Navigation – Plan du site
Recherches

La classe jaune : sur la difficulté d’enseigner

Marie Jo Tollini et Ghislaine Chatté

Texte intégral

Qui parle et de quelle place ?

1Je suis institutrice depuis 23 ans dont 16 en maternelle. Je suis formatrice depuis dix ans et malgré cela, je me suis retrouvée l’année dernière, confrontée à des difficultés de gestion de la classe. Je viens ici témoigner pour vous prouver que les difficultés à enseigner ne sont pas uniquement réservées à vous, PE 2 ou débutants l’an prochain. J’ai le souci de partager quelque chose avec vous. Je voudrais vous dire que vous n‚êtes pas seuls, que l’acte d’enseigner n’est pas donné une fois pour toutes. Cela vaut, même pour des maîtres qui ont de l’expérience. La seule différence entre ces maîtres et vous, entre vous et moi, c’est que l’expérience du métier permet de trouver plus rapidement des armes, d’élaborer des solutions inédites.

Un vécu douloureux

2Dans la classe, dans les couloirs, dans la salle de jeux, tout a été difficile et dés la rentrée. Les déplacements, les regroupements, les habillages même les temps de travail individuel. Il était dix heures trente, les enfants rentraient de récréation et se déshabillaient bruyamment. Certains étaient debout, d’autres assis par terre. L’étroitesse du couloir, la fatigue qui commence à faire que nous supportons moins bien, Sabine une ATSEM et moi.

3Tout à coup, j’entends Sabine crier. Un enfant vient de la pousser, elle est à terre. Déchirure musculaire, huit jours d’arrêt.

L’enfant turbulent

4Huit enfants au départ dans la classe qui réussissent peu à peu à en contaminer d’autres. Cela devient une véritable épidémie. Il se caractérise par une grande énergie, plutôt une agitation. Un besoin incessant de bouger. Plutôt une hyperactivité débordante. Un énorme besoin d’agir. Plutôt une précipitation impulsive. Un énorme besoin de parler. Plutôt un manque d’écoute.

Compréhension et analyse professionnelle

5Je commence à douter de moi, je laisse apparaître quelques signes de fatigue. Je rassure mes collègues : si elles me voient pleurer, elles ne doivent pas s’inquiéter ! Quelques échanges informels avec ma directrice qui me propose de prendre un groupe d’enfants pendant un moment, un matin.

6Cela me rassure qu’elle vienne se rendre compte mais en même temps je pense : Et si c’était moi qui ne savait plus faire classe. J’attends leur retour avec impatience ; voilà ce qu‚elle écrit quelques jours plus tard. J’arrive dans la classe à 9H20, avec le projet d‚emmener en BCD un petit groupe constitué des élèves considérés comme les plus difficiles de la classe. Le prétexte pédagogique de ce moment est le suivant : les élèves vont me raconter une histoire que je ne connais pas (le premier jour d’école de Nicolas).

7Dés le départ, le trajet dans le couloir pose problème. Les enfants commencent à courir, à crier, à chahuter, à se chercher. Il y a trop de bruit et d’agitation ; les deux autres classes vont être perturbées ! Les enfants partent dans tous les sens. J’essaye de les faire se regrouper par des ordres verbaux. Les rés