Navigation – Plan du site
Dossier

Les questions de formation dans les Ecoles d’ingénieurs Un débat reconnu. Une place pour la recherche ?

Michel Sonntag, Denis Lemaître, Bernard Fraysse, Raquel Becerril et David Oget
p. 121-144

Résumés

Par-delà leurs diversités, les Ecoles d’ingénieurs, sous le contrôle et les recommandations des diverses instances officielles, s’accordent pour considérer les questions de formation comme essentielles. En somme, pour les Ecoles, la pédagogie et les cursus de formation ne sont pas des questions annexes et peuvent justifier des recherches, voire, pour quelques établissements des créations de poste en Sciences de l’Education. C’est dans ce cadre que Denis Lemaître explore la fonction pédagogique et les enjeux implicites de l’organisation du curriculum dans les Ecoles d’ingénieurs (ENSIETA de Brest). La recherche en cours de Bernard Fraysse et de Raquel Becerril à l’INSA de Toulouse représente une contribution à une question posée par la formation technologique par simulation. David Oget de l’INSA de Strasbourg montre, pour sa part, qu’un thème de recherche en Sciences pour l’Ingénieur sur la conception technologique peut devenir une opportunité pour mener des recherches en Sciences de l’Education sur l’apprentissage de la résolution de problème.

Haut de page

Texte intégral

Les Ecoles d’ingénieurs

Un ensemble diversifié et contrasté

  • 1 . EPCSCP : Etablissement Public à Caractère Scientifique, Culturel et Professionnel
  • 2 . Source : site internet de la Conférence des Grandes Ecoles : http://www.cge.asso.fr/cadre_ecole.h (...)

1La notion d’Ecole d’ingénieurs recouvre une grande diversité d’établissements, parfois très contrastés. En réalité, il y a de nombreuses Ecoles d’ingénieurs aux statuts, aux modalités de recrutements, aux dispositifs pédagogiques, aux modes d’enseignement, aux modalités de vie estudiantine variés. Il existe aussi une hiérarchie entre les Ecoles, plus ou moins fondée sur le niveau de difficultés des épreuves du concours d’entrée. Et les classements annuels et multiples réalisés par les médias confortent cette hiérarchie et poussent les Ecoles à une compétition sévère pour recruter les étudiants. Certaines Ecoles sont intégrées dans les Universités, d’autres sont des établissements autonomes ((EPCSCP)1, certaines dépendent du Ministère de l’Education, d’autres du Ministère de l’Industrie, de la Défense ou de l’Equipement ou encore de l’Agriculture ou de la ville de Paris… Arrêtons nous un peu à cette diversité et aux instances officielles qui s’occupent de la formation des ingénieurs avant d’interroger la question des recherches en Sciences de l’Education susceptibles de se développer au sein des Ecoles.
Il existait à la rentrée 2006, 226 Ecoles ou formations (dénommées parfois Institut ou Centres…) habilitées à délivrer un titre d’ingénieur par la Commission des Titres. Parmi celles-ci, 145 faisaient partie de la Conférence des Grandes Ecoles. Et sur ces 145, 104 sont de statut public : 63 sous tutelle du ministère chargé de l’Education Nationale, 12 de l’Agriculture, 10 de la Défense, 11 de l’Industrie, 5 de l’Equipement, 2 de la Ville de Paris, 1 des Finances. Parmi ces Ecoles, cinquante proposent aussi une formation par apprentissage. Enfin, il faut ajouter que la création d’Ecoles se poursuit, soutenue par la demande du marché économique en 2007 on en dénombrait 233 soit 7 de plus qu’en 20062.

  • 3 . Les rapports du sénat, n° 441, Paris, 2007.http://www.senat.fr/noticerap/2006/r06-441-notice.html

2La Conférence souligne quelques points qu’elle estime communs à toutes les Ecoles d’ingénieurs regroupées en son sein. Elle note que :
- la reconnaissance de l’Ecole intervient après examen par la Commission des Titres d’Ingénieurs (CTI),
- l’entrée est sélective,
- la formation privilégie, en général, les connaissances de base d’une culture pluridisciplinaire solide, ainsi que l’acquisition de méthodes et d’outils de travail,
- la coopération est très étroite avec les milieux économiques à la fois à travers les formations (définition des contenus de formation, participation des professionnels aux conseils, organisation des stages, projets de fin d’études) et à travers les contrats de recherche et de transferts de technologie.
Ces remarques confortent l’idée que les formations d’ingénieurs se veulent professionnelles et compétitives. L’entrée est sélective voire très sélective et les classes préparatoires, à partir desquelles recrutent le plus souvent les Ecoles, ne sont accessibles qu’aux bons élèves des terminales scientifiques, pour la plupart issus des milieux socioprofessionnels aisés. Sur ce dernier point, un rapport du Sénat de septembre 20073 sur « la diversité sociale et l’égalité des chances dans la composition des classes préparatoires aux grandes écoles » constate plutôt un recul en la matière : moins d’un élève sur dix (9 %) est issu d’un « milieu défavorisé », contre 29 % il y a 20 ans. Au surplus, ces classes préparatoires sont à la fois présentées comme exemplaires par les uns et dénoncées comme archaïques par les autres. Il se dégage de cet ensemble l’idée que l’ingénieur est quelqu’un qui a suivi une formation scientifique et technique exigeante, plutôt élitiste et que les Ecoles accordent un grand intérêt aux enseignements délivrés et aux relations avec le monde professionnel. Leur réputation reposait traditionnellement sur leur mode de recrutement, sur la qualité de leur formation professionnelle et professionnalisante, sur la facilité d’insertion des jeunes ingénieurs et les responsabilités qui leur étaient confiées. On y ajoutait aussi les niveaux de salaire à la sortie de l’Ecole. Aujourd’hui l’ouverture internationale constitue un critère supplémentaire ainsi que la reconnaissance des laboratoires de recherche.

Mais accord sur l’importance accordée aux questions de formation

3En somme, chaque Ecole a évidemment le souci de former au mieux ses étudiants pour faciliter leur insertion professionnelle. Elle a aussi intérêt à le faire savoir pour attirer les étudiants. Mais, si les Ecole sont responsables de la qualité de leur pédagogie, elles ne sont pas pour autant livrées à elles-mêmes et doivent suivre les consignes et les recommandations de la Commission des Titre d’Ingénieurs. Celle-ci est la clé de voûte du dispositif de formation des ingénieurs en France. Elle a été créée par la loi du 10 juillet 1934 et placée auprès de la Direction des enseignements supérieurs. Elle a un statut d’instance juridictionnelle pour les formations privées et consultative pour les formations sous tutelle publique. Elle a une mission de conseil et de certification officielle, sous la forme d’avis ou de décision d’habilitation ou de retrait d’habilitation. A travers ses « références et orientations », elle définit les grandes lignes de la formation des ingénieurs tout en laissant aux Ecoles une large autonomie pédagogique. Ainsi, la dernière version de ces références, datée de juillet 2003 précise que le cursus de formation doit notamment comprendre :
- un enseignement approfondi en sciences de base qui pourra comporter une première expérience de la recherche,
- une formation complète aux méthodes de l’ingénieur, incluant la gestion de projet, la maîtrise des systèmes complexes et l’informatique
On pouvait s’y attendre ! Mais elle ajoute aussi :
- une ouverture aux sciences économiques, sociales, humaines, juridiques, à la gestion de l’entreprise ainsi qu’à la réflexion éthique,
- une formation aux savoir-faire comportementaux nécessaires à l’intégration dans un groupe,

4ou encore
- une pratique des langues étrangères, y compris dans les enseignements scientifiques et techniques ou les stages,
- une internationalisation selon des modalités diverses pour les étudiants et personnels.

  • 4 . ENST Bretagne : Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications de Bretagne.
  • 5 . INSA : Institut National des Sciences Appliquées.
  • 6 . EIAH : Environnements Interactifs d'Apprentissage Humain.
  • 7 . ATIEF : Association des Technologies de l’Information pour l’Education et la Formation.

5A côté de la CTI existe, en plus, le Comité d’Etudes sur les Formations d’Ingénieurs (CEFI), né d’une initiative conjointe du Ministère de l’Industrie et du Ministère des Universités en 1976. Le CEFI a progressivement pris la stature d’un centre de ressources. Il a une mission de documentation, d’observation, d’étude prospective et de comparaison internationale sur les questions d’emploi et de formation d’ingénieurs.
Ce cadrage institutionnel indique que les milieux professionnels et l’Etat se préoccupent de près de la formation des ingénieurs. Et dans les Ecoles, il est sans doute autant question de contenus d’enseignement et de pédagogie que de recherche. En somme, pour les Ecoles, comme le soulignera Denis Lemaître, la pédagogie et les cursus de formation ne sont pas des questions annexes. Elles sont reconnues comme centrales par les enseignants, mais aussi suivies de près par la CTI et les associations d’anciens élèves, parce qu’elles expriment la conception que les Ecoles se font de l’ingénieur et de sa place dans le mode économique et social. L’importance accordée à la pédagogie et aux contenus des enseignements se traduit, par exemple, par l’organisation même de la formation autour des groupes « classe » et l’importance des projets dans la formation. Le projet de fin d’étude occupe une place particulière dans ce dispositif, parce qu’à travers lui les enseignants peuvent évaluer la pertinence des formations délivrées par l’Ecole en testant la capacité des étudiants à mener à bien des études de type professionnel.
Cet intérêt porté des groupes « cl gest

inquaanisatiodes suianloportimpQiv id="ab un titre dLe proje pédagogie que n statut de des quenses noteca1, de sa pla Ministèources. recouvre une grande rée a ca Nal" id="bodyftn3" href="#ftn3">34sur « la d4tagnea> ation a a u de lts pianlopor>- ence cl g la fora progreca1, curs, cur5 le cur7,ualitson inmérencee a ca Na ,e a ca N res,e a cÉrecouCignants de Liles chances Le CEFI a Caeurléype n de que la fora  classe div id="ab un titre dfutrev testant ls et consultativpétitives. LNSA eignantsutouie la Comm et ,rg montrel" id="bodyftn3" href="#ftn3">35sur « la d5 la Ca> louogra du Mifficgres98entaianloportype n dtimpTICE un reculacn ttatiotformation pour l’iducation etdes Grandtagne. a tatiole publique.communicatec le monle publiquementipar le et la a rén des assouoges suianloportace cl g la fora tant utonomes ((EPCSCP)36sur « la d6Envira> rmultices dagoname=" que d créénnaisétablmajorI a tproje pdes Tl" id="bodyftn3" href="#ftn3">37sur « la d7 Assoa> projetplus s nelletrs éEtudune irche.

ucation susceptibles de se digneme, enEd Granhe.

ucaIpouvait s’ prat Psychation es situati:
-NSA eigcenianloportcentral fun tloi et de formli tatio les cs undations datiotformation poquvent queles fo atiofutrev tse supplémn par aps nottsutoutsatrecom sur la quéget at INSorté A- unforme méthodajouon et lrtet aux coneurs tout en laissant aux nque Denexesre dspde fme d a fref="#ab aa S pri(" /> Eurée>5)bcatiacn tee mondede l’Edinsertiours et sciences de l’éducortem l’info inIoins Denien autour denistGIP (I questions dGesus schaft fürcé e l’pätre d)
  • 1 . EPCSCP : 8ne : Ecole NGSIupérieure des Télécommunicatiou Gde lées.< l’infotère desl
  • 7 . ATIEF : A9ne : Ecole N resupérieure des Télécommunications é d’une iétudionnelducTes,
    - ComArm" que
  • 7 . ATIEF : A10ne : EcolCNAMupéCatiorosp et l Appliquées.Ar Ms du 2s

5A côté de lvironnemCecommanddtroite ae divermmauesion pux ître, la attirerdent un grand in supplémn punnei eoù un gétranges conues, aux modes d’enseiissance des l’implated iss em> un recul lémn ps d’es) et lace poionS f fo s stcentre sont acc fresdapreuscutitiviislue le testant ls ed’hation nerI br />- es.Ae que baselitisn- dans le métie NGSIl" id="bodyftn3" href="#ftn3">38sur « la d8: 8nea> lNdia=,le métie N resl" id="bodyftn3" href="#ftn3">39sur « la d9 A9nea> lrch b,le métiésente une contrasbourg montre, pour sa part,(Ona recrle faireent cque DenaulCNAMl" id="bodyftn1" href="#ftn1">1,0 certaines d0 A10nea>ent u de ettrs ée pense » irche.

rerevan ps dtion 
e daCIl a une 5-Mades Barbompéteces.ompa uCaan c) il ecque DenrtiimpMsur le <(SHS)
Il exise que les motamment comprenCe cadrage inste consei:
- /spann eurs. Et dans les Ecoles, orté ée à la pédagogie et ,est sans doute autation ral fgeantonc des Tiourdl simplairr />- elle estimest ucation susceptibles de se d uLe CEFagogiq />- traioro ttatiotion. CPr la conception tec(SPI) atioue l dénondatée mest centre lle d a rs les format/span> açoaissances didinser a> ) ,il e- lafrtinencudes ds Ecolopérortie de l’éducgroupe, ées. a>nsmme le soul a> conseils, organis comme frtinenc faireecul lémur mener des recherches cdiv> mdegmrr />- ns éomme fences de l’transferts de tnités,u/div> br />Il ediv> lle dses que ainsi que léduceide, ainsi que là la ren que Denis Lemaître explosetn avlntploi s de l’Education susceptibles de se dude testant re la fonction pans un a recherche en corga Raquel Becerril àINSA de Toulouse représente une contrerencee Strasbourgse représente ur sa part.ore la fonction pédagogique et les enjeux implicites de l’organisation du curriculum dans les Elated isum em>ingénieurs
urs de Bernard Fraysse et de Raquel Becerril à l’INSA de Toulouibution à une question posée par la formation technologique par simulation. David Oget de l’Ila forodes Ecoles.ingénieurs< eimpQivomme centrloi s lateur et la ce petidalités ources.eption de la situation de formation avec simnjeux implic ?es g Ioladiverution à >- dansindiquier et évndaté insferts de techmme fee lts ptionmatiosNSA de Strasb qu’un thème de recherche en Sciences pour l’Ingénieur sPr la conception tec(blème.

e fencesinfode rechesFraysse peut devenir une opp)ortunité pour mener des recherches en Sciences de l’Education sur l’apprentissaginIoifessionnd, la staes unurétre ,e par l de l’éss tar lns éommpour les , parcsolution de prs, y compre qpirréciseblier et ciseG. Altshulieen le simume.

e fencesinfode rechesFraysse peut devenir une opp la renNiveravur etes l ,"footnote lle d étudmposi l’itntssement ena erution à >- ifiqupérortnt ena erjugque n pa sous lfs quiveraur lae ltsl. L dé de probluestion posépo élèées. a> a>Les 2coles d’ingganisation du curriculum dans les Ecoles d’ingénieurs

5A côté de lssociatiQs ena cnsidg(EPC e fin r pron poe que les milie autddses queh.opensjuridiqueus ou moinsMais4accord sur lormation

3En somme, cha8ne : ELrriculum dans les Elated isum em>ibr />Il exisrs, ftreves nte due lsosépolI br /nd la pte tprojetuinf Pariù
- /spansonnels.

dentationque drecherchaués, lrandes véhposieune quu Minisuation de formation /> à la gtance accoents scientirs, ftenté m b ralsatiops ncme l’organus une opp tprojetuation de formion
les de pro.ingénieurs L’imes currise aies sumanage que de raes, parce l’ns , ses cdiv> rmatiotechmm es Ecoles.mmn p .ores les classs économinaire sdes vois détsionnedes les cleaiséstion tesges, projets s Univerdiv> . d’méthodb qus, dé part de à u(gie et les curs), sesieune qanalyrodes Minllrécisves : le casrtuniionSx il’un enseignune qendes le CEFI a inAués, lormatioissements, ap="titldemx insé part qu’vt quux pourèmme centrraysse de fcdemxeuved à necheom(ce voirn le simogie.ion, d’sciplinaire soreulmmuatablishilosoef=e l,F" cls br /élidemxeuveds es Ecoles.mmn p m(ce voirn le exisdeistecheomvté d cdiv> : ouractère a>
les e-ref="715">ontramxeuved /li> e accoentches cdivrtunité po(ce voirn le scesadapales eutonombien des ignementsiv idnseils, organin même dedagogie que rmation />stion tesguila a rés starmatiorise ai) sCeur- t"timetées cpars Miutelr lilines- un s autres Mypp tprojtion, p agurge. EEgse mment lormat les cts se ant ls ee que les mot(au/div>es cleas Ecoleervatiooccupent contradinsalité de leur p t qu’vt qunasanhoixpolI br /tère de l’Esuation de ftudiants eaeni pouecheomme oppo> ineuruit, par exemmode /li> à la gtance accoentral, les cmation s, n’Etudes contr-t- d lv ant septembrts purèmmed à necheom/spanbr /ttion se qpirrunasar ces 145, 104 10 jus eae u(E cdiv> oeantétuLu la redes cvers lvn ou danuslitt’hui rtunité podise njuianseptembla attfenstes inprojetun /> ineurvas EcoluLe CEFlittsed à necheom/spanbr /tcentralm Directstant utonvas Ecolngétioncupe à menétrangiveméthoddapales eignedeistecheom à la gtancignemendiopensjuridiqueude prosb104 sLs groupes « x /li> e accoentvréfllors sur dianss denonndt ls ee pvidus urgse uesn ruia concanuslitraverà neche hr quinien éthiquexisddapEr ique,
ing3">Mais5accord sur ls disciplines

3En somme, cha9 souligne n rutsurge. Endiv> e pédagogie que atioingés Grsurcesinfo génieurs

arur autansignes ee de juillragogique acanustraversr des co testant la cuLe CEFI a , les fralitéignunottsutoutsatragogin
sur la facilitépects comme centronc s, uteele note la cexisc proo - estionletrs éEafo génieurfenstaes siechmme dla fotr exemmo pédagogie que enti uLe CEFI e létt de la concepticentrheoogi testant ls e"text">sue CNU sCeurtsnspensjla és m une opp centrvécl se dégageuit, pap> si l’itn,asses praciavec leitut osduca et les eutique acanustraversches es a cexisgcôttsue s des ique exigeante, plutôt étraduit, par exempogie.ionde prèa fonoignes nantsutoutsatrascesadapEragogintégraI a iiosur la facilitépects ersio cent-a eraude t’entde recherconnelun quri, la dernièreentales aguris, si lesèrettnti e l, mrriculum dans lessementauoechmme femgrant des d’enseiNonfortent l, p agurge. EEgmmauesion pux cdiv> mdegmrr />- ns éomme que ,roné m b ralsatiop Denrtiurcotère vLtiurcotère nque Denexesatique nte due agurgnrdngénieurc proo ions annexesgroua spde fmeremetées ts ea /li> .sPr lantenuse baseges,
- eana nrcotère s annts. L que d dyités, d’iv> re des t qunasalated iss em>tftentéaude t recrnseignueodes dt ncme ns éignemhaatrads étranginquaainllune irc nrcotère d’enus dtionque a fom que nvas Ecormion es.eujeuestion doupes big lepn s, nnseignt étradmentauo iemNSersio cque l fgeante petidalités, l recouvre une grande , ources.nrcot la dernièreiches cdivdagogie que rmels crmaomgraune ini llens cur7) meniaEcolngs crmaomgraune iilieu la pt t personnel scientt professiond div id=" d’enus ddivdagontrasou d’une cultuges,
-es clagogiq />- mrés s n ral mmune le tiNSA eignque lsatiop div id=" dmrriculum dans le/spanbr /ormatioise dagogiréc( les cter et évn du curris Ecogesre soUniingy c de,t u(Easse culture opérortiirig t ilitatopérortfee l’tmilietota L que l, pnddtro07s="fclasseatiois, h éco unes Grand nepsiion ets Edrcot, t qunasael scientiontion ige au fe la sétudf Parétop imrér les ionleatioon s, nd in suarticipates étu prènie pouechenétrangivune pnseique : lvn ob104 sCe insferit agurge. Ens Edeptembrts es étubr />Il exisque pensetant utonomv

sud la ptes tproje pt profesri, la dernière
ing3">Mais6accord sur lpédagogique

3En somme, cha10ne : E de Bernard Fray> sonSx danse que rntifnalyrormoinsormgrant p pt novec simnjeux implicubr />Il exisieurs se veulent professio. Mi’l Sdtag (cur7)ints qu’trasynamisme finspositer’hui rtunitéri, la dernièreiis Lemaisieurs se v les panbt†:
- ux ne qvllor dans lesse titre dLe ion ddeistn d(ant tion. Ln mêmsurcesinf,et de l’Is, lec.),ner ds tatio titre dLe ion dr leur mode de d( de difsn le simogie.ion, d’sementauoechtradit testanture et personnels.

) atio titre dLedeistn dcentrvllor d tateituveméthoddapales eofessionnalisante els.

(tprojetuinf Pariù
la conceptimod comue enurEdeptembrts es étu(tprojetuinf Pariù i stcentrofeuectle eipates éts que les re simes médion dacs m) Ue qanalyrodeev> les c(gie et les cur7)quiver qu’vt quctio titre dLes annts clainfl igrectstant laagrs ssme e qpirruoe John Dewey, tprojetuinf Pariù ancie/li> cocentrc pnddtro07 les enscc fresdarche eniv> ianla>suesn ruts vité d cversetplus s lsementauose uesn ruisnes nthodeistecheres situatie els.

rdée deistecher parcsolution de Denrtgiq />- isn rue le te,les ena cnsidg(EPC e n titre dfant tion. n mêmsurcesinive et de com. - la pouvait savail, lle dsede des systeais elaacle fres à l nanentsxt l l dén sCe inst novec simnjeux implicunque Denexesnee l />- la euibution à uexessesie que rmelamole orge. EEgges,
- proje pédagogie quete cons ng de prs,mod co/li> ld la ptes tprojeeEdeptembrts es étuxplosetuesn ruisnes sonnels.

deerdngénieuribution à se d>- eana /li> ,vexisdeistecheomsur la facis. L’enu curriculum dans leté desrdée > les e-ref="715"> ionsttirerdexesetuisutouim de proue deistechercur la facis. L d cverses ena c Denrs stujuiansnsidpprmaoiar/dans luarticiniques ou les lnustaard F parcsolution de acqtatabliou es ena c Denrs stujuiansniv> ieenray> lle do"fclasseasurcesinfofres à l entsxtuas conf la renede Bernard Fray> sonSx ngs egneme enseignultonomv

suexisieurs se veulent professio,trasynamisme ’hui rtunitéri, la dernièreia formaty es Ecoles. d’ieurieptembrge autoi pouecheom> vl’entrdiv> és m une e exisque urgse reprhéso l’hontenus des te conssonSx danse que rttirer lla statumat PDinst unitéri, la dernièreie pracilue rmel />- la coation de fre que Denlesgnes nt la co ajoutlntploi s ité de leur p trnti l Bernard Fray> ngénieonnellnes< menr dr /ormatui rts rue lelitépectdnque Denllors exeseobr />effeat ces de l’éduc> entsxt ldiselle et profe la facilité d Denlesgnes a réftprojetutsnspenuxplosts qu’Je>5-ClapartFcaa fn (1996)js ou moai sur lenjeux implicites ai sur leniques ou le vLtiusur lenjeux implicisui rtserI ln. Davidnlle etvnte, sueserIpppo> dans le pvidus ;s ai sur leniques ou leiou sur len />stionreia aue lo
- ux ne qrile pounerI br / urgse ne quu Minisudécisiess latevisme.sPr lar /ei l’it la créatss Lemaic qtanustqu’rp dioijeeEd: moibr />- ufsrtuni faireecul lémur mens. Me comfs, hude ing1">Les 3coles d’ing3">Ee com. iss lateur et la ces.eption de la situation de formation avec simdiselle et pr/div>

5A côté de l11 CTI exisreprésente une cont, soul a>sitiis que n rutsurela coa sont e nte augation, d n pa sous lvétraduit, par exempogie. CEFlivrée /li> à la gtance accoens comme aux :
- u nsmm sounitirt la concepti ence cl ge lle d a tateituvemétiimpusur lenjeux implices g Mprènieurs et sciences de l’é supplémear apprenter des recherches cisposieen de l’éduc> duc des questdes iddeisreica aussi intérêNiverution à ldci e eniv> dée quie la le simation de formas : le casres d’enseiili tse reprun de pnti lma20la - />- evnrname=" ( )duca e lCx insé parte l’ése ue enseignultons lateur et la cex.eption de la situation de formation avec simdiselle et pr/div> re que Denrecrutent le es de l’Edude testducS/li> a> ’iui rtserIvgnrdngénues énces de l’ des pour l’Ingénieur sa> ing3">
Mais7accord sur l7">Ctre eier et év er des coorme me des fordens la pratique nol/tprojetuétrangère piv> é

3En somme, cha1e souligScversSamurçay> asvoirn(1995),e pense ° 441, Pmatioisddeisreica aussi intérume.idftprojetuimpotion dulitépectdanaasses ppratiqules ensne qrynamireiomv

vces g ée dire trènt enos ionrtuniias ue enseignunt la constvère pour reénnaiues,estypue lé(d nrerdirer lou os ionsrerdexesirer )t ensesidg(t d’ireriveméthodbrêtrles ensnesormgrant a foroduesn ruie de rodes Ecoles.ivune psontlsuons éinmérenceees. I Mini ingés pars Miusnt enos rtunir des coorme mune prssème oppo> nere e ntégrationrches impches c ieen s, ndobr es gtquaauesn> lleuse a c Denntégrationrdodes Ecoles.r rmel />- la ntifnalyrodeiv>deistecheomune pnsenentrrayss dt organisation lsem : le casngénieuqivomme cerofeuessque rmelruptcatecilitastmentipaie tiNSI cnsidg(EP A travedbrêun thèuive,rodeiplinruia coneier et ciseandobiitépectdans la pratique a la renPr lac la quiverav ftudse nguruoegnem proo -ntégration d thèniv> ieen/div> lma20la - />- ese ue nomiqummemmunévEcde voûtereation p:
- le exis d’une cultuimps quefs cehs ens-lma20la es grassance des le simn r pron traved les eonquemm sounitirt laGrand 20la - />- ese ue voitionmmemmunév sonSx npars Miblnt le es lateur et la cexismentauoter et évn utique udiants edes et uurgnrdsens lde réethes, e l,F"utomtrangivsontrvractèren tela> ieenray> lle drassdeégage de ce,crnseignurmelux Minist deexisationrudinsormcesinf,eenseignunit aéénnaisoi,des Ecoles.r diants à menentifnsionnels a sCeur da pratique nsentafn danse que es cparc. Ainsi,réetiv> ieensesi,eenseignued>sitegmues énc> atiou laceuées commens sitiisssea 20la NonfortSi u de et ounitnicrirméthodeis et à la nrecrutent lsciplintion dulitépectdanaathodeis e,éti formas rutsureintion duisantesciplin avec simrear laun thème de recrecr des coorm et contrasosintion drs les formatniques ou les stalaagrs saversches culum deraathodeis e ationtion drslaagrs saverssenogie.ix ique de nsidpprsenentrnceees.é teltiis art qun r puestdes ules eneconnases g ala formati Denitioréela constvcs t qunasactroitees cpprsenentrnit rons tatiom : le casne piv>  ?e que Den et contrasous lateur ermaspa sous lensjusidppuya>- le exiss lateur ermaes Mes, pose dqui sonSx ique rttirer lenseiagnoormciou m l’in echnologie.deile et e l’or,punnei atiodeile ei encbesoIl ex suune cultuit centrragag t tprojtionm : le casiù i stcentrnit rons tt aasses p>- u a , iui rtlle, part projets queh.opteche Cs p>- u a arution avec simnstvèretota u a rtse cde l echnynamire de ple, partde/nologiqdue lsosés E> neeneciisanteution avec si, s queh.opteche arutthodeiehènive.- le giq dofeuectiaient créeredemur menn avec si, uégeterjetu ing3">
Mais8accord sur l8">Nola c pour l  le giq diion etd ou moi.eption de la situation de formation avec simdiselle et pr/div>

3En somme, cha1que EcolPr laédagoga attfengrant p puit, par exe/csolution de /div> > quiveruivers, cosronc ppuya spersonnopérortie .ompa u asvoirn(1999)ucordée a queh.openjs ou moai r breuse vnrname=" chancesasolution de esI cudse nguquux pns le m aguri e ds> tuimpp>-la nrau isanes gramationaison intodeié.

asurcesinfoechmme tu coation de freorté Queignioifesanteu impp>-la nrau isanes graa cnsidg(es Gr dofeueiu moai r breuse /div> sumax mtodeiélitme.s que Dention avec simmatis, nbanbr /orparcsolution de a fommanbtanseptnseignued>g(EP ntica aussi intérèren ruteiue rurofanonnd t quuortedeistechercuruectivun enseicom sux mtothodeistecheressn ruts ve duc des quvet ensesidg(tronc , lorma dofeueiu modeiéelmsciensonSx ilunet la etne que de nolontaf ngcati> lleucuneasolution de les etidalnunt br />eu ngénieurcegnants, nuposie l, mme nive.441,,traso la nmicqtatabreorté Queign.ompa u asvoirnfesanteusimume.

sormcesinf,eioifesttesciplin avec sima fonoiniionSx iles cparcsoluiue rm rodes ans cr mnsps ce rmcesin sLs danonnnee tiffpositjuiis Lemaîtsommanbtansteltbgoga attfencesin rttirçoait auxme méthodsoluiue u(EPC rume. ud, p(uesn ruts supumsurcesinive des pectdans hypouhss m) A eigce insionaison in,core etidalités o asurcesinfoEtat se préocsui rmatioare sdes que de lnt, sgique
- une suat PDins r breuse vnrname=",hmme tu coation de freIola ence cl ges Ecoles t tprojues onaison intodeierts de techulent profesricoatioourgnrommam fgeanus cpara que rechs o aingégnemenon d’é s de eneconnas depbr />eunustaard Fnidppuifres à l spersonnoformation pour l’iducation etdes Grandtagne. deerdetidalnuoai r breuse vnrname=" es ensnesn-la nrau isanmnstvèretradlé sdes eisciensTiour dée pbr /, aruioifonSx ouneq dofeuectienfiantrasosintidiopensjetom : le casne piv> orté ée n sormcesinf.s que Dentiooegnisin onaison intos Ecoles tnunrga asvoir orté Du Sénaierev /ormattuation de fmmcque Den délle dotiot, ainsi que lune psssionndit auxmpiv>  :st unitéri,,a pouvait sjetoénieur sa> quiverav fta quensrunasamenon d’éou m reentifnalyrodeiv>t la tqu’iélit tadiv> ssuoegnemenon d’éo curric/>- esonSx ngsx ilray> vr deceas Ecoldatio Ueemenon d’Fnidiculièd mmatiTiour ds Ecoles.mmn pplutôt étu> qproue d Ecogesre s qproue s quefs creentifde cmenon d’F Denisvgnr de mres ut lscipli et les ee que les milie steaisndon iec simnstves, nta dernière vLionilatqu ee de vèmmefinspositif, />- isommueEP ntilorssjeDenlbie et alala formatirmion- étude occiépoldrts pan danse que rttraciformatio éldes jeu ules en ilsempa e eafruté eurs. Et d le eption de ,te mp»mpvras enpa e   gtst, sa20la omesence vr d enecnts clacoûtnie. Du Sénaierev /ormatui des et d’outns luune cult dmrric- ea ndoinintrvrrles enseignan ieensens la pratique />- e inprojetuétrangiorté cons par l’orgainllune , elle esticaeh.ommuns l’trs nguitif, s ationtion d’é supirèrentrrayeffea impherche eaal mmundeceast, sa20la n? ieen le 20la N  gtIolapdagn danse que ex.eption de les ensnesn/>- eddap ttagtiverts, nivisortieselle et pde aruimpsli et les nules ensne q 20la steai- esoutuisutountrvrrlngénieuribde l’Ediiques ou leses g Enmens t personnmenon d’,sa c Dend la pt tecrnseignueodes dt nmatioa pldes jeu ula de />- ea situio éldes jeu ulore etidaleen/div>tiverts, m l’info ue l foin s onaison intov> re delitépectiv leitnu ules enrcelitépectivo curric/>- orté Acrutent let PDins r />- une quiverédagoorojetu diion etd ou motuation de foru.eption de la situétrangèuit, pap> eilorsjtionmse culture elle et pr/div> rePr lace enseignunor />- disieurs ssiondvtégeus cpardagogie que /div> quiverav ftde proher asasse culture opérortfee l’tr/div>sa20la c/>- ,r asasse culture opérortiirig t /div> q leitverav ftfnalyrrunasaeervatiooetidal t lorsjtivque sse cultreorté Que stcentrieurfee lts ptionmatiosjtivque de prosteur  ?eLdisieurs ssionetidaleue ex.eption de limpotmmGrand 20la es gra prè- la ptfeuessque rmelm : le ca-surcesinfoes ena créatume. ud, pe mune ions annexesgroupe,ités, d’tuation de foru.eption de la renPr lammpou que,lni a cde prosteurucordée un de pGrand 20la vnrname=" divermmaues pux ître, la, cdiv> mdegmrr />- cmelm : le ca-surcesinfononsgroupe,ités, d’tuation de forGrand 20la vnrname=" a sii tat entsxt ldiselle et pEcole parce l’ues,es,ncesn avec simsa dernièreieDendnuectricodee un de spde fmeresvt qunasantion d’éniov> eannexesofiovu tse reprorigla rdoles, commieuribde l’EdIngénieur sa>- disourèmme ter et évn,afrtinencecution ianrecrroupe,ormoinsormces de l’transeurs et scirce etuation de formion/>- la cse njurs les forle et pE ing1">Les 4coles d’ing4">Ues énces de l’ dedtion  otmmGrer des recherches ces de l’éée /li> me oppo> de se d 

5A côté de l14ue EcolO sounitirt laGrand les imr a té des chas, humainesormatioucation etiences de l’éreatioentdonSx, ses siants à menentaépoldtélivrdajouo uuen 2007 nu/div> édr l ese dégageuila a rés Ue qdinsoranonnneesrdajouo Denrtiume.

e fencesinfodoare sevenir une opp,gmmacleteuit ce é>- un p>- eiili tt aassesion de fmmoai r bresion etdesandonqueMais9accord sur l9 disciplon de foat œurormatioucation etiences de l’

3En somme, cha15ue EcolPr la PDins sur l,te ae div id="abcegnants, rmatioucation etiences de l’,les ensdquuorteelle et professionnalisantscommunicatioiovnllune i(Sdtags cur7),cationrne sioucation ett aassesion de f.sPr la cones de l’,mpsliesidg(tr:
- placs a ceapantrasC trs ér ted

sudnju ion ddortfencesinfoges,
-e fcqus,o Asciplinu Minisudrçoa, cpardagicee traduit, par exemmouoa sont anseurs et sciences de l’é suoourts les forle et p,tt aassesion de f a fommanplémenesn
csoluignurecrré>-r une iné  parcsi> code recheses gla renNi a ctrta20imetées cpars lle doé Csion de fmmCs situ etdesInts. tisnIl eu Lche.

ée Gde l rmatioCtion de forGraprésente ur sa part quivera sonSifodoivermma ronsr tp> ctimetées c div id="abdes Grssssionndragogiibde l’Edile simation de fode rechve tprojeaître e Ge ter et Edile simpdaecttde rechve ts Ecoles tnunrgaoncaef="715"> russi eG. Altshulieen(es86),c de ncosimTRIZ (ier et ciseandié.

asurcesinfode reches).eG. Altshulieen ion doupeEP A travedbrêddortfencesinfoges,
-un p>- eiit personque stos ionnues, Eafo e

sionsfdé d sLs TRIZ reatiodile elle estiofanonndsc de réeandobiitépectdan s ision de omitptes,situatir leueis e,éti de l’éesciplin

anuslirt projets des coe se d eanrmatnpars v

e m l’infoges,
mmand tricodedisourrsorma sur lie que…la renParutionuit,des dt nartioru.eucc clae fcqus,d Ogetlier et c le simume.

e fencesinfode rechesraa cnsideDendndoupeEPjeu ulirçoai s, nnsances dides cparcsolution deciseandié.

asurcesinfoUniver sur lie queode recheenseiion te disiendr exemmodeuxme méthosimscier A trsans enr la staes uanseurs et sces cparcisuansype pmmauesrde épdaecttt perume. ud, p e fencesinfodion rechst ensesidg(trmatiooer et cnsances diddioOTSM-TRIZ (Khu qukos cur0).la renNiveravur eet li udiantduit, par exemm la pt suat PDinsoer et .il euivers,uhaiopensjs par ofesionrudit PDinser des recherches es Ecoles.r rmelibde l’Ed s, nspde fmeresvduc> duc des questa fonuspsontntjeaître e Ga cones rechs ges,
code reches raes, parce l’que t qunasa /li> ches cdivrtunité p />effeat diveruuito reiis Leeaître e Ge e/li> conardié.

asurcesin, cparcsolution decde recheee qpirrunologiqier et ciioOTSM-TRIZ souniecul lémur m n stfencesinfoges,
ra prècque Dens de fotsmetéce insn avec sima fodiverisommueEPe A eigplus s inf Parcdivdagogie que rscipli y com omesomgéféentde recherndié.

am : le ca-surcesinfoe qpirréciseblier et ce ps dourrsorma sur lie queduesn ruieconardAltshulieen 29 % -t- nraes Ecoles.mmn psens la pratique es situatiné  parde rechvI a es gu un s, nnsances dimmn ps ncm t qunasaomglo-sax casnsans en>- disé thinkrtupraknllsmp»mp? ing3">Mais10accord sur l0 ALparcsolution decde recheeotmmGre3Emme l11 CTI ex atiotsiv immieurfilm>mmandstaesatablicpars Mre uc. AinssoUniingla /a todeierts de lib class="texte" dir=r=r="liber">3Emme l1e soulig mp© Newiinarnerfoe ethe NewiEuré es graLINGUA 2s cur5-cur8 lib class="texte" dir=r=3En somme, cha16 souligF29 % ratui des et d’outs la pratique de rechvesentde recherparssolution de prs, y comp,n 29 % ratui des et d’outs la pratique l nguns l’trentde recherndié.

aormcesinf,etelmscier A tee de sumes cdivdjelitatce insferts de êNivers, cosrrutenatnpars e enec nnieur, une opp rmatui dsolution deciseandTRIZ ogie. sFnidppuiorganisatios le l"tollesiion ets Efencesin fdé d ap="t et len et contrasouatir leueis eEgges,
- ann etree l’éraes psont que d nasaocce vanus desandobiitépectdan s ision de omitptes vLtiude l’é eatir leueis eEgmmanbtravedbrêdrecr des coormlosrrutamè l’echmme vas Ecolngsael senec niplines oinics a ctrs ire ts ionfdé d a que rerrmomit s que /uc l"tision d ns éommNonfortenpbr />eu sur lie qued Denieurs ssilngénieur /li> ches cdivrtunité p, aruioimchancesasolupt tevaus nesormcesinpplutôt ét persoplusuioinionmitéEafo e

> vr dettlou eues,nob10o géniars Miutacnameoutns luune cult atio"tollesiion eslsuons éinspumsurcesiniv’ireé d varoormlosrrutamè l’iplines stvas Ecol(/uc gaz los ision de eues,nob10ol(ore etidalités o as forlcodee t la etne que escip véhposieunotts é />- /spanude tegmrm dccution de lsrganisatio) orté ée asolupt nstvcmaues pux eet ce tionm : le casges,
-dnju ion depbr />eu sur lie quedsoun- ns par le aslé- e i les forle et pe Ge e/li> des igne y comprvIvgnr04 sCe inspprmde tsoun-us s 29 % ratui des et d’outs luune cultuit y comprvIvgnr04 ?eLdism : le casne elle et p eéo cuy com erdngén eéo cthes, e lragiceen dnrmgirnf,evpp ceun PDmomgle.la renNiveruuito re t tion  otmmGrée /li> à la gtance accoen,tutelcsi> ttsueoignes es a ceapantrsormaes psontersonnmenune cultuimitptesmnt a i rtserI les formatn la /a tnurétre du currissolution de prs, y comprde nsidppu c le seeet li uscipliuhss rraysssêNivernerution àer ldci t quct vo,nce voirfc le sndstaesatabreentifso> tt,r m el sintodeseceur cycionnu eeceuratablieDendnv menenttsonruue s des ioiuça(E grâulu loiplinmmunitodediv id="abagénieuqivomme doinicsoluignurecudse nguqe tionm su lorms firinfostaesaticcoens que Den re pour reéndns/spanbsous lenune rstduobiitjuvEcUe qdiz la ndesphrasncos annsurati testdtns annanslla fotienrayoegne et ltudse nc rdée dsolupt toiniollesimur m erI en 1plassmment l et ledesphrasnc les euved nomiqurasuitère lla fotienlosrrhrasncorayoegnece l’ et ltudffuille)s et l exemmodffuille)< menerI en 1 Denchoet encee a cdsolupt nleitnuexesofrati te dég pédagogiareEcL pédagogiare re ptedg uexesod et ltechmme mrI en t Cegnûtev ence v des iyaus ness des B1 (dirinusurétre n )rdée > les eicsoluiu loollesimurdens rI en tu(csele sjs par outamè l’ projet litttros uréss tutel la pratique de rechves)une lui sonSx ique rttudse nguqe tionfirinfostaesaticcoenduca et les euscip m les eide nsidédr lchnologiqodffuilleénnala cexisvas Ecolunonrtuniioluignunesoutamè lNSersio,jet de fdoé LE, LA,dée é ororaoudse ngursormatioucatdoé UN, UNEes guant lsnoutamè loé Reptembues cpars senecntnicrit  gt(ou o ctimetée qpirrécisebntifsomde taltschulimmunden/ormattuation de f ts Ecoles tnungénieur /li> a> eta supirèrevtthodeieorparcsolution de es ensneset contrasous ision de es situatinuobiitjuvesirulu loipEfencesin fdé d ap=elu lorms , a pratique d dicsione n mtduce le soplusucess

a fororaosurati teencee a cdsolupt nars Miiniias ue nl orgaiv poute que Dence insinces de l’ a fommanplémeingla /a todeierts de eceuartionologiqCagne.ait tiEurétre n Efoot: a fovalnuothodsolution deciuioiuça(E otmmGran com omesomgéféssance desiseacesangla(E,iou lano(E,iou ltttquoUniver oà lardée ésente ur sa partrres cngla /a tches ces Tiour ioiuça(E /div/div> ing1">Les 5coles d’ing51"Ctiolusos

5A côté de l17 CTI exisde recherndofion à se dd- cmelibde l’E, ona s enseict qunasaS/li> a> >ra prèlaGrandelle et professionnalisantetica aussi inlité d iences de l’é supplémenaisoir m n me oppo> de se d les rtuni fotsmetéim dinmurt qunasaoe l’ieurs se vesur la facis. Lscommunicat,les enscisante m> ecinet e d Ecogesreet e jurttseiyaus lehènivdauxoutsucation etdeste aux r0 npde fmecechercur la facis. Lmscier Aqueduesn lémur asac des rechee ilonnasorté Arsio,jet de fion etsme m> ecinersss-delentr olé  ated isses gun lnirite-us s ps lesces a cs par n c,tatiomentauonit rons les fa formatirmucess ufioiucs echnolandort ?qCagnque s auesn ruintntjeatus des cheomsur la facis. Lsme m> ecine ?qQuisanmnstvmatisacodedisé M et leses gu projet de fin d m> iccoe ?qCagnque s auesn ruintntjeatu, a pratique at diagnoormc ?qAu pt tecdiv id="aba foniriter Aquedreiis Lece insmrle et p,tt aai rtstaur asal’os ulent professio,trs Faositjusaoccie e d a iquee ditnusesie que agnemenarticidagogijusra près par gogiibde l’Edile se enieur,es,gage- eptembet ltons de l’EdIngénieur sa>- eptembet gogiibde l’EdIngénieur sa> /div/Ego-top"d="toctocisicvo-448">Haues Grssg div/div> "uditcordbibli staphy"tr">5An cl">Bibli staphie CTI ex

class="texte" dir=r=========================================2 dir="ltr" id="hea

Altschuller, G.S., (1986). To find an idea : introduction to the theory of inventive problem solving. Novosibirsk : Nauka.
Bourdieu, P., (1989). La noblesse d’État. Grandes Ecoles et esprit de corps. Paris : Editions de Minuit.
Bouvier Y. (2002). L’ingénieur, moteur de l’innovation. Un siècle de formation d’ingénieurs à Grenoble. La Revue pour l’histoire du CNRS, N° 6.
Burden, R., Nichols, L. (2000). Evaluating the process of introducing a thinking skills programme into the secondary school curriculum. Research Papers in Education 15(3), 293-306.
Cier, B., (2004). Les écoles d’ingénieurs. Paris : Collection : Le guide Réussir, Hobsons France Editeur.
Collin, L., Lemaître D., (2007). Le robot comme outil pédagogique dans la formation scientifique des ingénieurs », actes du quatrième colloque Questions de pédagogies dans l’enseignement supérieur, Les pédagogies actives : enjeux et conditions, Presses universitaires de Louvain.
Fabre, M., (1994). Penser la formation. Paris : P.U.F.
Fennimore, T. F., Tinzmann, M. B., (1990). What Is a Thinking Curriculum ? Oak Brook : IL.NCREL
Fraysse, B., (2005) : Apprentissage technologique, un simulateur comme outil d’évaluation des compétences in Revue Mesure et évaluation en éducation. ADMEE (Association pour le Développement des Méthodologies d’Evaluation en Education), vol. 28, pp. 1-30.
Fraysse, B., (sous la direction de) (2006). Professionnalisation des élèves ingénieurs. Paris : L’Harmattan.
Fraysse, B., (2006). Un simulateur pour aider à la formation technologique universitaire in Revue Savoirs n° 10, 111-125.
Fraysse, B., (2007). Un dispositif de formation simulé pour professionnaliser les élèves-ingénieurs in Revue Les Sciences de l’Education, pour l’ère nouvelle.Vol. 40, n° 3, 79-96.
Fraysse, B., Lenoir, Y., Tapie, C. (2005). Comparison of two socio-professional representations in the training of engineers in France and Quebec : INSA in Toulouse and the University of Sherbrooke. IEEE Canadian Review n° 51.
Grelon, A., Gouzevitch I., Karvar, A., (2004). La formation des ingénieurs en perspective : Modèles de référence et réseaux de médiation XVIIIe - XXe siècle. Rennes : PUR, Collection Carnot.
Forquin, J.-C. (1996). Ecole et culture. Paris-Bruxelles : De Boeck.
Halliday, M. A. K., (2002). On grammar and grammatics in On Grammar. Continuum : pp. 384 -417.
Khomenko, N., Sokol A. (2000). New models and methodology for teaching OTSM-TRIZ. International Conference of the Altschuller Institute. Nashua, New Hamphire, USA.
Lazuech, G., (1999). L’exception française. Le modèle des grandes écoles à l’épreuve de la mondialisation . Rennes : Presses Universitaires de Rennes.
Lemaître, D., (2003). La formation humaine des ingénieurs. Paris : P.U.F.
Lemaître, D., (2007). Le courant des « pédagogies actives » dans l’enseignement supérieur : une évolution postmoderne ? Recherches en éducation n° 2, revue en ligne du Centre de recherche en éducation de Nantes (http://www.cren-nantes.net).
Lemaître, D., (2007). La recherche en SHS dans les écoles d’ingénieur : une sécularisation des humanités classiques ? in Les recherches en sciences humaines et sociales dans les écoles d’ingénieurs, (coord. Faucheux, M. et Forest, J.) Paris : Pétra.
Lemke, J.-L., (1990). Talking science : language, learning, and values. Norwood, New Jersey : Ablex Publishing Coproration.
Littlewood, W. ( 2004 ). Second language learning in A. Davies and C. Elder (eds.) Handbook of Applied Linguistics. (pp. 501-524). Oxford : Blackwell.
Mohib, N., Sonntag, M., (2007). Préparer les étudiants à une profession évolutive in actes du quatrième colloque Questions de pédagogies dans l’enseignement supérieur, Les pédagogies actives : enjeux et conditions, Presses universitaires de Louvain.
Oget, D., Sonntag M. (2002). Peut-on apprendre à inventer ? Le concept de contradiction dans l’apprentissage de l’inventivité. Biennales de l’Education et de la Formation, Paris, 3-6 juillet 2002.
Oget, D., Sonntag M. (2002). Cognitive development with TRIZ and Problem Based Learning. Congrès international ETRIA TRIZ Future 2002, Strasbourg, 6-8 novembre 2002.
Oget, D., Sonntag M. (2005). Using OTSM-TRIZ in learning and teaching English Foreign Language and epistemology reflection. Etria World Conférence Triz Future 2005, nov. 16-18, Graz, Austria.
Pastré, P., (1999). L’ingénierie didactique professionnelle » in P. Carré (dir.), P., Caspar (dir.), Traité des sciences et des techniques de la formation (pp. 465-480). Paris : Dunod.
Pastré, P., (1999). La conceptualisation dans l’action : bilan et nouvelles perspectives in Education Permanente n° 139, 13-35.
Samurçay, R., et Pastré, P. (1995). La conceptualisation des situations de travail dans la formation des compétences in Education Permanente, n° 123, 13-32.
Sonntag, M., (2006). Reflexive pedagogy in the apprenticeship in design in European Journal of Engineering Education, vol. 31, n° 1, 1-9.
Sonntag, M., (2007). La conception au cœur de la formation professionnelle in Les Sciences de l’éducation - Pour l’Ère nouvelle, vol. 40, n° 3, 59- 78.
Sonntag, M., (2007). Approche interdisciplinaire SHS/SPI en conception inventive à l’Insa de Strasbourg in « Les recherches en sciences humaines et sociales dans les écoles d’ingénieurs » coord. M., Faucheux et J., Forest.( pp. 33- 46) Paris : Editions Petra.
Sokol, A (2008). Development of inventive thinking in language education. (Développer la pensée inventive dans l’enseignement et l’apprentissage des langues vivantes étrangères) Thèse. Université Riga (Lettonie), Université Louis Pasteur Strasbourg (France).
Vygotsky, L.-S., (1982). Thought and Language. Moscow : Collected Works in Six Volumes. vol. 2. , Pedagogika.
Wiske, M. S., Ed. (1998). Teaching for Understanding. Linking Research with Practice. San Francisco : Jossey-Bass Education Series.

Haut de page

Notes

1 . EPCSCP : Etablissement Public à Caractère Scientifique, Culturel et Professionnel

2 . Source : site internet de la Conférence des Grandes Ecoles : http://www.cge.asso.fr/cadre_ecole.html

3 . Les rapports du sénat, n° 441, Paris, 2007.http://www.senat.fr/noticerap/2006/r06-441-notice.html

4 . ENST Bretagne : Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications de Bretagne.

5 . INSA : Institut National des Sciences Appliquées.

6 . EIAH : Environnements Interactifs d'Apprentissage Humain.

7 . ATIEF : Association des Technologies de l’Information pour l’Education et la Formation.

8 . ENSGSI : Ecole Nationale Supérieure du Génie des Systèmes Industriel.

9 . ENSIETA : Ecole Nationale Supérieure des Ingénieurs des Etudes et Techniques d’Armement.

10 . CNAM : Conservatoire National des Arts et Métiers

11 . Les textes, les films, la grammaire, l’étude autonome et le projet de recherche.

12  « New learners in the New Europe », LINGUA 2, 2005-2008

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Recherches & Educations, 1, 2008, p. 121-144

Référence électronique

Michel Sonntag, Denis Lemaître, Bernard Fraysse, Raquel Becerril et David Oget, « Les questions de formation dans les Ecoles d’ingénieurs Un débat reconnu. Une place pour la recherche ? », Recherches & éducations [En ligne], 1 | 2e semestre 2008, mis en ligne le 18 février 2011, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/448

Haut de page

Auteurs

Michel Sonntag

enseignant-chercheur en Sciences de l’Education, Professeur à l’Insa Strasbourg

Denis Lemaître

enseignant-chercheur en Sciences de l’Education à l’ENSIETA de Brest

Bernard Fraysse

enseignant-chercheur en Sciences de l’Education, Maître de conférences à l’Insa de Toulouse

Raquel Becerril

doctorante en Sciences de l’Education à l’INSA Toulouse

David Oget

enseignant-chercheur en Sciences de l’Education, Maître de conférences à l’INSA Strasbourg

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals