Navigation – Plan du site

Intoduction

Bernard Andrieu et Alexandre Klein
p. 9-31

Texte intégral

1« Je meurs d’imagination » Propos d’Alfred Binet rapporté par sa fille aînée Madeleine

  • 1  Binet M., 1968, « Souvenirs sur Alfred Binet », Bulletin de la Société Binet-Simon, n°503, p. 201- (...)

2Nous avions connaissance de l’existence du journal de Madeleine, grâce à la publication par Guy Avanzini, en 19681, de quelques extraits dans le Bulletin de la Société Binet-Simon, mais le manuscrit entier restait introuvable. C’est à la triste occasion du décès de Géraldine Binet en 2010 que fut retrouvé dans son appartement un manuscrit de 116 pages ici reproduit pour la première fois dans son intégralité. Pendant 40 ans ce manuscrit aura été préservé, sinon maintenu aux secrets pour des raisons morales, alors même que son récit est moins un journal intime qu’une reconstruction idéalisée de la vie familiale : dernière de sa famille, Madeleine a voulu témoigner des mœurs d’une famille bourgeoise de l’époque.

3Son attachement pour son grand père, le Pr. Édouard-Gérard Balbiani (1823-1899), qu’elle appelle Père dans son texte, est une réponse à l’amour que son propre père, qu’elle nomme « Papa », porte à sa petite sœur Alice. Elle décrit bien sa position d’aînée dans un contexte d’abandon : « On ne s’occupait guère de moi. Jamais je n’eus le souvenir d’un moment de caresses ou d’affection, et je dus m’habituer depuis l’enfance à cette manière qui ne consistait qu’à assurer le bien matériel, sans aucune négligence mais aussi sans penser aux besoins que réclame le cœur. Que de fois l’ai-je regretté. Je ne méritais pas sans doute les démonstrations de la tendresse. J’étais, je crois, un peu sèche, un peu froide, et assez égoïste en apparence du moins rebutée, découragée. J’estimais mon pauvre Papa, que l’on me comprenait mal et certaines phrases que j’avais tort d’émettre, sans y attacher d’importance, étaient toujours sévèrement reprises ». Point d’amertume dans le texte, mais l’envers d’une relation familière avec la jeune sœur, le père et surtout son attachement à sa mère.

  • 2  Todea, G.V., 1995, « Alfred Binet in Romania », Psihologia 3 [25].
  • 3  Madeleine raconte : « Chaque jour en effet mon pauvre Papa devait quitter Meudon, soit pour se ren (...)

4Les émotions sont très fortes et intériorisées comme l’épouvante après avoir été grondé par la mère comme par le père. « Papa au contraire avait un goût prononcé pour la petite sœur ». La rivalité jalouse de Madeleine envers Alice, la préférée de Binet, pourrait altérer l’objectivité du récit, pour autant que celle-ci soit possible dans la perception familiale : « Je crois qu’à cette époque Alice, ma pauvre Alice et moi méritions souvent d’être grondées, moi surtout qui était l’aînée devait, selon la règle établie par papa, être rendue responsable de toutes les sottises accomplies par nous deux. Je n’aimais pas cela, et j’avoue en avoir gardé un peu de rancune, pendant un temps assez long de mon enfance. Alice, cependant devait supporter quelques punitions, et s’en plaignait à papa, amèrement. « Ce n’est pas étonnant si je suis si maigre, disait-elle, on me prive tout le temps de dessert » ». Alfred Binet est très soucieux, dans le contexte des maladies infantiles, de la santé de ses deux filles, comme l’épisode roumain2 le prouvera y compris dans le texte de Madeleine, et ce, même si celle-ci donne l’impression d’un souci exacerbé pour Alice : « Papa ne s’occupait guère de ces choses, mais il s’inquiétait de nos santés. Celle de ma sœur surtout le préoccupait, de violents maux de tête l’obligeant souvent d’interrompre même les leçons de dessin que lui donnait notre grand-mère ». Le départ pour Meudon, en avril 1896, même s’il entraina une vie plus compliquée pour Alfred Binet du fait des observations qu’il devait toujours effectuer à Paris3, est l’occasion, comme on le voit dans ses photographies, d’une immersion dans la vie paysanne, la mer et la compagnie des animaux. « Nous sommes alors en ce que nous croyions être la véritable campagne rapporte alors Madeleine.

  • 4  Carroy, J., Schmidgen, H., 2006, « Psychologies expérimentales : Leipzig-Paris-Würzburg (1890-1910 (...)

5Les dix huit mois qui séparent Madeleine Amélie Géraldine Joséphine Binet (5 novembre 1885-18 février 1961) d’Alice Rose Laure Binet (6 juillet 1887-8 décembre 1938) permettent bien à leur père d’introduire dans ses expérimentations une sorte de psychologie comparée et différentielle. A travers le journal de Madeleine Binet, l’archive familiale inédite vient renverser l’interprétation officielle du personnage et de l’œuvre d’Alfred Binet qu’une certaine histoire de la psychologie voudrait imposer. Au Binet manipulateur d’enfant fait place la construction d’une méthode introspective originale : « Les débats français sur la valeur de ces expériences de « psychométrie » amenèrent Alfred Binet à transformer le sens des expériences de Wundt en faisant un appel systématique à l’introspection. Si Wundt ignora ces expériences et critiqua la psychologie expérimentale pathologique et hypnotique française, ses élèves dissidents de l’école de Würzburg se référèrent à Binet »4.

  • 5  Binet A., 1899, Notes sur L’étude expérimentale de l’intelligence, éd Andrieu, B., 2011, Ed Sociét (...)
  • 6  Carroy, J., 1991, « Sujets multiples de psychologues », Hypnose, suggestion et psychologie. L’inve (...)
  • 7  Ibid., p. 119.
  • 8  Il faudrait ici relativiser cette affirmation, « Binet dit avoir fait dans des gymnases des expéri (...)
  • 9  Nicolas, S. 2000, « Alfred Binet et l’enseignement supérieur », Cahiers Alfred Binet, n°662, p. 37 (...)

6Binet aurait ainsi inventé des sujets expérimentaux en rebaptisant ses filles Armande et Marguerite dans L’Etude expérimentale de l’intelligence, mais rien n’est moins sûr si l’on étudie le manuscrit5 ! Perpétuant « une tradition familialiste de choix des sujets »6, Binet aurait trouvé dans sa famille des sujets qui se seraient pliés, bien volontiers ou parce qu’ils n’avaient pas le choix, au désir du psychologue de développer ses analyses. Les filles de Binet ne seraient pas, selon cette analyse, des individus mais des sujets, c’est-à-dire « une place où est installé et où s’installe tel individu… Car c’est autrui qui vous l’assigne, un autrui qui s’est mis lui-même à une place décalée par rapport aux rôles habituels : un patron d’hôpital, un père, un amant, un médecin qui s’est mis dans un observatoire puis dans un cabinet de travail pour écrire »7. Ne parvenant pas à trouver des sujets satisfaisant dans les gymnases8, Binet se serait rabattu sur ces filles en 1899, après avoir mené ces travaux de psycho-anthropologie scolaire entre 1895-1898, et ce, parce qu’il n’aurait pas eu de fonctions universitaires. Pourtant, on sait qu’il ne postulera qu’à partir de 1902 et 19049 (et pas avant !). Madeleine précise d’ailleurs à ce propos : « Je tiens à faire remarquer que mon père, quoique Directeur-adjoint de laboratoire, et peu après successeur d’Henri Beaunis, n’était pas professeur à la Sorbonne, et ne pouvait avoir le grand nombre d’élèves qu’ont seuls les professeurs présidents aux examens, même au Collège de France, plusieurs chaires d’enseignements, ainsi que celle d’embryogénie comparée de mon grand-père Balbiani, attiraient peu de jeunes gens. Cela certes, ne prouvait rien au point de vue de l’intérêt des recherches scientifiques

  • 10  Andrieu, B., 2005, « Céphalométrie scolaire et intelligence inégale : la mesure des têtes un échec (...)
  • 11  Dans la table des auteurs du volume 6 de 1899 de l’Année Psychologique c’est Dobrescu qui apparait (...)

7Il faut donc ignorer tout ce travail mené sur la mesure des corps10 pour ne pas comprendre comment l’échec des variations physiques pour tester l’intelligence fait opérer un glissement épistémologique de la physiologie à une psychologie cognitive fondée sur la passation de tests avec des épreuves non plus physiques mais mentales. Madeleine nous apporte des détails sur cette période : « Dobresco11, le jeune roumain ayant manifesté le désir de s’expatrier, venait à présent au laboratoire de la Sorbonne, où sa présence était fort agréable à mon père. Dobresco aimable, souriant, empressé, paraissait intelligent et travailleur. (105) Il avait, comme tous les étrangers, beaucoup de mémoire et s’adapta rapidement à toutes les nuances de la langue française. Il sut très vite se rendre indispensable. Il collabora à de nombreux articles et l’on vit souvent sa signature, auprès de celle de mon père, dans l’Année Psychologique, énorme bouquin dont la publication commença en 1895. Je me souviens de ces épais volumes aux couvertures bleues qui encombrèrent tout à coup le cabinet de travail de Papa et dont l’empaquetage causa un si gros travail… Il en fût de même chez Bonne-maman qu’il s’y employait avec sa maladresse habituelle… à genoux, sur le tapis de son salon. C’est à cette époque que nous avons connu V. Henry, jeune russe venu en France avec sa mère et qui fut devint, je crois, le rédacteur de l’Année Psychologique. Il était fort intelligent et fréquenta longtemps le laboratoire de la Sorbonne. Sa femme, une blonde allemande, se lia d’amitié avec mes parents. Elle admirait passionnément son mari et ne lui ménageait pas même en public les et pulsions de sa tendresse ».

  • 12  Carroy, J., 1991, « Sujets multiples de psychologues », Hypnose, suggestion et psychologie. L’inve (...)
  • 13  Ibid., p. 120.
  • 14  Binet A., Manuscrit Mémoire, 25 août 1901, inédit : « Madeleine a la mémoire sensorielle».

8En ne considérant que l’endroit du texte de Marguerite et Armande répondant aux tests du psychologue dans ce qui serait le récit de l’Etude expérimentale de l’intelligence, et non pas l’envers du récit ici publié de Madeleine une femme non fictive et si vive, la thèse fait croire que Binet se fait un nom en inventant des sujets qui ne correspondraient pas à ce qu’ils sont en tant que personne : « Car le sujet est à la place, féminine, de qui n’a en propre qu’un prénom de baptême ou de fiction »12. Mais si le sujet, dont il est ici question, devenue écrivaine, retourne le miroir tendue par le psychologue pour révéler la figure du père, ses liens avec lui et la configuration de la subjectivité, alors elle n’est plus « une créature de récit et citation »13. Alfred Binet lui-même ne fait pas des « usages répétés du style indirect, un rapport de locuteur à énonciateur » dans L’étude expérimentale de l’intelligence, il recopie les réponses en première personne de ces filles même si, comme nous le montrons dans l’édition des notes manuscrites préparant à cette publication, il oriente l’écriture du récit en l’entrecoupant de commentaires personnels. N’ayant aucune disposition pour l’art, contrairement à sa sœur qui deviendra une peintre reconnue (« Ma sœur commençait de travailler le dessin sous la direction de Bonne-maman et moi-même, quoique sans aucune disposition, devait m’y astreindre durant de longues heures »), Madeleine trouve dans l’écriture un moyen de se dire et de dire aux autres qui elle était. Sans les deux versions du texte, bien qu’on eût pu espérer avoir celle d’Alice et des autres membres, l’interprétation sert bien des thèses sur les sujets psychologiques, mais, maintenant, nous pouvons aussi poser la question de l’agentivité de Madeleine ! Le corps de Madeleine souffre en effet de sa position d’ainée, plus que de sujet, mais a su trouver par la plume, et non plus par les tests de son père dont elle ne parle pas, son propre style, cette « mémoire sensorielle » dont parlera Alfred Binet à propos justement de Marguerite14. La bonne mémoire de Madeleine déconstruit justement sa position de sujet Marguerite en confirmant cette hypersensibilité aux évènements affectifs qui l’atteignent sans toujours trouver dans sa famille une médiation consolatrice, sauf son grand-père ou sa nounou.

  • 15  Hocquart, D., 1988, « Alfred Binet ou les coulisses de la psychologie expérimentale », dans Savoye (...)

9Passe-t-on alors, pour autant, derrière les coulisses ?15 Élisabeth Chapuis-Ménard travaillant sur L’entourage féminin d’Alfred Binet décrit bien comment « Alfred Binet appartient à une lignée de psychologues qui ont eu recours à leurs proches au titre de sujets expérimentaux. D’un point de vue méthodologique, on peut placer ses travaux entre les monographies d’enfants du XIXe siècle, dont ils se distinguent par une exigence de scientificité affirmée, et les classiques de la psychologie du XXe siècle représentés par les observations de Paul Guillaume ou de Jean Piaget. Ils se distinguent cependant les uns des autres à la fois par l’intensité et la durée prolongée des observations et par la participation active qu’ils requièrent de la part des sujets. Loin de se limiter à la période du premier développement, Alfred Binet suit ses deux filles jusqu’à leur adolescence. Mais son épouse et à l’occasion la domesticité féminine vont également à des titres divers contribuer à diverses recherches qui, pour une large part, se déroulent au domicile familial promu laboratoire annexe. La plus jeune de ses filles partagera avec lui une éphémère notoriété comme critique en cosignant un article sur la psychologie du peintre

  • 16  Binet, A et Alice, 1910, « Rembrandt d’après un nouveau mode de critique d’art », L’Année Psycholo (...)
  • 17  Chapuis-Ménard E., 2000, « Place de l’enfant dans l’œuvre d’Alfred Binet », Cahiers Alfred Binet, (...)

10Rembrandt16 et l’aînée confiera quelques souvenirs choisis aux pages d’un journal guidée par sa dévotion filiale. En parcourant les publications et les notes de recherches d’Alfred Binet sur une période d’une trentaine d’années, on peut y repérer l’occurrence de ces femmes qui n’ont cessé de l’entourer dans l’ombre, sujets fantomatiques, présentes et absentes tout à la fois »17.

  • 18  Madeleine écrit : « Nous étions, ma chère Alice et moi, très dociles, assez craintives devant l’au (...)

11L’autorité d’Alfred Binet18 sur sa femme est bien réelle, en lui imposant son rythme quotidien de travail (« Chaque jour de 8 heures à midi, enfermé dans son cabinet surchargé de livres et de manuscrits où courait sa petite écriture ronde et nette, il interdisait toute irruption intempestive : « Ce sont mes heures d’or » avait-il coutume de dire et nous les respections religieusement ») et en lui faisant renoncer, selon Madeleine, à une vie plus mondaine et culturelle. Madeleine, derrière ce qui serait de la dévotion, est parfaitement lucide sur l’envers de cet amour : « (3) Qualité ou défaut ? « Combien j’eus préféré de te mieux connaître, ô mon père, je t’aurais sans doute énormément aimé ! » Et cependant Papa il n’avait pas d’autres préoccupations, en dehors de ses constantes recherches, de ses multiples expériences et créations scientifiques que notre vie familiale. Jamais il ne prit le moindre plaisir, n’éprouva la moindre joie à laquelle nous n’aurions pu participer. Je crois que malgré sa terrible réserve, il nous était désespérément attaché. J’en eu la certitude douloureuse le jour de sa mort… « Si papa nous a abandonnés, ai-je pensé, il faut qu’une terrible chose soit venue entre nous ». Tant il était l’indispensable soutien de notre édifice ». Dans le contexte de l’histoire de la famille, la question du genre que nous utilisons pour relire, sinon juger, le fonctionnement de cette famille bourgeoise, ne doit nous faire oublier combien le réseau Balbiani de la mère d’Alice et Madeleine constituait un refuge à ces femmes quand Alfred Binet était entièrement obsédé par son travail et les choses de l’esprit : « Mais Aujourd’hui encore, je ressens, malgré moi, cette admiration totale que je garde comme un trésor auquel nul n’a le droit de porter la main. Discuter mon Papa, amoindrir de mots maladroits d’ignorants cette merveilleuse intelligence qui n’eût que le tort de trot tôt disparaître, m’apparaît en preuve certaine d’infériorité. « Ah ! Qu’ils se taisent ceux qui ne comprennent pas ! ». Et cependant, avec la clairvoyance qui impitoyable qui est en moi, j’aperçois dans le domaine plus léger du caractère, de petits côtés qui ne s’étant pas développés au même rythme, se sont divertis à rester en chemin. Mais ils formaient un ensemble charmant, attendrissant pour mon cœur d’enfant, parce qu’ils me rapprochaient un peu plus de lui. Mon père s’il se livrait entièrement du côté de l’esprit, si son imagination et sa fantaisie étaient pour nous monnaie courante à tel point que je n’en éprouvais plus l’admiration qu’elles méritaient, sa vie intérieure, son « moi », ses sentiments affectifs nous étaient soigneusement voilés. Nous étions d’ailleurs tous les quatre assez peu démonstratifs et les mots et les caresses que nous distribuions avec tant de facilité à nos chiens, ne s’égaraient guère sur nous-mêmes, une pudeur sentimentale, une timidité suprême du cœur fermaient l’issue de nos tendresses, laissant inviolée notre vie intime et personnelle ».

  • 19  Laé, J.-F., 2003, « L’intimité : une histoire longue de la propriété de soi », Sociologie et socié (...)

12La défense du père est aussi la conséquence d’une culture de la pudeur dans laquelle le toucher est interdit enfermant chacun dans la censure, le secret et le refoulement de l’expression de soi19. Ce journal, sans doute écrit en 1948 n’est donc pas, à proprement parler, un journal intime comme l’étudie Philippe Lejeune dans les journaux des jeunes filles du début du XXe siècle : les secrets sont encore cachés, malgré les biffures que nous avons reproduites, comme si l’écriture était plutôt une écriture a posteriori après la mort de sa sœur Alice et de la mère par l’unique témoin qui restait. Madeleine précise cette pudeur intime à propos d’Alice et de son père : « Alice était bonne et sensible, enjouée, un peu moqueuse, sans gaité véritable, ayant comme mon père, une pudeur instinctive à voiler ses propres sentiments qu’elle conserva pendant toute sa jeunesse ». Madeline nous livre un contraste permanent entre une tristesse de son existence, pourtant bourgeoise, et une mélancolie des années de jeunesse, comme idéalisée par l’écriture des souvenirs : « Nous étions dans cette chambre triste, assises, ma sœur et moi au milieu de tous nos jouets éparpillés …mais le soir, à l’heure des lumières, j’avais malgré moi, 17 une sensation de chaude sécurité et de bien-être, que ne me donnait pas la journée ».

  • 20  Carroy, J., 1991, « L’invention d’un sujet expérimental », Hypnose, suggestion et psychologie. L’i (...)

13Cette ambivalence livre ses limites dans le dévoilement des mécanismes familiaux : la famille Balbiani et la famille Binet n’échappent pas à la description minutieuse des portrais, écrits par Madeleine et non plus peints comme ceux d’Alice ; Madeleine décrit les corps, les tenues, les décors et les appartements mais de l’intérieur de sa perception avec ses yeux affectant ses relations avec son Grand-père Balbiani, avec sa mère qu’elle chérit ou avec Alfred son papa qu’elle admire et craint à la fois, avec Alice qu’elle jalouse et protège en même temps. L’écriture de la femme qui traverse son enfance est loin de celle du « bon sujet »20 psychologique qu’elle serait en Marguerite. Madeleine en écrivaine est le sujet de sa propre histoire, mais son récit est-il plus vrai ou fabriqué que celui écrit par son père avec Marguerite, sujet expérimental ?

14Comme il est difficile dans les faits, autant que nécessaire pourtant dans l’analyse, de séparer le sujet expérimental fabriqué Marguerite du sujet de ce récit Madeleine, la comparaison du manuscrit de Binet et du texte de sa fille met en lumière l’hybridation entre l’écriture en première personne et l’interprétation de celle-ci. Marguerite n’est pas si inventée et le récit de Madeleine est assez subjectivement vrai, c’est là tout l’intérêt de cette archive de nous montrer qu’entre fiction et réalité, le modèle psychologique chez Binet n’est ni entièrement une invention ni entièrement une description, mais peut-être une réécriture de soi par Madeleine elle-même face à l’écriture d’elle-même en Marguerite par son père psychologue. Le récit de Madeleine se retourne contre le portrait psychologique qui répondait à la tâche-test de l’investigateur, l’absence de toute description de ces épreuves dans son propre texte pourrait bien être une preuve de sa volonté de ne rien en dire alors qu’elle avait 14 ans au moment de ses passations. Pour Madeleine, Marguerite c’est bien le sujet expérimental, ce que Lacan appelait le sujet de la science, dont il n’y a rien à dire quand on parle finalement véritablement de soi et de sa perception intime des choses.

  • 21  Dirigée par le Pr. Bernard Andrieu, les Archives Alfred Binet, inaugurée le 17 janvier 2006, sont (...)
  • 22  A l’instar de ce qu’a engagé la publication de la correspondance d’Alfred Binet. Voir à ce propos, (...)

15Ainsi, dans la veine des travaux menés depuis leur création par les Archives Alfred Binet21, ce texte inédit offre un regard nouveau sur l’intimité et le contexte de travail d’Alfred Binet, tout en présentant l’avantage d’une réelle mise en question épistémologique de son œuvre psychologique ouvrant in fi ne sur une remise en question de l’histoire des sciences psychologiques22.

La vie d’Alfred Binet

  • 23  Yvan Lourdais a retrouvé l’acte de naissance rédigé en italien d’Alfred Binet daté du 8 juillet. J (...)
  • 24  Nice était à ce moment là sous dépendance italienne et deviendra française en 1860.
  • 25  Elle a notamment peint un portrait de Charles Féré ( 1852-1907 ) qui se trouve conservé au Musée F (...)
  • 26  Wolf, T., 1984, « Alfred Binet et le théâtre », Cahiers Binet-Simon, n°598, p. 126-127.
  • 27  Binet, M., 1968, op. cit., p. 201-202.
  • 28  Lettre à Lucien, 24 oct. 1901, inédit : « puis un autre tableau, tout aussi agréable à évoquer, re (...)

16Alfredo Eduardo Luigi Antonio Binet naît le 8 juillet 185723, en territoire italien, à Nice24. Son père Edouard était médecin – tout comme son grand-père – et sa mère Moïna artiste peintre25, musicienne et poète. Enfant unique, Alfred est élevé en éprouvant une peur envers son père. Théta Wolf le relève en indiquant que « quand il était encore jeune, son père (qui était médecin) le conduisit à la morgue et le força à toucher un cadavre, expérience si traumatisante que quelques années plus tard, le jeune homme abandonna l’étude de la médecine parce qu’il ne pouvait pas entrer dans une salle d’opération »26. Cette crainte de la mort est confirmée dans le journal de Madeleine : « A six ans, mon père était craintif et sa naïveté servait de cible aux plus âgés de l’école. Il se souvint toujours d’une plaisanterie qui le bouleversa : une vielle femme était entrée inopinément dans l’institution, un grand qui l’avait aperçue chuchota avec mystère ; c’est la mort et il ajouta, s’adressant au petit Alfred interloqué, elle vient te prendre. Effrayé mon père s’éloigna et cherchant à fuir, monta l’escalier du premier étage… Alors, le petit Alfred, le cœur anxieux grimpa le second étage et vit avec effroi la vieille, toujours derrière lui… Epouvanté, il escalada le troisième étage et vit encore la vieille femme qui le suivait lentement…, puis elle disparut par derrière une porte abandonnant la poursuite du pauvre petit garçon terrorisé. La vieille n’était qu’une journalière venue pour exécuter quelque travail de couture »27. Alfred Binet est élevé en pension puis au lycée de Nice, mais pour renforcer sa formation, à l’aune des capacités intellectuelles qu’il dévoile, sa mère l’envoie à Paris où il s’installe rue St Placide avec sa grand-mère qui a pour cette occasion quitté Lyon. Binet reviendra souvent à Nice, notamment pour assouvir avec son cousin Lucien sa passion pour l’automobile28.

  • 29  Lettre d’A. Binet  à M. le Bâtonnier, 5 décembre 1884, Archives de l’Ordre des avocats du Barreau (...)

17Etudiant au lycée Louis le Grand de Paris, A. Binet entre à l’université, suite à l’obtention de son baccalauréat, pour étudier le droit et obtenir une licence le 27 novembre 1878. Il est admis au Barreau de Paris, le 30 décembre 1878 et donne sa démission le 5 décembre 1884 en évoquant des « circonstances indépendantes de (sa) volonté »29 . Il s’engage ensuite des études de médecine qu’il ne terminera pas. Au cours des années 1880, il redouble sa formation par des cours de psychophysiologie et de clinique psychiatrique.

18Sa rencontre avec Théodule Ribot (1839-1916) lui ouvre les portes de la philosophie et de la psychologie anglaises et allemandes. Lisant Hippolyte Taine (1828-1893) et John Stuart Mill (1806-1873), il découvre que la psychologie est interdépendante de la spéculation philosophique et de l’empirisme scientifique. Ribot alors directeur de la Revue philosophique de France et de l’étranger, l’encourage à poursuivre ses études de psychologie et lui offre ses premières publications (1880).

  • 30  Clozza, C., « Le défi de la suggestibilité », Mémoire de DEA de philosophie, soutenu en 2003 sous l (...)
  • 31  Dossier Alfred Binet de l’Académie des sciences.
  • 32  L’ouvrage est dédicacé à Charcot et l’avant-propos des auteurs précise qu’il a été écrit « dans l’ (...)
  • 33  L’Ecole de Nancy rassemble quatre chercheurs autour de la thèse de la suggestibilité exaltée par l (...)

19En 1883, un camarade de Louis-le-Grand, Joseph Babinski (1857-1932), lui présente Charles Féré (1852-1907), médecin à Bicêtre, qui l’introduit à son tour à la Salpêtrière. Binet fait alors la connaissance de Jean-Martin Charcot (1825-1893) au côté duquel il étudie l’hypnose et la suggestion30 et pratique activement l’expérimentation. En 1887, avec Féré, il signe Le Magnétisme animal – pour lequel ils seront honorablement cité au prix Montyon de médecine et de chirurgie en 188831 – en prenant le parti de Charcot32 contre l’école de Nancy de suggestion33.

20En 1884, les vies personnelle et professionnelle de Binet prennent un tournant commun. Tandis qu’il entreprend, sous la direction du professeur d’embryologie au Collège de France E.G. Balbiani (1825-1899), des études de sciences naturelles, il épouse la fille de son maître, Laure Alexandrine Balbiani (1857-1922). En 1894, il obtiendra son doctorat ès sciences avec une thèse consacrée à l’étude du « système nerveux sous-intestinal des insectes ». En 1885 naît sa première fille Madeleine, Alice la seconde naitra deux ans plus tard.

  • 34  Nous avions pu retrouver et publier en 1996 ce manuscrit, réputé perdu, sous le titre Le mémoire s (...)

21En 1887 il dépose un essai de 511 pages « Sur la perception extérieure »34pour le concours du Prix Bordin de l’Académie des sciences morales et politiques. Cet essai qui ne sera que second constitue une synthèse des premiers travaux de Binet, depuis 1880, sur l’image et la perception.

  • 35  Beaunis dans ses mémoires, aujourd’hui retrouvées en intégralité, indique sa rencontre sur le quai (...)
  • 36  Les orthographes du prénom diffèrent : on retrouve Henri sur certaines de ces publications, mais s (...)

22En 1891, il rencontre par hasard35 sur un quai de la gare de Rouen le physiologiste nancéien Henry-Etienne Beaunis36 (1830-1921), fervent ennemi dans la querelle de l’hypnose qui opposait Paris à Nancy, Charcot à Bernheim. Celui-ci venait de créer, deux ans auparavant, le laboratoire de psychologie physiologique de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes installé à la Sorbonne ; manquant de personnel, il propose un poste à Binet. Se rendant très rapidement indispensable, ce dernier devient préparateur, puis, en 1892, directeur adjoint, il a seulement 35 ans.

  • 37  Nicolas, S., 1995, op.cit., p. 286.
  • 38  Chef adjoint des travaux, nommé fonctionnaire de l’EPHE le 4 août 1893.
  • 39  Maître de conférences, nommé fonctionnaire de l’EPHE le 30 septembre 1893.
  • 40  Chef des travaux, nommé fonctionnaire de l’EPHE le 4 août 1893.

23Les travaux du laboratoire de psychologie physiologique de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes dans la section des Sciences naturelles, créé le 23 janvier 1889 à la Sorbonne par Henry Beaunis. Comme le rapporte Serge Nicolas, « Si H. Beaunis a permis la mise en place d’un nouveau laboratoire et a attiré vers lui les chercheurs français et étrangers, il n’a pas effectué lui-même de recherches expérimentales originales comme en témoignent ses publications de l’époque, ce rôle revient sans nul doute à Alfred Binet »37. H. Beaunis réunit Alfred Binet, Jules Courtier (1860-1938)38, Charles Henry (1859-1926)39, Jean Philippe (1862-1931)40, et Victor Henri (1872-1940) en 1891.

24H. Beaunis et A. Binet équiperont le laboratoire (F. Parot, 1996) de matériaux français comme en témoigne le catalogue des instruments de précision construits par Charles Verdin (C. Verdin, 1895) et remis par l’auteur à A. Binet. Grâce à ces instruments et techniques le lien entre psychologie expérimentale (T. Simon, 1918, 37) et psychologie individuelle pourra être effectué par A. Binet (Avanzini, 1974,19).

  • 41  Turbiaux, M., 2002, « Henry Beaunis : quelques souvenirs sur les débuts du laboratoire de psychoph (...)

25Le 8 novembre 1894, H. Beaunis adresse une lettre au Directeur de l’EPHE afin qu’il mette fin à ses fonctions de directeur du laboratoire au 1er janvier 1895. Il y propose A. Binet et J. Philippe aux palmes d’officier d’Académie41.

  • 42  Andrieu, B., 1994, « 1894, Causes et conséquences de L’Année Psychologique », Centenaire de L’anné (...)
  • 43  Carpintero, H., Molto, J., 1994, « L’Année psychologique et la naissance de la psychologie expérim (...)

26La même année, Binet fonde avec Beaunis L’Année psychologique42, où il publiera, jusqu’à sa mort en 1911, 106 articles43, sans compter de multiples comptes-rendus de lecture. Il publie sa Psychologie des grands calculateurs et joueurs d’échecs et, en collaboration avec Victor Henri (1872-1940) et d’autres chercheurs du laboratoire, son Introduction à la psychologie expérimentale, sans compter plusieurs articles sur des problèmes de psychologie et de psychopédagogie (suggestibilité, mémoire, caractère). Il succède enfin à Beaunis comme directeur du laboratoire de psychophysiologie.

27Mais en 1897, Charles Henry, en délicatesse avec A. Binet, obtient une dissociation du laboratoire et la création pour lui d’un laboratoire distinct de physiologie des sensations dont Jules Courtier devint le chef des travaux puis le directeur adjoint en 1911, laissant Binet et Philippe seuls.

  • 44  Béjat, M., Alexander, S., Anatol, R., 1965, « Alfred Binet, professeur à l’Université de Bucarest. (...)
  • 45  Dans son journal T. Maiorescu précise : « La fille aînée de Binet ( âgée de 9 ans ), Madeleine, ven (...)

28En 1895, entre le 27 avril et le 17 juin, il part avec femme et enfants, à Bucarest44, à l’invitation de Take Ionescu, Ministre de l’Enseignement public. Madeleine raconte ici précisément ce voyage où Binet effectue une série de douze lectures, deux fois par semaine à la faculté des sciences puis au Sénat, sur la psychologie expérimentale selon le plan de son ouvrage Introduction à la psychologie expérimentale, évoquant sa maladie qui suscita pourtant tant de souci à son père en particulier45 : « Ce sont des gens charmants qui nous traitent en véritables amis, nous accueillent dans leur magnifique et confortable villa, et s’éprennent de ma chère petite Alice d’une passion telle que j’en deviens jalouse. Hélas, je ne suis guère attrayante à 9 ans… et de plus je retombe malade, gravement cette fois, une pneumonie dont je manque mourir. En temps de danger, Maman ne me quitte pas de désespoir des ordonnances contradictoires de mes 2 médecins : Gredggia et Chakmann. Elle supprime les médicaments du premier au bénéfice du second, m’applique un cruel vésicatoire qui m’arrache la peau, mais ma sauve la vie. Convalescence. (83) La reine apitoyée, car tout Bucarest connaît mon infortune, m’envoie une belle poupée que j’appelle Carmen, naturellement, et avec laquelle on m’interdit de jouer. Il y a dans les journaux roumains une note relatant que « la fille aînée d’Alfred Binet, âgée de 9 ans et demi vient de tombe gravement malade… » Alice en est fière et la relit sans cesse »

  • 46  Lettre d’Alfred Binet à T. Maiorescu, 24 août 1899: « Malheureusement, en ce moment, je suis très (...)

29A cette occasion, on propose à Binet une chaire de psychologie qu’il refusera finalement, indiquant dans une lettre du 24 aout 1899 avoir « reçu des encouragements pour [s]e présenter à une chaire au Collège de France »46, qu’il n’obtiendra pas ! Il ramène avec lui un étudiant roumain qui deviendra rapidement un collaborateur proche : Nicolas Vaschide (1874-1907). Celui-ci recevra du Conseil Universitaire roumaine une bourse annuelle de 1000 F. pour deux années accordée le 27 février 1897. Binet soutiendra la candidature de Vaschide à une chaire de philosophie à Bucarest, avant que ce dernier ne décide en 1899 de rejoindre le Laboratoire de psychologie expérimentale conduit par Edouard Toulouse (1865-1947).

30Elu en 1895 membre de la Société de Biologie, interdisciplinaire Alfred Binet va créer, dans une forme parallèle à L’Intermédiaire des curieux au service des biologistes, le 5 novembre 1897 le numéro 1 de L’intermédiaire des biologistes, organe international de Zoologie, Botanique, Physiologie et Psychologie, Alfred Binet ( Directeur ) poursuit sa collaboration scientifique avec Victor Henri ( Directeur Adjoint ) et Nicolas Vaschide ( Secrétaire de rédaction avec A. Pettit ). Dans sa note programme du n° 1 ( p. 3-6 ), le projet éditorial indique la volonté de créer un lien à la fois sous la forme de questions adressées à la rédaction-réponses de scientifiques de haut niveau, à la manière du magazine Eureka qui vient d’interrompre sa parution, et sous la forme d’inventaire exhaustif des articles scientifiques, à l’instar de celui accomplit par la même équipe pour L’Année psychologique depuis 1895 chez le même éditeur parisien Schleicher.

31Les liens entre les deux revues dirigées par A. Binet sont évidents : d’une part parce la stratégie éditoriale d’A. Binet a toujours été de publier des fragments du travail en cours dans d’autres revues pour réserver l’essentiel et l’intégralité à l’Année psychologique ; d’autre part les liens entre psychologie et physiologie exigeaient la diffusion des nouvelles techniques mises au point par A. Binet, V. Henri et N. Vaschide.

32Mais Alfred Binet, fidèle à des mesures scientifiques en psychologie, défend dans L’Intermédiaire une description de la timidité, des émotions en général, sur le modèle d’une sensibilité psychomotrice. Le modèle unifiée d’une psychobiologie est démontré comme possible mais toujours à travers des exemples cliniques ou des cas pathologiques, sans parvenir à une théorie scientifique de la nouvelle science annoncée mais jamais réalisée.

33L’expérience de l’Intermédiaire ne durera, sous la direction d’A. Binet que du 5 novembre 1897 au 20 octobre 1898, devenant à partir du 20 janvier 1899, sous la direction de Louis Hallion L’intermédiaire des Biologistes et des Médecins : « Quant à son programme et à son plan, tels que M. Binet les a ingénieusement conçus et heureusement remplis, il en conserve l’essentiel, tout en les étendant aux sciences médicales ». La psychologie est pourtant éliminée au profit d’une médicalisation de la biologie.

  • 47  Avanzini, G., 1999, Alfred Binet, Paris, P.U.F., p.23.

34Les préoccupations d’ordre pédagogique et les fins sociales de l’éducation passent progressivement au premier plan des intérêts de Binet. Il délaisse de plus en plus le laboratoire de psychophysiologie. En 1898, il inaugure avec Victor Henri une collection intitulée « Bibliothèque de pédagogie et de psychologie ». En 1899, il adhère à la « Société libre pour l’étude psychologique de l’enfant »47 que Ferdinand Buisson, titulaire de la chaire des Sciences de l’Education à la Sorbonne vient de créer. Binet en deviendra vite le principal animateur. Ce sont les auditeurs de la conférence pratique de pédagogie dirigée par Ferdinand Buisson qui nourrirent le projet d’une Association susceptible de promouvoir l’étude psychologique de l’enfant et d’étudier ses incidences sur la didactique. Instituteurs, professeurs ou étudiants, ils voulaient ne plus demeurer étrangers à un mouvement dont ils savaient le développement dans plusieurs autres pays, notamment aux Etats-Unis.

35Cependant, lors de ces discussions initiales, deux tendances contraires apparurent. Souhaitant adopter les techniques utilisées aux Etats-Unis, les uns désiraient que le travail consistât essentiellement à rédiger des questionnaires et à dépouiller les réponses.

36Les autres préférant au contraire recourir à des observations individuelles. Devant cette divergence, Buisson se trouva fort embarrassé, faute d’une idée suffisamment précise de la méthodologie appropriée. Mais, connaissant les travaux de Binet qui s’était adressé à lui antérieurement pour obtenir l’autorisation d’expérimenter dans des écoles parisiennes, il lui demanda de participer à la réunion du 9 novembre 1899 et de poser sa candidature au premier bureau où il fut effectivement élu assesseur. Binet saisit d’emblée que la Société pourrait lui assurer les collaborations qu’il attendait depuis longtemps pour entreprendre des recherches dans les écoles.

37Il eût donc une grand convergence entre son propre désir et celui des pédagogues et des étudiants qui s’intéressent à la psychologie de l’enfant mais ne savaient comment l’aborder. Néanmoins, si résolu qu’il fut d’introduire en pédagogie des techniques d’expérimentation, il dut accepter d’assez long délais avant qu’elles fussent comprises et ratifiées par ses collaborateurs. Au début, ceux-ci étaient bien loin d’en comprendre l’esprit et plus encore d’en accepter l’extension à leur propre champ d’intérêt ; appréciant surtout dans la Société la possibilité qu’elle offrait d’échanger des opinions entre personnes de bonne compagnie, plusieurs n’admirent que lentement l’exigence d’objectivité opposée à leur goût de la discussion.

  • 48  Klein, A. 2008, Correspondance d’Alfred Binet – Jean Larguier des Bancels, PUN, 2008, Lettre n°8 d (...)

38Puis, toujours en 1899, Binet fait deux rencontres décisives. Premièrement celle de Théodore Simon : jeune interne de psychiatrie à la colonie de Perray-Vaucluse, Simon contacte Binet au sujet des enfants « anormaux » dont il a la charge. Binet trouve en lui le collaborateur dont il avait besoin, Victor Henri n’étant pas fiable à ses yeux48. Quelques mois après, un jeune homme de 19 ans se présente au laboratoire : c’est Henri Piéron (1881-1964), le futur co-directeur du laboratoire de la Sorbonne et futur directeur de l’Année psychologique.

  • 49  Cf. Klein, A. 2008, op. cit., p. 37, particulièrement les notes 52, 53,54. Lettre du 27 mai 1904.
  • 50  Lettre de Binet à Théodore Flournoy du 16 mars 1902 ( Fonds Flournoy, Bibliothèque de l’Université (...)

39Les premières années du XXe siècle sont plus dures. En 1902, Binet se voit refuser sa candidature à la succession de Ribot au Collège de France, et ce, au profit de Pierre Janet (1859-1947), puis c’est un poste à la Sorbonne qui lui échappe au profit de Georges Dumas (1866-1946)49. En 1904, A. Binet sera de nouveau refusé pour la succession de la chaire laissée par la mort de Gabriel Tarde (1843-1904) alors qu’il demandait le titre de « Philosophie scientifique », ce que H. Bergson et P. Janet refusèrent. A. Binet restait en dehors du modèle requis pour devenir professeur de psychologie n’étant que licencié de droit, titulaire d’un doctorat en sciences naturelles. L’échec de sa carrière universitaire dans l’enseignement supérieur est patent, cela l’affecte fortement mais le conduit à se plonger, plus ardûment encore dans le travail50.

  • 51  Vial, M., Hugon, M.-A., 1998, La commission Bourgeois ( 1904-1905 ). Documents pour l’histoire de (...)

40En 1904, il entre à la commission ministérielle pour l’enseignement des enfants anormaux, et recentre ainsi ses travaux sur la psychopédagogie expérimentale. A. Binet51 présente un rapport en avril 1905, moins comme un technicien que comme un ingénieur des choses sociales, au nom de la sous-commission chargée d’étudier les solutions à proposer en faveur des arriérés et des instables au sein de la Commission Léon Bourgeois avait créé, par un arrêté de Joseph Chaumié ( 1849-1919 ) ministre de l’Instruction publique et des Beaux-arts, le 4 octobre 1904 afin d’étudier les conditions de l’enseignement primaire obligatoire des enfants anormaux des deux sexes ( aveugles, sourds-muets, arriérés, etc.).

  • 52  Vaney, V., 1905, « Nouvelles méthodes de mesures applicables au degré d’instruction des élèves, ét (...)

41Dans ce cadre, il crée, en 1905, le laboratoire école de la rue Granges-aux-Belles, dans le quartier populaire de Belleville, à Paris, en collaboration avec Victor Vaney, le directeur de l’école. Il s’agissait d’une modeste école de quartier populaire, qui n’avait jusqu’à lors présenté aucune originalité. Mais son directeur, V. Vaney52, qui appartenait à la Société depuis ses débuts, manifestait le désir de s’associer d’aussi près que possible aux travaux de Binet. C’est pourquoi au cours de l’année 1904-1905, il en avait déjà examiné les élèves avec Théodore Simon. Les avantages pratiques considérables offerts par une école où il put venir régulièrement donnèrent à Binet l’idée d’y installer ce centre régulier qu’il désirait depuis longtemps et dont il avait déjà, dans la fatigue intellectuelle, esquissé la structure et la fonction. Aussi entreprit-il auprès de la Direction de l’enseignement primaire de la Seine des démarches aux termes desquelles il put annoncer à l’Assemblée générale de la Société du 16 novembre 1905 l’ouverture d’un laboratoire-Ecole. Et il se trouve vite si bien dans cette maison qu’il en fait peu à peu le véritable centre de ses activités ; il y transfère le siège de la Société et, désormais, se rendit de moins en moins souvent à son laboratoire de la Sorbonne.

42Cette fréquentation des écoles allait réagir sur Binet et infléchir notablement l’orientation de ses travaux. Si les premiers de ceux qu’il consacre à l’enfant sont d’ordre théorique et visent à l’élaboration d’une psychologie scientifique, les suivants manifestent une préoccupation essentiellement pédagogique dont la dynamique n’a cessé de se renforcer au cours des dix dernières années de sa brève existence. En effet pouvant désormais entrer dans les Ecoles, il est frappé, voire scandalisé, par l’empirisme des pratiques didactiques, aussi mal fondées que le discours pédagogique officiel : « jamais on n’a songé à des expériences de comparaison avec témoin, qui sont indispensables pour administrer une preuve scientifique ; c’est ce manque de méthode qui a inspiré à un psychologue ces paroles bien justes : « en pédagogie tout a été dit, mais rien n’a été prouvé » ». On voit donc s’instaurer chez lui une dynamique nouvelle : il n’est plus uniquement un psychologue qui travaille dans l’Ecole pour la psychologie mais un pédagogue, qui travaille pour l’Ecole et dans la pédagogie.

  • 53  Binet, A., 1904, « Le passée et l’avenir de notre Société, Bulletin de la Société Alfred Binet, 19 (...)

43Encore ne fut-ce pas sans peine. Si déterminé fut-il à introduire en pédagogie des techniques d’expérimentation, il dut accepter d’assez longs délais avant de parvenir à les faire comprendre et ratifier. Lorsque, au début de 1901, il demande à ceux qui envisagent d’entreprendre une étude d’en référer au Bureau afin que celui-ci donne au projet « une forme expérimentale susceptible de se prêter à une enquête régulière »53, le recteur Louis Liard fait encore l’apologie de l’empirisme et combat assez vivement le monopole de l’approche expérimentale sans bien saisir sur quel terrain elle doit être conduite. Buisson lui-même et Pauline Kergomard ne comprennent pas davantage.

  • 54  Klein, A., 2009, « La philosophie scientifique d’Alfred Binet », Revue d’histoire des sciences, 200 (...)
  • 55  Binet, A., 1880, « De la fusion des sensations semblables », Revue Philosophique, 10, p. 284-94 ; (...)
  • 56  Il continue néanmoins à lire la Revue philosophique (R. Ph.) comme le démontre la liste des compte (...)
  • 57  Binet, A., 1903, « La pensée sans images », R. Ph., 55, p. 138-52 ; Binet, A., 1903, « De la sensa (...)
  • 58  Binet, A., 1905, L’âme et le corps, Bibliothèque de Philosophie scientifique, Paris, E. Flammarion.
  • 59  Binet, A., Féré, C., 1885, « Hypnotisme et responsabilité », R.Ph., 19, p. 265-79 ; Binet, A., Fér (...)
  • 60  Binet, 1905, A., « Esprit et matière. Séance du 22 décembre 1904 », Bulletin de la Société. França (...)
  • 61  Binet, A., 1905, « Etude de métaphysique sur la sensation et l’image », A.P., 11, p. 94-115. Binet (...)
  • 62  Il publiera les résultats de cette enquête dans l’année psychologique en 1908 : « Une enquête sur (...)

44Suite à l’ouverture du laboratoire de la rue de la Grange-aux-Belles, Binet poursuit l’élargissement de son champ de réflexion. Ainsi, la même année, en 1905, il publie son traité philosophique54 sur l’Ame et le corps. Certes, l’intérêt de Binet pour la philosophie n’était pas neuf, cette discipline qui se distinguait peu de la psychologie à cette époque était déjà l’objet de ses trois premiers articles de 1880, 1883 et 188455 dans la Revue philosophique de France et de l’étranger. Mais avec la parution de ce volume, il révèle son amour pour une discipline qui finalement traverse son œuvre Ses publications dans la revue de Ribot marquent le rythme de son rapport à la philosophie : de 1895 et 1903, il n’y publie plus, s’occupant de l’Intermédiaire puis de l’Année psychologique, de biologie et de psychologie56. Il ne reprend ses publications qu’en 1903 avec deux articles57 qui annoncent son œuvre philosophique majeure qu’est L’âme et le corps58. Il publie encore quelques articles jusqu’en 190859. C’est que dès 1905, son ouvrage philosophique lui ouvre les portes de la Société française de philosophie, et de son bulletin qui accueillera deux articles60. Il publie également des études de métaphysique dans l’Année psychologique61. Il réalisera enfin une étude sur l’enseignement de la philosophie qu’il présente en 1907 devant la Société française de philosophie62.

  • 63  Binet, A., 1905, L’âme et le corps, Bibliothèque de Philosophie scientifique, Paris, E. Flammarion, (...)
  • 64  Binet, A., 1905, « Etude de métaphysique sur la sensation et l’image », A.P., 11, p. 94-115.
  • 65  Nicolas, S., 2000, « Alfred Binet et l’enseignement supérieur », Cahiers Alfred Binet, n°662, p. 3 (...)

45La parution de l’Ame et le corps dans la Bibliothèque de Philosophie scientifique, dédiée à « son ami » Maurice Donnay (1859-1945) auteur dramatique élu en 1907 à l’Académie française, est donc importante pour Binet. Dégagé des obligations universitaires il peut en effet se consacrer entièrement à l’écriture de cette séparation entre psychologie et neurologie par le biais de la philosophie. Dès le chapitre 1, A. Binet, seulement présenté comme directeur du laboratoire de psychologie de la Sorbonne, désigne clairement son adversaire philosophique, Henri Bergson (1859-1941) : « au moment où un philosophe oppose la pensée au mouvement […] et c’est ainsi que notre philosophe est puni par où il a péché ; son dédain du terre-à-terre l’a conduit à l’abus du raisonnement abstrait, et cet abus l’a rendu la dupe de quelque métaphore physique très naïve »63. Il faut noter que, comme il le révèle dans l’Année psychologique64, le volume devait s’appelait initialement Esprit et matière. Derrière l’opposition théorique sur les liens du corps et de l’esprit, se cache également une lutte de reconnaissance universitaire. C’est que Bergson le philosophe n’aura jamais soutenu la carrière de Binet le psychophysiologue65, préférant son concurrent institutionnel, Pierre Janet (1859-1947). Inscrit dans la filiation directe de Théodule Ribot (1839-1916), P. Janet, agrégé de philosophie, docteur ès lettres en 1889, devient en 1890 directeur du laboratoire de psychologie de la Salpêtrière, avant la soutenance en 1893 de sa thèse de médecine sur l’état mental des hystériques. En 1895 il est nommé professeur à la Sorbonne et remplace en 1902 Ribot à la chaire de psychologie expérimentale et comparée au Collège de France. Tandis que Georges Dumas (1866-1946), soutenu par P. Janet, récupère la chaire vacante de la Sorbonne contre la candidature d’A. Binet. Même si P. Janet avait su participer à la création par A. Binet de la revue L’Année psychologique en 1894, A. Binet restait en dehors du modèle requis pour devenir professeur de psychologie n’étant que licencié de droit, titulaire d’un doctorat en science naturelle, ne devenant directeur du laboratoire de psychologie physiologique qu’à l’abandon de son créateur A. Beaunis.

46En outre, c’est également à cette même époque que Binet se lance dans l’écriture de pièces de théâtre avec André de Lorde. Cet intérêt de Binet pour le théâtre est complémentaire de son travail psychologique : l’esthétique du Grand Guignol lui aurait ainsi servi de miroir, pas tant personnel, qu’intellectuel car le vrai est identifié par le jeu même de l’acteur à la sensation et à l’image par le théâtre de la peur. Le théâtre est le moyen d’objectiver sur la scène, par l’écriture de pièces, une clinique psychopathologique de la cruauté.

47Binet fût également tenté par l’écriture romanesque comme le prouve un manuscrit retrouvé, inédit et encore non daté, intitulé Ce qu’on lit sur les routes. Ecrire aura été pour lui un moyen de s’approprier sa pensée par rapport à celles des autres qu’il ne cesse de discuter dans ses comptes-rendus critiques.

48Enfin, c’est encore en 1905, que Binet soumet au congrès international de psychologie de Rome, la fameuse échelle métrique de l’intelligence qu’il a élaborée avec Théodore Simon, afin de permettre la sélection des enfants anormaux, le ministère de l’instruction publique ayant décidé, comme nous l’avons précisé, de les intégrer dans des classes spécialisées. Ce travail fera définitivement entrer Alfred Binet dans l’Histoire de la psychologie. Les années suivantes seront consacrées principalement à la mise au point de son fameux test. De 1909 à 1910, pour répondre à une demande du Ministère de la Guerre, il examine plusieurs dizaines de conscrits et en profite pour ajouter à son test le niveau « Adultes ».

49Enfin, en 1911, il publie, son dernier livre, une synthèse de ses recherches expérimentales sur les problèmes d’éducation, les Idées modernes sur les enfants. Mais sa santé est chancelante, et, au lendemain d’une réunion de « La société libre », le 18 octobre 1911, il est frappé de congestion cérébrale. Il meurt le 28 octobre 1911 à l’âge de 54 ans.

  • 66  Wolf, T., 1973, Alfred Binet, University Chicago Press.

50Ainsi la vie et l’œuvre66 d’Alfred Binet ressemblent à celles d’un magnifique carrefour : à la croisée des chemins de la médecine psychologique, de la clinique mentale, de la pédagogie scientifique, de l’introspection, des sciences naturelles, de la psychologie pathologique, de la suggestion, de la psychologie dramatique, de la criminologie de la psychologie de l’enfant et de la philosophie, son œuvre rassemble des travaux différents sans apparente ligne directrice. Alfred Binet n’apparait pas toujours comme un pionnier de la psychologie ou comme celui de la psychologie cognitive que les historiens préfèrent référer à Helmholtz plutôt qu’à Alfred Binet

  • 67  Chazaud, J., 2000, « Préface », A. Binet, Les Altérations de la personnalité, Paris, L’Harmattan, (...)
  • 68  Carroy, J., Plas, R., 1993, « La méthode pathologique et les origines de la psychologie française (...)
  • 69  Carroy, J., 2000, « Compte-rendu de l’ouvrage de Régine Plas, 2000, Naissance d’une science humain (...)
  • 70  Braunstein, J.F., Pewzner, E., 1999, « Binet et la mesure de l’intelligence », Histoire de la psyc (...)
  • 71  A. Binet cherchait la psychologie synthétique plutôt que la synthèse de la psychologie. La psychol (...)
  • 72  Klein, A., 2009, « La philosophie scientifique d’Alfred Binet », Revue d’histoire des sciences, 200 (...)

51Dans la généalogie de la psychologie française, A. Binet, personnalité multiple67 est encore présenté comme un dilettante marginal68, un épigone non désillusionné de J.M. Charcot69 et comme atypique ayant eu trois carrières opportunistes sans cohérence interne ni projet synthétique70. Les différents hommages à Alfred Binet soulignent la variété des modèles traversés par Binet qui rendrait impossible une synthèse. Pourtant l’unité épistémologique de son travail autour de l’étude dans une psychologie synthétique71 de l’homme mental est présente dans ces écrits et même affirmée par sa réflexion sur la philosophie scientifique72.

52A. Binet cherchait la psychologie synthétique plutôt que la synthèse de la psychologie. La psychologie synthétique, même si sa mort prématurée l’aura empêché de la réaliser, est définie par les différents axes de ses recherches. Décrire l’homme mental exigeait de fonder la psychologie en dehors du modèle physiologique strict de la psychologie scientifique allemande sans pour autant renoncer à la correspondance entre le corps et l’esprit. La variété des objets d’étude n’est pas le signe d’une dispersion épistémologique mais d’une déclinaison thématique : chaque thème est un mode d’étude d’un modèle intégratif de l’homme mental. Or ne disposant pas de science de synthèse, comme aujourd’hui les sciences cognitives pour les psychologues, A. Binet dégage la cognition du naturalisme et de la physiologie dans un volet critique, la psychométrie, et dans un volet positif, l’introspection provoquée.

53Le modèle en psychologie n’est plus dès lors statique ou cristallisée par la référence à une science unificatrice de tous les phénomènes. Il doit décrire le mouvement et la temporalité de la cognition à travers la sensation, la perception et l’intellection. La perspective reste l’étude de l’homme dans sa totalité. Les tests mentaux ne sont que des étapes objectivant le devenir de l’intelligence. De même les objets d’étude d’A. Binet ne parviennent jamais à être synthétiser dans un modèle unique et définitif : toujours en chemin et en recherche de cohérence, il discute, comme en témoigne les comptes rendus de lecture de La revue philosophique et de l’Année psychologique et sa correspondance, la légitimité des modèles établis sans parvenir à affirmer son modèle de l’homme mental. Une des raisons de cette absence, au delà de l’ouverture et de la gestion des nouveaux chantiers de la psychologie qu’il aura créée, se trouve dans la temporalité du modèle recherché. Dès lors que l’homme mental est toujours en mouvement par ses interactions avec le monde sensible, l’interprétation psychologique rend visible des coupes et des instantanés de sa dynamique cognitive et psychomotrice. Entre deux siècles, A. Binet reste exemplaire d’un de ces travaux de transition, de passage, de sélection et de fondation qui aura été nécessaire pour fonder le XXe siècle.

54A Binet n’a jamais obtenu de diplôme de psychologie ni de médecine (bien qu’il ait commencé des études), même s’il a été le fondateur de la psychologie différentielle de l’intelligence. A. Binet a été écarté de l’Université française par deux fois une fois par Bergson, l’autre par Ribot, alors qu’il dirigeait le seul laboratoire de psychologie, celui de la Sorbonne et la première revue de psychologie française, L’Année Psychologique. Pourquoi ces absences de reconnaissances officielles et ces refus des institutions du Collège de France et de la Sorbonne de lui accorder une chaire pour transmettre à des élèves les renseignements de sa recherche fondamentale sur le développement psychologique des enfants ?

  • 73  Klein, A. 2008, op. cit.

55Si la reconnaissance des travaux d’Alfred Binet dans l’histoire de la psychologie a donc commencé, notamment grâce aux travaux de recomposition des archives d’Alfred Binet, le dévoilement de ce personnage atypique, dont on a pu entrevoir quelques bribes d’intimité dans sa correspondance73, reste à effectuer.

56Le récit de sa fille Madeleine, qui vouait « une admiration totale » à son père, est ici un trésor qui nous permet de plonger dans sa vie intime, de découvrir ce qu’il cachait sous sa « sa terrible réserve ».

Haut de page

Notes

1  Binet M., 1968, « Souvenirs sur Alfred Binet », Bulletin de la Société Binet-Simon, n°503, p. 201-207.

2  Todea, G.V., 1995, « Alfred Binet in Romania », Psihologia 3 [25].

3  Madeleine raconte : « Chaque jour en effet mon pauvre Papa devait quitter Meudon, soit pour se rendre à son laboratoire de la Sorbonne, soit à l’école primaire de M. Vaney, rue de la Grange aux Belles qui fut la rivale incontestée du laboratoire officiel.

4  Carroy, J., Schmidgen, H., 2006, « Psychologies expérimentales : Leipzig-Paris-Würzburg (1890-1910) », Mil neuf. Revue d’histoire intellectuelle cent, n° 24.

5  Binet A., 1899, Notes sur L’étude expérimentale de l’intelligence, éd Andrieu, B., 2011, Ed Société Binet-Simon. 13

6  Carroy, J., 1991, « Sujets multiples de psychologues », Hypnose, suggestion et psychologie. L’invention de sujet, Paris, .P.U.F, p.117.

7  Ibid., p. 119.

8  Il faudrait ici relativiser cette affirmation, « Binet dit avoir fait dans des gymnases des expériences de mesure des aptitudes physiques peu concluantes ; très vite, les gens s’ennuient et se plient peur volontiers aux épreuves » (Ibid.., p. 117 ) par les travaux accomplis de P. Sollier, J. Courtier et N. Vaschide avec qui Binet a pu démontrer les possibilité d’une anthropologie scolaire dans les écoles : Binet, A., Sollier, P., 1895, « Recherches sur le pouls cérébral dans ses rapports avec les attitudes du corps, la respiration et les actes psychiques », Archives de physiologie. Binet, A., Courtier, J., 1897, « Les changements de forme de pouls capillaire aux différentes heures de la journée », Année Psychologique, 3, p. 10-29. Binet, A., Courtier, J., 1897, « Les effets du travail musculaire sur la circulation capillaire », Année Psychologique, 3, p. 30-41. Binet, A., Courtier, J., 1897, « Effets du travail intellectuel sur la circulation capillaire », Année Psychologique, 3, p. 42-64. Binet, A., Courtier, J., 1897, « Influence de la vie émotionnelle sur le cœur, la respiration et la circulation capillaire », Année Psychologique, 3, p. 65-126. Binet, A., Vaschide, N., 1897, « Influence du travail intellectuel des émotions et du travail physique sur la pression du sang », Année Psychologique, 3, p. 127-183. Binet, A., Vaschide, N., 1897, « Influence du travail intellectuel des émotions et du travail physique sur la pression du sang », Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, 124, p. 44-46. Binet, A., Henri, V., 1898, La fatigue intellectuelle, Paris, Schleicher. Binet, A., 1898, « Les temps de réaction du cœur, des nerfs vaso-moteurs et de la pression sanguine », Année Psychologique, 4, p. 316-326. Binet, A., 1898, « Quelques réflexions et une hypothèse sur la forme du pouls capillaire », Année Psychologique, 4, p. 327-336. Binet, A., 1898, « Mesure de la force musculaire avec le dynamomètre », L’Intermédiaire des Biologistes. Organe International de Zoologie, Botanique, Physiologie et Psychologie, n°12, 20 avril, p. 272. Binet, A., 1898, « Mesure de l’habileté motrice », L’Intermédiaire des Biologistes. Organe International de Zoologie, Botanique, Physiologie et Psychologie, n°13, 5 mai, p. 293-294. Binet, A., Vaschide, N., 1898, « Expériences de force musculaire et de fond chez les jeunes garçons », Année Psychologique, 4, p.15-63. Binet, A., Vaschide, N., 1898, « Epreuves de vitesse chez les jeunes garçons », Année Psychologique, 4, p. 64-98. Binet, A., Vaschide, N., 1898, « Expériences sur la respiration et la circulation du sang chez les jeunes garçons », Année Psychologique, 4, p. 99-132. Binet, A., Vaschide, N., 1898, « La mesure de la force musculaire chez les jeunes gens, la force de pression de la main, la traction, la corde lisse, le saut » Année Psychologique, 4, p.173-199. Binet, A., Vaschide, N., 1898, « Expériences de vitesse chez les jeunes gens », Année Psychologique, 4, p. 200-224. Binet, A., Vaschide, N., 1898, « Données anatomiques, capacité vitale, et vitesse du cœur chez 40 jeunes gens », Année Psychologique, 4, p. 225-232. Binet, A., Vaschide, N., 1898, « Echelle des indications données par les tests », Année Psychologique, 4, p. 233-235.

9  Nicolas, S. 2000, « Alfred Binet et l’enseignement supérieur », Cahiers Alfred Binet, n°662, p. 37-62.

10  Andrieu, B., 2005, « Céphalométrie scolaire et intelligence inégale : la mesure des têtes un échec à l’origine de l’échelle métrique », La mesure de l’intelligence. Centenaire du test Binet-Simon, Paris, Ed. L’harmattan, p. 157-174.

11  Dans la table des auteurs du volume 6 de 1899 de l’Année Psychologique c’est Dobrescu qui apparait, mais nous n’avons pas retrouvé d’article coécrits. Madeleine précise : « Chaque jour en effet mon pauvre Papa devait quitter Meudon, soit pour se rendre à son laboratoire de la Sorbonne, soit à l’école primaire de M. Vaney, rue de la Grange aux Belles qui fut la rivale incontestée du laboratoire officiel. Il y poursuivait des travaux importants de recherches de sur l’intelligence et je sais que mon père se passionna pour ces méthodes de mensurations qu’il appliqua à quelques plusieurs centaines de jeunes écoliers parisiens qui lui offrirent ainsi un vaste domaine d’investigation. Dobresco collaborait à cette époque, inscrivant les chiffres de mensurations multiples que lui dictait mon père. Ce travail de patience s’étendit sur de longs mois, avant que d’être soumis à une vérification qu’imposa la consciencieuse volonté de mon cher Papa. Mon père s’était pris, pour le jeune roumain, d’une extrême affection amitié. Il le nommait son « fils » avec affection et nous supposions, à cause de lui, l’envahissement de notre demeure par sa caravane encombrante. Que de dimanches il vint avec sa femme, la vieille tante qui « a l’air d’une vieille marchande d’oranges ».

12  Carroy, J., 1991, « Sujets multiples de psychologues », Hypnose, suggestion et psychologie. L’invention de sujet, Paris, .P.U.F, p.119

13  Ibid., p. 120.

14  Binet A., Manuscrit Mémoire, 25 août 1901, inédit : « Madeleine a la mémoire sensorielle».

15  Hocquart, D., 1988, « Alfred Binet ou les coulisses de la psychologie expérimentale », dans Savoye, A. et Hess, R., Ed., 1988, Perspectives de l’analyse institutionnelle, Paris, Méridiens Klincsieck, p. 13-31. Hocquard, D., 2001, « La subjectivité dans l’objectivité scientifique des classifications », La lettre de l’enfance et de l’adolescence (no 43), p. 19-26.

16  Binet, A et Alice, 1910, « Rembrandt d’après un nouveau mode de critique d’art », L’Année Psychologique, 16, p. 31-50.

17  Chapuis-Ménard E., 2000, « Place de l’enfant dans l’œuvre d’Alfred Binet », Cahiers Alfred Binet, n°662, Erès, p. 73-90. Chapuis-Ménard E, 2004, « Les enquêtes de psychologie de l’enfant, une industrie », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, n° 22. Chapuis-Ménard E, 2005, « L’entourage féminin d’Alfred Binet », Carroy, J., Edelman, N., Ohayon, A., Richard, N., (dir.), 2005, Les femmes dans les sciences de l’Homme (XIX-XXe siècles. Inspiratrices, collaboratrices ou créatrices, Paris, Seli Arslan. Chapuis-Ménard, E., 2006, « La question de l’autorité chez Alfred Binet », Séminaire Psychologie, psychiatrie et psychanalyse : histoires croisées, EHESS, Paris.

18  Madeleine écrit : « Nous étions, ma chère Alice et moi, très dociles, assez craintives devant l’autorité paternelle dont nous ressentions à peine le poids ».

19  Laé, J.-F., 2003, « L’intimité : une histoire longue de la propriété de soi », Sociologie et sociétés, vol. 35, n° 2, p. 139-147.

20  Carroy, J., 1991, « L’invention d’un sujet expérimental », Hypnose, suggestion et psychologie. L’invention de sujet, Paris, P.U.F., p. 175.

21  Dirigée par le Pr. Bernard Andrieu, les Archives Alfred Binet, inaugurée le 17 janvier 2006, sont une instance de la Société Simon Binet et sont actuellement rattachées au Laboratoire d’Histoire des Sciences et de Philosophie – Archives H. Poincaré- UMR 7117 CNRS-Nancy Université- Université Nancy 2. Elles ont pour objet la conservation de manuscrits orignaux de Binet donnés par la famille Binet et la promotion de l’œuvre du psychologue.

22  A l’instar de ce qu’a engagé la publication de la correspondance d’Alfred Binet. Voir à ce propos, Klein, A., 2008, « Les écritures du moi en histoire des sciences : les apports de la correspondance d’Alfred Binet », Jahrbuch für Europäische Wissenschaftskultur, Bd. 4 ( 2008 ), ( Yearbook for European Culture of Science ).

23  Yvan Lourdais a retrouvé l’acte de naissance rédigé en italien d’Alfred Binet daté du 8 juillet. Jusque là le 11 juillet avait été retenu par toutes les notices biographiques.

24  Nice était à ce moment là sous dépendance italienne et deviendra française en 1860.

25  Elle a notamment peint un portrait de Charles Féré ( 1852-1907 ) qui se trouve conservé au Musée Flaubert et d’Histoire de la Médecine de Rouen.

26  Wolf, T., 1984, « Alfred Binet et le théâtre », Cahiers Binet-Simon, n°598, p. 126-127.

27  Binet, M., 1968, op. cit., p. 201-202.

28  Lettre à Lucien, 24 oct. 1901, inédit : « puis un autre tableau, tout aussi agréable à évoquer, représente deux hommes distingués, vous et moi, faisant une promenade en automobile, avec du 30 à l’heure. Il ne fait pas souhaiter que je retourne souvent à Nice car je voudrais toujours vous ennuyer avec votre teuf teuf ».

29  Lettre d’A. Binet  à M. le Bâtonnier, 5 décembre 1884, Archives de l’Ordre des avocats du Barreau de Paris, (retrouvée par A. Klein).

30  Clozza, C., « Le défi de la suggestibilité », Mémoire de DEA de philosophie, soutenu en 2003 sous la direction de B. Andrieu à l’université Nancy 2.

31  Dossier Alfred Binet de l’Académie des sciences.

32  L’ouvrage est dédicacé à Charcot et l’avant-propos des auteurs précise qu’il a été écrit « dans l’atmosphère de la Salpêtrière ».

33  L’Ecole de Nancy rassemble quatre chercheurs autour de la thèse de la suggestibilité exaltée par le sommeil suggéré : Henry Beaunis ( 1830-1921 ), Auguste-Ambroise Liébeault ( 1823-1904 ), Jules Liégeois ( 1833-1908 ), Hippolyte Bernheim ( 1837-1919 ). L’attention portée sur la subjectivité du suggestionné était en fait exclue de la théorie proposée par l’Ecole de Nancy. Dans l’ouvrage De la suggestion dans l’état hypnotique et dans l’état de veille ( 1884 ), H. Bernheim soutint l’identité de l’hypnose et du sommeil normal, à la différence près que la première constituait un état produit par suggestion verbale, cette dernière suffisant à provoquer tous les phénomènes qui, à Paris, paraissaient dans le cadre clinique de l’hystérie. Du point de vue explicatif, la théorie de Bernheim ne différait pas beaucoup de celle psychophysiologique de Charcot. La suggestion était considérée en fait comme un mécanisme physiologique qui renvoyait à la propriété normale du cerveau de transformer toute idée suggérée en acte. La suggestibilité était définie par conséquent comme l’aptitude naturelle du cerveau à être influencé par une idée acceptée et à en rechercher la réalisation. A. Klein ( dir. ), 2011, L’Ecole hypnologique de Nancy : pour une nouvelle histoire, PUN, à paraitre ; Klein, A., 2010, « Nouveau regard sur l’Ecole hypnologique de Nancy à partir d’archives inédites », Le Pays Lorrain, 2010/4.

34  Nous avions pu retrouver et publier en 1996 ce manuscrit, réputé perdu, sous le titre Le mémoire sur la perception extérieure, Mont de Marsan, éd. InterUniversitaires.

35  Beaunis dans ses mémoires, aujourd’hui retrouvées en intégralité, indique sa rencontre sur le quai de la gare de la rue Verte à Rouen, où il attendait le train de Cany : « un grand monsieur, de complexion robuste, l’œil vif à travers les verres du lorgnon, l’air souriant, une figure pénétrante de chercheur. Il se nomma et la glace fut vite rompue entre nous. Je connaissais ses travaux et je les appréciais tout en me trouvant dans le camp opposé au sien dans les questions d’hypnotisme et de suggestions qui m’occupaient beaucoup en ce moment. Nous causâmes et il me demanda de venir travailler au laboratoire, autorisation que je lui accordais immédiatement, heureux de trouver un collaborateur de cette valeur pour un laboratoire à ses débuts et dont la création avait éveillé des défiances plus ou moins déclarées qui n’étaient pas encore éteintes. Ce que je pus apprécier de suite chez Binet c’est la profondeur de son intelligence, cette vivacité d’esprit toujours en éveil et cette personnalité qui s’affirmait si nettement dans toutes ses recherches. Dans chaque expérience, dans chaque domaine scientifique, il savait découvrir quelque chose qui n’avait été vu avant lui, émettre des aperçus nouveaux, tenter des voies inexplorées. Il avait une remarquable puissance de travail, une surprenante activité cérébrale » (Mémoires, p. 495 ). Voir, Andrieu, B., 2009, Henry Etienne Beaunis à Nancy, Nancy, PUN

36  Les orthographes du prénom diffèrent : on retrouve Henri sur certaines de ces publications, mais son acte de naissance, retrouvé par Serge Nicolas atteste de l’orthographe Henry. Nicolas, S., 1995, « Henry Beaunis (1830-1921), directeur-fondateur du laboratoire de psychologie physiologique de la Sorbonne », L’Année Psychologique, 95, p. 267-291.

37  Nicolas, S., 1995, op.cit., p. 286.

38  Chef adjoint des travaux, nommé fonctionnaire de l’EPHE le 4 août 1893.

39  Maître de conférences, nommé fonctionnaire de l’EPHE le 30 septembre 1893.

40  Chef des travaux, nommé fonctionnaire de l’EPHE le 4 août 1893.

41  Turbiaux, M., 2002, « Henry Beaunis : quelques souvenirs sur les débuts du laboratoire de psychophysiologie de la Sorbonne », Bulletin de Psychologie, tome 55, 3, 459, p. 281-309.

42  Andrieu, B., 1994, « 1894, Causes et conséquences de L’Année Psychologique », Centenaire de L’année Psychologique, Actes du 13e Congrès de Cheiron-Europe, Paris 7-11 septembre, Université René Descartes-Institut de Psychologie, p. 8-14. Vermès, G., 1996, « L’Année psychologique et son réseau : lectures et fabrication d’une nouvelle disciplines 1894-1927 », L’Année psychologique, 96, p. 113-129. Segui, J., 2000, « Alfred Binet : fondateur de l’Année psychologique », Cahiers Alfred Binet, Erès, n°662, p. 91-97. Nicolas, S., Segui, J., Ferrand, L., 2000, « Les premières revues de psychologie : La place de l’Année psychologique », L’Année psychologique, 100, p. 71-100.

43  Carpintero, H., Molto, J., 1994, « L’Année psychologique et la naissance de la psychologie expérimentale en France ( 1894-1945 ) », dans Fraisse, P., Segui, J., ( dir. ), Les origines de la psychologie scientifique : centième anniversaire de l’Année Psychologique ( 1894-1994 ), Paris, P.U.F., p. 15-34, ici, p. 22-23.

44  Béjat, M., Alexander, S., Anatol, R., 1965, « Alfred Binet, professeur à l’Université de Bucarest. ( Episode peu connu de la biographie du psychologue français ) », Revue Roumaine des Sciences Sociales, 9, 1, p. 109-121. Trad. et publié dans Bull., 1966, n°491, p. 179-195. Béjat, M., 1965, « Date referitoare la cursul de psihologie expérimentala tinut de Alfred Binet in Romania », Revista de psihologie, n°3, 415-425. Béjat, M., 1969, « Une correspondance inédite d’Alfred Binet », Revue Roumaine Science Sociales, 10,2, 199-212. Republié dans Bull., n°507, p. 86-94.

45  Dans son journal T. Maiorescu précise : « La fille aînée de Binet ( âgée de 9 ans ), Madeleine, venue à Bucarest avec sa délicieuse sœur Alice, est tombée malade, mardi. Après avoir souffert pendant 5-6 semaines, de coqueluche, elle attrapa une pneumonie… » Le 5 juin il écrit : « Anicuta ( sa femme ) a passé à peu près tout son temps avec Binet à cause de la maladie de son enfant. Grandes émotions au septième et neuvième jours ( journées de crise ), les parents désespérés, ma femme les encourageant, très on le médecin… qui consulta la malade ; l’autre fillette ( Alice âgée de 7 ans ) souvent chez nous au déjeuner ( charmante ) ; enfin, mardi 30 mai, la malade commença à se remettre et maintenant, elle est en dehors du péril, mais garde encore la chambre ». La pneumonie s’est déclarait le 23 mai et Binet arrêta son cours le 30 mai journée de grande crise pour Madeleine. Cf. Béjat, M., Alexander, S., Anatol, R., 1965, « Alfred Binet, professeur à l’Université de Bucarest. ( Episode peu connu de la biographie du psychologue français) », Revue Roumaine des Sciences Sociales, 9, 1, p. 109-121, ici p. 117.

46  Lettre d’Alfred Binet à T. Maiorescu, 24 août 1899: « Malheureusement, en ce moment, je suis très perplexe, et ne vois pas très clairement mon avenir. J’ai reçu d’autre part des encouragements pour me présenter à une chaire du Collège de France. Je ne sais pas du tout ce que je déciderai, mais en tout cas je vous écrirai de nouveau lorsque nous aurons arrêté quelque chose ». Voir Béjat, 1969, op. cit.

47  Avanzini, G., 1999, Alfred Binet, Paris, P.U.F., p.23.

48  Klein, A. 2008, Correspondance d’Alfred Binet – Jean Larguier des Bancels, PUN, 2008, Lettre n°8 du 14 juillet 1903.

49  Cf. Klein, A. 2008, op. cit., p. 37, particulièrement les notes 52, 53,54. Lettre du 27 mai 1904.

50  Lettre de Binet à Théodore Flournoy du 16 mars 1902 ( Fonds Flournoy, Bibliothèque de l’Université de Genève ) ( retrouvée par A. Klein ), reproduite dans Klein A., ed. 2011, Correspondance d’Alfred Binet, tome 2 La naissance de la psychologie scientifique en Europe (1892-1911 ), PUN, à paraître.

51  Vial, M., Hugon, M.-A., 1998, La commission Bourgeois ( 1904-1905 ). Documents pour l’histoire de l’éducation spécialisée, Ed. CTNERHI.

52  Vaney, V., 1905, « Nouvelles méthodes de mesures applicables au degré d’instruction des élèves, étude spéciale du calcul », Bulletin de la Société Alfred Binet, 23, p. 653-660.

53  Binet, A., 1904, « Le passée et l’avenir de notre Société, Bulletin de la Société Alfred Binet, 19, p. 547-555, ici, p. 553.

54  Klein, A., 2009, « La philosophie scientifique d’Alfred Binet », Revue d’histoire des sciences, 2009, 62/2 ( juillet-décembre ), p. 29-50.

55  Binet, A., 1880, « De la fusion des sensations semblables », Revue Philosophique, 10, p. 284-94 ; Binet, A., 1883, « Du raisonnement dans les perceptions », Revue Philosophique, 15, p. 406-32 ; Binet, A., 1884, « L’hallucination », Revue Philosophique, 17 : a ) « Recherches théoriques », p. 366-412 ; b ) « Recherches expérimentales », p. 473-502.

56  Il continue néanmoins à lire la Revue philosophique (R. Ph.) comme le démontre la liste des comptes rendus qu’il écrit pour l’Année psychologique (A.P.).

57  Binet, A., 1903, « La pensée sans images », R. Ph., 55, p. 138-52 ; Binet, A., 1903, « De la sensation à l’intelligence », R. Ph., 56, p. 449-67, p. 592-618.

58  Binet, A., 1905, L’âme et le corps, Bibliothèque de Philosophie scientifique, Paris, E. Flammarion.

59  Binet, A., Féré, C., 1885, « Hypnotisme et responsabilité », R.Ph., 19, p. 265-79 ; Binet, A., Féré, C., 1885, « La polarisation psychique », R. Ph., 19, p. 369-402. Binet, A., Féré, C., 1886, « Expériences d’hypnotisme sur les images associés », R.Ph., 21, p. 159-163. Binet, A., 1886, « Compte-rendu Bernheim, H. De la suggestion et de ses applications à la thérapeutique ». R.Ph., p. 557-563. Binet, A., 1887, « Le fétichisme dans l’amour », R. Ph., 24, p. 142-167, p. 252-275. Binet, A., 1889, « Recherches sur les altérations de la conscience et du mouvement chez les hystériques », R.Ph., 27, p. 135-170. Binet, A., 1893, « Mémoire visuelle géométrique, Laboratoire de psychologie physiologique », R.Ph., 35, p. 104-106. Binet, A., 1893, « Note complémentaire sur M. Jacques Inaudi, Laboratoire de psychologie physiologique », R. Ph., 35, p. 590-594. Binet, A., 1893, « L’application de la psychométrie à l’étude de l’audition colorée, Travaux du laboratoire de psychologie physiologique », R.Ph., 36, p. 334-336. Binet, A., Charcot, J.-M., 1893, « Un calculateur du type visuel », R.Ph., 35, p. 590-594 ; Binet, A., Henri, V., 1893, « Les actions d’arrêt dans les phénomènes de paroles », R.Ph., 37, p. 608-620. Binet, A., Courtier, J., 1893, « Sur la vitesse des mouvements graphiques, Travaux du Laboratoire de psychologie physiologique », R. Ph., 35, p. 664-671. Binet, A., 1895, « Résumé des travaux du Laboratoire », R.Ph., 40, p. 671-672. Binet, A., 1906, « Les premiers mots de la thèse idéaliste », R. Ph., 61, p. 599-618. Binet, A., 1907, « Une expérience cruciale en graphologie », R. Ph., 64, p. 22-40. Binet, A., 1907, « Les révélations de l’écriture d’après un contrôle scientifique », R. Ph.., 63, p. 318.

60  Binet, 1905, A., « Esprit et matière. Séance du 22 décembre 1904 », Bulletin de la Société. Française de philosophie, 5, p. 73-101. Binet, A., 1908, « Enquête sur l’enseignement de philosophie», Bulletin de la Société Française de philosophie, n°1, janvier, p. 1-30.

61  Binet, A., 1905, « Etude de métaphysique sur la sensation et l’image », A.P., 11, p. 94-115. Binet, A., 1906, « Pour la philosophie de la conscience », A.P., 12, p. 113-136. Binet, A., 1908, « Une enquête sur l’évolution de l’enseignement de la philosophie », A.P., 14, p. 152-231. Binet, A., 1911, « Qu’est-ce qu’une émotion ? Qu’est-ce qu’un acte intellectuel ? », A.P., 17, p. 1-47.

62  Il publiera les résultats de cette enquête dans l’année psychologique en 1908 : « Une enquête sur l’évolution de l’enseignement de la philosophie », A.P., 14, p. 152-231. Voir à propos de cette enquête, l’article d’Anne-Marie Drouin-Hans, « Alfred Binet et l’enseignement de la philosophie », Cahiers Alfred Binet, n°62, mars 2002, Erès, p. 15-35.

63  Binet, A., 1905, L’âme et le corps, Bibliothèque de Philosophie scientifique, Paris, E. Flammarion, p. 6.

64  Binet, A., 1905, « Etude de métaphysique sur la sensation et l’image », A.P., 11, p. 94-115.

65  Nicolas, S., 2000, « Alfred Binet et l’enseignement supérieur », Cahiers Alfred Binet, n°662, p. 37-62.

66  Wolf, T., 1973, Alfred Binet, University Chicago Press.

67  Chazaud, J., 2000, « Préface », A. Binet, Les Altérations de la personnalité, Paris, L’Harmattan, p.7-12, ici, p.11.

68  Carroy, J., Plas, R., 1993, « La méthode pathologique et les origines de la psychologie française au XIXe siècle », Revue Internationale de Psychopathologie, n°12, p. 603-612, ici, p. 610.

69  Carroy, J., 2000, « Compte-rendu de l’ouvrage de Régine Plas, 2000, Naissance d’une science humaine : la psychologie. Les psychologues et le « merveilleux psychique », P.U. Rennes », dans Pour l’Histoire des Sciences de l’Homme, n°20, p.54-56, ici, p. 54-55.

70  Braunstein, J.F., Pewzner, E., 1999, « Binet et la mesure de l’intelligence », Histoire de la psychologie, Paris, Armand Colin, p.124-127.

71  A. Binet cherchait la psychologie synthétique plutôt que la synthèse de la psychologie. La psychologie synthétique, même si sa mort prématurée l’aura empêché de la réaliser, est définie par les différents axes de ses recherches. Voir Avanzini, G., 1969, Alfred Binet et la pédagogie scientifique, Paris, Vrin, p. 20.

72  Klein, A., 2009, « La philosophie scientifique d’Alfred Binet », Revue d’histoire des sciences, 2009, 62/2 (juillet-décembre ), p. 29-50.

73  Klein, A. 2008, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Andrieu et Alexandre Klein, « Intoduction », Recherches & éducations, HS n°2 | 2011, 9-31.

Référence électronique

Bernard Andrieu et Alexandre Klein, « Intoduction », Recherches & éducations [En ligne], HS n°2 | octobre 2011, mis en ligne le 01 février 2013, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/876

Haut de page

Auteurs

Bernard Andrieu

 

Articles du même auteur

Alexandre Klein

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals