarcasmes du même genre sur sa rénovation. Présent, le « premier quotidien de la contre-révolution et de la tradition française »12, qui lance son numéro 0 le dimanche 22 novembre 1981 pour s’opposer au nouveau pouvoir, va chevaucher la monture de la décadence avec toute la fougue que lui inspire son refus des « rouges » :  

« Qu'est-ce qu'on apprend dans les écoles ?.. On y passe maintenant sa vie, pratiquement, de deux à vingt-cinq ans. Et qu'est-ce qu’on en rapporte, voilà la question. L'orthographe ?.. Vous pouvez en juger, si vous recevez des lettres ! ... Le français ?.. Ecoutez les professionnels du beau langage, partagés entre le jargon gazettier et le sabir radiophonique. Le calcul ?.. Qui n'a pas sa petite calculatrice de poche? L'histoire ?.. Des bacheliers diplômés vous diront froidement que Pétrone était une reine du Portugal et que Bolivar a découvert la synthèse (?) de l'aluminium. La géographie ?.. Chamberlain, en 1940, cherchait en vain Narvik sur la mappemonde; Briand croyait que le concile de Trente était ainsi nommé parce qu'il avait réuni trente personnel… »13.

9La même année, le journal convoque plusieurs fois à sa tribune le pédo-psychiatre Pierre Debray-Ritzen pour disserter « scientifiquement » du niveau de cette école et authentifier cet écroulement général où plus personne ne connaît ses gammes d’écriture, ne prend la peine de faire l’effort des calculs les plus simples et affiche sans vergogne l'ignorance la plus crasse. Le « professeur » Ritzen n’a pas de mots assez durs pour juger de cet absolu désastre scolaire et accuser responsables et coupables. Cette calamité qui se solde par un « déclin lamentable de l’orthographe » est d’abord imputable à la pédagogie et son « cénacle de cuistres », dit-il. Les cuistres, ce sont ces pédagogues qui, entre paresse intellectuelle et attrait facile pour la nouveauté, ne jurent que par la dernière mode pédagogique de la méthode globale d’apprentissage et ne savent plus faire lire et écrire correctement leurs élèves. Mais surtout, cette faillite scolaire et pédagogique est à mettre au compte de ce climat délétère de faiblesse, de complaisance et de démagogie qui tourne autour de l’enfant auquel on ne sait plus rien interdire. Le grand coupable c’est Freud et cette vision freudienne de l’enfant qui ne voit ses difficultés, ses désordres et ses désobéissances qu’à travers le filtre de l’histoire de sa sexualité, pour mieux les excuser. C’est ce « goulag freudien » - ce goulag du laxisme - qui emprisonne toute l’Education nationale et qui la précipite dans le gouffre de l’échec. Et Pierre-Debray-Ritzen de conclure, pour mieux attester de cette débâcle mortifère : « Si les éducateurs étaient chirurgiens, il y aurait du sang partout »14.

10C’est peu de dire que cette presse décadentielle sera au rendez-vous dans ce débat qui, à partir des années 80 jusqu'à aujourd’hui, va déchirer les partisans du « niveau qui baisse » et ceux du « niveau qui  monte ». Car, sur fond de collège unique installé par René Haby, rénové par Alain Savary et différencié par Louis Legrand, la guerre va faire rage sur le niveau scolaire. Jacqueline de Romilly met en garde contre le « flot montant de l’ignorance » et la « dégradation de la langue française15. Hélène Carrère d’Encausse avance un « Tchernobyl du savoir »16 dans une France où l’éducation serait l’échec majeur de la fin de ce siècle. L’Education nationale est devenue un « scandale »17 où professeurs et élèves ne valent guère mieux les uns que les autres18 disent les uns à la fin des années 90 ; une Ignare Academy qui convoque quotidiennement les siens au « grand banquet de l’ignorance », disent les autres en 200219. L’illettrisme serait la manifestation la plus patente de cette institution, devenue une « grande machine infernale à fabriquer des générations successives d’illettrés »20. Avec une palette de définitions, de critères et d’estimations sur l’illettrisme et les illettrés en question qui vont dans tous les sens.

11Selon ATD Quart monde en 1980, c’est 10 % d’une même classe d’âge qui maîtrise mal la lecture et l’écriture, alors que Libération estime en 1983 à 25 % seulement le nombre de français qui peuvent lire couramment un texte. Ce chiffre est revu à la baisse en 1987 par François Bayrou qui situe le taux de la population « gravement gênée » par l’illettrisme entre 7 à 12 %. Evaluation qui monte en flèche avec Thierry Desjardin pour qui cette « grande puissance qui s’appelle la France » est devenue une usine à produire 40 % d’illettrés21.

12Dans cette guerre des chiffres, Présent22 surpasse tout le monde. Ce ne sont pas les 20 %, les 30 % ou les 40 % d’illettrisme habituellement lancés dans les médias que le journal affiche, mais 50 %. Lorsqu’en 1989 se déroule pendant une semaine une évaluation des classes de CE2 et de 6ème pour tester leurs connaissances en lecture et calcul et prévoir des plans de redressement, le journal fait ce commentaire : « Vaste programme quand on sait que l’école fabrique déjà 50 % d’illettrés (ou d’enfant maîtrisant mal la lecture, selon l’euphémisme à la mode) à l’entrée en sixième »23. Aveugle et sourd à toutes les analyses sur l’école en termes d’augmentation du temps de scolarisation, d’élévation du taux d’obtention de diplôme élevés, de meilleur répartition sociologique des savoirs et des diplômes et de démocratisation de l’institution scolaire en termes de structures qui existent depuis deux siècles, le quotidien ne voit de l’école de Jules Ferry jusqu’à de nos jours qu’une longue stagnation des résultats scolaires : «… Pourquoi un siècle après les lois du 16 juin 1881 du 28 mars 1882 qui rendaient gratuit et obligatoire l'enseignement primaire, la France se retrouve avec quasiment la même proportion d'illettrés? Alors que les contribuables voient depuis des années consacrer à l'Education nationale l'équivalent de 80 % de l'impôt sur le revenu »24. On le voit, de 1882 à 1989 rien n’a changé : l’échec est total. En 2002, cela continue puis que cet échec devient « cuisant », pour Jean-Marie Le Pen. Dans Français d’abord !, le président du Front national claironne, en héraut imperturbable de cette éternelle et immuable déroute pédagogique, morale et intellectuelle, à propos de l’école : « Si elle était cotée en bourse, ses actions vaudraient moins cher que celles de n’importe quelle entreprise <Internet.com>25.

13Mais surtout, ce n’est pas tant de la décadence orthographique dont veulent faire la démonstration ces apologues de la fin du monde que de la décadence morale. En 1983, le secrétaire d'Etat socialiste à la Santé Edmond Hervé (qui est aussi le maire de Rennes) a proposé avec la majorité municipale qu'il dirige une subvention de 5.200 F au profit de l’Association pour la différence homosexuelle. Lors de la séance publique du conseil municipal, les élus de l'opposition (RPR, UDF et non inscrits) ont vivement protesté et déposé un amendement tendant à annuler cette subvention, lequel a été rejeté par la majorité du conseil au nom de la liberté associative. Présent, qui soutient l’opposition et s’offusque d’une municipalité qui distribue des subsides aux « théoriciens et aux praticiens de la sodomie », tire la morale de cette histoire :  « Cette leçon de choses - après tant d'autres qui vont dans le même sens - fera-t-elle enfin comprendre aux libéraux et aux chrétiens de gauche que les « droits de l'homme » maçonniques de 1789, qu'ils invoquent comme une garantie et comme un idéal, ne sont ni l'un ni l'autre? C'est le droit naturel et le droit des gens; fondés sur le Décalogue, qui condamnent la sodomie, protègent l'enfance, défendent contre le despotisme d'Etat l'autorité de la famille et les libertés spirituelles, dont celle de l'enseignement. Au contraire les « droits de l'homme » trompeurs, frauduleusement installés à la place du Décalogue, conduisent aux tyrannies du syndicat, du parti, de l'Etat, et de la sodomie subventionnée »26.

14L’extrême-droite n’aura de cesse de dérouler une longue chronologie de décadence en tous genres. Au début des années 80, Présent relève un sondage que des élèves d’un lycée de Lyon ont soumis à leurs camarades. Le formulaire est rempli de questions aussi « scabreuses » que : « Envisageriez-vous des rapports sexuels avec vos père ou mère ? », « Accepteriez-vous un conjoint impuissant ? » ou « Prendriez-vous la défense d'une liaison homosexuelle féminine, masculine ? ». Ce genre d’enquête qui « s’étend bizarrement de lycée en lycée » dit l’auteur de l’article, plein de sous-entendus accusateurs, serait significatif d’un acte volontaire orchestré par le pouvoir en place. D’abord, contre la jeunesse pour mieux la pervertir car cette enquête serait « un incroyable prétexte (sociologique) pour violer impunément l’intimité et la conscience des lycéens ». Ensuite, pour lui même afin de mieux servir ses objectifs politiques : « C’est le moment choisi par Savary pour lancer son grand service unifié et laïque : laboratoire expérimental de perversion sous toutes ses formes »27. En 1984, National hebdo s’en prend à une brochure « J’aime, je m’informe » publiée par le ministère de l’Education nationale et destinée à éclairer les élèves sur la vie sexuelle. Selon National hebdo cette « petite ordure officielle », qui ne parle jamais d’amour, d’affection ou d’amitié mais essentiellement de relations sexuelles et « d’accouplements en tous genres », ne peut qu’exhorter la jeunesse à tous les « débordements d’une sexualité incontrôlée ». Tout cela est significatif d’une école où l’on se s’inquiète plus de penser mais « où l’on s’efforce de couler les enfants dans le moule préétabli de tous les laxismes, quand ce n’est pas dans celui du marxisme »28. Dans un rapport qu’il écrit en 1986, Jean-Claude Martinez, porte à son paroxysme cette vision d’une école toujours perçue à travers le prisme de sa perversité et de son sadisme sexuel supposés.

15Dans la haine que Jean-Claude Martinez porte à une partie des personnels de l’Education nationale, le « double agrégé » et « député européen » ne peut faire l’économie d’une allusion et d’une accusation sexuelle envers ces agents : « Il est vrai, au moins, qu’il vaut mieux payer au C.N.E.D. un enseignant restant à la maison, plutôt que de le voir pratiquer sur les élèves la perversion des ‘attouchements pédagogiques’ de l’I.N.R.P. »29. En 1989, un groupe de parents d’élèves s’émeut des contenus des ouvrages de biologie proposés aux élèves de 4ème. Dans ces manuels parus autant chez Hachette, Nathan ou Magnard on y voit la « photo d’un chancre syphilitique sur une verge », les « organes génitaux externes de la femme » et autres « croquis de l’acte sexuel avec tous les moyens de contraception ». On y donne encore une définition de l’homosexualité et on développe « en long et en large la contraception ». En fait, sous prétexte d’étudier la sexualité humaine en transmettant des informations précises et scientifiques comme le proclament les textes officiels de l’Education nationale, ces livres « donnent dans le complaisant, le graveleux et, à la limite, le porno ».  Plus généralement, ce sont l’éthique et la maîtrise de soi qui sont en danger car « … ces manuels, sans en avoir l'air, prônent bel et bien une morale, qui ne dit pas son nom : celle de la permissivité absolue. C'est une anti-morale, cachée sous le masque de l'objectivité », dit encore le journal Présent30. Enfin, en novembre 2002 National hebdo rapporte l’histoire d’un rédacteur en chef d’une revue destinée à l’enfance et à la jeunesse qui aurait écrit avec des élèves de Terminales un texte où il donne libre cours à ses « délires pédophiles ». L’Education nationale soutiendrait l’auteur dans ces agissements pervers : « Lang finance et Jospin couvre » titre en gros le journal31.

Décadence chiraquienne

16Dans ce concert tonitruant de surenchère décadentielle dont l’extrême droite s’est faite la spécialiste depuis le début de la Cinquième République, la voix de Jean-Marie Le Pen continue de tonner, à quelque trente ans de distance, avec une constance et un entêtement de plomb. A chaque époque à ses incantations dramatisées sur la décrépitude, la déchéance et autre ruine sociétale et scolaire. Dans les années 70, c’était l’archipel du Goulag qui faisait office d’épée de Damoclès planant sur le décadent libéralisme giscardien. Dans les années 80, c’est la pédophilie et l’illettrisme qui plane sur le « marxomitterandisme » de gouvernement. Dans les années 90, c’est le Sida qui est appelé à la rescousse comme preuve absolue de la toute dernière décadence annoncée : « Qui ne discerne la voie du déclin où la France est engagée, et qui peut se résumer dans une formule qui serait celle du SIDA politique dont les initiales signifieraient : socialisme, immigration, drogue et affairisme »32. Lorsque des affaires de pédophilie font la chronique des faits divers, cela devient une « déferlante » qui submerge la France33. Et c’est sur fond de « laxisme moral », « d’affaissement des valeurs » et de « montée de la barbarie » que les phénomènes de violence, d’affairisme, d’insécurité sont interprétés : «…un problème qui va nous exploser à la figure »34. La Cinquième République Gaullienne, Giscardienne, Mitterandienne ou Chiraquienne peut faire ce qu’elle veut : le spectre de l’éternel déclin lui est agité devant les yeux pour mieux la persuader de sa totale et dangereuse ruine. En 2002, Jean-Marie Le Pen s’explique - à nouveau, toujours et encore - sur cette plongée définitive dans les profondeurs de la déliquescence : « Alors que nous sommes menacés d’une flambée de violences révolutionnaire qui pourrait prendre sa source dans les zones de non droit et être attisé par l’extrême gauche, « la légitime défense est montrée du doigt », « on donne mauvaise conscience aux Français qui veulent défendre leurs biens ». Un signe parmi beaucoup d’autres que nous sommes entrés dans une nouvelle phase de décadence, comme celle qu’a connu la Rome antique ou Babylone, la dernière étape de celle-ci consistant en « une submersion démographique de populations inassimilables »35.

Que la décadence soit !

17Pour mieux se persuader de l’importance de la rhétorique de la décadence dans les discours d’extrême droite, il faudrait lire dans son entier la longue allocution de Jean-Marie Le Pen devant ses partisans en 1996 sur « une certaine idée de la France ». Mais, à lui seul, l’extrait ci-dessous en dit assez long sur les « analyses » (mais les guillemets sont de rigueur) que fait le chef du Front national sur le déclin dont la France - des années 90, cette fois ci – serait la victime : « A contempler les hauts faits de la Geste des Francs, il est faible de dire que nous sommes en décadence » 36.

18En brassant, au bas mot, deux milles ans d’histoire en deux lignes et en plaçant au zénith de la nation les « Francs » dont les français des années 2000 ne seraient que les pâles copies dégénérées, Jean-Marie Le Pen accomplit un exploit d’absurdité intellectuelle. D’abord, il inverse les polarités du progrès en plaçant l’apogée de son pays dans les profondeurs mérovingienne de son histoire et en situant son écroulement dans son présent républicain le plus contemporain. Mais surtout, il affiche une partie de la carte d’identité de son propre arsenal idéologique, dont un des éléments tient sur ce pilier fondamental de la « décadence ». Car l’argument de la décadence est un des éléments centraux de l’idéologie d’extrême droite. Il suffit de relever l’utilisation aussi massive que répétitive – qui ressemble plus à un bégaiement qu’autre chose - qu’elle fait de ce vocable pour constater toute l’importance qu’elle lui donne. Il faut dire que cette fameuse « décadence » est pratique. Elle permet de regarder de haut l’adversaire politique en le plaçant résolument dans le camp de la débauche, de l’impuissance, de la perdition et, en définitive, de la mort. A l’inverse, elle permet - à peu de frais - de se faire passer pour l’archange immaculé de l’ordre et de la renaissance quand les adversaires ne sont que les démons impurs de la décrépitude.

19En définitive, quand on lit chez ces idéologues une telle insistance à vouloir prouver que le monde court à sa ruine depuis tellement longtemps, on ne peut en en déduire que ce n’est pas que la décadence est, mais qu’il faut qu’elle soit. Autrement dit, cette fameuse « décadence » annoncée à grande clameur dramatisée est tout sauf un analyseur sociétal : elle n’est qu’une imprécation guerrière destinée à abattre l’adversaire politique. Elle remplit une fonction d’explosif idéologique, en quelque sorte ; et rien d’autre. De plus, elle remplit une autre fonction, pour l’extrême droite, cette fois :  celle d’élément vital de son existence. Car, il en va de la légitimité et de la survie de cette mouvance politique que de démontrer que la France se meurt, que sa sécurité est en danger et que sa morale en perdition. Il faut que la France soit décadente pour que l’extrême droite soit existante.

20Mais en même temps, cette substance est hautement périssable car elle se s’use à la hauteur de l’utilisation que ces théoriciens en font. Pour le dire autrement, ces chantres de l’écroulement peuvent faire régulièrement le « coup » de la décadence (si l’on peut s’exprimer ainsi), des Francs à la Cinquième République en passant par la Révolution française et la Troisième République, mais ils ne peuvent attendre que l’on ne prenne au sérieux leurs exhortations millénaires à la tragédie. Car à force de crier que le monde se meurt depuis 2000 ans, celui-ci devrait être mort depuis longtemps. Telle est l’impasse du discours de la décadence : il brandit à bout de bras, et à tous bouts de champs avec des airs de frayeur de fin du monde, l’épouvantail de la mort imminente en guise d’argument politique. Mais, du coup, ce rabâchage est confronté à sa propre contradiction : celle de son énième redite dans l’histoire, donc de son discrédit. L’école, plus que toute autre institution, touchée par ces discours de fin du monde, doit être attentive à les prendre pour ce qu’ils sont : des discours qui veulent effrayer et discréditer en s’appuyant sur l’irrationnel et la peur.

Haut de page

Notes

1 Rivarol, « Le Pen à la Mutualité », 27 février 1975.
2 Rivarol, « La démocratie est-elle allergique à l’orthographe ? », Jean Denipierre, 19 février 1976.
3 Rivarol, « Démocratisation ou communisation de l’enseignement ? », 17 juillet 1975, Jean Denipierre.
4Rivarol, « René Haby, les massacre des innocents », 15 septembre 1977, Marcel Signac et Rivarol, « L’hétérogénéité vaut bien une masse d’illettrés », L-P Poulenc, 3 janvier 1980.
5 Aspects de la France, « Y aura-t-il une réforme Haby ? », 13 février 1975, Francis Borie et  « Réforme de l’enseignement », 29 mai 1975, Francis Borie.
6 Aspects de la France, « La réforme Haby : les soviets au lycée », 20 février 1975, Marie-Françoise Tarder.
7 André Robert, Système éducatif et réformes, Nathan, Paris, 1993, p. 96.
8 Le Monde, « La réforme de l’enseignement », 19 mai 1975 et Le Monde, « Fédération Cornec : un projet d’école pour les <parents de gauche> », 21 mai 1975.
9 Le Monde de l’éducation, « La réforme Haby », mars 1975, p. 18-19.
10 Libération, « Appel aux lycées et collégiens de France », 10 mars 1975
11 Le Figaro, « Modernisation », 13 février 1975, Raymond Aron ;  « La modernisation du système éducatif : les mots et les choses », 19 février 1975, Raymond Aron  et Le Figaro, « Projet Haby, ultime examen demain à l’Elysée », 14 mai 1975.
12 Présent, n° 0, dimanche 22 novembre 1981.
13 Présent, « L’apprentissage de l’ignorance », Robert Poulet, 14 janvier 1982.
14 Présent, « Pour commencer par le commencement : l’apprentissage de la lecture », Pierre Debray-Ritzen, 9 janvier 1982, et Présent, « L’écolier dans le marasme idéologique et le goulag freudien », 20 février 1982. Présent « Pierre Debray-Ritzen à Présent », 25 et 26 octobre 1982.
15 Jacqueline de Romilly, L’enseignement en détresse, Julliard, 1984.
16 Le Figaro-magazine, « Nous avons subi un Tchernobyl du savoir », Hélène Carrère d’Encausse, vendredi 28 mars 1997.
17 Thierry Desjardin qui dans Le scandale de l’Education nationale, Robert Laffont, 1999.
18 C’est ce que tendent à dire Philippe Milner dans A bas les élèves ! Albin Michel, 1999 et Nicolas Rivol dans Sale Prof !, Fixot/Documents, 1999.
19 Jean-Claude Michéa, L’enseignement de l’ignorance, Climats, 1999 et Claire Laux, Isabelle Weiss, Ignare Academy ou les naufrages de l'enseignement, Nil Editions, 2002.
20 Le Monde de l’éducation, Jean-Michel Djian, mai 1999.
21 Thierry Desjardin qui dans Le scandale de l’Education nationale, Robert Laffont, 1999.
22 Dans son numéro du 19 janvier 1989, Présent s’affiche comme le seul quotidien qui arbore le drapeau « Dieu-Famille-Patrie ».
23 Présent, « Une opération d’évaluation… », lundi 25, mardi 26 septembre 1989.
24 Présent, « L’échec de l’Education nationale, premier enseignement du rapport Migeon », Lundi 27 mars, 28 mars 1989. Rémi Fontaine.
25 Français d’abord !, « Excellence française, excellente orientation », 1ère quinzaine mai 2001.
26 Présent, « Le ministre de la santé chouchoute les z’homos », Jean-Baptiste Castetis, 28 juillet 1983.
27 Présent, « Lycées : le viol du questionnaire », Rémi Fontaine, 19 février 1983.
28 National hebdo, « Les bons maîtres », Serge Dalens, 17 mai 1984.
29 Itinéraires, p. 214.
30 Présent, « Des manuels de biologie pour les 4ème ou des brochures à se passer sous le manteau », Alain Sanders, 21 mars 1989.
31 National hebdo, « Des gosses de 17 ans mobilisés par un « prof » pour une revue pédophile », 3-9 novembre 2002.
32 Présent, « Le 8ème congrès national à Nice », lundi 2 avril, mardi 3 avril 1990.
33 Français d’abord !, « Stopper la déferlante pédophile », Edition du mercredi 27 février 2002.
34 Français d’abord ! « Délinquance, immigration, décadence... », Edition du mercredi 06 février 2002.
35 Français d’abord !n du 15 au 18 février 2002.
36 Français d’abord !, « Pour une certaine idée de la France », supplément du n° 249, décembre 1996.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Michel Barreau, « Que la décadence soit !De l'argument scolaire sécuritaire dans les discours d'extrême droite sous la Cinquième République », Éduquer [En ligne], 7 | 2004, mis en ligne le 15 octobre 2008, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/238

Haut de page

Auteur

Jean Michel Barreau

Professeur en Sciences de l'Education, IUFM de Lorraine, Dernier ouvrage paru L'extrême-droite,, l'école et la république., Paris, Ed Syllepse, 2003.

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals