Navigation – Plan du site
DOSSIER

Les représentations sociales et perspectives du sport augmenté par les équipages et les sponsors du Cybathlon

Jérémie Virmoux
p. 81-97

Résumés

Le but de cet article est de mettre en évidence les perspectives évolutionnistes de l’Homme au travers du sport augmenté avec l’exemple du Cybathlon ainsi que les représentations sociales du sport augmenté. Le Cybathlon est un évènement qui met en compétition des équipes composées de chercheurs et d’un pilote. Le but est de favoriser le brassage entre les chercheurs afin de stimuler les recherches et d’en faire bénéficier les personnes en situation de handicap. Une analyse qualitative des discours a été effectuée à partir d’entretiens dirigés, réalisés auprès des équipages et des sponsors qui met en avant l’aspect d’aide et le pouvoir de réparation/amélioration que représentent les nouvelles technologies, tant pour la personne en situation de handicap que pour la personne lambda.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

Contexte de la recherche et problématisation

  • 1 . Haraway, D. (1991). Un manifeste cyborg. Science, technologie et féminisme socialiste à la fin du (...)
  • 2 . Santarelli, M. (2016). L’estime de soi : un cas particulier d’estime sociale ? Terrains/Théories, (...)

1La réparation des personnes en situation de handicap semble être un moyen acceptable de faire valoir la rechercher dans des domaines où les thématiques ont un fort potentiel polémique concernant les questions éthiques. L’idée de cyborg est de trouver l’équilibre entre l’Homme et les machines afin de créer des systèmes optimaux, durables et voués à évoluer. « Le cyborg est un organisme cybernétique hybride de machine et de vivant, créature de la réalité sociale comme personnage de roman (Haraway, 1991)1. L’Homme se répare, se modifie, se personnalise, s’augmente au fur et à mesure de l’évolution des techniques et outils permettant une différenciation au sein d’une société conformiste où l’uniformicité devient une norme. Le besoin de sortir du lot, de s’individualiser, émerge à travers des valeurs qui leur sont propres et les rapprochent au sein d’un groupe (Santarelli, 2016)2.

  • 3 . Fédération Française de Sport Adapté : http://www.ffsa.asso.fr.
  • 4 . Verbatim TED 2009.
  • 5 . Bernardot, M., Thomas, H. (2016). Notes sur l’hybridité, Revue Asylon(s), 13.

2C’est dans une optique d’échange et de dynamisme que le Cybathlon est organisé autour de technologies permettant une supplémentation des personnes en situation de handicap. Pour cet évènement, des équipes de chercheurs et leurs pilotes sont réunis afin d’éprouver leurs technologies avec des activités de la vie quotidienne. L’Homme est fait pour se déplacer et communiquer avec ses semblables. C’est dans l’optique de faire perdurer ces échanges que les assistances motorisées présentent un intérêt.
La Fédération Française de Sport Adapté3 définit le sport adapté comme la pratique dans un environnement favorisant le plaisir, la performance, la sécurité et au-delà la citoyenneté. Le sport « cyborg » vise à mettre en place des activités sportives en adaptant non pas l’environnement, mais le pratiquant lui-même. Il peut se définir comme une pratique à l’aide d’outils techniques permettant de surmonter une ou plusieurs déficiences. On peut considérer la nouvelle personne comme étant hybride. De ce fait, l’hybride modifie son schéma corporel et mental. Il émerge un nouveau moi entre cette imbrication de mon corps propre et de cette partie mécanique. Cette imbrication peut-être ponctuelle lors d’activité, ou permanente afin de suppléer totalement la personne. L’agentivité du corps se fera en fonction des besoins, des praxies, mais également de manière esthétique. La prothèse ou l’assistance deviendrait un accessoire de mode comme Aimee Mullins (2009) et ses douze paires de jambes4. Des troubles de l’identité peuvent émerger et soulever de nombreuses questions. Suis-je toujours moi ? Suis-je une machine ? Quelle est ma place dans la société ? Pour Bernardot et Thomas (2016), « Ces nouvelles créatures obligent à casser les distinctions classiques entre la nature et la culture, entre l’humain et le non humain, la nature et la technique, le vivant et le mécanique comme entre le savant et le politique »5.

  • 6 . Andrieu, B. (2011). L’hybridation est-elle normale ? Revue des Schizoanalyses, 75 : Chimères : De (...)
  • 7 . Wadbled, N. (2012). Pour un conservatisme progressiste. Conditions et effectivité de l’action d’a (...)
  • 8 .Camporesi, S. (2008). Oscar Pistorius, enhancement and post-humans. Journal of medical ethics, 34 (...)

3La personne hybridée existe désormais sous plusieurs identités, celle originelle avant l’hybridation, celle pendant l’injure si l’hybridation à un but de réparation, et celle après l’hybridation. Pour la personne qui se répare, une fois la satisfaction plus ou moins partielle de son manque, elle devrait être comblée et en rester là. À l’opposé, les personnes cherchant l’augmentation sont engagées dans une spirale sans fin étant vouées à évoluer au fil des technologies. Andrieu (2011)6 précise que « L’hybridation n’est pas pour autant une déshumanisation ou un acharnement technologique à s’externaliser ». Ainsi, « l’implémentation de techniques vient modifier non seulement l’image du corps et le schéma corporel, mais le vécu physique et psychologique ». Pour Wadbled (2012), « L’action propre et autonome n’est donc possible que dans la mesure où elle est produite indirectement par les conditions d’émergence du sujet »7. L’environnement qui entoure le sujet doit être favorable à son épanouissement, à sa réparation et à son augmentation. La prise de conscience de la personne cyborg ou modifiée est récente. Cela est dû à l’avènement de nouvelles technologies et à la mise en scène d’acteurs handicapés rivalisant avec les capacités et performances d’individus sans déficience, comme le cas d’Oscar Pistorius posant des questions d’augmentations et de post-humanistes (Camporesi 2008)8. La question de l’avantage d’une personne « prothésée » face à une personne dite « normale » se pose. Le corps prothétique est-il plus performant que le corps « normal » ? Ce qui rendrait le corps obsolète. Nous pouvons penser qu’avec le développement de plus en plus performant des prothèses et moyens de substitution, des athlètes pourraient être amenés à se poser des questions sur le remplacement ou non d’un membre valide au profit d’une prothèse dans le but d’augmenter leurs capacités.

Les nouvelles technologies

  • 9 . Moore, G.E. (1998). Cramming more components into integrated circuit. Proceedings of the IEEE, 86(...)
  • 10 . Roco, M.C., & Bainbridge, W.S. (2003). Converging Technologies for Improving Human Performance Na (...)
  • 11 . Kurzweil, R. (2007). Humanité 2.0 : la bible du changement. M21 Éditions, coll. « Essais document (...)

4Les nouvelles technologies définissent ce qui est considéré comme de la haute technologie, les innovations notamment dans les domaines de l’information et de la communication. On constate une évolution permanente, comme peut nous le montrer la loi de Moore (1965)9 qui, bien qu’empirique, montre la capacité d’évolution des ordinateurs et des matériaux informatiques. Il semble pertinent de noter que la convergence de différents domaines de recherche va amener espoir et crainte dans la modification profonde de l’Homme. Une convergence des sciences cognitives, de l’informatique et des nanotechnologies sera la porte d’entrée de la modification chez l’humain de l’infiniment petit (Roco & Bainbridge, 2003)10. Cette convergence va amener une croissance exponentielle de la connaissance humaine. Kurzweil (2007) nous parle de la singularité comme une « période future pendant laquelle le rythme du changement technologique sera tellement rapide, son impact si important, que la vie humaine en sera transformée de façon irréversible »11. Cela sera un bouleversement de notre société et de nos valeurs actuelles.
La technologie est assez diversifiée et vaste. Voici quelques exemples de moyens de réparation et d’augmentation, ainsi que les technologies utilisées lors des épreuves du Cybathlon :

    • 12 . Haotian, L. & al. (2016). Lens regeneration using endogenous stem cells with gain of visual funct (...)

    La médecine régénératrice qui utilise des cellules souches qui vont se différencier dans le but de former de nouvelles cellules pour être en adéquation avec les cellules lésées. Comme par exemple Haotian et al. (2016)12 ont développé l’utilisation de cellules souches endogènes pour les fonctions visuelles.

    • 13 . Hsu, P.D. et al. (2014). Development and Applications of CRISPR-Cas9 for Genome Engineering, Cell (...)
    • 14 . Kurzweil, R. (2000). Promise and Peril. Interactive Week. [On line] http://www.kurzweilai.net/pro (...)

    La bio-ingénierie avec la modification du génome grâce à l’utilisation CRISPR-Cas9 qui est capable de couper l’adn sur la double hélice et ouvre ainsi la voie à de nombreuses thérapies géniques (Hsu et al 2014)13. La manipulation atome par atome dans l’univers de l’infiniment petit, grâce aux nanotechnologies. Pour Kurweil (2000)14 : « Ces petits robots sont de grands assistants ».

    • 15 . Cerullo, M.A. (2016). The Ethics of Exponential Life Extension through Brain Preservation. Journa (...)

    Les techniques de cryonie misent sur une évolution future des moyens de restauration du corps. Cerullo (2016)15 se base sur une augmentation de la vie grâce à la conservation du cerveau qui pourra être décodé et émuler sur un ordinateur.

  • Le mind-uploading qui consiste à télécharger sa conscience sur un support informatique. Cela nécessite de constituer une copie conforme de notre cerveau en conservant la partie qui fait de nous des êtres pensants. Il faut des ordinateurs assez puissants pour fournir à la cartographie de notre cerveau la possibilité de fonctionner. Pour que cela se réalise, il faut la convergence des recherches neuro-biologiques du cerveau, mais également des capacités informatiques accrues.

    • 16 . Brouard, B. (2015). Les nouvelles technologies de la communication au service de la santé. Paris  (...)

    L’e-santé est un pan entier des nouvelles technologies de communication et d’information afin d’être au plus près des patients. Le but est d’engendrer des répercutions organisationnelles au sein des systèmes de santé et d’effectuer des économies grâce à la prévention et à l’observance thérapeutique. Brouard (2015)16 définit les composants de l’e-santé en plusieurs points : la télémédecine, le dossier médical partagé, le dossier pharmaceutique, les big data, l’e-learning, les serious games et la santé mobile.

5Les épreuves lors du Cybathlon sont au nombre de six et s’appuient à chaque fois sur une technologie différente appliquée au handicap moteur :

    • 17 . Leeb, R. et A. (2007). Brain-Computer Communication : Motivation, Aim, and Impact of Exploring a (...)

    L’interface cerveau-machine capte les ondes cérébrales (électroencéphalogramme) selon trois procédés possibles : un procédé invasif (des électrodes sont implantées au niveau du cortex cérébral) ; un procédé semi-invasif (des électrodes sont placées sous la dure-mère) ; un procédé non-invasif (un casque muni d’électrodes). Les signaux sont ensuite traités pour éliminer les bruits de fond et classer. Un logiciel les interprète et les traduit en commande. Cette interface doit permettre de communiquer (Leeb et al., 2007)17.

  • La stimulation électrique fonctionnelle : est déjà utilisée en rééducation neurologique, mais peut être intégrée au sein de prothèses. Le but est de stimuler, grâce à une impulsion électrique, un muscle ou groupe musculaire pour produire un mouvement fonctionnel afin de surmonter la lésion. Le stimulus est induit : soit par le thérapeute, soit par le patient, soit à l’aide d’un contacteur qui réagit à l’initiation du mouvement.

  • La prothèse de bras motorisée : l’enjeu est d’améliorer la dextérité de préhension fine afin de saisir fermement des objets sans pour autant les abîmer. De manière générale, trois enjeux tournent autour des prothèses de bras : le contrôle de la préhension, la texture, la qualité de la peau et le logiciel d’apprentissage. La prothèse se contrôle soit avec des électrodes : posées sur la peau afin de capter une activité au niveau musculaire, soit implantées directement au contact des muscles (prothèses myo-électriques), soit connectées aux terminaisons nerveuses existantes.

  • La prothèse de jambe motorisée : son fonctionnement est assez proche de celui des prothèses de bras, le recueil du signal moteur est le même. La difficulté rencontrée est le poids du corps, le verrouillage des articulations dans certains mouvements.

    • 18 . Kerdraon, J. (2015). Exosquelettes de marche et blessés médullaires. Perspectives actuelles Neu (...)
    • 19 . Bougrain, L., & Le Golvan, B. (2016). Les neuroprothèses. L’évolution psychiatrique, 81 (2), 353 (...)

    L’exosquelette : offre des perspectives de réhabilitation à fort potentiel (Kerdraon, 2015)18. Il recouvre le corps telle une armure. Certains ne se substituent qu’aux membres inférieurs et d’autres à l’ensemble du corps. Leur contrôle peut se faire grâce à l’initiation d’un mouvement, ou avec l’aide de joystick. Pour Bougrain et Le Golvan (2016)19, une interface cerveau-machine devrait permettre d’en faire bénéficier un plus grand nombre. Un des problèmes majeurs est l’autonomie de l’exosquelette, certain étant alimentés par une source filaire ; d’autre, par de lourde batterie.

  • Le fauteuil roulant motorisé : permet une augmentation de la distance parcourue tout en réduisant la dépense énergétique. Ils sont contrôlés à l’aide de joystick, de lecteur de langue ou autre touchpad. Un fauteuil d’intérieur offre une autonomie de 10 à 16 kilomètres et un fauteuil d’extérieur, offre lui, une autonomie de 15 à 45 kilomètres. Il faut réussir à combiner un fauteuil répondant aux obligations du Cybathlon tout en pouvant être adaptable après les épreuves.

  • 20 . Guilhaumou, J. (2012). Autour du concept d’agentivité. Rives méditerranéennes, 2012/1 (41), 25-34

6Les pilotes doivent utiliser leur coordination, leur technique, leur mental et leur cognition afin d’avoir la gestuelle la plus adaptée à la situation. Ils doivent faire appel à l’agentivité de leur corps, définie comme « une perspective globalisante en développant plusieurs niveaux d’appréhension de notre capacité mentale à connecter empiriquement la réalité au discours » (Guilhaumou, 2012)20. Ce qui nous amène à nous demander est-ce que les nouvelles technologies présentent une perspective évolutionniste pour l’Homme ? Et quelles sont les représentations sociales du sport augmenté ?

Matériels et méthodes

Présentations des participants

7Les pilotes ont été recrutés par les équipes de recherche. Le Cybathlon est un évènement international. Il y a au total soixante-treize équipes. Nous avons recueilli huit entretiens de pilotes, quinze d’équipes et deux de sponsors. Dans notre échantillon de pilotes, il y a une femme et sept hommes, les âges vont de 22 ans à 60 ans pour une moyenne de 37,3 ans ± 15,3 ans. Les équipes sont composées de chercheurs en différents domaines selon leurs spécialités. Il existe de nombreux sponsors, seuls deux d’entre eux ont donné un bref entretien.

Choix de la méthode

  • 21 . Jodelet, D. (2003). Les représentations sociales. Paris : PUF.

8La méthode qualitative a été utilisée afin de pouvoir cerner au mieux les enjeux d’un tel évènement en ayant les points de vue des pilotes, équipes et sponsors. L’analyse a pour but de mettre en évidence les liens par lesquels s’établissent les représentations sociales21 à travers les relations, les interactions et les influences qu’il peut y avoir entre le sport augmenté et les pilotes, les équipes et les sponsors. Ainsi que de répondre à la problématique en s’appuyant sur un exemple concret. Le Cybathlon est une compétition qui réunira différentes équipes s’affrontant à travers 6 épreuves se rapprochant de situations de la vie quotidienne :

  • Une course sur ordinateur commandée grâce à une interface cerveau-machine,

  • Une course de vélo utilisant la stimulation électrique fonctionnelle,

  • Une épreuve d’habileté à l’aide d’une prothèse de bras motorisée,

  • Une course utilisant une prothèse de jambe motorisée,

  • Une course d’exosquelettes,

  • Un parcours réalisé à l’aide de fauteuils roulants motorisés.

9Cet événement a émergé au sein de l’École polytechnique fédérale de Zurich. Robert Riener est l’initiateur et le Directeur de cet évènement. Le but du Cybathlon est de faciliter la conversation entre le milieu universitaire et l’industrie. Il facilite la discussion entre les développeurs et les personnes en situation de handicap. Le Cybathlon vise à promouvoir l’utilisation des aides d’assistance robotique au grand public. Nous avons donc choisi la méthode exploratoire afin d’analyser en profondeur chaque entretien.

Recueil des données

10Nous avons utilisé la recherche documentaire, l’analyse de données secondaires en sélectionnant des entretiens afin de les étudier. Les entretiens ont été recueillis le 17 mars 2016 et ont été faits pour la plupart lors de la répétition du Cybathlon. Ils sont disponibles sur le site de l’évènement22. Ce sont des entretiens dirigés (tableau 1). Les pilotes, les équipes et certains sponsors ont été questionnés.

Tableau 1. Questions des interviews des pilotes et équipes

Tableau 1. Questions des interviews des pilotes et équipes
  • 23 . Fallery, B., Rodhain, F. (2007). Quatre approches pour l’analyse de données textuelles : lexicale (...)

11Le corpus ainsi réuni a été traduit afin de pouvoir faire une analyse qualitative des verbatim. Un entretien avec Yves Coppens a été réalisé lors d’une conférence donnée à l’École Supérieure d’Ostéopathie (ESO-Paris, Champs-sur-Marne) le 26 mai 2016 afin de pouvoir répondre au mieux à notre question. L’analyse du contenu a été faite selon une approche constructiviste23 en fonction de nombreuses thématiques telles que les motivations, les expériences attendues, les défis et le niveau de développement de la technologie.
Dans un premier temps, nous nous attarderons sur les pilotes, les équipes, pour terminer sur les sponsors.

Résultats

Les pilotes

12Nous pouvons voir ici les motivations des pilotes ainsi que les expériences qu’ils espèrent en tirer.

Tableau 2. Motivations des pilotes

Tableau 2. Motivations des pilotes

13En analysant les motivations des pilotes, nous nous apercevons que sortir et voyager, améliorer la technologie et aider les gens représentent chacun 25 % des motivations, suivis de 12,5 % par le fait que chacun veut s’impliquer et surmonter son handicap. Robi Bojanec, pilote dans la course de fauteuil motorisé, nous présente ses motivations : 

« Ma motivation pour la coopération avec l’équipe était de contribuer à aider au progrès de la réalisation de la meilleure vie possible pour les personnes handicapées ». Pour Stefan Lösler, pilote dans la course de prothèse de jambe, ses motivations sont : « L’idée de participer au Cybathlon est de sortir et j’aime aussi les défis ».

Tableau 3. Expériences attendues des pilotes

Tableau 3. Expériences attendues des pilotes

14Nous constatons que 100 % des pilotes attendent du Cybathlon de faire des rencontres et de créer du lien social. Pour Lucia Kurs, la manifestation va lui permettre de : « rencontrer des gens semblables qui sont aussi excités et motivés ». On remarque que 37,5 % des attentes sont toujours l’amélioration de la technologie. Danny Letain « souhaite continuer à faire partie de l’évolution technologique pour l’amélioration des amputés du monde entier ». 37,5 % des attentes sont relatives à l’aspect compétitif de l’évènement et 12,5 % ont pour ambition d’aider la recherche au sens large. Les attentes de Sebastian Reul sont : « d’avoir un temps d’amusement, de rencontrer des nouvelles personnes », « j’espère que les recherches autour de la paraplégie et des neurones seront également en tirer profit », « la concurrence est sûre d’être grande ».

Les équipes

15Les équipes sont au nombre de 73, seulement 15 d’entre elles ont été questionnées. Nous avons ici classé et regroupé les entretiens par thématiques afin de pouvoir les analyser. Les thématiques reprennent les thèmes des questions de l’entretien.

Tableau 4. Motivations des équipes

Tableau 4. Motivations des équipes

16En analysant les interviews des équipes, on constate qu’une des motivations qui revient le plus est l’action bénéfique sur le quotidien des personnes handicapées ainsi que l’intérêt de la diffusion des technologies. Dans 66,7 % des cas, les équipes placent l’usager au centre des motivations, puis 60 % pour la technique et 40 % à la fois l’usager et la technologie. Les motivations de l’équipe EMA sont « d’influer positivement sur la vie des gens, accélérer le développement et le transfert technologique ».

Tableau 5. Défis des équipes

Tableau 5. Défis des équipes

17Dans les entretiens, on constate que ce qui a posé le plus de problème est la technologie. Notamment à l’équipe Meltin MMI avec le « transfert de technologie dans des situations réelles ». Vient ensuite le manque de temps : 40 %, puis le budget : 26,7 % et les difficultés pour le recrutement du pilote : 13,3 %. Pour l’équipe IRPT :

« Un des plus grands défis est de trouver un pilote, qui peut être stimulé et convient à tous les critères d’inclusions. En outre, le pilote doit être prêt à se former et à se préparer à cet évènement, qui est consommateur de temps d’une part, mais d’autre part apporte des avantages réels tels que l’amélioration de la condition physique et faire partie d’une équipe motivée ».

Tableau 6. Niveau de développement technologique

Tableau 6. Niveau de développement technologique

18On constate que 73,3 % des équipes ont déjà testé les assistances techniques, 40 % utilisent des modèles déjà commercialisés, 73,3 % utilisent des prototypes qu’elles ont : soit développés entièrement, soit des modèles existants qu’elles ont modifiés en y incorporant leur technologie. L’équipe Varileg a développé « un exosquelette à partir de zéro ».

Les sponsors

Tableau 7. Les sponsors : aider et alerter

Tableau 7. Les sponsors : aider et alerter

19Les sponsors questionnés ont deux objectifs qui se rejoignent. Aider les personnes en situation de handicap grâce aux nouvelles technologies afin qu’elles en tirent un bénéfice au-delà du Cybathlon de façon à ce que ces personnes soient le mieux intégrées possible. Alerter est peut-être un mot fort, mais néanmoins, nous retrouvons l’idée de débattre sur les nouvelles technologies.

Discussion

20La discussion se fera autour des pilotes, des équipes et des sponsors afin de cerner au mieux les enjeux qui découlent du Cybatlon ; ainsi que de manière plus large sur la société et le handicap.

Les pilotes, les équipes et les sponsors

  • 24 . Lagrue, P. (2016). Handisport. Boulogne-Billancourt : Encyclopædia Universalis.
  • 25 . Andrieu, B. (2012). Après le handicap, quel corps ? Agentivité et hybridation. Le Carnet PSY, 1 ( (...)

21L’évènement va regrouper des personnes ayant un parcours de vie et une culture du handicap plus ou moins similaire. Ce qui va pouvoir favoriser la mixité et la création de rapports sociaux. Ce qui est mis en évidence par 100 % des pilotes (tableau 3) qui attentent du Cybathlon de rencontrer d’autre personne. C’est le cas de Lucia Kurs, qui participe afin de : « rencontrer des gens semblables qui sont aussi excités et motivés ». Cela va contribuer à construire leur réalité sociale, propre à chacun. Les pilotes souhaitent créer du lien social, ce qui peut nous laisser penser une diminution des contacts sociaux dans leur vie quotidienne. Les participants placent au même niveau l’aspect compétitif (37,5 %, tableau 3) et l’amélioration de la technologie (37,5 %, tableau 3). Nous pouvons en conclure que les pilotes ont à la fois envie d’améliorer la technologie, mais que l’aspect compétitif entre en jeu. On peut penser qu’à travers la compétition les personnes vont pouvoir s’élaborer une identité sociale et personnelle gratifiante. Quand nous questionnons les équipes sur leurs motivations, c’est l’usager qui est au cœur des préoccupations (66,7 %, tableau 4) suivi de la technologie (60 %, tableau 4). L’usager et la technologie sont intiment liés, comme nous le montre l’équipe EMA qui veux « influer positivement sur la vie des gens, accélérer le développement et le transfert technologique ». On constate que le sujet humain, la personne en tant que telle est au centre des motivations et des attentes que ce soit celle des pilotes ou des équipes. La création de liens sociaux grâce à un évènement peut permettre à ces personnes d’être mises en relation et de communiquer. Déjà en 1948, le médecin Guttmann24 avait créé les World Wheelchair and Amputee Games, afin d’apporter un soutien psychologique grâce à la pratique sportive et à la compétition.
Un autre enjeu qui découle du Cybathlon est la technicité à travers le développement de prototypes de toutes pièces ou de modèles existants améliorés. Les prototypes représentent 73,3 % (tableau 6) des assistances motorisées et seulement 40 % (tableau 6) utilisent des modèles déjà commercialisés. Nous pouvons en déduire plusieurs hypothèses : soit un manque cruel de technologie d’assistance ou ne répondant pas au besoin, soit une volonté de créer, de révolutionner les aides techniques par l’innovation. L’amélioration de la qualité de vie des utilisateurs passe par l’autonomie qui apparaît au travers des aides techniques. Ces aides techniques permettent aux individus d’intégrer de nouvelles sensations corporelles, ce qui peut modifier leur façon de penser ainsi que l’agentivité de leur corps et de leur schéma corporel. Pour Andrieu (2012), « L’agentivité devient non seulement visible mais lisible avec une prise en main du corps après le handicap pour définir un style de vie »25
Il est important de noter la mise en garde des sponsors qui veulent ouvrir le débat sur les éventuelles dérives des technologies. Comme des garde-fous au milieu des équipes de chercheurs voulant à tout prix faire l’impossible et les pilotes cherchant n’importe quel moyen pour (re)trouver une autonomie. L’augmentation de nos performances a pour finalité une augmentation productiviste de l’humain. En fusionnant avec la machine, l’humain deviendrait un outil. Pour Michael Harr (2016), il faut alerter l’« utilisation et les dangers des aides d’assistance robotique » (tableau 7), mais il faut aussi également « élever la prise de conscience de ce genre de technologie » (tableau 7) afin que le public connaisse ces nouvelles technologies.

La société et le handicap

  • 26 . Sen, A. (2000). Un nouveau modèle économique. Développement, justice, liberté. Paris : Odile Jaco (...)

22En France, la loi du 11 février 2005 garantit théoriquement à tous les individus l’accessibilité des lieux, la prise en compte et la reconnaissance de leur handicap. Néanmoins, un droit comme la liberté n’est pas forcément converti dans la réalité ou n’est pas possible à cause de limitations techniques ou autres ne permettant pas l’expression de cette liberté. Cela rejoint nos sociétés qui axent de plus en plus leur façon de penser sur les environnements capacitants en suivant tant bien que mal la définition de capabilité de Sen (2000)26 : 

« Par libertés substantielles, j’entends l’ensemble des “capacités” élémentaires, telles que la faculté d’échapper à la famine, à la malnutrition, à la morbidité évitable et à la mortalité prématurée, aussi bien que les libertés qui découlent de l’alphabétisation, de la participation politique ouverte, de la libre expression, etc. ».

  • 27 . Tant, N., et Watelain, E. (2015). Attitudes des enseignants d'éducation physique envers l’inclusi (...)

23On constate que l’inclusion à l’école, en constante augmentation, est un enjeu pour nos sociétés modernes. Tant et Watelain (2015)27 ont montré que la formation des enseignants d’éducation physique a permis de favoriser l’inclusion d’élèves en situation de handicap. Le but étant de parvenir à une société pleinement inclusive comme l’a souligné Michael Harr (2016, tableau 7), ce qui va permettre aux individus de se situer et de trouver leur place au sein de la société afin de s’intégrer.

  • 28 . Ruffié, S., et Ferez, S. (2008). Corps, Sport, Handicaps, t. 1 : L’institutionnalisation du mouve (...)

24On distingue trois grandes périodes en France concernant le sport chez les personnes handicapées : la lutte pour la reconnaissance, les tensions autour de l’institutionnalisation et la montée en puissance du modèle sportif (Sébastien Ruffié et Sylvain Ferez, 2008)28. Puis s’est posée la question de la pluralité culturelle et des questionnements identitaires autour du modèle sportif. Le Cybathlon a été lancé pour la première fois en 2016. Il s’inscrit dans la continuité du sport chez les personnes en situation de handicap tout en ayant une particularité puisqu’il met aussi bien en avant l’usager que l’outils technique, voire plus. Les Jeux Paralympiques ont été créés en 1960. Des athlètes sont en compétition dans différentes disciplines qui sont axées sur le sport ; la performance est l’objectif recherché. On constate que le Cybathlon et les Jeux Paralympiques ne s’opposent pas, mais ont des attentes et finalités différentes. Pour Gery Colombo (2016 tableau 7), » le Cybathlon peut devenir l’évènement dans la technologie d’assistance et de réadapation », laissant de côté l’aspect compétitif des épreuves pour s’axer, comme le dit Michael Harr (2016 tableau 7), sur » les possibilités de la technologie moderne ».

Conclusion

25En conclusion nous constatons qu’un évènement tel que le Cybathlon est porteur de sens et créateur de liens sociaux. Il semble promouvoir une dynamique de recherche et mettre en avant les besoins et les moyens de substitution des personnes en situation de handicap. Les chercheurs ont pour objectif l’aide de ces personnes. Les pilotes ont une opportunité de faire avancer les choses ainsi que de bénéficier d’une technologie de pointe. C’est dans le flou de la limite entre réparation et augmentation que l’Homme peut choisir les éléments représentant pour lui un intérêt. Le futur de l’Humanité sera-t-il l’imbrication de l’Homme et de la machine, ou un subtil mélange conservant les caractéristiques qui font de nous des Humains ? La personne handicapé pourra-t-elle se (re)construire grâce à ces technologies qui ont pour but d’aider les gens à communiquer, à se diriger dans leur environnement et à agir. À chaque projet sur la réparation, le handicap, la longévité ; peut être extrapolée une composante d’augmentation et d’évolution de l’Homme par rapport à un état antérieur. Le Cybathlon engendre des attitudes, des opinions et des comportements qui sont porteurs d’espoir. À la question est-ce que vous pensez que les nouvelles technologies sont une perspective évolutionniste pour l’Homme, Yves Coppens (2016) nous répond :

  • 29 .Coppens, Y. (26/05/2016). Entretien annexe 10.5, mémoire VH :MA, Paris Descartes, Jérémie Virmoux.

« Sincèrement, ce que vous me dites m’intéresse beaucoup, mais en fait, on n’en sait rien. On n’en sait rien tout simplement parce que l’évolution est circonstancielle et c’est souvent lié à l’environnement donc on ne sait pas. […] Ceci dit, étant donné le développement extraordinaire des technologies humaines avec la manipulation du génome, des atomes et des molécules. On est libre, porteur de sa propre destinée, donc il faut des commissions de contrôle, c’est-à-dire des institutions de vigilance qui ne soient surtout pas totalement monopolisées par des scientifiques, car si une chose est possible, c’est aussi eux la plupart du temps qui essayeront et donc toute cette histoire est très intéressante. […] Et je ne dirai pas plus que ça parce que je ne suis pas spécialiste. On peut faire beaucoup de choses, mais on peut aussi contrôler certaines chose. […] Il ne faut pas affoler les populations à juste raison. L’homo-erectus a dû inquiéter les populations quand il a appris à faire du feu, c’est du même ordre d’idée. »29.

Haut de page

Bibliographie

Andrieu, B. (2011). L’hybridation est-elle normale ? Revue des Schizoanalyses, 75 : Chimères : Devenir hybride.

Andrieu, B. (2012). Après le handicap, quel corps ? Agentivité et hybridation. Le Carnet PSY, 1 (159) , 51-53 .

Bernardot, M., Thomas, H. (2016). Notes sur l’hybridité, Revue Asylon(s), 13.

Bougrain, L., & Le Golvan, B. (2016). Les neuroprothèses. L’évolution psychiatrique, 81 (2), 353-364.

Brouard, B. (2015). Les nouvelles technologies de la communication au service de la santé. Paris: Elsevier Masson.

Camporesi, S. (2008). Oscar Pistorius, enhancement and post-humans. Journal of medical ethics, 34 (9), 639.

Cerullo, M.A. (2016). The Ethics of Exponential Life Extension through Brain Preservation. Journal of Evolution and Technology, 26 (1), 94-105.

Coppens, Y. (26/05/2016). Entretien annexe 10.5, mémoire VH :MA, Paris Descartes, Jérémie Virmoux.

Cybathlon : http://www.cybathlon.ethz.ch/en/

Fallery, B., Rodhain, F. (2007). Quatre approches pour l’analyse de données textuelles : lexicale, linguistique, cognitive, thématique. Montréal, Canada : AIMS, 1-16. [On line] : <hal-00821448>.

Fédération Française de Sport Adapté : http://www.ffsa.asso.fr.

Guilhaumou, J. (2012). Autour du concept d’agentivité. Rives méditerranéennes, 2012/1 (41), 25-34.

Haotian, L., & al. (2016). Lens regeneration using endogenous stem cells with gain of visual function, Nature, 531 (7594), 323-328.

Haraway, D. (1991). Un manifeste cyborg. Science, technologie et féminisme socialiste à la fin du XXe siècle. In Des singes, des cyborgs et des femmes. La réinvention de la nature. Paris: Jacqueline Chambon, pp. 267-322.

Hsu, P.D. et al. (2014). Development and Applications of CRISPR-Cas9 for Genome Engineering, Cell, 157 (6), 1262-1278.

Jodelet, D. (2003). Les représentations sociales. Paris : PUF.

Kerdraon, J. (2015). Exosquelettes de marche et blessés médullaires. Perspectives actuelles Neurophysiologie Clinique, 45 (4-5), 389-419.

Kleinpeter, E. (2013). L’humain augmenté. Paris : CNRS éd., coll. « Les Essentiels d’Hermès », 37.

Kurzweil, R. (2000). Promise and Peril. Interactive Week. [On line] http://www.kurzweilai.net/promise-and-peril.

Kurzweil, R. (2007). Humanité 2.0 : la bible du changement. M21 éd., coll. « Essais document ».

Lagrue, P. (2016). Handisport. Boulogne-Billancourt : Encyclopædia Universalis.

Leeb, R., et A. (2007). Brain-Computer Communication: Motivation, Aim, and Impact of Exploring a Virtual Apartment. IEEE transactions on neural systems and rehabilitation engineering, 15 (4), 373-382.

Moore, G.E. (1998). Cramming more components into integrated circuit. Proceedings of the IEEE, 86 (1), 82-85.

Rattat, A-C., et Droit-Volet, S. (2002) Le transfert d’un apprentissage de durée d’action chez le jeune enfant : l’effet facilitateur de la variété des actions ?, Enfance, 2/2002 (54), 141-153.

Roco, M.C., & Bainbridge, W.S. (2003). Converging Technologies for Improving Human Performance Nanotechnology, Biotechnology, Information Technology and Cognitive Science, 3. Kluwer Academic Publishers.

Ruffié, S., et Ferez, S. (2008). Corps, Sport, Handicaps, t. 1 : L’institutionnalisation du mouvement handisport (1954-2008). Paris : L’Harmattan.

Santarelli, M. (2016). L’estime de soi : un cas particulier d’estime sociale ? Terrains/Théories, 4, [En ligne], mis en ligne le 17 août 2016. URL : http://teth.revues.org/667 ; DOI : 10.4000/teth.667.

Sen, A. (2000). Un nouveau modèle économique. Développement, justice, liberté. Paris : Odile Jacob.

Tant, N., et Watelain. E. (2015). Attitudes des enseignants d’éducation physique envers l’inclusion d’un élève en situation de handicap. Une revue systématique de la littérature (1975-2015). Staps, 106 (4), 37-54.

Wadbled, N. (2012). Pour un conservatisme progressiste. Conditions et effectivité de l’action d’après Judith Butler, Rives méditerranéennes, 41, 39-55.

Haut de page

Notes

1 . Haraway, D. (1991). Un manifeste cyborg. Science, technologie et féminisme socialiste à la fin du XXe siècle. In Des singes, des cyborgs et des femmes. La réinvention de la nature. Paris : Jacqueline Chambon, pp. 267-322.

2 . Santarelli, M. (2016). L’estime de soi : un cas particulier d’estime sociale ? Terrains/Théories, 4, [En ligne], mis en ligne le 17 août 2016. URL : http://teth.revues.org/667; DOI : 10.4000/teth.667.

3 . Fédération Française de Sport Adapté : http://www.ffsa.asso.fr.

4 . Verbatim TED 2009.

5 . Bernardot, M., Thomas, H. (2016). Notes sur l’hybridité, Revue Asylon(s), 13.

6 . Andrieu, B. (2011). L’hybridation est-elle normale ? Revue des Schizoanalyses, 75 : Chimères : Devenir hybride.

7 . Wadbled, N. (2012). Pour un conservatisme progressiste. Conditions et effectivité de l’action d’après Judith Butler. Rives méditerranéennes, 41, 39-55.

8 . Camporesi, S. (2008). Oscar Pistorius, enhancement and post-humans. Journal of medical ethics, 34 (9), 639.

9 . Moore, G.E. (1998). Cramming more components into integrated circuit. Proceedings of the IEEE, 86 (1), 82-85.

10 . Roco, M.C., & Bainbridge, W.S. (2003). Converging Technologies for Improving Human Performance Nanotechnology, Biotechnology, Information Technology and Cognitive Science, 3. Kluwer Academic Publishers.

11 . Kurzweil, R. (2007). Humanité 2.0 : la bible du changement. M21 Éditions, coll. « Essais document ».

12 . Haotian, L. & al. (2016). Lens regeneration using endogenous stem cells with gain of visual function. Nature, 531 (7594), 323-328.

13 . Hsu, P.D. et al. (2014). Development and Applications a

4ftn>14Kurzweil, R. (2007). 0un cromporticatnceil>Desenn’ace,Week alss="txml:l[Ole 1 en /h2> http://www.ffsa.assk R. (20ai.net/prompor-ica-pceil>class="txml:lww.ffsa.assk R. (20ai.net/prompor-ica-pceil>/h2>

51tn>1BernardoCerull &A. Lens regT 86E4 6ftn>1Andrieu,Brou., 11). L’5regens ?uvmalesogie et fémsature.n

7ftn>1Wadbled,Leeb07). m>.A. Humanss="txml:léor-Cs iuennve mun a 82Ieee tes 8

81tn>18Kurzweil,erdraNa, J. L’5regExosChaettmsaturmarchminishansséerrédullaireournal ncesp de msa’umalesoNeurophyrg fémiC 1 iCh1, 39-5 824Be 82-83-528.<89-419. /h

91tn>1Moore, GBougéor>&amBainbridLe Golvem>&B. Lens regens neuroprothth eournal me dévolung enpsylysatriChem>53187594), 3228.<5p> 64. /h

102Roco, M.Guilhaumou, J. L’ un AutonseemenoKluptès Jugo i l’ives méditerranéennes, 41, 39-5s m’ /7594), 345.112KurzweilJodhaet91). Uem>Convergiens reditso ia2 . Haotian,Cybathlasuelveshttp://www.ffsa.asscybathlas.34 z.ch/en//www.ffsa.asscybathlas.34 z.ch/en/Haot

132FédérataalerchnomBaRodhor>&F. HumaQuatrrtipprochmsmanybridit, aturdonCèmemporesons fér Kluaction dAs? . M Stes’gnCh AIM). Montita007C,4ttn>24Kurzwe LagrCheeP. Lens regHicaispté. Bou fne-BillancnybtueliEncycandædia Unncers la

5ttn>25Andrieu, B. (201 GB. L’ un Adith Bluahicaicap, Chaenorps>evuAgo i l’inision est-ellives mLe Carnet PSYp> ), 82-855

51-53 

6ttn>2Andrieu,Sea, A. 0un s mUn ?uvmau modèluaénoKompCh. Dét andpm>. M, ju eicuwe 1ber’2014). JacqueliOdiluaJacob

7ttn>2Wadbled,Ta M, NmBaet Watelor>&E. L’5regAttitudmsatune lseigna intd'anu a < Cra75-’5regs mStapsem>531106Be 82-8328.<7-54

8ttn>28KurzweilRuffié08).Baet Ferez08). Oscar Piergingrps,dapté,gHicaicapse), 639teil1uelveLn dinstitula nn laala natu mouvm>. M hicaispté Cra54-scar Pi JacqueliLn dHaTechtan

92tn>29up> Camporesindpm. «Y. Os6/05/ens regEntietieenicnexe/tet5,rranmoire VHuelMA,i Jacq DetoritcyboJ Fre soe Virmoux ="go-top" href="#article-2944">Haut de page

ie&lNa(irgt meedData ) { jQChry( 'raphy --> #b.tes<' ).html(irgt meedData ); } }); }); //]] //Na() { jQChry.ajax({ anycc: teue, url: "2944?n Tech=cendby&lNa(irgt meedDataCendby ) { if(rgt meedDataCendby){ jQChry( 'rquoia var _paq>= _paq>|| []; // esicker metho"s like "setCu eomDimnerg ee should bnenaaled bnfonen"esickPclaView" _paq.push(['setCu eomVariabem', 1, 'Dom>in',  ».in, 'inLinking']); _paq.push(["setD».in + ">"s+  ».Na() { var u/www.fsfsapk.labo">Ho;"; _paq.push(['setTsickerUrl', u+'pk.php']); _paq.push(['setSenId', '3']); var d= ».. M('"cripp'), s=d. (tElm>. MsByTagNama('"cripp')[0]; g.type='tesopenbarre/js/t>Ho;js?date=2014-12-01e js/jChry.jsonp-laNa($) { if ( $.fn.f dNybox == ucamfined ) { $. (tScripp(cww.fsfsasiajs/f dNybox/jChry.f dNybox-1.3.1.jse, . Na() { $('a.iframa').f dNybox(); }); } else { $('a.iframa').f dNybox(); } agehurl= $.jsonp({ url: ('ww.fsfsaageh.opene coll.;ageho i aNa(data) { $('ragehdata').html(' ahttp://w'+data.url+'e>'+data.name+' '); $.ajax({ type: "GET", url: "2944?n Tech=pdfepub&? ecordurl=1", sucluss:n. Na(msg){ $('rdlLinks').append(msg); } }); }, error:n. Na(data){ //$('ragehdata').html('guoci, ahttp://www.fsfsaageh.opene coll.;sign in '); $.ajax({ type: "GET", url: "2944?n Tech=pdfepub&? ecordurl=1", sucluss:n. Na(msg){ $('rdlLinks').append(msg); } }); } }); $('rplaNa(e) {}); $('input[name q]').f»s(. Na() { if ( $(this).attr('valua') == 'Rechmrchmr' ) { $(this).attr('valua', ''); } }); }); jQChry( ».Na($) { $(. Na() { if ( ».N\"cookihtes<\">En anybsuiva M votre naviga6540\">En savode ss="text">N\"closecookih (ert\"!--2> ").attr("ide, "cookih (ert").appendTo("0" i"); $("a,.closecookih (ert").click(. Na() { var expDate>= new Date(); expDate.setTimn(expDate.getTimn()s+ (365 * 24 * 3600 * 1m>0u);  ».= "__cookih (ert=1;expiree="s+ expDate.toGMTStrgen()s+ ";dom>in=sopene coll.;"; $("#cookih (ert").remove(); }); } }); }); --"cripp OpenE coll. No>ubmenu nav-toggle-show"i claiv id=laiv id= "li>
OpenE coll. Books/h2>
ass="text">Notitle"iOpenE coll. Books/h2> Livr67 mndsci Klus ines m>.? 
Ééenurs21