Navigation – Plan du site

Audition colorée

p. 236-253

Texte intégral

Idéation et diagrammes

1Alice, 19 octobre 1901

2Les voyelles surtout me paraissent colorées, telles que a, e, i. Ce sont les seules lettres qui m’apparaissent en couleur. Je crains pour les autres de m’être suggestionnée et de répondre mal. Les u me paraissent d’un vert noir, les f gris et tout le reste des lettres me semble noir ou gris ou d’une couleur foncée. Pour les lettres colorées, je me les représente comme si elles étaient écrites par les couleurs que je vois.

3A quels moments penses-tu à ces choses-là ? En lisant ? En rêvassant ? J’y pense rarement, j’ai oublié dans quelles conditions. Il me semble qu’il y a bien longtemps que je n’y ai pensé et que c’est seulement quand on en parle que j’y pense. Les syllabes me représentent aussi des couleurs, par exemple on prononce un nom, un mot, je le vois écrit en couleurs syllabe par syllabe. Par exemple le mot cheval, la 1re syllabe che m’apparaît en gris et val en rose. Les chiffres qui ressemblent comme nom à certaines lettres prennent pour moi la même couleur que ces lettres.

4Lorsque les chiffres ou les lettres ne me disent rien, je les vois en gris ou en couleur foncée.

5Où localises-tu tes images ? As-tu des localisations spéciales pour certaines images ? Oui, certaines images se suivent et constituent ainsi des scènes de souvenir ou d’imagination se trouvant à ma droite, montant en haut. Les scènes imaginaires, des tableaux qui se passent dans la campagne, se trouvent ainsi peu vers la gauche, mais assez loin et comme enfoncées.

6Seulement, si quelqu’un évoque une pensée que je me représente en image, elle m’apparaît je crois toujours en face et bien plus nettement que ma série d’images. J’appelle ma série d’images une espèce de tableau que je me représente toujours quand je pense à me représenter des images. A droite, je vois Meudon, souvenir. Un peu à gauche, des scènes champêtres imaginaires et au milieu, en face, se placent les images que d’autres personnes que moi évoquent.

7Il y a des images qui me semblent plus reculées les unes des autres, ce sont comme des images jetées pêle-mêle les unes que les autres, se cachant mutuellement et toutes se dressent devant moi, entremêlées ensemble. Il me semble qu’en face de moi il y a une place vide qui semble être réservée pour les images furtives. En effet, elle se remplit lorsqu’une personne évoque une pensée que je me représente.

8Mais peu à peu ce tableau d’images devient trop précis pour se conserver exacte. Il y a deux mois, je sais que je l’avais déjà, mais je l’analysais bien mal. Ce qui me fait croire qu’il était plus vrai qu’aujourd’hui et que je crains de le rendre par trop précis en l’imaginant presque entièrement.

9Quelle est la forme et la couleur de ce trou noir ? Je n’ai pas dit que c’était un trou noir. Il m’est impossible de le définir, c’est plutôt un brouillard gris qui attend une image.

10J’aime mieux ne pas trop continuer, je m’imaginerais trop de choses et ce tableau d’images devenant trop précis serait inexact.

11Veux-tu recommencer à dire comment tu localises les différentes espèces de pensées ? Lorsque je me représente les souvenirs de Nice, je me représente les deux premiers jours passés à St-Raphaël, à gauche et très en avant. Ceux de Nice sont au milieu et les derniers de nouveau à St-Raphaël, sont à droite et en avant. Ceux de Nice sont en retrait.

12Si je cherche dans mes souvenirs les moindres incidents de Nice, je me représente tout à fait d’une autre façon. Je vois des images, des espèces de tableaux représentant l’endroit auquel je pense. Je ne pourrais dire si ces images sont en face, à droite, à gauche. Je vois le tableau et c’est tout.

13Quelle est la grandeur de tes représentations ? D’ordinaire, mes images sont de très petites dimensions, 6 cm au plus, environ. Ce sont comme de petites gravures, de petites vues de personnes ou de pays. Quelquefois je me représente une série de jours, de mois, d’années d’une façon générale, sans rien me représenter en particulier.

14Cette impression est plutôt rare et très rapide, il faut que je pense très peu à cette série de temps pour ne pas avoir envie d’en chercher les détails.

15Il y a un tableau composé d’images qui m’apparaît lorsque je peine à me représenter des images : le tableau dont j’ai déjà parlé se composé d’une série de souvenirs montant à droite, les uns sur les autres, d’une rive au milieu, attendant d’autres images et des images imaginaires à gauche, jetées les unes sur les autres, toutes entourées d’un cadre blanc et jaune.

16En bas à gauche, je vois une multitude de cadres blancs coupés, enveloppés dans un brouillard gris. Au gauche, ce sont surtout des scènes champêtres, des arbres, de l’herbe, des femmes couchées devant ou cueillant des cerises. Souvent, les motifs changent sous le même cadre, et reviennent ensuite.

17Quelle est la date de ce tableau ? Je pense que je l’ai composé il y a deux mois, à Samois, à force de chercher à assembler mes souvenirs et à les classer.

18L’as-tu fabriqué volontairement ? Non, il m’est venu sans que j’y pense, peu à peu et je crois même y avoir aidé pour le rendre plus clair. C’est malgré moi que je l’ai rendu plus clair en y pensant et en localisant chaque image le mieux possible.

19Sais-tu d’où viennent les cadres ? Les cadres sont récents. A force de penser à mon tableau, j’ai encadré les images. Je ne sais pas quand ni d’où ils viennent. Ces cadres sont en papier.

20Tu as constaté à mesure qu’ils se précisaient ?

21Non, je le constate aujourd’hui en m’apercevant que c’est peu à peu et qu’ils ont mis longtemps à se former. Les cadres changent un peu de forme, ils se déplacent, mais les images qu’ils contiennent changent davantage.

22Quelles modifications peux-tu faire volontairement à ces images ? Volontairement, je puis y ajouter des personnes, des paysages, mais c’est malgré moi que ceux qui y sont s’effacent. L’ordre des images, leur emplacement m’est impossible à changer, les souvenirs ne peuvent pas occuper la gauche, et les choses imaginaires la droite.

23Explique un peu comment l’image de Mme Lélu est venue ? Tu m’avais dit à Samois de me représenter Mme Lélu couchée dans l’herbe. Je vis que je ne pouvais pas. Mais cette idée que peut-être je pouvais me poursuivit et je me la représentait si bien deux ou trois jours après qu’elle se plaça d’elle-même dans le tableau.

24As-tu un autre tableau de ce genre ? Oui, je crois. Tout ce que je pense et à quoi je peux penser, je me le représente en un tableau général.

25C’est l’ensemble de ma vie passée, c’est une série d’images partant de devant moi, à ma gauche. Cette série se compose de plusieurs images constituant les principaux événements. En face de moi, il y a l’ensemble de la rue Madame et à gauche s’étend une file dont je ne comprends pas du tout la composition.

Audition colorée

26Madeleine, 21 Octobre 1901

27Mardi, Alice, Alba, Lucie, Alfred sont bleus. Samedi, juillet, Jean, Jeanne sont jaune.

28Lundi est gris. Dimanche est blanc pas très distinct. Moïna est noir. C’est surtout pour les noms que je vois des couleurs. Marguerite est verte, Margot est gris. Etienne est brun clair avec un peu de jaune et de rouge. Georges est rouge. Edmond est gris. Abel est rouge. Fanny est plutôt gris. Madeleine n’est pas très nette. Camille non plus, mais plutôt gris. Pierre est bleuâtre. Marseille est jaune rouge. Nice est bleue. Mars, avril sont un peu bleu. Novembre et décembre sont de couleur foncée. 8 est gris bleu, 3 rouge, 5 jaune, 7 est foncé. Franc et clair. Charité, pitié, avec é sont jaunes. Vendredi est foncé, jeudi est rouge-brun foncé.

29Quand je ne vois pas certains objets colorés, je me les représente presque toujours sous leurs vraies formes ; ainsi le mot ville, je ne le vois pas coloré, car je me représente sa signification. J’ai toujours eu ces choses-là depuis que je me connais, surtout pour les mots.

30Alice, Alba, Lucie, Alfred. Souris est bleu, gris. A est plutôt bleu, mais ce n’est pas net. F est plutôt vert. On est gris. Je me représente les mots écrits dans la couleur sous laquelle je les vois. Je me suis trompée. Quand j’approfondis, les mots deviennent noirs. C’est la première impression qui est colorée. C’est l’ensemble qui est en couleur. Charlotte est gris. Janvier paraît être au commencement de quelque chose, juillet et août au milieu. Il me semble qu’il y a un grand espace entre août et septembre. Le milieu de l’année a l’air d’être arrondi, en dos d’âne. Le 20ème siècle paraît être très haut.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/870/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/870/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/870/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/870/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/870/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/870/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/870/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/870/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/870/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/870/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/870/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/870/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/870/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/870/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/870/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/870/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Audition colorée », Recherches & éducations, HS n°1 | 2011, 236-253.

Référence électronique

« Audition colorée », Recherches & éducations [En ligne], HS n°1 | octobre 2011, mis en ligne le 01 janvier 2013, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/870

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals