Navigation – Plan du site

Michèle Guigue et Rebecca Sirmons, avec les contributions de Laetitia Branciard et Aleksandra Pawlowska (2015).
L’instruction en famille, une liberté qui inquiète

Paris : L’Harmattan, col. Savoir et Formation, 267 p.
Séverine Parayre
p. 221-224

Texte intégral

  • 1 Actuellement post-doctorante en sociologie à l’université de Strasbourg.
  • 2 Ingénieure de recherche à l’ENFA, Ecole Nationale de Formation Agronomique.
  • 3 L’auteure souligne la difficulté en France à trouver des familles pratiquant l’instruction en famil (...)

1Le dernier ouvrage de Michèle Guigue écrit avec Rebecca Sirmons et les contributions de Laetitia Branciard et Aleksandra Pawlowska est original et inédit à plus d’un titre. D’abord sur le sujet peu abordé en France de l’instruction en famille et de sa comparaison avec les États-Unis, où le phénomène est beaucoup plus répandu et les recherches plus abondantes. Ensuite l’originalité vient de la collaboration et du regard porté à la fois de l’intérieur et de l’extérieur. Un regard de l’intérieur, car Rebecca Sirmons, a vécu cette expérience personnelle de l’instruction en famille en tant qu’enfant, ensuite en tant que mère, puis enfin, revenue à l’université en tant qu’étudiante de master, a fait ses recherches sur ce même sujet. S’ajoute à cette étude le regard de l’extérieur, car Michèle Guigue, chercheure depuis plusieurs années en éducation familiale, s’intéresse aux marges et à « regarder autrement l’école et l’éducation » (p. 12). Enfin soulignons la difficulté du travail de recherche entrepris, car en France il demeure difficile de généraliser tant l’échantillon de parents est restreint et la pratique marginalise. En effet en 2011, seuls 3297 enfants suivaient une instruction en famille (p. 245). L’ouvrage se divise en deux parties principales.
La première partie conduite par Michèle Guigue revient sur l’histoire de l’instruction obligatoire, du positionnement des parents et de leurs droits. Le projet éducatif global de l’État s’est construit au fil des siècles sur une perspective de protection de l’enfance. Cette protection de l’enfance et cette défense de ses intérêts va davantage se renforcer à la suite d’événements traumatisants, comme le destin tragique d’un enfant élevé dans une secte et mort des suites de mauvais traitements (1998). L’État, en garant de la sécurité de l’éducation, du bien-être et de l’avenir de l’enfant, entend alors marquer son autorité et remet en cause celle des parents jugés irresponsables et maltraitants. Quant à l’instruction en famille, déjà minoritaire, son contrôle va se trouver renforcé. Les familles faisant le choix de l’instruction en famille doivent en faire la double déclaration en mairie et auprès de l’inspection académique, le maire effectuant une enquête à caractère social tous les deux ans jusque l’âge de 16 ans, l’enquête pédagogique se faisant au nom de l’inspecteur d’académie une fois par an afin de vérifier les acquisitions de l’enfant et sa progression. Un premier problème peut avoir lieu dans ces contrôles selon les positions et habitudes des inspecteurs et notamment s’ils demeurent hermétiques à d’autres modèles éducatifs que celui de la norme scolaire. Aleksandra Pawlowska1 présente une des rares recherches sur l’instruction en famille effectuée à l’université Lille 3 en sciences de l’éducation, qui a porté sur les motivations des familles. Les questionnaires et interviews des familles du Nord-Ouest font ressortir quelques motivations principales : le respect du développement de l’enfant et de son épanouissement, la liberté du déroulement de la journée, plus d’individualisation, un environnement scolaire perçu comme pénible et hostile, la souplesse de l’instruction en famille, pouvoir être au plus près des besoins de chaque enfant, un apprentissage basé davantage sur l’expérience pour développer les connaissances et le savoir-faire. Toutes ces motivations peuvent se trouver parfois renforcées pour des enfants à besoins éducatifs particuliers tant l’organisation de leur scolarisation en établissement peut s’avérer compliquée (cf. l’expérience vécue par Laetitia Branciard2 avec son fils dyslexique au chapitre 5).
La deuxième partie écrite par Rebecca Sirmons aborde les perspectives internationales, notamment avec les États-Unis connus pour être le berceau du « homeschooling ». Cette instruction fut d’abord marginale en 1990, puis reconnue et acceptée, pour concerner deux millions d’enfants aujourd’hui (p. 111). Ce choix est apparu plus légitime et acceptable par un plus grand nombre d’américains, plus sceptique sur le rôle de l’État dans l’éducation des enfants et constatant les bénéfices de l’instruction en famille dans le développement de la citoyenneté et de la responsabilité. Des parents déçus des institutions et de leurs capacités à gérer l’autorité, à exercer la tolérance et à défendre les enjeux intellectuels, ont repris le pouvoir pour servir leurs propres intérêts, dans une ambiance de culte de l’enfant et de son épanouissement personnel. Si les raisons idéologiques et religieuses sont plus importantes dans le choix de l’instruction en famille aux États-Unis, au Québec les raisons sont davantage pédagogiques et relatives aux besoins spécifiques des enfants. Le profil de ces familles présente des similarités d’un pays à un autre : elles appartiennent à la classe moyenne, elles ont des niveaux d’études plus élevés que la moyenne et c’est la mère qui prend en charge l’instruction, la taille moyenne de la fratrie est de 3,6 enfants, elles sont souvent biparentales. De nombreux recherches aux États-Unis et en Amérique du Nord, non connues des chercheurs francophones, sont précisément mentionnées. Au-delà de l’intérêt de cette démarche, le lecteur francophone pourra avoir quelques difficultés à identifier l’appartenance universitaires et disciplinaires des différents auteurs.
Une enquête qualitative, par des étudiantes françaises, s’est construite  par des entretiens semi-directifs en deux temps, la première fois en 2008-2009 où 14 familles américaines pratiquant l’instruction en famille depuis moins de quatre ans ont été interviewées, puis la seconde fois en comparant des familles en France (1)3 et aux États-Unis (3). Elle révèle les motivations, habitudes, pédagogies, parcours de vie de ces familles. Alors que des appréhensions quant au manque de socialisation ou des apprentissages non acquis peuvent être la source principale de critique faite à l’instruction en famille, l’enquête de Rebecca Sirmons corroborée par d’autres recherches internationales, révèlent au contraire que ces familles, en étant rattachées à de nombreux milieux associatifs, ont su faire preuve d’ouverture au monde et développer de nombreuses interactions avec des enfants d’âges différents. De même ces familles en réfléchissant à la pédagogie et en s’ouvrant aux pédagogies de l’éducation nouvelle ont pu développer de nombreuses compétences chez les enfants (autonomie, acquisitions de connaissances, innovation, créativité etc.). Le bilan est présenté de façon très positive et la comparaison des enfants ayant suivi l’instruction en famille avec les enfants scolarisés montrent que les premiers s’en sortent mieux et sont amenés à faire plus d’études dans le supérieur (74% contre 46%). Ils deviennent des « adultes responsables, citoyens et actifs dans la vie sociale » (p. 215). Il serait tout à fait intéressant, il nous semble, et les auteurs ne le mentionnent pas pour aucune étude, d’aller questionner également en France les enfants ayant été scolarisés en famille de façon à percevoir leurs propres perceptions par rapport à leur instruction et leur intégration dans le monde professionnel.
Cette instruction peut demeurer difficile à organiser et à maintenir par les familles, elle demande de la disponibilité (un des parents doit s’occuper de l’instruction), des compétences, elle a aussi un coût non négligeable, raison du peu de personnes y adhérant au final, et l’étude ne présente pas de difficultés majeures rencontrées par ces familles et qui seraient néfastes pour le développement de l’enfant. On pourrait se demander si le regard en interne de Rebecca Sirmons ne serait pas trop bienveillant, mais ses conclusions rejoignent d’autres nombreuses études et de pays différents. Si l’ouvrage aide à mieux comprendre cette instruction et le choix des familles, plus largement encore il aidera tout pédagogue à se questionner sans cesse sur ses propres pratiques et méthodes. Nous pourrions dire ainsi que les travaux sur l’instruction en famille aident effectivement à la faire connaître et qu’ils pourraient peut-être aider à rendre l’École plus attentive au bien-être de l’enfant et à son épanouissement tout en réussissant le pari de scolariser toujours de plus grands effectifs d’enfants.

Haut de page

Notes

1 Actuellement post-doctorante en sociologie à l’université de Strasbourg.

2 Ingénieure de recherche à l’ENFA, Ecole Nationale de Formation Agronomique.

3 L’auteure souligne la difficulté en France à trouver des familles pratiquant l’instruction en famille.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Séverine Parayre, « Michèle Guigue et Rebecca Sirmons, avec les contributions de Laetitia Branciard et Aleksandra Pawlowska (2015).
L’instruction en famille, une liberté qui inquiète
 », Recherches & éducations, 14 | 2015, 221-224.

Référence électronique

Séverine Parayre, « Michèle Guigue et Rebecca Sirmons, avec les contributions de Laetitia Branciard et Aleksandra Pawlowska (2015).
L’instruction en famille, une liberté qui inquiète
 », Recherches & éducations [En ligne], 14 | Octobre 2015, mis en ligne le 07 juin 2016, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/2466

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals