Navigation – Plan du site

Éric Flavier & Sylvie Moussay (2014, eds).
Répondre au décrochage scolaire.
Expériences de terrain.

Louvain la neuve : De Boeck, 237 p.
Olivier Vors
p. 217-220

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif présente une approche nouvelle et originale du décrochage scolaire. Il permet d’identifier les circonstances d’émergence du décrochage et de son évolution en étudiant l’activité des acteurs de l’éducation en situation de travail. Il présente les résultats d’un programme de recherche initié en 2011 visant à accompagner les professionnels dans le développement de la lutte contre le décrochage scolaire. Par une approche empruntée à la clinique de l’activité, il analyse les actions des professionnels et des élèves avec une triple originalité.
Premièrement, l’originalité de cet ouvrage réside dans sa variété en analysant l’activité de différents acteurs (enseignant, élèves, équipe de direction, équipe pédagogique élargie, partenaires extérieurs,…), différents dispositifs (institutionnels : PPRE, PAI, etc. ou novateur : TIC, « point élève », etc.), différents contextes (école primaire, collège, milieu carcéral,…).
Deuxièmement, les approches conceptuelles et méthodologiques proposées sont particulièrement nouvelles en analysant la situation de l’intérieur d’un point de vue intrinsèque. Une part importante est donnée au contexte et au point de vue de l’acteur. Il est peu courant dans la littérature de ce domaine de s’intéresser à ce qui se passe à l’intérieur de la classe, au point de vue de l’élève, et à l’action conjointe.
Troisièmement, cet ouvrage est un trésor d’ingénierie car il décrit et analyse différentes situations vécues tout en proposant des outils technologiques issus du terrain permettant de prévenir ou de lutter contre le décrochage scolaire des élèves.
L’ouvrage s’organise en 14 chapitres réunis en quatre parties intitulées : (1) Les réponses au sein de la classe, (2) Les réponses liées aux dispositifs d’établissement, (3) Les réponses liées à une activité conjointe, (4) Visées théorique et développementale.
La première partie analyse ce qui se passe au sein de la classe afin d’intervenir de l’intérieur sur certains aspects du décrochage. C’est la partie la plus développée de l’ouvrage, elle est composée de cinq chapitres. Le fort intérêt de cette analyse réside dans l’unité d’étude, à savoir ‘la classe’, et sa volonté compréhensive. L’échelle de la classe manque souvent aux analyses macroscopiques ce qui limite l’appréhension du décrochage en tant que processus. Ici la parole est donnée aux acteurs enseignants comme aux élèves afin de saisir leurs motifs d’agir accompagnant l’engagement ou le désengagement des élèves dans le travail en classe. De ce point de vue-là, le chapitre 2 est particulièrement heuristique car il présente divers scénarii typiques de situation de décrochage de l’intérieur : « quand chacun pense que l’autre ne fait pas son travail », « quand l’inefficience impacte le sens de l’activité des acteurs », « quand le motif prioritaire de l’élève devient "pour ne pas échouer" », « quand les règles implicites du groupe d’élèves deviennent dominantes ». Cette approche par scénarii considérant le décrochage comme une co-construction permet de dépasser une approche causaliste simpliste de ce phénomène complexe.
Dans cette partie, divers indicateurs ou situations favorables au décrochage ou à l’engagement des élèves sont ciblés avec des entrées aussi variées qu’originales : 1) la perception des enseignants, 2) la co-construction de sens dans l’interaction, 3) l’usage de dispositifs novateurs avec les TIC, 4) le prisme de la dispense en EPS, et 5) l’accrochage au travail en centre éducatif fermé. Chaque étude de cas ouvre des pistes de généralisation permettant de dépasser le cas concret. De ce point de vue, le lecteur pourra apprécier la présentation des effets du dispositif utilisant les TIC (chapitre 3). Dans ce chapitre, l’analyse ne s’est pas arrêtée aux effets positifs attendus sur l’engagement des élèves, elle a aussi étudié les effets inattendus observés sur le décrochage, sur l’activité de l’enseignant. Cette rigueur d’analyse permet de percevoir tout dispositif comme une offre potentielle d’action aux acteurs. Ces considérations sont des pistes de généralisation porteuses.
La deuxième partie permet d’appréhender le processus de décrochage scolaire sous l’angle de dispositifs à l’échelle de l’établissement. Deux orientations principales organisent les trois parties de ce chapitre. D’une part, les chapitres 6 et 7 décrivent des dispositifs centrés sur les projets des élèves en tant qu’individu présentant des caractéristiques propres avec le PPRE (Programme personnalisé de réussite éducative) et le dispositif « élève projet ». D’autre part, le chapitre 8 est axé sur une approche intégrant l’élève dans un groupe de pairs présentant des caractéristiques communes avec un dispositif d’entreprise virtuelle. Dans cette partie, le lecteur appréciera particulièrement la part faite aux injonctions officielles mises à l’épreuve du terrain, et aux partenariats entre différents acteurs éducatifs tels que l’équipe de direction, le monde professionnel, la famille, etc.
La troisième partie investigue le décrochage scolaire à travers l’action conjointe de l’enseignant et des élèves, mais aussi de l’enseignant et d’autres professionnels exerçant dans l’établissement scolaire. La compréhension du décrochage scolaire selon le niveau d’analyse de l’action conjointe présente un réel enjeu pour appréhender la complexité du travail enseignant traversé par des tensions, des conflits et des compromis entre les différents professionnels engagés dans un dispositif de lutte contre le décrochage. Les chapitres 9 et 10 partent du postulat que le décrochage-accrochage scolaire des élèves est en interrelation avec le décrochage-accrochage professionnel des enseignants. Cette analyse novatrice du problème du décrochage montre la détresse de certains enseignants, en particulier les débutants, qui vivent un fort sentiment d’impuissance et de souffrance face à des élèves difficiles. Cette approche compréhensive permet aussi d’aborder des pistes de transformation, de développement de l’identité professionnelle. Les chapitres 11 et 12 appréhendent l’action conjointe d’une communauté éducative scolaire luttant contre le décrochage scolaire. La mobilisation des collectifs professionnels est présentée comme une ressource incontournable pour prévenir le décrochage  ainsi que pour garantir aux professionnels une posture d’acteurs et non d’agents soumis aux injonctions et prescriptions.
La quatrième partie est la plus courte de l’ouvrage, elle présente une posture scientifique permettant d’appréhender différemment ce phénomène complexe du décrochage scolaire. En s’appuyant sur une perspective clinique de Clot, les auteurs analysent les épreuves subjectives liées au travail en classe avec des élèves décrocheurs. Le décrochage scolaire est réinterrogé au travers du filtre des concepts propres à la théorie de l’activité (Engeström, 1987, 2001 ; Leontiev, 1984) et à la psychologie historico-culturelle (Vygostki, 1997). Cette approche met en avant l’aspect dynamique et processuel du décrochage. De même, elle explique le double décrochage scolaire et professionnel. De plus, elle montre que « c’est dans le cumul du déficit de sens et du déficit d’efficience que s’enracinent l’amputation du pouvoir d’agir, cette chute de vitalité et cette désaffectation de l’activité et où le décrochage scolaire peut apparaitre aux yeux des professionnels comme insoluble » (p. 199). La critique que l’on pourrait formuler à cet égard, c’est qu’elle ‘flotte’ sans distinction entre tantôt des résultats de recherche, tantôt des postulats liés au cadrage théorique. La méthodologie utilisée découle de ce cadrage théorique de la clinique de l’activité, elle met en évidence un véritable partenariat entre chercheurs et professionnels. À partir de différentes traces de l’activité, la parole est donnée aux différents acteurs y compris les élèves (ce qui est peu courant dans les études sur le décrochage). Au-delà des finalités scientifiques, ces recherches permettent au sujet de bénéficier de ressources pour l’action et ainsi d’augmenter leur pouvoir d’agir.
Pour conclure, cet ouvrage apporte un regard novateur pour répondre au décrochage scolaire. Il présente une analyse d’actions locales qui vient enrichir les nombreuses analyses quantitatives faites sur ce phénomène. Loin de donner des prescriptions, les auteurs présentent les ripostes construites par les professionnels afin de prévenir le risque de décrochage. Ainsi le processus de décrochage scolaire est défini en lien avec le travail de l’enseignant, comme un déficit dans le processus de construction conjointe par l’enseignant et l’élève, du sens du travail scolaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Vors, « Éric Flavier & Sylvie Moussay (2014, eds).
Répondre au décrochage scolaire.
Expériences de terrain.
 », Recherches & éducations, 14 | 2015, 217-220.

Référence électronique

Olivier Vors, « Éric Flavier & Sylvie Moussay (2014, eds).
Répondre au décrochage scolaire.
Expériences de terrain.
 », Recherches & éducations [En ligne], 14 | Octobre 2015, mis en ligne le 07 juin 2016, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/2465

Haut de page

Auteur

Olivier Vors

ESPE Aix-Marseille Université
UMR CNRS 7287 Institut des Sciences du Mouvement

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals