Navigation – Plan du site
Dossier

Y a-t-il (encore) une place pour la rééducation dans le système scolaire ?

Bettie Chiron

Texte intégral

1Vouloir faire connaître le métier de rééducateur alors que les textes fondateurs datent de 1970 et qu’actuellement, la fonction est insidieusement supprimée, voilà qui me paraît symptomatique d'une oraison funèbre ; c’est devant le cadavre que l'on reconnaît les qualités du « cher disparu » qui est parti trop tôt.

2Notre époque idolâtre les champions, donc l’école fabrique des gagnants (et tant pis pour les boiteux) mais attention !  On reste « moral » ostensiblement et les textes officiels « dégoulinent » de bonnes intentions à propos des enfants défavorisés tandis que les départs à la retraite des rééducateurs ne sont pas compensés ; alors que ce sont bien eux qui aid(ai)ent à transformer l'enfant en élève quand l’école ne suffisait pas à effectuer ce passage, quand un ailleurs dans les écoles était nécessaire.

3Pour faire tomber les résistances aux apprentissages, le rééducateur utilise une médiation, un  détour.  L'enfant  aime certaines activités ou il peut "mettre en jeu" ses problèmes personnels et découvrir le plaisir d'apprendre : ainsi se définit le rôle de rééducateur.

4Nous eûmes des errements à la recherche de notre identité, divers théoriciens éclairant le chemin de nos pratiques : Chassagny, Rogers, Lentin, Darrault. Inconfortable de se définir par la négative : ni maître, ni thérapeute !  Difficile d'être reconnu comme Autre quand on a d'abord une formation d'enseignant.

5Difficile de prendre en compte les spécificités de l’enfant-élève quand on est dans l’école. A travailler dans l’entre-deux, on devient résistant et les incertitudes nous rendent vigilants….. Mais la fonction de rééducateur survivra t’elle dans ce monde de rentabilité ?

« …tout rapport au savoir comporte (…) une dimension identitaire : apprendre fait sens en référence à l’histoire du sujet, à ses attentes, à ses repères, à sa conception de la vie, à ses rapports aux autres, à l’image qu’il a de lui-même et à celle qu’il veut donner aux autres. » Bernard Charlot (1999, pp. 84-85)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bettie Chiron, « Y a-t-il (encore) une place pour la rééducation dans le système scolaire ? », Éduquer [En ligne], 3 | 2002, mis en ligne le 15 octobre 2008, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/299

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals