Navigation – Plan du site
DOSSIER

Cyborg ou/et « handi-capable » ?
L’expérience du corps capacitaire chez des participants au Cybathlon

Rémi Richard et Julie André
p. 67-79

Résumés

Le Cybathlon est une compétition sportive d’un nouveau genre qui confronte des personnes sportives handicapées utilisant des technologies d’assistance avancées. L’objectif de ce papier est double. À partir de l’analyse des discours des athlètes ayant participé à la première édition du Cybathlon en 2016, nous souhaitons d’une part comprendre la position des sportifs vis-à-vis de la « figure du cyborg » qui semble traverser cette nouvelle discipline, et d’autre part mettre au jour l’expérience corporelle originale de ces athlètes « hautement technologisés ». Nous mettrons ainsi en avant le décalage qu’il peut exister entre la figure du Cyborg et la réalité quotidienne de ces sportifs. Aussi, nous pourrons constater que l’interaction homme-machine participe à la production d’un corps sportif « handi-capable » et propose une reconfiguration des modalités d’être au monde.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . C'est aussi le nom d’une association de personnes déficientes visuelles : http://www.handicapable (...)
  • 2 . Le capacitisme ou validisme est une forme de discrimination envers les personnes handicapées. Ces (...)

1Les avancées spectaculaires dans le domaine des technologies d’assistance aux personnes handicapées nourrissent aussi bien les fantasmes des transhumanistes que ceux des bioconservateurs. Les premiers voient en la technologie l’amélioration de la condition humaine, les seconds la « dénaturation » et la perte de l’Homme (Le Dévédec, 2015). Quoi qu’il en soit, la question de l’Homme augmenté suscite le débat des chercheurs et attire les regards du public. La figure du cyborg, être bionique, hybride, fait de chair et de technologie, cristallise l’attention.
L’objet de ce papier est de questionner la position du corps handicapé « hautement technologisé » dans le débat actuel autour de « l’augmentation de l’Homme » (human enhancement). Nous souhaitons montrer que la métaphore du cyborg, souvent mobilisée, ne rend compte que partiellement et de manière inégale de la réalité quotidienne des personnes utilisant des technologies d’assistance avancées. Plus que la proposition d’un corps augmenté, nous défendrons l’idée d’un corps « capacitaire », entendu comme la réalisation alternative et normative d’un soi rendue possible par l’hybridation somatechnique (Andrieu, 2008).
Ainsi, nous privilégierons l’utilisation du terme « handi-capable »1 que nous empruntons à Bernard Andrieu (2009) pour mettre en lumière des usages du corps et de la technologie qui défient le capacitisme2 (Campbell, 2009).
Pour ce faire, nous nous appuierons sur la littérature existante et sur des entretiens menés auprès des équipes participant au Cybathlon (pilotes et staff), première épreuve sportive pour les personnes utilisant des technologies d’assistance avancées.
Dans un premier temps, nous tenterons d’apporter un éclairage terminologique et nous nous interrogerons sur l’utilisation de la formule « handi-capable ». Dans un second temps, nous questionnerons cette proposition au regard de la figure du cyborg. Enfin, nous confronterons notre réflexion autour du corps handicapé « hautement technologisé » aux discours des participants au Cybathlon.

Autrement capable, Spécifiquement capable, handi-capable ?

  • 3 . » The body is at the heart of contemporary political and theoretical debate, yet the social model (...)

2L’usage des substantifs utilisés pour désigner la « personne handicapée » fait débat. La formule française de « personne en situation de handicap », directement liée à « l’idéologie » (Shakespeare et Watson, 2001) du modèle social du handicap, a le mérite de mettre l’accent sur les facteurs sociaux, environnementaux et politiques du handicap (Sanchez, 2005). Mais parallèlement, cette mise en lumière fructueuse de la construction sociale du handicap tend à dissoudre la réalité de son expérience quotidienne (Owens, 2015). En effet, comme le soulignent Hughes et Paterson, « Le corps est au cœur d’un débat contemporain, politique et théorique, cependant le modèle social du handicap n’en tient pas compte »3 (Hughes & Paterson, 1997, p. 326). C’est également, dans une certaine mesure, la position de Blanc qui préfère parler de « personnes déficientes » ou de « personnes handicapées », parce que le handicap est effectivement le résultat de plusieurs facteurs dont la déficience fait partie (Blanc, 2006, p. 23). Éric Plaisance (2009) ou Marcel Nuss (2008) - lui même militant et « handicapé » - plébiscitent l’usage de l’expression « autrement capable ». D’origine mauricienne, cette formule est intéressante car elle met l’accent non plus sur une incapacité, une infirmité ou une déficience, mais au contraire sur un potentiel extra-ordinaire, sur les capacités différentes mais existantes des personnes. Marcel Nuss discute cependant la question de l’altérité dans cette formule :

« Suis-je autrement capable ? J’ai longtemps utilisé cette désignation mauricienne, je continue à le faire, mais finalement est-elle tout à fait pertinente ? En effet, pourquoi autrement ? Nous sommes tous capables et nous avons tous des capacités spécifiques, elles ne sont pas autres, elles sont » (Nuss, 2008, p. 64).

3Par le terme « handi-capable », nous souhaitons insister sur deux éléments. En faisant figurer le terme « handi », substantif émique (Dufour, 2014), nous voulons rappeler cette réalité quotidienne du handicap, faire référence à des corporalités qui doivent faire la spécificité des disability studies. L’utilisation de ce terme marque notre volonté d’éviter la dissolution de la réalité corporelle de la vie des personnes handicapées (Shakespeare et Watson, 2001). « Capable » est ici invoqué dans le sens proposé par Amartya Sen (2010) dans son approche par les capabilités. Développée depuis les années 1980, cette approche s’attache à mettre en lumière, voire de faire émerger des possibilités réelles de fonctionnement d’un individu dans son environnement (Nussbaum, 2006). L’apposition de ces deux substantifs émane de notre tentative de penser le corps capacitaire dans le souci de prise en considération de la vie quotidienne et de l’expérience corporelle des personnes handicapées. Nous voulons mettre en avant les possibilités d’un corps jugé a priori « in-capacitaire ». Cette formule a également pour objectif de relayer les arguments des personnes que nous avons interrogées en les positionnant par rapport aux discours transhumanistes et à la figure du cyborg. Certes, les technologies d’assistance avancées offrent de nouvelles possibilités d’agir, de nouvelles expériences de soi... Mais le témoignage des personnes handicapées met en exergue que la « fin du handicap » entendue comme le dépassement de la norme « valide » par l’avènement de la figure du cyborg reste, pour beaucoup, de l’ordre du fantasme et d’un avenir incertain.
Le corps « handi-capable » propose, plus que de l’humain augmenté, de nouvelles formes de capabilités. Il expérimente de nouvelles possibilités « d’être au monde ». Le domaine sportif (Richard, 2014 ; Jeffress, 2015) et artistique (Kupper, 2011) en fournit de nombreux exemples. Le projet « Rolling Dance/Mobility Chair Project » (Morris, 2015) constitue à ce titre une forme éclairante d’handi-capabilité. Ce projet, initié en 2005 par Merry Lynn Morris au College of the Arts de l’université de Floride du Sud, a pour but de concevoir des dispositifs technologiques d’aide à la mobilité pour une utilisation dans la danse et/ou dans la vie quotidienne. Le développement d’un fauteuil électrique multidirectionnel, dont le déplacement est guidé par les mouvements du corps (mais qui peut également être guidé par commande vocale à l’aide d’un Smartphone), ouvre un nouveau champ de possibles aux danseurs handicapés. L’objectif de Morris est de repenser les possibilités du corps du danseur en fauteuil à partir de l’expérience du mouvement.

  • 4 . » It is up to those unique bodies (...) to decode and re-code the possibilities, to invent new ta (...)

« C’est à ces corps uniques (...) de décoder et de ré-encoder de nouvelles possibilités, d’inventer de nouvelles tactiques, de nous emmener dans des nouveaux lieux et espaces qui continueront à renouveler et à questionner notre vécu incarné, interdépendant et complexe d’êtres humains »4 (Ibidem, p. 6).

4Le corps du danseur en fauteuil électrique bouscule les notions « de corps dansants, d’entraînement à la danse et de performance, et constitue en cela un changement de paradigme » (Ibid., p. 6).
Le corps handi-capable est donc un corps éminemment normatif (Canguilhem, 1966) ; c’est un corps qui propose, teste et questionne. Qui questionne les limites de ses propres capacités d’agir. À l’instar des propositions de McRuer (2006) pour la théorie crip, le corps handi-capable ne cherche pas à « rattraper » la norme valide, il ne se définit pas par rapport à celle-ci. En ce sens, le corps handi-capable constitue une forme de résistance au validisme (Campbell, 2009). Comme l’explique Andrieu, « les prothèses de haute technologie déplacent le curseur sur ce qui est handi-capable et de ce qui reste handicapé » (Andrieu, 2009, p. 89). Et l’handi-capabilité est normative parce qu’elle propose, instaure et parfois légitime des manières inédites d’utiliser son corps. La mobilité en est un bon exemple : contre le modèle de la marche, le corps en fauteuil roulant (électrique) propose une nouvelle forme de déplacement.

La question du cyborg : homme augmenté vs handi-capabilité.

5Le corps handi-capable peut-il être cyborg ? Pour répondre à cette question, nous devons nous pencher sur la définition du terme « cyborg ». Cette terminologie est née de la contraction du mot « cybernétique » et du mot « organisme ». Le cyborg est alors un être hybride, fait de chair et de technologie (Wiener, 1961). Dans son manifeste cyborg, Haraway (1985) propose une définition du cyborg résolument post-moderne. Le cyborg est un être mouvant et insaisissable ; » Les cyborgs sont éther, quintessence » (Haraway, 1985). De par son hybridité et sa fluidité, le cyborg déconstruit les binarités et dissout les frontières entre nature et culture, mâle et femelle, machine, homme ou animal. Le cyborg est un organisme cybernétique, hybride de machine et de vivant, créature de la réalité sociale comme personnage de roman.
Nous pouvons ici faire une première remarque sur la position de Haraway. Si, dans son manifeste, les cyborgs constituent toujours quelque chose d’autre (Moser, 2005), réel ou fictif, ce quelque chose d’autre est supposé « performant » (Siebers, 2008). Ce qui amène Siebers à se demander si la personne handicapée peut être cyborg.
Ensuite, il nous semble nécessaire de distinguer ce que nous nommons la « figure du cyborg » et la définition du cyborg donnée par Haraway (1985). Selon cette auteure, le cyborg n’est pas « humain » ; « Les cyborgs (...) rendent tout à fait problématiques les statuts de l’homme, de la femme, de l’humain ». Il est un être qui questionne l’humain, le déconstruit, et en ce sens, il est subversif. Or, à l’inverse, la « figure du cyborg » est éminemment humaine. Elle n’est pas transgressive, elle met en scène une vision esthétique et futuriste de l’Homme voire, dans une optique plus radicale, elle pourrait être l’incarnation du processus de sélection biotechnologique sous-tendu par une gestion post-humaniste du parc humain (Sloterdijk, 2000). Ce que nous appelons « figure du cyborg » est ce modèle fantasmé de l’humain augmenté. Elle s’est développée dans l’idéologie capitaliste du dépassement : être toujours plus performant. Et c’est d’ailleurs très certainement pour ces raisons que la figure du cyborg trouve son point d’orgue dans la mise en scène sportive : le citius altius fortius s’accomplit tant dans (et par) le corps sportif que par le corps cyborg. Alors, l’athlète cyborg serait l’achèvement de ce fantasme de dépassement.
La norme valide est le point de départ de la figure du cyborg. À ce sujet, les travaux de Dalibert (2014) sont particulièrement éclairants et permettent de saisir comment le capacitisme participe à la normation du post-humain et de sa mise en scène cyborg.

  • 5 . » That is, humans are being valued against implicit norms, conceptions of normality, and a genera (...)

« Autrement dit, les humains sont évalués par rapport à des normes implicites, des conceptions de la normalité, et une notion générale de “fonctionnement normal (ou typique) de l’espèce”. Lorsque l’amélioration humaine s’inscrit dans la continuité de ces principes, quand elle est sous-tendue par l’idéologie du handicap et d’un capacitisme latent, elle pourrait constituer une “normation” (Foucault, 2009a, p. 59), une situation dans laquelle tous les corps avec des capacités différentes peuvent être (sont toujours) exclus du “bon” (post-)humain »5 (Dalibert, 2014, p. 66).

  • 6 . Tous deux athlètes équipés de lames de carbone dont l’image est, ou a été largement diffusée par (...)

6Selon elle, pour qu’un corps hybride fasse figure de cyborg, il ne doit pas paraître abimé. Dans son esthétique comme dans sa motricité, le cyborg doit se rapprocher du corps valide, ne porter aucune trace d’usure ou cicatrice. Le corps cyborg est un corps fluide et les sportifs portant des lames de carbone en sont les exemples paradigmatiques : l’utilisation de la prothèse leur donne accès à une verticalité et une fluidité de mouvement qui correspondent aux attentes normatives du corps « valide » (Marcellini et al., 2010 ; Howe, 2011).
À propos de Mullins et Pistorius6, Dalibert note : » en plus d’être blancs et “proprement” genrés, les corps doivent aussi être valides pour qu’ils comptent comme (post-)humains avec des technologies » (Dalibert, 2014, p. 54).
Pour faire figure de cyborg, les corps hybrides doivent répondre aux normes du corps valide. En ce sens, la figure du cyborg tend à devenir une nouvelle manifestation du capacitisme. Et de fait, en se fondant sur des représentions « validistes », la mise en scène de l’Homme augmenté avec comme figure de proue l’athlète « cyborg », participe à la dévaluation de la majorité des corps « handi-capables ». Comme l’explique Sibers, “The cyborg is always more than human – and never risks to be seen as subhuman. To put it simply, the cyborg is not disabled” (Siebers, 2008, p. 63).
Howe (2011) a explicité ce phénomène dans le milieu paralympique en révélant l’idéologie techno-centrée du mouvement paralympique, qui conduit ainsi à la cyborgification et la légitimation d’une petite minorité d’athlètes et à la dévaluation d’une majorité d’autres. Il explique, par exemple, que le résultat peut être :

  • 7 . » Stigmatization of a young person with an impairment that cannot benefit from mobility technolog (...)

« La stigmatisation d’une jeune personne déficiente qui ne peut pas bénéficier de technologies de mobilité et est donc incapable s’engager dans le processus de cyborgification explicite associé aux des athlètes qui utilisent un fauteuil roulant ou une prothèse »7 (Howe, 2011, p. 87).

7À partir des positions critiques de Siebers (2008) et de Howe (2011), nous pouvons légitimement nous demander si les corps « éligibles » au statut de cyborg sont des corps « handi-capables ». Certes, ils proposent une expérience nouvelle de soi, mais cette expérience doit se faire dans le spectre du capacitisme : elle ne doit pas bousculer l’ordre « valide » et, d’une certaine manière, en proposer une version futuriste esthétisée. Or, nous avions émis l’idée que le corps handi-capable se construisait, dans une certaine mesure, contre la norme valide ou tout du moins dans la réalisation d’un possible corporel alternatif. L’handi-capable n’est donc pas cyborg, ou ne correspond pas à la figure du cyborg. L’handi-capabilité ne doit pas être confondue avec l’augmentation de l’Homme.

8Le travail de Valentine Gourinat (2015) est à ce titre intéressant. Sa recherche menée auprès de patients amputés montre que « loin d’être un remède miracle, la prothèse est donc surtout un outil complexe qu’il faut apprivoiser et ajuster sans relâche, qu’il faut changer régulièrement (comme tout outil, elle finit par s’user et s’abîmer, et en moyenne renouvelée tous les 5 ans). De plus, si la prothèse permet certes de repousser les limites du handicap, elle génère également d’elle-même un certain nombre de limites en comparaison au corps valide » (Gourinat, 2005, p. 82).
Les corps prothétiques sont projetés, bon gré mal gré, dans une situation ambiguë : entre les limites de la réalité d’une expérience corporelle de la technologie et le paradigme du corps augmenté avec sa figure surmédiatisée qu’est le cyborg. C’est dans ce contexte ambigu que s’organise le Cybathlon, qui lui même oscille entre la tentation de la mise en scène de la figure du cyborg et l’expérience « quotidienne » du corps handicapé hautement technologisé.

Méthodologie

  • 8 . » The Cybathlon competition also includes skills and obstacle courses featuring everyday tasks an (...)

9Le Cybathlon est une compétition qui s’est déroulée le 8 octobre 2016 à Zurich et qui rassemblait soixante-six équipes autour de six technologies : interface cerveau-machine, cyclisme par stimulation électrique fonctionnelle, prothèses de bras et de prothèses de jambes motorisées, exosquelettes et fauteuils roulants motorisés. Les membres des équipes participantes appelés « pilotes » sont des individus présentant des déficiences motrices, souvent dues à des lésions médullaires. C’est par l’intermédiaire de ces dispositifs technologiques avancés que les pilotes s’affrontent, dans des épreuves qui tendent à démontrer l’avancée des techniques d’assistance mais aussi l’intérêt de celles-ci dans la réalisation de tâches du quotidien. À ce titre, le Cybathlon paraît être un événement paradoxal (Richard, 2016). La référence cyborg y est omniprésente bien que parallèlement, les organisateurs expliquent que : « Le Cybathlon inclut des habiletés et des parcours d’obstacles qui s’inspirent des tâches et des difficultés de tous les jours »8.
Afin de comprendre le sens que les pilotes assignent à la notion de « cyborg » et à leur participation à l’épreuve, nous avons mené des entretiens semi-directifs auprès de six pilotes en amont de la compétition. Ces entretiens ont été enregistrés puis retranscrits. Pour des contraintes liées au cadre spatio-temporel, ces entretiens se sont déroulés via Skype (Sullivan, 2012), en français ou en anglais selon la nationalité des pilotes.

La participation au cybathlon : corps « handi-capables » ou corps cyborg ?

10Pour éclairer notre problématique, nous nous sommes intéressés à la façon dont les pilotes du Cybathlon définissaient le cyborg, et nous les avons interrogés sur le fait qu’ils pouvaient ou non se considérer comme tels. La représentation du cyborg comme être hybride est récurrente dans les discours recueillis auprès des participants. Pourtant, malgré leur propre hybridité, ils ne se considèrent pas comme cyborg : « Moi non, je pose juste des électrodes sur mes cuisses. (...) Je pense que si y’a rien d’implanté, on n’est pas cyborg ». Pour Justin, il y a cyborg si la technologie est invasive, « implantée » pour reprendre son propos. On peut noter qu’il est difficile pour les interviewés de définir ce qu’est le cyborg :

« Je ne sais pas moi-même ce que les gens définissent par “cyborg”. Il faudrait que je regarde par moi-même dans le dictionnaire tout ça. J’ai vu le mot, mais je ne sais pas (…) Mais je pense que c’est quelqu’un qui utilise les technologies pour assister le système [le corps] ».

  • 9 . «  Functional Electrical Stimulation » est une technique qui, par la pose d’électrodes sur la pea (...)

11Si Valentin fait preuve d’un certain désintérêt pour cette question cyborg, André est plus catégorique. Comme on l’interroge sur sa position par rapport à ce statut de cyborg qu’il associe au transhumanisme, il répond : « Heuuu... (long silence) Comment je me positionne ? J’essaie de profiter de ces technologies là, en 2016, pour améliorer mon quotidien ». D’un commun accord, les personnes que nous avons interviewées n’envisagent pas les technologies en question dans une optique « cyborg ». Ces technologies sont davantage vécues comme une occasion de « rattraper » la norme valide : « rattraper le normal parce que nous sommes “moins” », ou d’expérimenter de nouvelles possibilités d’agir dans le but d’améliorer le quotidien. En cela, ils s’opposent à la figure du cyborg.
Les visions actuelles des pilotes pratiquant le FES9 bike vont à l’encontre de la figure du cyborg, car les technologies ne permettent pas de mettre fin au handicap ni de dépasser les performances valides. Justin exprime le décalage entre la technologie actuelle et cette idée (lointaine) de dépassement de la norme valide :

  • 10 . «  Brain Computer Interfaces » ou interface cerveau-machine est une technologie permettant une co (...)

« Oui, on peut pas répondre non [à la question du dépassement de la norme] pour l’électrostimulation, il faudra une évolution technologique pour arriver à animer le muscle ». Pour Valentin, « l’avenir cyborg » semble déjà en marche : » Pourquoi les exosquelettes ont été mis au monde ? Pourquoi le BCI10 a tout ce financement militaire ? Parce que le militaire veut utiliser ça pour augmenter et être de meilleurs soldats (…) À la base c’était pas développé pour nous, et là, on l’adapte. Mais c’était fait pour faire de meilleurs militaires ».

12Il semblerait que « l’avenir cyborg » n’en soit pas au même stade en fonction de la technologie utilisée. Si le FES a encore un long chemin à parcourir, en ce qui concerne le BCI, « ça avance très vite », nous confie Alain. C’est avec fascination que ce pilote nous décrit le futur (proche) du dispositif au regard de ce qu’il est aujourd’hui :

« On va passer à l’avenir, sur un casque beaucoup plus simple, qui sera fait avec une imprimante 3D (...) Il sera en impression 3D, plastifié, beaucoup plus esthétique, beaucoup plus... Parce que là, c’est pas génial. Ça peut même faire peur, y’a tout un tas de fils avec un amplificateur. Mais on en est déjà au BCI Wi-Fi (…) et dans les mois à venir, on va équiper le fauteuil électrique que j’ai pour que je le pilote par la pensée ».

13Si la figure cyborg peut parfois exercer une fascination, elle constitue toutefois le repoussoir de l’expérience quotidienne des pilotes. Lorsque la question de la technologie est abordée, ces derniers font spontanément le lien avec la question de la réhabilitation. Alain nous explique qu’il a fait la démarche de se tourner vers les technologies dans le but de « réparer » son corps accidenté :

« J’ai su que la science [entendue comme la médecine] ne pouvait pas “encore” nous réparer. J’étais alité, complètement, après mon accident, j’avais aucune motricité. Donc je me suis orienté directement vers les nouvelles technologies ».

14C’est la réhabilitation qui constitue le point d’entrée de l’expérience de la technologie avancée. Dans un premier temps du discours, cette expérience est présentée comme une solution pour réduire la distance que la déficience crée entre le cops « normal » (entendu comme « valide ») et le corps handicapé. Pour Valentin, il s’agit de « rattraper le normal parce que nous sommes “moins” (…) qu’est ce que c’est le normal ? C’est défini par la moyenne de la population ».
Il convient de préciser ici que les pilotes interrogés présentent de fortes similitudes dans leur parcours : ce sont des hommes, sportifs, blessés médullaires, suite à un accident et ayant suivi une période de réhabilitation en centres spécialisés. Cette trajectoire peut expliquer la forte intériorisation du discours relatif à la réhabilitation et la prégnance de la norme « valide » :

« Les intérêts à court terme, c’est une meilleure circulation, on a les jambes qui dégonflent, ça détend. Une meilleure circulation du sang, ça améliore le transit, même si ça, on peut pas le vérifier. Ça, c’est ce qui se dit ».

15Si l’expérience de la technologie est marquée d’entrée par la question de la réhabilitation, il n’en reste pas moins la possibilité d’une expérience corporelle nouvelle. Rapidement, la technologie invite la personne à investiguer un nouveau champ du vécu corporel. Ce nouveau vécu corporel est parfois difficile à décrire. À propos du BCI, Alain explique : » Heu... C’est difficilement explicable. C’est vraiment une manière de penser... Après, on affine notre manière de penser. Le décrire, honnêtement, c’est vraiment pas évident. Il faut le vivre, je pense ».
Le BCI met au jour un mode particulier d’action sur le monde : c’est l’imagination qui se matérialise et donne véritablement vie à un avatar :

« Il faut penser à des tâches. Par exemple, il y a des tâches motrices qui sont bien meilleures que, par exemple, penser à une image ou faire du calcul mental. Moi, ce qui marche, c’est vraiment des tâches motrices... La main gauche, la main droite, la langue et le repos. Pour ma part... ».

16Parce que la technologie peut révéler des potentiels qui échappent à la conscience, elle est aussi l’occasion de questionner le corps vivant. Toujours dans le cas du BCI, les différents feed-back fournis par la machine dans son hybridation avec le corps, objectivent ces capacités jusqu’alors ignorées :

« On a fait des tests, beaucoup de tests. C’est des tests “à blanc”. Par exemple, l’informaticien et l’ingénieur me disaient : “écoute, aujourd’hui on fait pieds vs mains”, ou mouvement vs image, pied droit vs main gauche”.... de nombreux tests. Après, on a un pourcentage de réussite qui ressort. Et il s’est avéré que j’étais assez bon avec ces tâches-là, et un peu moins avec les autres. Je suis à peu près à 90 % d’efficacité. À savoir que si on fait le mouvement en réel, ce qui est très facile en soi, on est à 95 %. On n’est jamais à 100 %. Moi, si je fais le mouvement réel avec les mains, j’ai de la motricité, très peu mais j’en ai, le score est vraiment moins bon qu’en imaginaire. Les ondes cérébrales sont plus importantes, on ressent plus dans le casque quand je concentre mon énergie uniquement dans le cerveau, sans l’envoyer dans les membres. C’est curieux, mais... quand on n’envoie pas d’électricité à la mœlle épinière jusqu’aux membres, et bah forcément, il y en aura plus qui restera là-haut et qui passera par le casque ».

17Les tests nécessaires au perfectionnement de l’interaction homme/machine exposent ici une forme d’handi-capabilité. Par l’usage de l’interface, Alain explore des capacités auxquelles il n’aurait certainement pas eu accès - dont il n’aurait pas eu conscience - sans l’expérience du handicap. À travers cet exemple, nous souhaitons montrer que le corps handicapé technologisé, en questionnant les normes du corps valide, peut constituer le point de départ de nouvelles capabilités.

Conclusion

18L’objectif de ce papier était de confronter la figure du cyborg et le concept de corps capacitaire aux récits de pilotes participants au Cybathlon, première compétition pour athlètes « bioniques ». Cette confrontation nous a permis de mettre en avant le décalage perçu par les pilotes entre ce qu’ils définissent comme un être cyborg et la réalité de leur vie quotidienne. Loin de la mise en scène de l’Homme augmenté, leur expérience de la technologie témoigne davantage de l’émergence de potentiels corporels alternatifs. Ainsi, l’interaction homme machine produit un corps handi-capable (Andrieu, 2009) et propose une reconfiguration des modalités d’être au monde. L’expérience du BCI révèle et objective un potentiel du corps vivant alors inconscient. Il ne s’agit pas ici d’alimenter le débat transhumaniste, mais plutôt de dénoncer le capacitisme et de mettre en avant la pesanteur de la norme « valide » dans ce que nous avons appelé la « figure du cyborg ». Nous défendons l’idée d’une expérience alternative du corps hybride, handi-capable, qui constituerait une remise en question du validisme qui traverse parfois, encore, les champs du (handi)sport, de l’éducation et de la rééducation.

Haut de page

Bibliographie

Amartya, S., (2010). L’idée de justice. Paris : Flammarion.

Andrieu, B., (2008). Devenir hybride. Nancy : PUN.

Andrieu, B., (2009). Quelle éthique pour les hybrides ? In M.-A. Grimaud, C. Hervé, P.A. Molinari, E. Laforêt (Eds.), L’humain, l’humanité et le progrès scientifique. Paris : Dalloz, pp. 75-93.

Blanc, A. (2006). Le handicap ou le désordre des apparences. Paris : Armand Colin.

Canguilhem, G., (1999) [1966]. Le normal et le pathologique. Paris: PUF.

Campbell, F. (2009). Contours of Ableism: The Production of Disability and Abledness. London and New York: Palgrave Macmillan.

Dalibert, L., (2014). Posthumanism and Somatechnologies. Exploring the Intimate Relations between Humans and Technologies. Thèse de doctorat non publiée, University of Twente, The Netherlands.

Dalibert, L. (2015). Remarquables mais non (re-)marqués : Le rôle du genre et de la blanchité dans les représentations des corps « technologisés ». Poli – Politique de l’image, 10, 50-59.

Dufour, P. (2014). Au-delà du handicap : de l’expression par les mots à l’expression par l’espace. SociologieS. [En ligne] sur : https://sociologies.revues.org/4607

Gourinat, V. (2015). Le corps prothétique : un corps augmenté ? Revue d’éthique et de théologie morale, 2015/4, 75-88.

Haraway, D. (1985, trad. fr. 2006). Manifeste Cyborg : Science, technologie et féminisme socialiste à la fin du XXe siècle. Mouvements, 45-46, 15-21.

Howe, D. (2011). Cyborg and supercrip: The Paralympics technology and the (dis)empowerment of disabled athletes. Sociology, 45, 868-882.

Hughes, B., Paterson, K. (1997). The Social Model of Disability and the Disappearing Body: Towards a sociology of impairment. Disability & society, 12, 325-340.

Jeffress, M. S. (2015). Sport Communication and Disability. The case of Power Soccer. New York: Rouledge.

Kuppers, P. (2011). Disability Culture and Community Performance: Find a Strange and Twisted Shape. Houndmills and New York : Palgrave.

Le Dévédec, N. (2015) La société de l’amélioration. La perfectibilité, des lumières au transhumanisme. Montréal : Liber.

Marcellini, A., Vidal, M., Férez, S., & de Léséleuc, E. (2010). La chose la plus rapide sans jambes. Oscar Pistorius ou la mise en spectacle des frontières de l’humain. Politix, 90, 139-165.

McRuer, R., (2006). Crip Theory: Cultural Signs of Queerness and Disability. New York : New York University Press.

Moser, I. (2005). De la normalisation aux “cyborg studies” : comment repenser le handicap. Cahiers du Genre, 2005/1, 127-162.

Morris, M.L. (2015). Mobilizing Possibilities: Dance, Disability and Technology. The Journal of Humanities in Rehabilitation. [on line] on: https://scholarblogs.emory.edu/journalofhumanitiesinrehabilitation/2015/01/01/ mobilizing-possibilities/.

Nussbaum, M. (2006). Frontiers of justices. Disability, Nationality, Species Membership. Cambridge: Harvard University Press.

Nuss, M. (2008). La présence à l’autre. Paris : Dunod.

Owens, J. (2015). Exploring the critiques of the social model of disability: the transformative possibility of Arendt’s notion of power. Oxford : Social Health Illn.

Plaisance, E. (2009). Autrement capables. École, emplois, société : pour l’inclusion des personnes handicapées. Paris : Autrement.

Richard, R. (2014). Vers une nouvelle « capabilité » sportive : l’émergence du foot-fauteuil, Jurisport, 140, 28-29.

Richard, R. (2016). De l’athlète au Cyborg : sport, handicap et technologies. In I. Quéval (Ed.). Du souci de soi au sport augmenté. Paris : Presses des Mines, pp. 69-78.

Sanchez, J. (2005). L’accessibilisation, support concret et symbolique de l’intégration. Handicap et environnement, de l’adaptation du logement à l’accessibilité de la cité. Paris: Frison-Roche.

Shakespeare, T., & Watson, N. (2001). The social model of disability: An outdated ideology? In N/A, Exploring theories and expanding methodologies: where we are and where we need to go, Amsterdam: JAI, pp. 9-28.

Siebers, T. (2008). Disability Theory. Ann Arbor, MI: University of Michigan Press.

Sloterdijk, P. (2000). Règles pour le parc humain. Une lettre en réponse à la Lettre sur l’Humanisme de Heidegger. Trad. O.Manoni. Paris : Mille et une nuits.

Sullivan, J.R. (2012). Skype: An appropriate method of data collection for qualitative interviews? The Hilltop Review, 6, 54-60.

Wiener, N. (1961). Cybernetics – or Control and Communication in the Animal and the Machine. Cambridge : The MIT Press.

Haut de page

Notes

1 . C'est aussi le nom d’une association de personnes déficientes visuelles : http://www.handicapable-asso.fr/.

2 . Le capacitisme ou validisme est une forme de discrimination envers les personnes handicapées. Ces termes désignent parallèlement la domination des normes du corps « valide » dans la société occidentale.

3 . » The body is at the heart of contemporary political and theoretical debate, yet the social model of disability makes it an exile » (Hughes & Paterson, 1997, p. 326).

4 . » It is up to those unique bodies (...) to decode and re-code the possibilities, to invent new tactics, and to push into new places and spaces which will continue to renew and challenge our lives as embodied, interdependent, and complex human beings » (Ibidem, p. 6).

5 . » That is, humans are being valued against implicit norms, conceptions of normality, and a general notion of “species normal (or typical) functioning”. When human enhancement is framed along these lines and underpinned by the ideology of disability and latent able-ism, it might amount to “normation” (Foucault, 2009a, p. 59), a situation in which every differently-abled body might be (ever more) excluded from proper (post-) humanness » (Dalibert, 2014, p. 66).

6 . Tous deux athlètes équipés de lames de carbone dont l’image est, ou a été largement diffusée par les médias, les publicitaires, etc.

7 . » Stigmatization of a young person with an impairment that cannot benefit from mobility technologies and therefore is unable to actively engage with the explicit cyborgification associated with athletes who use a wheelchair or prosthesis » (Howe, 2011, p. 87).

8 . » The Cybathlon competition also includes skills and obstacle courses featuring everyday tasks and barriers ». [On line] on: http://www.cybathlon-symposium.ethz.ch/content/main/en/news-und-veranstaltungen/ethnews/news/2015/05/ interview_robert_riener.html.

9 . «  Functional Electrical Stimulation » est une technique qui, par la pose d’électrodes sur la peau et l’envoi de décharges électriques, permet la contraction des muscles d’un membre paralysé.

10 . «  Brain Computer Interfaces » ou interface cerveau-machine est une technologie permettant une communication directe entre le cerveau (par la réception de l’activité neuronale) et un dispositif externe. Ici, le BCI permet de contrôler un avatar par la pensée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rémi Richard et Julie André, « Cyborg ou/et « handi-capable » ?
L’expérience du corps capacitaire chez des participants au Cybathlon
 », Recherches & éducations, HS | 2017, 67-79.

Référence électronique

Rémi Richard et Julie André, « Cyborg ou/et « handi-capable » ?
L’expérience du corps capacitaire chez des participants au Cybathlon
 », Recherches & éducations [En ligne], HS | Mai 2017, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/2846

Haut de page

Auteurs

Rémi Richard

Université de Montpellier, Laboratoire Santesih

Julie André

Université Paris Ouest Nanterre, Laboratoire du Grhapes

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals