Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

87 | 2015
Entre théâtre et jeunesse, formes esthétiques d’un engagement

Sous la direction de Marie Bernanoce et Sandrine Le Pors
Recherches & Travaux, n° 87 (2015)
Informations sur cette image
172 pages - 13 €
ISBN 978-2-84310-314-8

Depuis une vingtaine d’années, le théâtre destiné à la jeunesse, qu’il soit français, francophone ou étranger en traduction française, a construit un répertoire d’une grande vitalité, modifiant en profondeur le paysage des écritures théâtrales et stimulant la création scénique contemporaine.

Fruit du premier colloque universitaire international consacré à l’ensemble de ce domaine, le présent volume entend montrer que la jeunesse correspond moins à une thématique qu’à un engagement qui dépasse le seul théâtre destiné à la jeunesse. En ce sens, le point de vue singulier de l’enfance permet d’interroger les relations entre les jeunes et les adultes, mais aussi celles qui se tissent entre le théâtre et le monde. Ainsi, la relation à l’enfance amène les différents acteurs du théâtre, et en premier lieu les auteurs, à se situer en termes éthiques et esthétiques dans les soubresauts de l’histoire moderne et contemporaine.

**********

Il fut un temps, celui des Trente Glorieuses, où l’on affirmait qu’il y avait du meilleur dans le pire. Aujourd’hui, le théâtre ne cesse de dire qu’il y a du pire dans le pire. S’adresser aux jeunes c’est leur dire que dans ce pire, il y a du meilleur, et ce n’est pas de l’opportunisme. En fin de compte, il vaut mieux vivre que mourir : le problème quand on sera mort, c’est qu’on ne sera pas informé du pire ! Il ne s’agit pas de cacher le monde aux jeunes, mais de rester dans l’énergie et de donner de l’air. Telle est bien la raison d’être de l’intérêt actuel des adultes pour ce répertoire.
Jean-Claude GRUMBERG

En fait, on pourrait dire que mes histoires se situent toujours le matin. Même si c’est le soir ou la nuit que ça se passe, l’état d’esprit, c’est le matin, au commencement de la journée.
Philippe DORIN

  • OpenEdition Journals