Navigation – Plan du site
Notes de lecture

AVANZINI (Guy), CAILLEAU (René), AUDIC (Anne-Marie), PENISSON (Pierre), Dictionnaire historique de l’éducation chrétienne d’expression française, Préface de M. le cardinal Paul Poupard ; postface de Mgr C .Cesbron –

Paris : éditions Don Bosco, 2e édition, 2010 – 853 p.
Marc Antoine Pottin
Référence(s) :

Paris : éditions Don Bosco, 2e édition, 2010 – 853 p.

Texte intégral

1Cette seconde édition du désormais célèbre Dictionnaire historique de l’éducation chrétienne d’expression française, qui fait suite à celle de 2001, frappe une nouvelle fois par l’ampleur du travail réalisé. Enrichie de plus de150 notices pour lesquelles il a été sollicité de nouveaux contributeurs, cette édition remaniée, nous entraîne, dès les premières pages, dans l’univers de l’éducation chrétienne entre le IVe et le XXe siècle. Les 1220 notices, présentées suivant un ordre alphabétique, facilitent la découverte d’une constellation d’hommes et de femmes mais aussi d’institutions (ordres religieux, associations) qui ont pour point commun d’avoir, au-delà de leur appartenance confessionnelle chrétienne, un lien spécifique avec les questions d’éducation. Si l’index historique montre un déséquilibre entre une Antiquité chrétienne peu représentée (8 notices), un Moyen-Âge maigrelet (20 notices), une époque de la Renaissance bien pourvue (près de 60 notices), force est de constater une explosion du nombre des notices consacrées au Temps Modernes avec un XIXe et un XXe siècle triomphant. Ce déséquilibre est dû à l’optique de privilégier les sujets en langue française ce qui, bien sûr, ne peut se faire vraiment avant le XVe siècle. L’étude plus systématique des écoles monastiques médiévales aurait été appréciée ainsi que la doctrine des Pères de l’Eglise, traduit couramment dès le XVIIe siècle (pensons, ici, à toute l’œuvre des mauristes).

2L’essentiel des notices traite d’œuvres et de personnages catholiques sans omettre quelques institutions ou croyants protestants à l’image de Luther, Bèze, la faculté de théologie protestante ou les écoles du dimanche. L’orthodoxie est faiblement représentée (moins de 10 notices) nous invitant, ainsi, à les découvrir par des lectures complémentaires. Les renvois après chaque notice à d’autres entrées sont assez complexes. Ne citant pas l’entrée par son nom mais par une cote alphabético-numérique, cela nuit à une mise en lien rapide entre les notices. Ce procédé qui nous invite à feuilleter l’ouvrage (procédé didactique ?) aurait, sans doute, mérité d’être simplifié avec l’utilisation d’un renvoi par entrées nominatives. Les index (nominal, historique, géographique) sont utiles pour une première approche. Ils traduisent l’hégémonie du catholicisme en certaines périodes et sa place dans la société. Ils permettent aussi de voir la place de l’éducation dans les missions au XIXe siècle, l’essor des congrégations enseignantes féminines à la même époque ainsi que la montée des œuvres péri-scolaires au XXe (JAC, scoutisme, maternités catholiques, etc.) et ce dans et hors de l’Europe.

3La place accordée au XVIIe siècle montre le rôle de ce que Henri Bremond a qualifié d’ « Ecole française de spiritualité » (Vincent de Paul et les Eudistes, Bérulle, Ollier et al.) grâce à l’influence exercée, durant cette période, par la spiritualité tridentine dans la mission d’éducation de l’Eglise révélée dans le quotidien de ses fidèles (formation du clergé, ouverture des petites écoles pour les pauvres, etc.). C’est là une entrée possible pour étudier les liens entre une conception spirituelle et une œuvre éducative (abordée ici, essentiellement, dans les séminaires et dans les collèges oratoriens). Il aurait été intéressant de poursuivre dans cette voie pour d’autres spiritualités (dominicaine, franciscaine, bénédictine, par exemple). Les liens entre l’éducation chrétienne et « l’éducation nouvelle » arrivent fort à propos, par ailleurs, enrichissant notre connaissance de ce mouvement si divers dont les résonances sont toujours actuelles (30 notices).

4Si les conceptions éducatives officielles de l’Eglise sont présentes avec l’analyse de l’encyclique divini illius magistri (1929) et le texte conciliaire de 1965, on peut, toutefois, regretter l’absence postérieure du « magistère ordinaire » à l’instar des interventions de Jean Paul II, par exemple, lors de diverses occasions (rencontre des séminaristes, rôle de l’éducation dans la vie sociale, etc.). De même, le rôle des évêques français dans l’éducation est peu présenté tant au XIXe siècle (l’attitude pédagogique et politique de Mgr Dupanloup n’est pas majoritaire dans l’épiscopat de son époque et Mgr Pie tenait un discours différent) qu’au XXe siècle avec la bataille de l’enseignement libre. Certes, cet épisode est souligné à travers le rôle de l’évêque diocésain dans l’école par le canoniste Mgr Passicos dans une optique toute romaine, remarquons, cependant, que l’on peut s’interroger sur la ligne occupée par l’épiscopat français dès l’après Concile et sur les interrogations divergentes au sein de l’actuelle conférence épiscopale qui laisse apparaître un débat sur l’identité même de l’enseignement libre (voir les déclarations de certains évêques mis en lumière par la parution récente du livre de Mgr Rey, évêque de Fréjus-Toulon au titre évocateur : « l’école catholique en débat », Salavator, 2010). Débat qui reflète, en définitive, aussi bien des conceptions ecclésiologiques que missionnaires. Dans le même ordre d’idées, l’article sur les séminaires évoque assez peu les dissensions entre les modèles de formation proposés et la fuite de certains jeunes vers des institutions plus « typées » (Séminaire de Paris et d’Ars, par exemple) comme le montre à la fin de son ouvrage Marcel Launay sur Les séminaires français aux XIXe et XXe (Le Cerf, 2003). Il convient de noter aussi l’oubli de notice sur les écoles « hors contrat » qui, sous le couvert de la fraternité Saint Pie X, par exemple, sont assez nombreuses (plus de 50), et naissent encore… signe d’une demande parentale plus identitaire qui n’est pas à négliger, tout comme les séminaires traditionnels qui regroupaient, en juillet 2010, plus de 140 séminaristes français contre 700 pour les autres séminaires.

5Une autre question reste encore en suspend : celle des méthodes pédagogiques ou des procédés employés. Les jésuites, par exemple, sont traités dans deux articles séparés (« Compagnie de Jésus » et « jésuites et éducation extra scolaire ») complétés par des renvois, à la Ratio studiorum notamment, ce qui, au-delà du manque de cohésion de l’ensemble, nous amène à nous poser la question : existe t-il une pédagogie jésuite ? et, par extension, une pédagogie chrétienne ? Nous avons déjà souligné le lien possible entre spiritualité et éducation. Ce lien apparaît encore dans l’article consacré à l’Oratoire (bizarrement placé à l’entrée « prêtre de l’oratoire ») où « il faut comprendre leur spiritualité pour entrer dans leur pédagogie ». Ici, se pose, dès lors, la question du rapport entre système théologique et éducation que les notices consacrées aux institutions et aux fondateurs évoquent peu, si ce n’est un article intitulé « pédagogie et théologie » qui reste une lecture croyante et non une simple lecture des idées théologiques. A cet égard la notice sur « Ecriture sainte, bible et pédagogie » reste aussi très historique alors qu’une entrée plus exégétique à l’instar de celle de Xavier Léon Dufour dans le, déjà ancien mais toujours utile, « Vocabulaire de théologie biblique » (Le Cerf, 1981) aurait permis de mieux comprendre les raisons d’agir de ces hommes et de ces femmes dans l’éducation à la suite du Christ. Il est aussi étonnant qu’aucun article ne soit consacré à l’enfant comme sujet ni même à ses appréciations dans l’histoire du christianisme, ou encore au mouvement spirituel sur la « sainte enfance », si fort en France dès les XVIIe, qui a inspiré bien des congrégations par la suite au XIXe.

6L’approche historique de cet ouvrage impose, toutefois, ces choix. Véritable outil de référence, ce dictionnaire amène, d’une notice à l’autre, à des découvertes d’un sujet qui semble inépuisable. Utile aux spécialistes d’éducation et du christianisme, il le sera tout autant aux néophytes qui y trouveront un excellent guide pour saisir le lien puissant entre foi et éducation au travers de toutes les époques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Antoine Pottin, « AVANZINI (Guy), CAILLEAU (René), AUDIC (Anne-Marie), PENISSON (Pierre), Dictionnaire historique de l’éducation chrétienne d’expression française, Préface de M. le cardinal Paul Poupard ; postface de Mgr C .Cesbron – », Recherches & éducations [En ligne], 4 | mars 2011, mis en ligne le 22 décembre 2012, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/793

Haut de page

Auteur

Marc Antoine Pottin

Université de Rouen, Laboratoire CIVIIC

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals