Navigation – Plan du site
Dossier

Déficiences et ritualité de l’interaction

Du corps exclu à l’éducation corporelle
Anne Marcellini

Texte intégral

Eduquer le corps, Handicaper…

1Handicaper… Si l’on se réfère aux modélisations théoriques les plus récentes (Ravaud J.F. & Stiker H.J., 2000a, 2000b) une déficience peut handicaper. Mais pas forcément. C’est à dire qu’elle peut générer, pour le sujet, une situation de désavantage social. Ou non… La potentialité de désavantage social que recèle une déficience est actualisée ou pas, dans le modèle social du handicap, selon les capacités développées par le sujet et surtout les situations et environnements dans lesquels il évolue. L’objet de cet article sera de montrer comment, pour des personnes présentant une déficience, le corps et le travail sur le corps interviennent dans la production du handicap, et plus précisément dans la production ou l’annulation des désavantages au regard de la participation sociale.

2Depuis le début des années 1980, l’éducation physique et sportive spécialisée et les activités physiques adaptées (A.P.A.) se sont institutionnalisées et officialisées, et proposent à l’enfant et à l’adulte présentant des déficiences une pédagogie adaptée favorisant des apprentissages moteurs, cognitifs et sociaux qui visent l’optimisation de leurs capacités, et de leur intégration sociale. Les professeurs d’A.P.A.1 s’interrogent régulièrement, au-delà des questionnements strictement didactiques ou pédagogiques, sur le sens de leur enseignement, sur les objectifs qu’ils poursuivent avec les différents publics avec lesquels ils travaillent, et sur les effets de leur enseignement. En effet, l’éducation physique et sportive peut être envisagée comme contrainte externe, comme contrôle social pouvant produire la mise en conformité du sujet au regard des attentes du système à son égard, injonction de mise en conformité interprétée comme aliénation du sujet à une structure sociale qui limite voire empêche l’expression de celui-ci. Pour le dire autrement, l’éducation physique, et en particulier sportive de ces personnes peut être vue comme contrainte d’assimilation, c’est à dire contrainte faite à ces corps différents de devenir « semblables » aux autres, d’entrer dans le modèle normatif du corps performant. Les enseignants en A.P.A sont sensibilisés à cette thèse selon laquelle l’apprentissage sportif contient, entre autres, une dimension de contrôle social réduisant la mobilité du sujet, au sens de sa liberté et de sa dynamique créative2. Cette réflexivité des professionnels sur leur pratique, et sur la tension entre aliénation / libération du sujet par l’éducation physique et sportive adaptée est fondamentale.

3La particularité du public d’élèves dont nous parlons ici, et son « a-normalité » en particulier, nous amène à défendre ici la thèse selon laquelle l’apprentissage de techniques du corps singulières (ici sportives) produit effectivement un contrôle du corps, mais que c’est celui qui autorise une expression et une mise en scène du corps assurant un espace de mobilité pour le sujet. Pour défendre cette thèse, nous nous inscrirons dans une sociologie de l’interaction, au sens où E. Goffman l’a développée, en nous focalisant sur la notion de rite d’interaction, comme concept permettant un regard microsociologique sur les processus d’exclusion/intégration sociale des personnes présentant des déficiences.

Codes corporels, ritualité du social et sécurité dans l’interaction

4Membre du collège invisible appelé l’Ecole de Palo Alto (Winkin, 1981), E. Goffman est perçu comme un sociologue du corps (Crossley N., 1995). C’est ici en premier lieu au regard de ses travaux sur la ritualité dans les interactions de face à face que nous y faisons référence. Erving Goffman montre en effet que l’on peut mettre à jour « l’ordre comportemental qui existe en tout lieu fréquenté, public, semi-public ou privé, que ce soit sous les auspices d’une manifestation sociale élaborée ou sous les contraintes plus banales d’un cadre social routinier » (1974, p.8).

5Edward T. Hall (1959, 1966), lui aussi fortement lié à l’Ecole de Palo Alto et un peu plus âgé que Goffman, s’était déjà intéressé de près, on le sait, à cet ordre invisible de l’interaction dans ses études interculturelles. Il a montré l’existence d’une structuration précise de la distance entre les hommes lors des transactions quotidiennes, en soulignant les dimensions culturelles et inconscientes de l’organisation spatiale de l’interaction.

6Goffman, resté en contact étroit avec Hall, va développer des analyses prenant en compte à la fois la dimension strictement corporelle (distance, gestuelle, mimiques etc.) et son articulation avec la dimension verbale dans ses études sur l’interaction sociale. Il nous livre alors une lecture singulière de l’interaction interpersonnelle, comme musique non écrite mais dont la partition invisible est décryptable comme système de règles incorporé permettant à chacun de « faire bonne figure ». Il nous propose quelques concepts qui vont nous permettre de mieux comprendre et analyser les interactions sociales, leur dynamique, leur maintien mais aussi bien sûr, leurs échecs. Le premier est celui de « face », peu repris dans la littérature sociologique française ensuite, mais dont nous aurons ici besoin. Pour Goffman la « face » est « la valeur sociale positive qu’une personne revendique effectivement à travers la ligne d’action que les autres supposent qu’elle a adoptée au cours d’un contact particulier » (1974, p. 9). Il est clair ainsi que la « face » est toujours liée à un « moment », à une interaction particulière, et qu’elle se construit dans cette interaction même. Goffman explique que généralement, « garder la face » est une condition de l’interaction, et non pas son but. Il propose alors un deuxième concept, celui de « face-work », traduit en français par « figuration » qui désigne « tout ce qu’entreprend une personne pour que ses actions ne fassent perdre la face à personne (y compris elle-même). » (1974, p. 15). En ce sens, on comprend que l’interaction sociale est présentée par Goffman comme un système rituel reposant sur le principe de la figuration, et assurant ainsi à chacun des interactants la garantie d’une certaine sécurité dans la rencontre avec l’autre. Le dernier concept particulièrement important pour notre propos est celui de « tenue », car il fait mention directe du corps en étant défini comme « un élément cérémoniel qui se révèle typiquement à travers le maintien, le vêtement et l’allure et qui sert à montrer à l’entourage que l’on est une personne douée de certaines qualités favorables ou défavorables » (1974, p. 69). Munis de ces éléments théoriques, nous comprenons que la participation sociale et l’intégration sociale sont des processus médiés par des codes sociaux très précis, dans lesquels le corps occupe une place centrale. En effet, pour pouvoir entrer en interaction, et maintenir l’interaction, il convient d’afficher une tenue cohérente au regard de la face que l’on revendique, et faire preuve de capacités de figuration permettant à autrui et à soi-même de garder la face. En outre, la dimension rituelle de l’interaction, qui produit la sécurité et évite l’embarras, est fortement marquée par une logique normative et mimétique référée aux codes sociaux en vigueur.

7La question qui se pose maintenant pour nous est alors de savoir comment telle ou telle déficience peut atteindre cette organisation rituelle, et ainsi éventuellement exclure de l’interaction le sujet porteur d’une déficience.

Déficiences et atteinte des capacités de « figuration » : perturbation du rituel, embarras et sentiment d’insécurité

8La déficience, comme atteinte physique ou intellectuelle, est, on le sait, définie médicalement comme manque. Elle peut générer des incapacités fonctionnelles diverses, et également être associée à une situation corporelle hors norme. Nous allons ici exposer, à partir de quelques exemples de déficiences, comment les sujets concernés posent « par corps », et parfois à leur corps défendant, problème dans l’interaction.

Déficience motrice ou physique et atteinte des codes

9Les gens en fauteuil roulant, pour s’attacher en premier lieu à la représentation sociale la plus commune du handicap physique, sont plus ou moins limités dans la mise en jeu de leur corps, en général et dans l’interaction. C’est évidemment pour eux, en premier lieu la capacité à avoir une « tenue » correspondant à la face qu’ils revendiquent (valeur d’égalité) qui est touchée. En effet, la position assise les assigne à une place physiquement problématique dans l’interaction de face à face : celui qui est assis, ou reste assis, gêne l’autre dans l’interaction : on le regarde de haut, il doit lever la tête (et l’asymétrie rappelle le face à face adulte/enfant, ou encore homme/femme empreint de domination symbolique3). On n’est pas dans le miroir de l’interaction : doit-on chercher un siège ? S’accroupir comme lorsqu’on parle à un enfant ? Cette simple différence de position (assis – debout) crée l’embarras, en référence aux codes normatifs de la déférence qui veulent par exemple que dans ce cas, celui qui est assis se lève face à celui qui s’approche pour le saluer. Ce petit désordre du rituel, en apparence si insignifiant, peut pourtant limiter voire stopper l’interaction. Celui qui est en fauteuil roulant n’est pas « à la hauteur » ( !) des conversations qui se développent entre les gens qui sont debout. Si l’on observe ces situations, on voit que les gens avec lesquels il entame une discussion s’approchent plus que de coutume, en se penchant vers lui pour l’entendre ou se faire entendre. Ce simple décalage atteint la fluidité rituelle de l’interaction rapidement. Si elle se poursuit, c’est que celui qui est debout s’assoit ou s’accroupit, pour reconstruire le face à face symétrique, parfois il a besoin de s’appuyer sur le fauteuil perdant l’équilibre, ce qui perturbe fortement la distance interpersonnelle normalement autorisée, la gêne est alors patente, les excuses de mise, les « ça n’est pas grave » en écho. Puis il se relève, pour clore l’interaction, mais doit se ré-accroupir si la conversation se poursuit. Mais ce décalage semble minime, et l’embarras relatif et dépassable. Il n’en est pas de même pour d’autres déficiences motrices, qui comparées dans l’interaction avec la situation de paralysie semblent beaucoup plus problématiques.

10La difficulté que nous éprouvons souvent à communiquer avec les personnes présentant une infirmité motrice cérébrale (I.M.C.) génère des réductions voire des évitements des interactions de face à face. L’infirmité motrice d’origine cérébrale produit des atteintes du contrôle du mouvement qui peuvent affecter plus ou moins fortement les capacités de langage, de marche, de préhension etc., selon l’importance de l’atteinte cérébrale. Au-delà des problèmes d’élocution, qui perturbent fortement l’interaction verbale, la gêne tient aussi au brouillage permanent des codes gestuels qui découle de la présence de mouvements involontaires et incontrôlés (tics, contractions involontaires etc.) qui empêchent l’interaction corporelle de se dérouler normalement. Il y a en permanence comme une irruption du corps qui ne se tient pas correctement, qui déborde les cadres normatifs des attitudes corporelles attendues. Il y a rupture de « l’effacement ritualisé du corps » (Le Breton D.), celui ci s’impose dans l’interaction, prenant toute la place et empêchant la « tranquillité » de l’interaction sur des modes habituels. Cette réalité corporelle instable, imprévisible, peut être d’ailleurs liée à une grande diversité de troubles neurologiques comme la maladie de Parkinson par exemple. L’étiologie médicale dans sa diversité n’est pas appréhendée directement dans l’interaction : ce qui est « identique » c’est l’incapacité de contrôle moteur, et l’exposition d’un corps non contrôlé, échappant aux règles normatives de la mise en scène du corps. Bien plus encore que la paralysie, ou l’amputation, dont la visibilité est certes directe, mais qui affectent le rite par « anomalie » morphologique ou immobilité partielle du corps, les troubles du contrôle moteur le déstructurent encore plus fortement par l’envahissement et le parasitage de l’interaction qu’ils génèrent. Cet envahissement provoque un sentiment d’insécurité majeur par l’imprévisibilité qu’il installe dans une séquence sociale normalement fortement ritualisée.

Déficience visuelle et questions de code

11Les aveugles et les malvoyants sont également dans une grande difficulté de communication et nous avec eux : compensant souvent par la parole cette perte du regard, il n’en reste pas moins que nous sommes déstabilisés dans une conversation qui semble n’avoir pas de sujet, par absence de regard. En effet les travaux psychologiques et sociologiques sur les interactions de face à face soulignent l’importance de l’échange simultané de regards dans le déclenchement de l’interaction et l’aspect central du « regard mutuel » dans le maintien du contact attentionnel (Goffman E., Conein B., 1998). Au cours des interactions, les visages des sujets sont en étroite correspondance, et les personnes se regardent mutuellement la majorité du temps, dans le cadre d’un codage précis : l’absence d’échange de regard pose problème, et si le regard mutuel dure « trop » longtemps, cela génère également des questions, des inquiétudes ou de la gêne. L’on sait en outre les connotations négatives associées au regard jugé fuyant, signe de duplicité maladroite, attribué à des personnages « louches » qui s’opposent au regard qualifié de « franc » de celui qui vous regarde bien « en face ». Le code d’interaction visuelle est donc très précis, tout en étant incorporé, inconscient, et la déficience visuelle, entravant plus ou moins gravement le regard mutuel affecte profondément l’interaction. Une des modalités classiques de réduction de cet effet de gêne provoquée par l’absence de regard est le port de lunettes noires, et l’attention de la personne déficiente visuelle à l’orientation de son visage vers l’autre. L’interactant voyant, déstabilisé par l’absence de regard mutuel, peut avoir le sentiment de n’être pas écouté, pas compris, parce qu’il ne reçoit pas le signal visuel d’une « attention mutuelle » attendue pour continuer l’interaction. Ne pouvant s’appuyer sur le regard, les voyants vont parfois essayer de renforcer leur discours et l’interaction, classiquement en parlant plus fort, signifiant ainsi le sentiment éprouvé de n’avoir pas été entendus préalablement. Le malaise est patent.

12Par ailleurs, les codes du regard sont intimement liés avec les mises en jeu physiques des partenaires dans l’interaction : les positions, les distances. Tout ce code corporel est très difficile à appréhender par les aveugles : en effet, l’apprentissage de ces codes se fait inconsciemment, par imitation progressive et incorporation informelle, processus inconscients médiés par la vue. Il est dès lors évident que les aveugles de naissance sont dans une situation problématique au regard de l’acquisition de ces codes, ce qui les différencie radicalement des aveugles plus tardifs par accident ou par maladie, qui ont pu, pendant un temps plus ou moins long, construire cet apprentissage et qui donc, peuvent maintenir cette mise en scène du corps en substituant aux repères visuels des repères auditifs par exemple : suivre la voix de l’autre pour identifier sa place, chercher à se mettre en face de lui, à la bonne distance. Une tenue du visage singulière, des mouvements de la tête, des balancements corporels stéréotypés sont également parfois observables, comportements moteurs « bizarres » (parfois regroupés sous le terme de « blindisme »4) qui s’imposent et débordent le rituel d’interaction.

13Il y a donc des rituels corporels et en particulier des rituels du regard dans l’interaction qui échappent pour part aux personnes aveugles et qui posent problème dans l’interaction voyants - non voyants.

Déficience intellectuelle et embarras majeur dans l’interaction : la transgression des codes de la « tenue »

14Les interactions avec des personnes déficientes intellectuelles sont généralement bien plus embarrassantes encore que les précédentes. Et pour cause. La « bonne tenue » exigée d’une personne, nous dit Goffman, avant de lui faire confiance comme interactant constant, équilibré est caractérisée par des attributs tels que « discrétion et sincérité, modestie dans ses prétentions, esprit de compétition et loyauté, contrôle de ses paroles et de ses gestes, maîtrise de ses émotions, de ses appétits et désirs, sang-froid dans l’adversité etc. » (1974, p. 69). Ces règles de la « tenue » sont difficiles à respecter pour certaines personnes présentant des déficiences intellectuelles : leurs difficultés de repérage de ces règles invisibles, leurs difficultés à contextualiser les apprentissages sociaux réalisés en font souvent des interactants perçus comme ne se tenant pas « convenablement ». Des éclats de rires intempestifs ou bien des pleurs, des contacts corporels insistants, une attention diffuse, des gestes inattendus ou encore une loquacité hors de propos créent immédiatement l’embarras chez l’autre. La trop grande proximité affective et corporelle (ou l’inverse) gêne l’interaction, la rend problématique car non normative : l’autre ne sait pas comment se comporter. Il peut penser à repousser la personne, la remettre à distance raisonnable (rituelle), mais ceci n’est pas prévu par le code, et pourrait générer encore plus d’imprévu. Souvent il tente de redéfinir la relation comme une relation adulte/enfant pour pouvoir accepter plus facilement le contact et les transgressions rituelles comme on les accepte des jeunes enfants. On comprend ainsi l’acceptation plus aisée de la participation sociale des enfants déficients intellectuels, tandis que celle des adultes reste toujours profondément problématique. Cette mesure exigée dans la tenue est une des dimensions centrales du code qui permet de comprendre pour part, pourquoi le handicap mental est « la figure fondamentale du handicap » (Giami et al, 1988).

Education sportive du corps déficient et apprentissages sociaux : mise en forme du corps handicapé pour faciliter l’interaction sociale et garantir la sécurité

15Si, comme on l’a évoqué rapidement, les « valides », bien que tout d’abord déstabilisés par une irruption singulière du corps dans ce face à face singulier, peuvent chercher des modalités de remédiation, la part prise par les personnes déficientes dans la régulation de l’interaction est centrale pour assurer le contact et le maintien de l’interaction5. En effet, leur singularité et leurs plus ou moins grandes difficultés à entrer « automatiquement » dans le code corporel commun sont un aspect important permettant de comprendre pourquoi ils peuvent être des sujets non désirés, évités dans les interactions, ce qui rend le projet de participation sociale des plus complexe. Mais le rejet dont ils peuvent être l’objet, si on l’appréhende comme réaction première à une insécurité produite dans l’interaction par la déstructuration des codes d’interaction, peut être fortement limité par le développement de capacités de « figuration ».

16L’éducation physique et sportive, en tant qu’éducation corporelle joue ici un rôle important. Articulée sur des pratiques sociales valorisées et très codifiées, les sports, elle se présente comme un espace d’apprentissage moteur et d’apprentissage social dans lequel l’interaction corporelle est le plus souvent codifiée à partir de règlements officiels, de modèles corporels et comportementaux signifiants, dans lesquels les questions de la distance interpersonnelle, de la « tenue » du corps, et des variations des règles selon les temps de la pratique (pendant le jeu sportif, en dehors du jeu sportif, dans la pratique entre personnes handicapées, dans les pratiques mixtes) sont concrètes et explicites. L’éducation et l’entraînement sportifs, dans lesquels l’optimisation du contrôle et de la maîtrise corporelle et émotionnelle est essentielle, s’offrent donc comme terrain d’apprentissage privilégié pour les personnes déficientes, de plus grandes capacités de « figuration » qui faciliteront leur reconnaissance comme « interactant convenable », c’est à dire qui réduiront fortement l’insécurité perçue par l’autre et faciliteront l’engagement et le maintien des interactions sociales.

17Mais il convient de souligner que le regard microsociologique permet de mieux comprendre les processus de catégorisations des personnes déficientes. Alain Giami a insisté dès 1988 sur le fait qu’en termes de représentations sociales, paradoxalement « le handicap mental se voit alors que le handicap physique ne se voit pas ». L’étude des interactions permet de penser que la catégorie commune du « handicap mental » s’appuie sur la déstabilisation des rites d’interaction et non pas sur l’étiologie, car « ce qui se voit » c’est en premier lieu ce qui déborde le rite. A ce titre, toutes les déficiences et pathologies s’exprimant par une atteinte visible du contrôle gestuel et de la maîtrise corporelle (troubles psychiques, déficiences intellectuelles, de nombreux troubles neurologiques (IMC, Parkinson, ou encore des syndromes comme celui de Gilles de la Tourette), mais aussi, du coup les personnes aveugles présentant ce qui a été appelé, on le voit maintenant de façon non hasardeuse « blindisme » par assimilation avec les symptômes de l’autisme) sont en premier lieu associées, dans les représentations collectives à cette catégorie du « handicap mental », elle-même fortement liée à la notion de dangerosité. Imprévisibilité gestuelle, défaillance du contrôle moteur, anormalité des attitudes corporelles et des mimiques du visage, cette forme de transgression des codes atteint de plein fouet la ritualité instituée et la « tranquillité » afférente. Le gesticulatio, que J. Le Goff (2003) définit comme « des gesticulations et autres contorsions qui rappellent le diable » (p.161) constitue une forme de motricité particulièrement stigmatisante. Celle-ci génère un sentiment d’insécurité dans l’interaction qui éclaire à la fois le rejet et la dangerosité supposée des personnes en question.

18En ce sens, l’éducation corporelle et sportive des personnes déficientes, qui construit le gestus, contient un enjeu effectif de contrainte normative et de contrôle corporel, dans lequel se joue la mobilité et la participation sociale du sujet. Le travail du corps et de sa « figuration » sont un pas d’ajustement à la réalité sociale à laquelle le sujet désire participer, face à des « valides » qui tentent de s’ajuster, souvent avec difficulté, bref, un pas du sujet qui avance et qui s’intègre.

Haut de page

Bibliographie

Bernard M. (1976). Le corps, Paris, Ed. Universitaires.

Brohm J.M. (1976). Sociologie politique du sport, Paris, Delarge.

Conein B. (1998). Les sens sociaux: coordination de l’attention et interaction sociale, Intellectica, 1-2, 26-27, pp. 181-202.

Crossley N. (1995). Body techniques, agency and intercorporeality: on Goffman’s “Relations in public”, Sociology, 29, 1, 133-149.

Denis D. (1974). Le corps enseigné, Paris, Ed. Universitaires.

Goffman E. (1974). Les rites d’interaction, Paris, Minuit.

Goffman E. (2004). Le déploiement du genre, Revue Terrain, 42, (édition française).

Hall E.T. (1959). The Silent langage, NY, Garden City, Doubleday (Ed. française : Le langage silencieux, Paris, Seuil, 1973).

Hall E.T. (1966). The Hidden dimension, NY, Garden City, Doubleday (Ed. Française: La dimension cachée, Paris, Seuil, 1971).

Le Goff J. & Truong N. (2003). Une histoire du corps au Moyen Age, Paris, Liana Levi.

Marcellini A. (1997). "Nous, les fauteuils...", Essai sur le passage de la culture "debout" à celle du fauteuil roulant, Revue Trema, Hors série n°1, pp.9-21.

Marcellini A. (à paraître). Des corps atteints valides ou de la déficience au « firmus » : Hypothèses autour de la mise en scène sportive du corps handicapé, In G. Boetsch « Représentations du corps : normes et normalité / le biologique et le vécu », Editions Syllepses.

Ravaud J.F., Stiker H.J. (2000a). Les modèles de l’inclusion et de l’exclusion à l’épreuve du handicap. 1ère partie : les processus sociaux fondamentaux d’exclusion et d’inclusion, Handicap, Revue de sciences humaines et sociales, 86, 1-18.

Ravaud J.F., Stiker H.J. (2000b). Les modèles de l’inclusion et de l’exclusion à l’épreuve du handicap. 2ème partie : typologie des différents régimes d’exclusion repérables dans le traitement social du handicap, Handicap, Revue de sciences humaines et sociales, 87, 1-17.

Y. Winkin (1981). La nouvelle communication, Paris, Seuil.

Haut de page

Notes

1 Les professeurs d’A.P.A. formés à l’université dans les UFR STAPS, sont des professeurs d’Education Physique et Sportive spécialisés dans l’intervention auprès de personnes présentant des déficiences ou des incapacités diverses. Leur cursus de formation comporte aujourd’hui deux niveaux de professionnalisation distincts : la Licence en APA (Bac plus 3) et le Master en APA (Bac plus 5).
2 Les travaux de Michel Bernard, de Jean Marie Brohm, ou encore de Daniel Denis, soulignent tous dans les années 1970, même si c’est de façon fort différente, cette aliénation du sujet qui peut être contenue dans la logique sportive.
3 Voir à ce sujet E. Goffman (2004), traduction française.
4 Le « blindisme » a été défini comme un ensemble d’attitudes, de comportements corporels singuliers, et d’une gestualité spécifique observés chez les enfants aveugles, ou déficients visuels profonds de naissance. Il est caractérisé par les balancements, les tournoiements, les mouvements rythmiques, une démarche singulière, des mouvements de la tête et des mimiques ressemblant à certains tics, parfois accompagnés de petits cris. L’usage de ce terme est très controversé, en particulier dans le sens où il a parfois été utilisé pour interpréter ces comportements moteurs comme symptômes d’une forme d’autisme liée à la cécité.
5 Nous avons développé ailleurs quelques modalités adaptatives de sujets paraplégiques, basées sur un travail de mise en scène du corps « assis », qui soulignent la relativité de l’atteinte des codes d’interaction dans les situations de paralysie des membres inférieurs, et les possibilités de remédiations observables (A. Marcellini, 1997).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Marcellini, « Déficiences et ritualité de l’interaction », Éduquer [En ligne], 11 | 2006, mis en ligne le 15 octobre 2008, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/387

Haut de page

Auteur

Anne Marcellini

Laboratoire « Génie des Procédés Symboliques en Santé et en Sport » JE n°2416, Université Montpellier 1.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals