Navigation – Plan du site
DOSSIER

Un projet de design participatif dans un GEM, révèle les interactions entre les normes esthétiques et les normes de santé

Odile Girardin-Gantier
p. 31-51

Résumés

Pour accueillir des personnes dites « normales » autour de ces activités, un GEM (Groupe d’Entraide Mutuel) tente de transformer leur image par un projet de design participatif. Le design joue un rôle de plus en plus important dans l’organisation du visible. Ce « visible social » s’accorde à démocratiser une belle image. Mais lorsqu’il se frotte à la maladie mentale, bien des difficultés se révèlent, présentant ainsi certains enjeux du monde contemporain. Ce projet met l’accent sur la dualité de l’image et du corps dans la maladie mentale. Le design organise tant l’image de notre environnement qu’elle devient non incarnée. Sa méthode l’amène à organiser le paraître au monde même si le contenu est déconnecté de son paraître. Avant d’être un paraître visible, la maladie mentale est une souffrance invisible. La douleur psychique ne se voit pas. Si la maladie mentale est l’abstraction d’une souffrance, le design, lui, est concret et dans la matière.

Haut de page

Texte intégral

Contexte

Maladie mentale et design

1« Métamorphose, design local ou rénovation selon les usagers » est le nom donné à une expérience de design participatif avec les usagers d’un GEM, fruit d’une rencontre entre deux structures, l’une en lien avec la maladie mentale : un GEM ; et l’autre avec la culture : la Cité du design de Saint-Étienne. Le GEM Lucien Bonnafé est un des 346 groupes que compte le territoire français. Les personnes ayant des troubles psychiques y trouvent un lieu dans lequel des activités centrées sur la socialisation sont proposées. Ce projet interroge le rendu visible du fou dans la cité.
Ces objectifs sont différents pour les deux structures : pour le G.E.M., il s’agit avant tout de rénover ses locaux afin d’améliorer les conditions de travail des salariés et des bénévoles, ainsi que l’accueil des usagers. Le projet a l’originalité de proposer des ateliers de design participatif avec un designer. Cette approche participative de rénovation est largement médiatisée. Cette valorisation pointe l’audace innovante de ce GEM. Cependant, transformer l’image d’un lieu qui accueille le handicap mental afin d’y convier des personnes dites » normales », est la raison la plus souvent évoquée par les usagers du groupe.
Pour la Cité du Design, les objectifs sont eux aussi en lien avec la valorisation de leur image sur le territoire grâce à une action autour de la santé mentale. Ce projet fait partie des missions d’expérimentation du pôle recherche de la Cité du design qui vise à créer une méthodologie de design participatif. En avril 2013, c’est au sein de l’exposition que la biennale « L’empathie et l’expérience de l’autre » que le directeur du GEM remarque un projet de design participatif avec les enfants d’une école. Deux ans plus tard, le projet de design participatif « Métamorphose, design local, ou la rénovation selon les usagers », aux orientations thématiques très différentes, est présenté à l’exposition 2015 « Les sens du beau ». Bien des difficultés vont révéler les limites de ce projet en questionnant la place de l’image de la maladie mentale dans la cité. À la croisée de la santé et de la culture, celui-ci témoigne des interactions de ces domaines. Ainsi, très ancrée dans les mouvements actuels des évolutions sociales, cette expérimentation nous parle de bien des métamorphoses. Le projet interroge « l’image de soi » liée à la valeur sociale et à la norme esthétique. Peut-on donner une image qui efface la maladie psychique afin de faciliter l’intégration sociale des malades ? Des normes de santé peuvent-elles se confondre avec des normes esthétiques ? Quel lien la santé accorde-t-elle entre l’image de soi et des normes esthétiques et de santé de plus en plus mondialisées ?

État des arts et de la littérature

Questions sociales autour de l’approche de l’individu par son environnement

2En effet, le GEM tente de construire un espace dans lequel le handicap mental ne soit plus pris en charge par le soin. C’est un lieu qui tente l’intégration sociale et questionne la place du fou dans la cité en 2015. Le design et le GEM ont en commun d’approcher l’individu par son environnement, son extérieur et ce qui l’entoure.

    • 1 . Article L114 du Code de l’action sociale et des familles, inséré par Loi nº 2005-102 du 11 févrie (...)
    • 2 . Caractère de ce qui est idéal. Dans la Critique de la Raison pure de Kant, la double affirmation (...)

    Les GEM sont nés d’une loi reconnaissant la maladie mentale. Le GEM Lucien Bonnafé a été créé en 2006 suite à la loi sur le handicap du 11 février 2005, une loi qui met l’accent sur la relation entre le handicap et l’environnement et qui reconnaît la maladie mentale comme un handicap. Au sein de l’article L114-3 qui la détaille, sont mentionnées les politiques de réduction et de compensation des handicaps s’appuyant sur des programmes de recherche pluridisciplinaires. La politique de prévention du handicap comporte notamment de multiples actions permettant de réfléchir à l’évolution du handicap. Parmi elles, il est intéressant de relever le quatrième point : « Des actions visant à favoriser le développement des Groupes d’Entraide Mutuelle appelés GEM »1. Les neuvième et dixième points de cette législation mentionnent l’intérêt de la mise en place « des actions d’amélioration du cadre de vie prenant en compte tous les environnements, produits et services destinés aux personnes handicapées et mettant en œuvre des règles de conception, conçues pour s’appliquer universellement » (Ibid.). Ce que souligne cette nouvelle loi, c’est bien le décentrage du handicap par rapport à la personne et la nécessité d’organiser un milieu qui amoindrisse ce handicap. L’accent doit être mis sur les interactions, les évaluations de l’environnement, plus que sur l’individu et sa pathologie. Les actions proposées font le point sur une réflexion globale sur l’individu dans son milieu. C’est dans ce contexte tout autre que médical que des actions d’amélioration de la qualité de vie vont être étudiées. Les autres points de la loi proposent de tisser des actions pour aider l’intégration de la personne handicapée à mieux vivre son handicap grâce à un environnement étudié et adapté. C’est bien dans ce cadre que le projet avec la Cité du design se met en place. La fonction du GEM est avant tout l’intégration sociale et les repères esthétiques face aux singularités humaines en termes d’image sociale et d’activité collective ; ils sont au centre des questions de ce projet de design participatif. Or, la santé porte des repères d’idéalité2 de plus en plus médiatisés. Le design contribue à les véhiculer et le projet en montre les limites.

  • Le design tente de transformer le milieu de vie afin de le rendre adapté aux besoins de l’individu, privilégiant beauté et efficacité. La Cité du design « est un établissement public de coopération culturelle. Porté par la Ville de Saint-Étienne, Saint-Étienne Métropole, la Région Rhône-Alpes et l’État (Ministère de la Culture), elle est une plate-forme d’enseignement supérieur, de recherche, de développement économique et de valorisation autour du design et de l’art. Les missions principales de la Cité du design sont les suivantes : la sensibilisation de tous les publics au design ; le développement de l’innovation par le design ; la recherche en design ; la production d’événements à forte notoriété tels que la Biennale Internationale ou les expositions annuelles à Saint-Étienne et à l’international. L’une des missions premières de la Cité du design est la sensibilisation de tous les publics au design : professionnels, acteurs publics, universitaires, grand public, publics empêchés, etc… Ce sont ces publics empêchés que les GEM sont chargés d’accueillir »3.

  • 4 . www/Techno-Science.net.
  • 5 . Bernard Stiegler, (2008). Économie de l'hypermatériel et psychopouvoir, Entretiens avec Philippe (...)
  • 6 . Mauss, M. (1991). Sociologie et Anthropologie. Paris : PUF.

3« Le design (la stylique en français) est un domaine visant à la création d’objets, d’environnements ou d’œuvres graphiques, à la fois fonctionnels, esthétiques et conformes aux impératifs d’une production industrielle. Bien qu’il s’agisse d’un mot anglo-saxon, prononcé [di’zIn], le mot design nous permet de retrouver le sens du mot français dessein (projet) — dessin dont il tire son étymologie. En effet, à partir du XVIIIsiècle, les mots dessin et dessein prennent des sens distincts, comme si l’art avait fini par séparer le geste de dessiner (dessin) du projet (dessein) »4. Les domaines où s’exercent le design sont si vastes, sa présence si prégnante au quotidien, que ses limites sont délicates à définir. Il est la cheville ouvrière de tout ce qui constitue notre environnement au sens large. Il est lié à la modernité, il souhaite répondre à tous les besoins. Parce que le design inclut de plus en plus la technicité, il est dans une réponse à tous les problèmes. Il s’inscrit dans un rapport de causalité et justifie sa présence. Il s’intéresse avant tout à ce qui concerne l’objet, la matérialité du monde industrialisé. Mais on le trouve aussi dans un monde qui se complexifie dans les services avec ce que l’on appelle le design de service. Du bruit du rouge à lèvres que l’on referme à l’odeur de malabar des shampoings de lavage pour automobiles, le design étudie et sollicite de plus en plus tous nos sens. Il s’intéresse par exemple aux sensations que l’on éprouve quand ouvre un yaourt. Le design peut se confondre avec le marketing dans son utilisation des repères esthétiques. Il semble, pour Bernard Stiegler5, « être un moyen de contrôler nos désirs, nos sens, et de conditionner une nouvelle forme d’économie libidinale industrielle ». À travers le marketing du design, tout usager n’est plus perçu individuellement mais en tant que groupe dont les besoins sont quantifiés, mesurés, normés et anticipés. Le design enferme ainsi nos états émotionnels dans une sorte de marchandisation du monde. Il sait étudier nos esthésies, « nos sensations », nos besoins afin de créer ce qui est nécessaire pour les satisfaire, mais surtout d’en organiser un conditionnement. Le design se présente comme une technicité résolvant les problèmes de l’existence. La technique permet de faire toujours plus, mais aussi plus beau, plus pratique, satisfaisant ce caractère « pléonexique » de l’homme déjà mis en évidence par Marcel Mauss6… Lorsque le design se penche sur la santé, il souhaite apporter, là aussi, une solution en lien avec la qualité de vie. Mais il semble que c’est lorsque cette qualité de vie s’organise avec le monde économique actuel, que les limites des normes esthétiques et des normes de santé se croisent. Les mouvements transhumanistes proposent des extensions extrêmes de cette qualité de vie.

Contexte théorique

Autour d’un visible social

  • 7 . Foucault, M. (1954). Maladie mentale et personnalité. Paris : PUF.

4À partir du corps malade et de l’image qu’il donne à voir, se pose la question des limites d’un « visible » socialement accepté. Vaste question que les politiques asilaires on déjà porté. Ce visible est organisé et révélé dans les travaux de Michel Foucault7, mais surtout d’Erving Goffman, avec les usages sociaux des handicaps qu’il présente dans Stigmate. En effet, il fait état de la nécessité d’intégrer des normes pour une vie sociale. « Ces attentes normatives sont incorporées et constitutives de façon directe sur l’intégrité psychique de l’individu » (Goffman, 2001). Les corps ont une image à montrer ou à cacher selon ce que la société tolère. La personne stigmatisée est autant fabriquée par elle-même que par le regard porté sur elle. Les internements contribuent aussi au contrôle de l’image hors norme d’un corps singulier qui ne correspond pas à l’image sociale.

« L’individu stigmatisé se trouve au centre d’une arène où s’affrontent les arguments et les discours, tous consacrés à ce qu’il devrait penser de lui-même, autrement dit, à son identité pour soi. À ses divers tourments, il doit encore ajouter celui de se sentir poussé simultanément dans plusieurs directions par des professionnels qui lui clament ce qu’il devrait faire et ressentir à propos de ce qu’il est et n’est pas, le tout pour son bien, naturellement » (Goffman, 2001).

5De plus en plus aidé par la médecine, le corps a perdu de ses difformités grâce à la chirurgie esthétique. Ainsi, la médecine organise des repères de santé sur l’image des corps et l’image de soi dans un souci de bien-être social. L’image que le corps donne à voir est dans un contrôle étatique et marketing. Lorsque la santé prend en compte un bien-être social, ce dernier est constitué par une culture fabriquée moins par des hommes que par des politiques. Ainsi, cette culture se fabrique aujourd’hui par un capitalisme de consommation de moins en moins proposé par une diversité humaine, relève Michel Foucault dès 1974.

« Le contrôle de la société sur les individus ne s’effectue pas seulement par la conscience ou par l’idéologie, mais aussi dans le corps et avec le corps. Pour la société capitaliste, c’est la biopolitique qui importerait avant le biologique, le somatique, le corporel. Le corps est une réalité biopolitique ; la médecine est une stratégie biopolitique » (Foucault, 1974, p. 210).

  • 8 . Andrieu, B. La fin de la biopolitique chez Michel Foucault : Le troisième déplacement ». Le Porti (...)
  • 9 . S’il est vrai que tout commence avec l’étymologie, alors celle du mot « esthétique » est particul (...)
  • 10 . La santé est définie par l’OMS, « comme bien-être complet, physique, mental, et social ».

6Le gouvernement des corps glisse vers un gouvernement de soi et une esthétique de l’existence, une sorte de « bio-identité » contrôlée par le remplacement de la clinique par la nosologie des maladies. Se gouverner est un projet réflexif dans lequel le pouvoir s’exerce sur son propre corps plutôt que sur les autres. Cette bio-identité tente une appropriation du Moi dans le prolongement de la personnalité dans la norme8, nous explique Bernard Andrieu, 40 ans plus tard. Cette prise de contrôle souhaite permettre à l’individu de se rendre conforme aux exigences véhiculées par un environnement de plus en plus design et esthétique. Ainsi, contrôler son image, son corps, l’image de son corps afin de s’intégrer, passe par la mode, la culture, l’art et ses multiples facettes qui relèvent d’une nécessité et non d’une volonté d’intégrer les normes. Or, les goûts d’un individu sont liés à toutes les empreintes sensorielles que son histoire lui a fait vivre, et cet environnement organise des repères esthétiques qui fabriquent le goût et la sensibilité d’une personne. Ainsi, une culture s’édifie autour d’un idéal esthétique commun, défini par l’ensemble de ses acteurs. Jean-Pierre Changeux a mis en évidence un caractère moins subjectif en matière de beau et d’esthétique. En effet, il établit que le gout est un apprentissage lié au contexte social. Le monde est vécu comme il est perçu, et vice versa.
Aujourd’hui, l’industrialisation a donné le pouvoir de définir la norme esthétique à quelques designers, une production industrielle qui a développé le copier-coller au détriment d’une diversité d’acteur, artisan, créateurs qui pouvaient proposer autant de styles qu’il y avait de mains fabricantes sur un territoire.
Or, l’exposition « Les sens du beau » que propose la Cité du design montre que les enjeux esthétiques déterminent notre rapport avec le monde grâce à quelques designers qui redéfinissent le Beau. Autour de l’idée du Beau comme valeur référence, s’organisent nos repères de jugements et leurs limites. Car la force de l’esthétique, c’est d’être une gratification sensorielle profonde. Les satisfactions sensorielles ont un impact sur notre corps et notre comportement. Le plaisir que le corps éprouve oriente et organise ses apprentissages, ses curiosités, ses goûts et ses valeurs. Si jusqu’au XXème siècle les musées ont eu à charge de s’occuper de la beauté, aujourd’hui l’art contemporain n’a plus ce rôle. C’est le design et le marketing qui s’organisent autour de ces plaisirs esthétiques en lien avec la beauté. Aussi, une grande partie de l’exposition proposée par la cité du Design est-elle consacrée au grotesque et à la laideur. Comme si pour redéfinir la beauté, il était nécessaire de présenter la limite opposée. Dans un souci de normalisation, c’est une position moyenne. Sans développer de théories sur le Beau, nous pouvons dire qu’il est une des grandes valeurs constitutives de notre humanité. Il s’associe au plaisir, à l’harmonie, au jugement ; et « l’esthétique » qui était autrefois synonyme de beauté, a retrouvé son sens étymologique avec G. Baumgarten9. L’esthétique vient du grec « æsthésie », l’esthésie étant la faculté à transformer l’impression, la perception, en sensations puis en émotion. C’est par le corps et ses sens que le jugement esthétique s’incarne. En prenant en charge la question sociale10, la santé se confronte au lien entre l’homme et son environnement culturel.
Au centre de ce lien, c’est l’image de soi qui est vecteur de bien-être. Celui-là même qui crédite ou discrédite l’image de soi par un marketing de plus en plus normalisant, donc stigmatisant. Avoir une image en lien avec son environnement est un exercice social. Défendre une singularité demande des efforts et bien des enjeux se trouvent aujourd’hui au cœur de cette problématique. Comment défendre une singularité ? Cependant, si tout le XXème siècle propose d’exister dans le regard de l’Autre et surtout dans le regard de l’Autre ; dans La société du spectacle, écrit Guy Debord en 1992, « il faut être vu », et donc masquer ses imperfections, travestir le réel pour montrer une image de soi favorable. La société du spectacle, qui prône un corps éternellement jeune, mince et beau, avec toutes sortes de pratiques associées (chirurgie esthétique, botox, régimes, produits anti-âge, cosmétique, bronzage, etc.), est là pour soutenir cette idéologie dominante (Boëtsch et coll., 2010). Ainsi, l’image de soi est à l’épreuve d’une réalité du corps à « dompter ». Un corps qui véhicule une image jugée, des sensations, des impressions, des émotions, pour construire une image particulière. Si le médecin a ouvert les corps pour comprendre la maladie, puis a trouvé les imageries du « dedans » pour déceler les troubles physiologiques, la psyché, elle, résiste aux investigations d’objectivation de la maladie mentale. Elle est compliquée car elle met en scène la relation au monde. En effet, c’est bien souvent par la relation complexe avec les Autres et l’environnement que les maladies se font symptômes et se voient. Les propositions sociales ont apporté du soin et des G.E.M. pour les malades. Or, ces réponses semblent penser la maladie, alors que, comme nous l’a suggéré Goffman, la relation se construit par deux parties (émetteur et récepteur). Les ateliers du G.E.M. rendent visible la maladie mentale par un autre mode opératoire que la parole. L’image de soi est trouble, avec ou sans les médicaments, et dépend de ce qui l’entoure. L’effort nécessaire pour entrer en relation avec « la maladie mentale » me semble être la jonction entre le corps humain et le corps social. Plus notre environnement est codé, plus il y a d’efforts à faire pour entrer en relation avec un autrui hors code. En rendant confortable et normé notre environnement, l’organisation sociale rend plus difficile l’approche de la différence. À la norme se confronte la reconnaissance d’une conformité et de ses limites. La norme esthétique se construit comme une fabrication d’une limite créée par les institutions éducatives, culturelles, économiques… Pour Michel Foucault, le rapport aux normes ne peut-être confondu avec les procédés qui la mettent en place. Il rend visible les mécanismes qui ont structuré une société dont les vecteurs converges vers un point dit « normal, idéal ». Pour Georges Canguilhem, dans Le normal et le pathologique, la maladie est une autre manière d’être au monde. La santé a la spécificité d’être en évolution. La vie comme volonté normative est, pour lui, une sorte de force du vivant.

« Nous pensons […] que la vie n’est pas indifférente aux conditions dans lesquelles elle est possible, que la vie est polarité et par-là même position inconsciente de valeur, bref que la vie est en fait une activité normative ». « Vivre c’est, même chez une amibe, préférer et exclure ». » La vie est cette activité polarisée de débat avec le milieu qui se sent ou non normal, selon qu’elle se sent ou non en position normative » (Canguilhem, 2009, p. 180).

7Mais les normes ne sont pas des lois dictées par des contraintes extérieures. Elles ont pris un chemin plus subtil pour organiser les comportements de l’intérieur. Les normes ne sont pas des lois, des règles d’obligation qui supposent une contrainte extérieure pour être obéies. Elles interviennent à même les comportements, qu’elles orientent de l’intérieur. D’où viennent ces normes ? D’où tirent-elles leur force ? De la vie, explique Canguilhem. De quelque chose qui, pour Foucault, pourrait s’appeler l’histoire (Macherey, 2009). Le monde est pensé comme il est perçu et inversement.
Cependant, si le danger des normes fut dénoncé par Michel Foucault et Georges Canguilhem, elles valident pourtant aujourd’hui toutes nos activités. Avec la création des normes I.S.O (Organisation internationale de normalisation) en 1946, 25 pays, réunis à l’Institute of Civil Engineers de Londres, décident de créer une nouvelle organisation internationale « avec pour objet de faciliter la coordination et l’unification internationales des normes industrielles ». La nouvelle organisation, ISO, entrera officiellement en activité le 23 février 1947. L’ISO est une organisation internationale non gouvernementale, indépendante, dont les 163 membres sont les organismes nationaux de normalisation. Par ses membres, l’Organisation réunit des experts qui mettent en commun leurs connaissances pour élaborer des Normes internationales d’application volontaire, fondées sur le consensus, pertinentes pour le marché, soutenant l’innovation et apportant des solutions aux enjeux mondiaux. Le secrétariat central est situé à Genève, Suisse. Plus de 1300 normes mettent l’accent sur la santé et la sécurité. Elles touchent à de nombreux secteurs : médecine bucco-dentaire, dispositifs médicaux, informatique de santé ou médecines traditionnelles. L’ISO est devenue une responsabilité sociétale. Elle a lancé l’élaboration de la future norme ISO 26000 qui doit donner des lignes directrices pour la responsabilité sociétale (RS). ISO 26000 est destinée aux organisations de tous types dans les secteurs public et privé, les pays développés ou en développement. L’ISO a publié plus de 21000 normes internationales et publications associées qui couvrent la quasi-totalité des secteurs de l’industrie – des technologies à la sécurité des denrées alimentaires, et de l’agriculture à la santé11. Elle présente la norme comme une nécessité dans la mesure où elle est une moyenne garante de santé et de la sécurité. Dans cette mondialisation des normes de santé, les critiques de la publication du DSM 5 (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux) révèlent ces difficultés théoriques face à la maladie mentale (Geyer, 2013 ; Demazeux, 2013).

Problématique

8À l’image de l’exposition de design » Le sens du beau », où le grotesque est présenté avec pour objet de proposer une limite à ne pas dépasser, la norme esthétique est redéfinie par le design. Au nom d’une image normée, lisse, non inquiétante, le G.E.M. doit-il (peut-il) faire entrer dans son organisation intérieure des repères extérieurs désignés et normés ?

Méthode

9Cette étude s’appuie sur un travail de terrain d’une durée de dix-huit mois. Une présence régulière sur les lieux de l’expérimentation occasionne de nombreuses interviews semi-directives, aux questions ouvertes, avec les usagers du G.E.M, son directeur, son psychologue et la gestionnaire de l’établissement. Puis des vidéos et photos sont commandées par la responsable de la Cité du design et mises à ma disposition12. Ainsi, cette grande variété de données est un atout pour tenter de lire aussi entre les lignes. Plusieurs entretiens plus directifs, aux questions moins ouvertes, sont réalisés, avec les acteurs du projet (c’est-à-dire les responsables du secteur des recherches, la responsable des expérimentations, le designer-animateur des ateliers, ainsi que la vidéaste, chargée de la communication), au sein la Cité du design entre novembre 2013 et avril 2015. Le choix des questions plus ouvertes pour les acteurs du G.E.M sont initié par les premières observations durant lesquelles ceux-ci semblaient intimidés, peu loquaces, avec souvent une volonté de bien faire, de bien dire ce qu’il faut. Par contre, le choix des interviews avec des questions plus directives pour les acteurs de la Cité du design, permettait de mesurer leur lucidité sur certains éléments. Car ce sont des acteurs très souvent en relation avec les autres, soucieux de valoriser ce qu’ils font et de trouver des financements. Le projet a été largement porté par les médias du territoire et j’ai pu assister aux interviews et tournages. Le matériel à ma disposition est donc riche et multiple. Au sein du G.E.M. Lucien Bonnafé, j’ai pu participer aux activités de design participatif, considérées « comme une première en France ». Ma présence en tant qu’étudiante en sociologie a été facilitée par le fait que précédemment, en tant que plasticienne et art-thérapeute spécialisée dans les problématiques carcérales, j’avais répondu, avec la Cité du design, à un appel à projet sur la question des sortants de prison. Les acteurs de la Cité du design m’ont présentée au G.E.M comme personne ressource, avec pour mission d’évaluer le projet. Ainsi, ma présence à dû être suffisamment longue pour que l’idée d’évaluation se détache de mon attitude. Lors de ma première visite au G.E.M., j’avais pour préoccupation de me rendre sensible à l’intérêt des activités artistiques et créatives du lieu. De précédentes recherches m’avaient permis d’évaluer les interactions entre le monde de l’enfermement carcéral et les sensorialités, dans le cadre d’un diplôme d’art-thérapeute à la Faculté de médecine de Grenoble, dirigé par Bernard Andrieu13. Lors de ma première rencontre avec les usagers du G.E.M, je me suis présentée et j’ai redéfini l’art-thérapie telle que je la pratique en faisant référence à la méthode de l’école de formation14. Après quelques explications, mes interlocuteurs (Rémi le directeur, Julien le designer, Caroline la responsable des expérimentations) m’ont exposé leur propre perception de l’art et de leur vécu artistique. J’ai alors proposé d’aider au déroulement des ateliers, d’être l’assistante du designer. Les responsables des expérimentations souhaitaient avoir mon regard sur l’action participative et ses effets sur le bien-être des adhérents. Mes précédentes expériences dans le monde de l’art et ses approches thérapeutiques m’avaient appris à établir une relation avec le patient construite par une approche globale, basée sur les goûts et les valeurs de ce dernier, et pas seulement sur sa maladie. Dans ma pratique d’art-thérapeute, l’art est au centre de la thérapie, qu’il soit spécifique, singulier, quelquefois improbable, l’intention reste toujours de mettre au cœur du propos les repères esthétiques du patient, ce que j’appelle son « idéal esthétique ». Ce dernier est ancré autant dans une culture, un vécu, qu’une maladie. Côtoyant autant l’art brut que l’art contemporain, mon approche esthétique tente de se soustraire aux normes.

Terrain

10Que vous preniez la rue Michelet de Saint-Étienne dans un sens ou dans l’autre, les enfilades d’immeubles se succèdent, mais aucune ne peut retenir l’attention. Seule une rupture dans la monotonie d’alignement peut toutefois attirer le regard lorsque vous voyez écrit : « Centre médico-psychologique, CHU universitaire de Saint-Étienne ». Une façade neutre et austère, [digne de ce nom], une enseigne en noir et blanc résistant particulièrement à toute originalité même typographique. En face, juste en face, un G.E.M. dans lequel j’ai mon premier rendez-vous, ce vendredi 6 décembre à 10H, pour observer une expérimentation de design participatif avec des personnes souffrant de troubles psychiques. Les locaux présentent deux entrées et une façade en marbre gris. Pas d’inscriptions pour annoncer l’établissement, mais un bon nombre de propositions artistiques en vitrine. Ma stratégie est d’arriver plus tôt afin de glaner quelques premières impressions. Je découvre une rue à sens unique. Bien des choses à dire sur l’idée des voies uniques, du sens, du sens unique, et du contre-sens … mais déjà Madame C sort du centre médico-psychologique, traverse la route sans regarder le sens opposé aux automobiles. Elle semble donc bien connaître les lieux. Elle s’approche de la porte du G.E.M. près de laquelle je me suis avancée. La porte est fermée. Mme C a un énorme angiome sur le visage qui lui déforme la lèvre inférieure. Elle me dit bonjour, je la salue, me présente et explique : » Je viens pour la réunion de préparation du projet design ». Ma première inquiétude était de savoir comment être introduite sans que ma présence ne soit perçue comme une intrusion. J’explique que j’ai rendez-vous avec Rémi (directeur du G.E.M.), Julien (le designer) et Caroline (responsable des expérimentations pour le pôle recherche de la Cité du design). « Ils seront en retard, me dit-elle, et vous verrez que Rémi viendra avec son chien ; il a toujours son chien avec lui ». Il n’y avait ni reproche ni ressentiment, elle me donnait la description simple de ce qui se passerait quelques minutes plus tard. Le temps d’échanger sur la météo, la température et les banalités de la vie, Mme C. venait, comme souvent, boire un verre et voir du monde. Le projet design ne l’intéressait pas. Je n’osai pas poser de questions… Pour Julien, designer qui a répondu à l’appel à projet et a été sélectionné, pour cette expérimentation, c’est une deuxième expérience de design participatif. En effet, c’est le designer du projet : » Je participe à la rénovation de mon école », présenté à la Biennale 2013, celle-là même qui a attiré l’attention de Rémi, l’a amené à solliciter la Cité du design pour son projet de rénovation des locaux. Julien innove dans ce domaine. Les publics spécifiques l’intéressent. Julien en a assez des architectes-designers qui se « moquent complètement des fonctions des lieux, construisent en ne pensant qu’à leur propre image, pour chopper de nouveaux contrats ».
Dès que l’on passe la porte du G.E.M., on est confronté à des présences singulières. La souffrance psychique se voit, dans le geste, la parole, l’attitude, la posture... Bien des usagers présentent aussi des handicaps physiques. Les efforts pour entendre lorsque l’on est malentendant occasionnent bien des gestes et des postures qui peuvent sembler étranges. Les efforts pour être en relation avec les autres lorsque les mécanismes d’expression sont altérés peuvent donner une image effrayante de la personne. Les innombrables grimaces permettant l’expression verbale de certains usagers, présentent quelques fois bien des caractères burlesques. Pour entrer dans ce lieu, il est nécessaire de faire un effort, une sorte de mise à distance, pour ne pas grimacer nous aussi. On doit prendre son élan pour avoir la position juste, c’est-à-dire ne pas renvoyer à l’autre ses difficultés. Cet effort sollicite une connaissance de soi et un réajustement des postures relationnelles. Pas de recette miracle, les échanges se réajustent à chaque instant et demandent beaucoup d’énergie. C’est un travail de « corps », loin de la relation sociale stéréotypée.
Si la Biennale 2015 devait présenter cette nouvelle expérience de design participatif dans le catalogue, le projet du G.E.M. serait finalement très brièvement annoncé sous le titre : « Autonomie et bien-être » Il est important de s’attarder quelques instants sur l’exposition de la Biennale 2015. Nommée « Les sens du beau », cette nouvelle biennale est présentée comme une mise en scène des différentes amplitudes, des repères esthétiques. Les codes que cette institution souhaite mettre en avant donnent des repères esthétiques, des normes médiatisées. Cette exposition témoigne de la volonté des disciplines artistiques, sociales, scientifiques, d’échanger aujourd’hui sur les questions esthétiques du beau, des sensorialités, du sens, de l’objectivité et de donner à penser hors du champ esthétique. Les émotions sont au rendez-vous de l’exposition afin de « cadrer » ce qu’éprouve le spectateur. Celle-ci fait une large part à la norme esthétique en l’interrogeant autour de concepts sociaux. La difformité et le grotesque sont très présents. Il semble que le grotesque proposé soit présenté comme limite. C’est cette notion d’amplitude, de diversité des sensations, que l’on doit mettre face à la notion de norme. Les usagers ont un regard plus singulier que « normé ». Moins tributaires de la mode, plus à l’écoute de leur histoire (de leurs obsessions, délires…) et de leur ressenti, quels qu’ils soient. D’ailleurs, ce qui était présenté à l’exposition « Homework, Une École Stéphanoise », que certains usagers ont visité lors de la mise en place du projet, n’a pas beaucoup plu. « Ce n’était pas notre style », m’ont-ils expliqué. À la question : Comment avez-vous trouvé l’exposition des objets design à la Cité ?, les réponses ne recèlent aucun enthousiasme. Il y avait malgré la présence de Julien, des avis polis mais peu d’élan vers ce qu’ils appellent « la modernité, la nouveauté ». Le design leur semble trop « impersonnel », « neutre », « hors du vivant ». Ce que les regards des usagers proposent, au-delà des troubles psychiques, c’est de garder une singularité qu’ils peuvent exprimer s’ils prennent leur temps. Aussi, la maladie, leurs troubles, se heurtent à la conformité. Leur mal- être existe à cause de cette conformité. Ce qui leur semble important, c’est lorsqu’il y a de « l’humain, du vivant » dans la proposition artistique. Notre environnement est de plus en plus organisé par des objets industriels où ils ne décodent « plus d’humain ». Peu d’espaces sont laissés au hasard de goûts singuliers ou atypiques. Au nom de la démocratisation du beau, le design semble vouloir servir à « normer » l’environnement. Certains usagers semblent revendiquer leur différence face au marketing et leur maladie fait partie de cette différence. Il y a une sorte de résistance à ne pas faire partie du monde capitaliste, « tout pareil » « trop froid, et c’est pas nous ». La maladie mentale se présente presque comme une résistance politique. Ainsi, lorsque le projet impose des repères esthétiques de design très « branchés », l’enthousiasme n’y est pas. Leur goût n’est pas normé par les politiques culturelles auxquelles ils se sont peu frottés.
Julien souhaite aborder le projet en évitant toute stigmatisation. Il considère les usagers comme des gens normaux. Or, dans ce projet, ce n’est pas uniquement la maladie mentale qui fait écho ; c’est son rapport avec le monde que Julien n’a pas pris le temps d’étudier. Approcher les usagers comme des personnes « normales » semblait bienveillant pour Julien ; mais justement, les usagers revendiquent une singularité que les médicaments ont tendance à anesthésier. En oubliant la personnalité des usagers, le designer ne pouvait s’approcher de leur goût et de leur spécificité. En les rendant normaux, il les identifiait à une image qu’ils ne pouvaient, ni ne voulaient incarner vraiment. Julien a abordé le projet de façon superficielle, par son enveloppe, pas de manière incarnée. Mais les projets design travaillent l’enveloppe des objets souvent en lien avec des projets efficaces et rapides ! Et ne s’attardent que sur l’image. Si le G.E.M. est un lieu de réinsertion, il se confronte ici à l’idée de l’image par le design. Un changement dans la réorganisation du groupe attire mon attention. Dans ses nouveaux aménagements, une petite scène, une estrade d’un mètre cinquante par deux sur laquelle bien des activités avaient lieu, va être supprimée. Cette scène permettait souvent cette catharsis thérapeutique bien connue des psychiatres. Si cette scène pouvait être pour les patients le lieu de l’irreprésentable, du grotesque, elle ne trouvait aucun crédit auprès de Julien et des éducateurs qui étaient prêts à la sacrifier. La scène est le support du spectacle vivant pour toute personne malade ou non. Aussi, sa disparition fait signe vers une image qui a oublié les corps et leurs émotions.

Discussion

11La maladie mentale est avant tout un corps.
Au nom d’une image lisse, non inquiétante, le G.E.M. doit-il (peut-il) faire entrer dans son organisation intérieure des repères extérieurs désignés et normés ? L’établissement s’est intéressé à son image, mais c’est un lieu où des corps en souffrance se rencontrent. Dans cet espace, la différence semble presque être devenue une force. On mesure cette contradiction existentielle d’être intégré tout en restant soi. Sur l’estrade que l’aménagement a supprimée, les corps proposaient des jeux scéniques de comédie, mais surtout des karaokés « qui faisaient du bien à tout le monde, autant à celui qui chantait qu’à celui qui écoutait ». Cet espace cathartique, la scène du visible, une image incarnée sans pour autant être une réalité, semblait importante. Aujourd’hui, les usagers jouent à des jeux de société (jeux d’échecs, bataille, dames…). Cependant, le projet nous rappelle que « la scène sociale » doit être visible et contrôlée, mais pas forcément incarnée. La folie est tout sauf une image pour les adhérents du G.E.M. ; elle est une réalité corporelle, des réajustements constants aux médicaments, aux regards, aux besoins. Et, malgré les camisoles chimiques, les personnes souffrant de troubles psychiques sont en bataille avec un corps, un vrai corps, loin de toute « re-présentation ». Le projet design a vite mis en avant que les usagers avaient leurs propres repères qui n’étaient pas dans « l’ordre social ». Si la médecine permet d’entrer dans la norme, (médicaments, prothèses…), la « folie » résiste. La maladie mentale semble montrer la limite aux normes esthétiques ambiantes imposées par le design et nous suggèrent d’autres repères. Les limites des identités peuvent-elles parler en leur nom dans ce mouvement centrifuge autour de normes esthétiques occidentales ? Ce projet semble nous dire que non. Si une image est manipulable, le corps en souffrance ne triche pas. Les normes esthétiques s’organisent de plus en plus autour de l’image en deux dimensions, les écrans sont rois et dissimulent... Or, les personnes souffrant de maladie mentale nous rappellent qu’elles ont un corps incarné et sensible, en trois dimensions, en interaction avec les autres et leur environnement avec lequel l’intégration n’est pas si simple, surtout si les regards ne sont plus capables de réajustements et stigmatisent un corps si douloureusement instable. « L’adaptation à un milieu personnel est une présupposition fondamentale de la santé », nous dit G. Canguilhem (2009). Il met l’accent sur les transformations que l’Homme impose à son environnement pour arriver à sa mesure, et à la mesure de ses valeurs. Le marketing design et la société contemporaine ont créé un environnement dans lequel tous les hommes ne se retrouvent pas. « En un sens, il n’y a pas de sélection dans l’espèce humaine dans la mesure où l’homme peut créer de nouveaux milieux » (Canguilhem, 2009), nous dit-il. La sélection se fait donc par un milieu fabriqué par un monde industriel. Le projet de design participatif est mis en place sur ce principe. Comme si aider des malades mentaux à s’intégrer, c’était aussi leur demander d’accepter les valeurs esthétiques dictées par un marketing leur permettant une meilleure intégration sociale.
Le projet de design participatif nous montre les dangers de glissements des valeurs culturelles vers des repères de santé lorsque l’esthétique contribue au bien-être social.
La question sociale contenue dans le bien-être complet physique, mental et social que défini la santé, ne peut s’isoler dans « le pouvoir » dénoncé par Michel Foucault, où les normes sont dictées par une culture au service de la santé, et une santé au service de la culture. « La situation du vivant, son être dans le monde, c’est une condition, ou plus exactement, c’est un conditionnement », nous rappelle G. Canguilhem (2009). Michel Foucault sait nous dire que le savoir, c’est le pouvoir. Or, pouvoir savoir être dans la norme semble essentiel lorsqu’il est question d’intégration sociale. Car, même si la norme semble se constituer comme une évidence, elle n’a rien d’inné.
Lors d’un projet culturel, la maladie mentale ne se rencontre pas uniquement par les symptômes décrits dans les nomenclatures médicales. La maladie mentale, c’est avant tout un corps. La disparition de la scène me semble correspondre à la nécessité très actuelle de faire image et d’oublier le corps. Ce corps a ses spécificités qui nous parlent souvent de choses essentielles, de ses difficultés humaines, obscènes, qui n’ont plus de scène pour être révélées et contenues. Rendre notre environnement de plus en plus esthétique contribue à diminuer nos capacités à approcher les êtres singuliers. Loin des nosologies, ces derniers demandent un effort de réajustement, une capacité à « faire avec ». Ainsi, en mettant en veille ses sensations, ses émotions et en véhiculant une image désincarnée, le projet social ne prend aucun risque à demander l’avis de personnes ayant des troubles psychiques lorsqu’elles sont encadrées par un projet design et anesthésiées par des médicaments.
La maladie mentale montre des limites aux interactions sanitaires et sociales. Lorsque la santé incorpore les valeurs esthétiques, elle dicte des repères culturels. Cependant, c’est un corps qui sent, ressent, pressent, les gratifications sensorielles qu’il tente d’apprivoiser pour déterminer son goût. L’expérience a montré que les plaisirs sensoriels utilisés par le design ne fonctionnaient pas de la même façon sur les personnes ayant un traitement neuroleptique. Anesthésiés, ils ne réagissaient pas aux gratifications sensorielles primaires que le design mobilisait habituellement.
Lorsque la santé aux prises avec les normes ISO et le DSM 515 prend en charge la question sociale, elle s’accorde des interactions avec des valeurs culturelles que la biopolitique ne semble vouloir contrôler.

Conclusion

12Les difficultés de corps et d’image que rencontrent les malades mentaux mettent en évidence le besoin de rester sujet et non objet d’une norme.
Rencontrer les usagers du G.E.M demande un effort auquel on est de moins en moins confronté, car le monde qui nous entoure « soigne son image ». La misère et la maladie sont cachées. L’exemple de Mme C permet de « formaliser » la difficulté d’une personne « normale » face à une personne « hors norme ». Même sans difformité physique, la maladie mentale engendre des grimaces et autres mouvements de corps particuliers. Mme C montre plusieurs choses en lien avec l’idée d’image et de norme. Dans un G.E.M., la patiente se sent à l’aise alors qu’à l’extérieur les regards pèsent sur elle.
Comment « l’Autre » peut-il créer une aide et organiser une limitation des causes par l’extérieur ? Le regard de l’autre stigmatise. Adulte, il est notre première interaction avec le monde, mais il est aussi un jugement. Le regard est le mode de connaissance privilégié du monde contemporain. Ce qui est mis en évidence, c’est une norme qui existe plus dans l’environnement que dans le sujet. Dans l’analyse d’Anne Lovell liée au handicap et à ses limites, l’accent est mis sur cette notion d’intérieur et d’extérieur. L’auteur insiste sur les dispositifs de santé mentale voués à l’inclusion et à l’intégration sociale. « Les usagers se “sentent handicapés” par la division entre l’“intérieur” et l’extérieur du monde des “normaux”, dans lequel leur handicap demeure visible ». Ainsi, le handicap est défini par ce qui le caractérise au sein d’une norme en constante fluctuation, et complètement lié à un espace et à un temps donné. Michel Foucault articulait autour du « regard clinique » combien la définition de tout objet était tributaire de celui qui le recevait, reflétait la difficulté du regard qui faisait sens. Les propositions sociales ont apporté des G.E.M. afin d’aider les malades. Or, cette réponse est centrée sur le malade et son intégration, alors que la relation se construit par deux parties (émetteur et récepteur). Les ateliers du G.E.M. rendent visible la maladie mentale par un autre mode opératoire que la parole. L’effort nécessaire pour entrer en relation avec « la maladie mentale » me semble être la jonction entre le corps et le social. Plus notre environnement est codé et plus cela nous demande d’effort pour entrer en relation avec autrui. En rendant confortable et normé notre environnement, l’organisation sociale rend plus difficile l’approche de la différence et la santé ne semble pas échapper à ce phénomène. Ces efforts de postures et ses réajustements sont nécessaires lorsque l’on est dans un G.E.M. La rencontre avec la difformité, l’atypique, demande un effort de moins en moins possible dans un environnement de plus en plus lisse et rapide. La relation complexe requière du temps. Afin que chacun puisse faire un pas il faut du temps.
En d’autres termes, le projet révèle la limite de la prise en charge extérieure. Si le monde occidental s’est construit en créant des limites des frontières, un dedans et un dehors, son organisation a souvent toutes les solutions (et de manière générale, la santé, l’éducation, le care, …) ou réponses extérieures, a un problème ou questionnement intérieur. De manière générale, la solution est extérieure, créant une limite entre celui qui sait, et celui qui ne sait pas, celui qui souffre et celui qui soigne… Cependant, les échecs montrent que c’est dans ces écarts qu’il manque du lien.
Ce réflexe de réponse extérieure est sans compter toute interaction et plasticité, réduisant les interactions humaines à des comportements causals. Or, l’humain est un espace très peu rationnel et toujours labile.
L’organisation I.S.O s’est construite sur des nécessités industrielles. En mettant ce modèle au service de toutes les activités humaines, elle trouve ses plus franches limites dans la santé, et surtout dans la santé mentale. Ce modèle normatif est conçu pour une industrie en lien avec la matière, les objets, une entité tangible et objective. Or, l’être humain ne se réduit pas à un objet, et ce qui le définit c’est justement cette inconstance et ce mouvement qui le transforme constamment.
Cette expérimentation révèle que la psychiatrie se conjugue à la question sociale, mais aussi anthropologique lorsque l’on interroge les capacités de socialisation par l’image, ces capacités se trouvant autant à l’intérieur de l’individu qu’à l’extérieur. Si la norme est une nécessité, elle est avant tout un rapport en tant que relation, espace entre les choses. La norme sous-entend un besoin de conformité, un rapport entre deux éléments, demandant à l’un de se conformer à l’autre…. sans compromis, sans négociation, sans prendre en compte la relation qui doit se dire.
Alors que l’écart qui dans un rapport trouverait sa solution dans l’espace médium entre les deux éléments, la norme demande à l’un de devenir l’autre. Si la maladie mentale s’est organisée loin des normes, c’est bien parce qu’il y a des impossibles. Des domaines aussi éloignés que la psychiatrie et le design peuvent témoigner de ces difficiles rapports. Cependant, le design a organisé un travail de mise à la norme en considérant les personnes présentes comme normales. Une relation dans laquelle les deux acteurs s’engagent. Les échecs de certains traitements médicamenteux trouvent souvent leur réponse dans cet écart. Prendre en compte l’individu, là où il se trouve, semble un enjeu de plus en plus complexe dans un monde de plus en plus normatif et de moins en moins labile. Ce travail peut permettre, dans une analyse globale de certains domaines et de leurs principes, de mettre la question sociale au centre des fonctions, avec les principes de relation et de paraître. Ainsi, ce tableau synthétique me permet d’avancer les idées en lien avec la fonction sociale.

DOMAINE

Principes

Humain

Santé

Sciences

Philosophie

Esthétique

Nature

Être/Inné

Physique

Biologie

D’où je viens

Bon

Sens

Avoir/Acquis

Mentale

Psychologie

Qui je suis

Bien

Fonction

Relation / Paraître

Sociale

Sociologie

Où je vais

Beau

  • 16 . Le matérialisme est une conception philosophique qui soutient que la seule chose pouvant être con (...)
  • 17 . Que l’on peut opposer à la conception asiatique qui met la relation au centre et non la matière.

13Ainsi, lorsque dans les principes de santé la question de la relation devient essentielle, elle semble remettre en question les fondements des principes de notre société matérialiste16 qui n’a pas intégré dans son fonctionnement l’importance de la relation, qui s’organise autour d’une objectivité, considérant l’humain, la maladie comme objet. Pourtant l’homme n’est pas matière, ou s’il l’est, cette matière est souvent imprévisible. Les ateliers de design participatif que j’ai pu observer, en ont souvent fait les frais. Au centre, la relation a demandé bien des efforts que tout le monde ne pouvait pas faire. Seule l’expérience permet d’éprouver l’importance des relations et interrelations. Lorsque la normalité aborde les questions sociales ou la santé, elle révèle le caractère matérialiste de notre conception occidentale17. Il est urgent d’écouter les personnes « hors-normes », tel des garde-fous, elles nous aident à voir les écueils que nos regards normés et pressé ne savent plus voir.

Haut de page

Bibliographie

Articles

Andrieu, B. (2004). La fin de la biopolitique chez Michel Foucault : le troisième déplacement. Le Portique, 13-14, [En ligne], https://leportique.revues.org.

Autes, E. (2014). La démocratie sanitaire à l’épreuve de la psychiatrie : comment « faire une place » à un « usager » dans un réseau de professionnels en santé mentale ? Anthropologie & Santé, 8 | 2014, [En ligne], https://anthropologiesante.revues.org.

Drancourt, M. (2006). Entre l’exclusion et l’inclusion : quelle place pour l’émancipation des usagers ?...Les GEM. Empan, 64, 87-94, [En ligne], https://www.cairn.info/revue-empan-2006-4-page-87.htm.

Georgieff, N. (2009). Neurosciences et psychiatrie : intégration ou grand écart ? L’information psychiatrique, 2009 | 5(85), 429-438, [En ligne], https://www.cairn.info/revue-l-information-psychiatrique-2009-5-page-429.htm.

Gomes-Saint-Bonnet, M. (2011). Compte rendu SAMÉ M., Séminaire « Vie Normale, vie handicapée », Département Éthique Biomédicale, Séance du 06/04/2011, Collège des Bernardins.

Tosquellas, J. (2004). Courriers Tosquelles-Balvet. Sud/Nord, 1/ 2004 (19), 171-184.

Catalogue

(2013). L’empathie ou l’expérience de l’autre. Biennale internationale design, St-Étienne.

(2015). Les sens du beau, Biennale internationale design, St-Étienne.

Filmographie

Ellul, J. (1994). L’homme entier : entretien, promenade en mer. Centre G. Pompidou.

Haman, M. (2009). Après la folie. Plan large production.

Pichon, P., Caræs, M.-H. (2012). La recherche s’expose ; le film. Centre Max Weber.

Rèbre, I. (2006). L’eau du bain. Compagnie des phares & balises.

Steigler, B. (2014). Vidéo conférence. Séminaire Pharmakon.fr, nouvelle critique de l’anthropologie, [En ligne], http://pharmakon.fr/wordpress/le-seminaire/.

Ouvrages

Afsa, C. (2013). Design de service. Paris : Cité du Design.

Andrieu, B. (2010). Le monde corporel ou la constitution interactive du soi. Lausanne : L’Âge d’Homme.

Canguilhem, G. (2009). La connaissance de la vie, Paris : Vrin.

Cottereau, J.-P. 1976). Fabriquer la folie, trad. M. Manin. Paris : Payot.

Demailly, L. (2011). Sociologie des troubles mentaux. Paris : La Découverte.

Descola, P., & Ingold, T. (2014). Être au monde : quelle expérience commune ? Lyon : PUL.

Elias, N. (1997). La société des individus. Paris : Pocket.

Elias, N. (1997). La civilisation des mœurs. Paris : Pocket.

Flamand, B. (2013). Le design : essais sur des théories et des pratiques. Paris : IFM/Regard.

Foucault, M. (1966). La pensée du dehors. Critique, 229.

Foucault, M. (1954). Maladie mentale et personnalité. Paris : PUF.

Foucault, M. (1974). La naissance de la médecine sociale, Dits et écrits, T. III. Paris : Gallimard.

Gardou, C. (2014). Handicap, une encyclopédie des savoirs. Paris : Érès.

Gardou, C, Laplantine, F. (2014). Les savoirs de l’anthropologie. Paris : Érès.

Giromini, F. (2011). Manuel d’enseignement de psychomotricité. Bruxelles : De Bœck/Solal.

Goffman, E. (2001). Stigmate, les usages sociaux du handicap. Paris : éd. de Minuit.

Goffman, E. (1987). Façon de parler. Paris : éd. de Minuit.

Goffman, E. (1975). Asile. Paris : éd. de Minuit.

Guay, H. (2007). Sade et Espace Libre. L’Annuaire théâtral : revue québécoise d’études théâtrales, 41, 103-118.

Jæger, M. (2000). L’articulation du sanitaire et du social. Paris : Dunod.

Jeudy, P.-H. (1999). Les usages sociaux de l’art. Paris : Circée.

Le Breton, D. (2012). L’interactionnisme symbolique. Paris : PUF.

Leroi-Gourhan, A. (1964). Technique et langage. Paris : Albin Michel.

Lipovetsky, G., Serroy, J. (2013). L’esthétisation du monde. Paris : Gallimard.

Midal, A., (2011). Design, l’anthologie. Genève : Cité du Design/ESADSE/HEAD.

Rancière, J. (2012). Le partage du sensible. Esthétique et politique. Paris : La Fabrique.

Simmel, G. (2013). Sociologie, étude sur les formes de la socialisation. Paris : PUF.

Simondon, G. (2012). Du mode d’existence des objets techniques. Paris : Aubier.

Steigler, B. (2006). Du design comme sculpture sociale. In B. Flamand, Le design, essais sur des théories et des pratiques. Paris : IFM/ Regard.

Steigler, B. (2004). De la misère symbolique. Paris : Galilée.

Steigler, B. Économie de l’hypermatériel et psychopouvoir, Entretiens avec Philippe Petit et Vincent Bontems, 2008

Ouvrage collectif

Boëtsch, G, Andrieu, B., Le Breton, D., Pomarède, N., Vigarello, G. (2010). La belle apparence. Paris : CNRS.

Sites

http Citédudesign.

http Iso.org.

Haut de page

Notes

1 . Article L114 du Code de l’action sociale et des familles, inséré par Loi nº 2005-102 du 11 février 2005, art. 2I, Journal Officiel du 12 février 2005.

2 . Caractère de ce qui est idéal. Dans la Critique de la Raison pure de Kant, la double affirmation de l’idéalité transcendantale et de la réalité expérimentale est formulée en termes particulièrement heureux dans l'exposition du concept d’espace (Gardeil, 1935, p. 96).

3 . Site http://www.citedudesign.com.

4 . www/Techno-Science.net.

5 . Bernard Stiegler, (2008). Économie de l'hypermatériel et psychopouvoir, Entretiens avec Philippe Petit et Vincent Bontems.

6 . Mauss, M. (1991). Sociologie et Anthropologie. Paris : PUF.

7 . Foucault, M. (1954). Maladie mentale et personnalité. Paris : PUF.

8 . Andrieu, B. La fin de la biopolitique chez Michel Foucault : Le troisième déplacement ». Le Portique [En ligne], 13-14 | 2004, mis en ligne le 15 juin 2007. URL : http://leportique.revues.org/627.

9 . S’il est vrai que tout commence avec l’étymologie, alors celle du mot « esthétique » est particulièrement intéressante. Du grec aisthèsis (sensation, sentiment, sensibilité), aisthèton (sensible), et plus précisément de l’adjectif aisthétikos (« qui peut être perçu par les sen »), l’origine linguistique met d’emblée l’accent sur le sensible. C’est ce qui explique, par exemple, qu’on puisse encore trouver en 1781, au début de la Critique de la raison pure de Kant, le titre d’« Esthétique transcendantale » attribué à une théorie de l’espace et du temps comme forme a priori de la sensibilité (à noter qu’il n’est absolument pas question ici ni d’art, ni de beauté). Cela étant, le mot ne vient pas de Kant, mais d’un autre philosophe allemand de la première moitié du XVIIIe siècle, Baumgarten (1714-1762).

10 . La santé est définie par l’OMS, « comme bien-être complet, physique, mental, et social ».

11 . www.iso.org/iso/fr/home/about.html.

12 . Site http://www.citedudesign.com/fr/la-recherche/PROJET_66.

13 . Bernard Andrieu, épistémologue du corps, http://recherche.parisdescartes.fr/tec/Membres/Membres-statutaires/ANDRIEU-Bernard.

14 . AFRATAPEM : Association Française de Recherches et Applications des Techniques Artistiques en Pédagogie et Médecine. « L’art-thérapie est l’utilisation du potentiel artistique à visée thérapeutique et humanitaire ». Je précise et insiste sur le fait que ma méthode n’est pas de la psychologie à support artistique, mais bien un travail en lien avec la phénoménologie de l’action artistique. La méthodologie n’est pas psychologique avec une quête du « pourquoi », mais une approche de l’individu dans sa globalité pour s’appuyer sur le « comment », aider la personne à aller mieux grâce à l’art.

15 . Le DSM-5 est la 5ème édition du DSM (de l'anglais Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders) ou Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux publié en 2013.

16 . Le matérialisme est une conception philosophique qui soutient que la seule chose pouvant être considérée comme existante est la matière.

17 . Que l’on peut opposer à la conception asiatique qui met la relation au centre et non la matière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Odile Girardin-Gantier, « Un projet de design participatif dans un GEM, révèle les interactions entre les normes esthétiques et les normes de santé », Recherches & éducations, HS | 2017, 31-51.

Référence électronique

Odile Girardin-Gantier, « Un projet de design participatif dans un GEM, révèle les interactions entre les normes esthétiques et les normes de santé », Recherches & éducations [En ligne], HS | Mai 2017, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/2952

Haut de page

Auteur

Odile Girardin-Gantier

Plasticienne et art-thérapeute en milieu carcéral

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals